Rayxanber II (PCE-CD)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 1991
Développeur : Data West
Editeur : Data West
Genre : shoot-them-up

Support : 1 CD
System Card : non
Version testée : Japonaise
Texte à l'écran : JAP / US
Voix dans le jeu : JAP

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 400Frs (import)



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Rayxanber II









Le premier
Une intro ? Où ça ? Le jeu tient sur CD-Rom et les développeurs ne proposent strictement rien... ça commence mal
Rayxanber est sorti sur FM Tows, le fameux ordinateur japonais qui a accueilli pas mal de shoots en son temps. Et visiblement, la PC-Engine aura été le support idéal pour ses multiples suites. L'histoire nous raconte la guerre entre l'humanité et l'envahisseur alien du nom d'Empire Zoul (rien à voir avec la fourmi du jeu de plate-formes). Evidemment tout ça sent le déjà-vu à plein nez mais là où les développeurs font forts : ils sortent leur jeu sur CD-Rom mais il n'y a pas d'intro ! C'est direct l'écran titre, une petite musiquette et c'est tout. Pas de menu d'options, pas de sound-test, pas de choix de la difficulté, bref rien ! Quelle faute de gout quand on sait ô combien les jeux Super-CD² sont appréciés pour ça. Si le premier opus n'est pas connu (de toute façon, qui peut se targuer de connaitre le FM Towns ?), ce second volet a par contre une sale réputation de jeu sadiquement difficile. Avec mes gros bras musclés et ma grande gueule (à l'occasion), j'ai décidé de m'y frotter. Les armes ne sont que de 3 types et vous ne pourrez les upgrader que d'un seul niveau. Déjà, elles ne sont pas originales, ensuite elles ne sont pas très puissantes, mais en plus le système d'items est à chier ! En effet, l'icone est rond et voit son curseur tourner autour du centre. Si on récupère l'arme lorsqu'elle affiche en avant, nos tirs seront concentrés vers l'avant, si c'est vers le haut ou le bas, nous aurons des tirs verticaux et si c'est vers l'arrière... pas besoin de vous faire un dessin. Autant dire que ce procédé est particulièrement minable, sans parler que nous n'avons aucun bonus : pas de drones additifs, pas de bouclier, pas de vies supplémentaires... tout ça n'augure pas du meilleur. Autre détail, la vitesse du vaisseau est un peu lente mais on ne peut pas la régler, même si je remercie les développeurs de nous avoir évité les items "speed", que je déteste par dessus tout.


Mais on a
Difficile de le nier : les 3 premiers levels sont vraiment beaux et impressionnants...
quand même un mouvement spécial à savoir que la touche I permet de propulser rapidement le vaisseau dans l'une des 4 directions. Une bonne idée, en apparence, mais mal achevée car on n'évite ni le décor, ni les ennemis, ce qui rend ce gadget totalement inutile. Et c'est bien dommage car ça aurait pu grandement servir et les développeurs auraient pu inciter son utilisation. Bref, je me lance dans l'aventure (même si le manque d'intro et donc, de mise en bouche, me laisse un gout amer) et là je m'aperçois qu'effectivement, c'est dur. Chaque vie perdue nous ramène au dernier checkpoint et même si les continues sont infinis, on trouve ça déjà pas mal raide pour un premier level (avec par exemple, des salopards d'ennemis qui nous arrive dans le dos et nous cartonne sans prévenir). Cependant, je reste confiant car au final, si on apprend le niveau par coeur, le boss étant en plus très facile, je me dis que ça doit rester dans le domaine du faisable. Niveau 2 (après 30 vies perdues et donc 10 continues) la forme fonctionne encore. J'arrive au boss, une petite claque sur le fessier et emballez c'est pesé. A ce stade je me dis que les joueurs sont des petites natures car Rayxanber II n'est finalement pas si dur. Grossière erreur mes amis car dés le niveau 3, c'est l'enfer ! Oui, l'enfer ! D'un coup d'un seul vous allez perdre vos vies si vite que vous n'entendrez plus que les premières minutes de la musique du niveau. La mémorisation ne suffit plus car dés lors, les ennemis font tout pour entrer en collision avec vous. Oui c'est sadique mais de leur point de vue, c'est efficace ! Le level 4 est une véritable ôde à la torture puisque le jeu se permet de saturer comme un goret et par la même, il refuse de tirer ! Vous avez bien lu, il ralentit tellement que vous aurez beau appuyer sur la touche de tir, votre vaisseau ne sortira rien. Et là le concept même du "je te rentre dedans pour te faire mourir" prend tout son sens avec des ennemis particulièrement fourbes.


S'en suit une
... malheureusement dés le niveau 4 ça se gâte avec un design pas terrible et de gros ralentissements
véritable souffrance pour les niveaux suivants, avec en prime un boss tout simplement infaisable ! Je suis comme Yace, je suis un être humain normal et pourtant j'ai adoré les R-TYPE et ce, malgré leur injuste difficulté. Et bien R-TYPE (même le 2) ne m'avait pas préparé à ça ! Ce boss est impossible à faire, d'ailleurs ce jeu est impossible à finir ! C'est là qu'on regrette qu'il n'y ait pas de cheat-codes ou d'Action Replay sur cette console. Et je vais même dire mieux, pourquoi les développeurs en sont arrivés à de telles extrémités ? J'entends par là que si on veut un jeu super-ultra-mega hard, pas de problème, on créé un mode hard. Mais là il n'y a rien, pas de mode de difficulté, pas de passwords et absolument rien pour nous aider. Pourquoi les japonais prennent-ils autant de plaisir à faire souffrir les joueurs ? Qu'ils soient masochistes chez eux, grand bien leur fassent mais bon sang, ne répercutez pas ça dans vos jeux ! Et puis moi les cravaches, le cuir, les coups de fouet... trop peu pour moi. Le jeu compte à peine 6 niveaux, il est donc très court. Encore faut-il arriver à le finir et ça je vous garantie que vous n'y arriverez pas ! Si mon barême de difficulté le permettait, sur 5 la difficulté prendrait 8 !! En plus la hit-box est en carton avec un vaisseau qui explose alors même qu'il ne se fait même pas toucher, ou alors les tirs ennemis nous passent carrément à travers. Du grand n'importe quoi. Moi j'ai réussi à le finir mais vous vous doutez bien que ce n'était pas à la loyale, ô ça non. Car je voulais faire mon boulot de testeur jusqu'au bout et savoir si la fin valait la peine, si autant de souffrances étaient méritées.


Je vous le
La difficulté est vraiment abusive ! Personne d'humain ne peut finir ce jeu sans s'arracher les cheveux de la tête !
donne en mille : la fin est merdique ! Pas de cut-scènes, pas de dialogues, pas même un texte pour nous dire que la guerre est finie. Autant vous dire que la fin est une belle merde ! Et moi je me pose quand même une question : pourquoi avoir sorti ce jeu sur CD-Rom ? Finalement il n'y a aucun contenu qui justifie l'utilisation du support, hormis les musiques. Etait-ce pour faire plaisir au musicos du studio ? Non parce qu'entre nous, le jeu aurait très bien pu tenir sur cartouche... largement même. Rayxanber II est donc bon pour la poubelle ? Pas si vite car la réalisation est assez étonnante. Dés le niveau 4 c'est vrai que le jeu devient terne et peu inventif (en plagiant notamment les R-TYPE). C'est d'ailleurs là qu'on subit le plus de décor de fond complètement noir et par la même, de ralentissements (un paradoxe). Mais sur les 3 premiers niveaux, difficile ne pas être impressionné. Des parallaxes en pagaille, de belles couleurs, de gros sprites... la petite console de NEC donne tout ce qu'elle a. En clair le jeu aurait dû s'arrêter là car finalement le niveau 4 signe une hausse abusive de la difficulté et une chute brutale du design. Enfin les bruitages sont franchement moyens (ils manquent de pêche), il y a que 3 voix digits qui sont en plus affreuses, mais en contrepartie, les musiques sont sublimes. Rythmées, mélodieuses, parfois tristounettes, si on enlève celle des boss (qui n'est pas terrible) la bande-son est magistrale. Quel plaisir de monter le son (encore que, vu qu'on se fait cartonner toutes les 30 secondes et que la musique reprend à chaque fois...).



Rayxanber II Note
n'usurpe finalement pas sa réputation et je dirai même, malheureusement pour lui. Car pour moi des jeux aussi sadiques, je n'en veux pas et je peux vous dire que je n'y jouerai plus jamais de ma vie ! A l'heure où vous lirez ces lignes, j'aurai déjà revendu le jeu (après un petit backup des musiques hé hé ^.^) car plus jamais je ne veux souffrir de la sorte. Si Rayxanber II est si difficile, c'est à cause de son armement obsolète et incomplet, de ce jeu qui fait tout pour nous pourrir la vie (et il y arrive l'enfoiré !) et le fait que rien n'est là pour nous aider, pas même un petit bouclier. Ainsi je considère Data West (qui n'a strictement rien à voir avec Data East malgré ce petit clin oeil Est/Ouest) comme un développeur masochiste, qui n'a même pas eu honte de nous sortir son jeu sans le tester. Car n'allez pas me faire croire que les mecs y ont joués dans des conditions réelles, ils se seraient vite aperçus qu'ils faisaient n'importe quoi et qu'ils étaient entrain de gâcher un jeu qui, au demeurant, aurait pu être sympathique. Désolé, mais la console a connu mieux et j'ai des noms...



Les -

  • Un épilogue qui ne récompense pas la souffrance endurée
  • Difficulté acerbe, rebutante, injuste, masochiste !
  • De gros ralentissements dés le niveau 4
  • Scénarisation honteusement absente
  • Système d'armes mauvais
  • Aucun item bonus
  • Hit-box mal gérée
  • Les +

  • Les 3 premiers niveaux sont magnifiques
  • Très jolie bande-son


  • Test réalisé par iiYama

    février 2013