Ghouls & Ghosts (SGX)

 


Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juillet 1990 au Japon uniquement
Développeur : Capcom
Adaptation : NEC Avenue
Editeur : NEC Avenue
Genre : action / plate-formes

Version testée : NTSC japonaise
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : anglais - japonais

Media : Super Hu-Card de 8Mb
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : G&G
Titre alternatif : Daimakaimura (JAP)


Aussi disponible sur :



Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^















Les sites partenaires :















Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Ghouls n' Ghosts

(Daimakaimura)



Daimakaimura,
Cette version Super Grafx est sans doute la plus fidèle de l'époque
plus connu sous le nom de Ghouls & Ghosts, est la suite de Ghosts & Goblins. Sorti en 1988 sur Arcade, l'histoire est somme toute banale pour le genre : 3 ans après les évènements de Ghosts & Goblins, le monde est à nouveau attaqué par les démons. Guenièvre, la fiancée du Roi Arthur, est tuée sous ses yeux par Loki en personne. Arthur est donc forcé de parcourir tout le royaume, un royaume infesté de créatures maléfiques, pour sauver l'âme de sa bien aimée. Initialement développé par Capcom, 2 ans plus tard c'est NEC Avenue qui s'est chargé de cette conversion, afin de promouvoir la Super Grafx. Si le jeu en lui-même n'a pas évolué, il faut reconnaître que cette adaptation est la plus fidèle que j'ai vu. Les couleurs, les détails, le gameplan, la taille imposante de chaque boss... bref la retranscription est particulièrement réussie. Certes le jeu n'a jamais été un canon de beauté, mais on ne peut que féliciter le travail des développeurs car grâce à eux et une fois n'est pas coutume, on retrouve bel et bien l'Arcade à la maison. L'effet qui m'a le plus bluffé, c'est le plissage du feuillage des arbres vers la moitié du premier niveau ou encore l'étonnante fluidité du jeu même lors des combats contre des boss bien souvent imposants. C'est du beau boulot et ça nous change de cette trop maigre et un peu miteuse ludothèque de la Super Grafx. Bien sûr, pour aimer un tel titre il faudra être patient et avoir des nerfs d'acier, auquel cas le pauvre petit pad de votre console finira contre un mur ! Difficile à l'extrême, il faudra apprendre chaque piège par cœur, millimétrer chaque saut, improviser chaque attaque, bref connaître le jeu sur le bout des doigts ne serait-ce que pour finir les 3 premiers niveaux.


Cette difficulté
Attention, le jeu est toujours extrêmement difficile
légendaire aura fait la renommée du jeu sur Arcade et sur ses nombreuses adaptations console et vous l'aurez compris, elle sévit une nouvelle fois. Comprenez bien que si vous êtes un humain "normal" et non une machine venue du futur avec des réflexes de cyborg, vous ne verrez sans doute jamais la fin de ce jeu (d'autant plus qu'il faut le finir 2 fois pour obtenir la vraie fin... une galère !). Malgré tout, j'ai trouvé l'expérience moins traumatisante, moins stressante car moins difficile que lors du test de Super Ghouls & Ghosts sur Super Nintendo. Mais bon, vu le niveau immensément élevé de la difficulté, ne comptez tout de même pas faire des miracles. Niveau gameplay, notre bon Roi ne sera capable que de sauter et de tirer vers le haut ou face à lui. Sur le chemin de l'enfer, et ce n'est rien de le dire, on trouvera diverses armes forcément plus puissantes que les maigres lances du départ. Equipé d'une armure, si on se fait toucher on perd sa protection mais on a ainsi une seconde chance. L'armure peut-être récupérée via des bonus ou en finissant le niveau, bien que pour ça il faudra battre le boss. Plus difficile à avoir, il y a aussi une armure d'argent et surtout une armure d'or, qui vous permettront d'avoir des attaques spéciales ainsi que des armes plus puissantes. Le nombre de vies est restreint et lorsqu'on perd, c'est retour obligatoire au dernier checkpoint. Difficile, très difficile mais tout ça, vous le saviez déjà. Enfin la partie sonore n'a pas suscitée le même soin que l'image : les musiques sont un peu miteuses et les bruitages sont basiques... mais ce n'est pas ça qui me fera dire que le portage n'est pas réussi.



Comme je Note
le disais en début de test, cette adaptation Super Grafx du célébrissime Ghouls & Ghosts est sans réfléchir l'une des meilleures conversions à laquelle j'ai joué. La réalisation est excellente puisqu'elle reprend exactement le jeu d'origine dans un portage très propre et très bien programmé (même la version Mega Drive n'est pas aussi aboutie). Il ne reste que sa suicidaire difficulté pour freiner votre achat mais Ghouls & Ghosts reste malgré tout un coup de cœur. Sachez également que dans les 5 pauvres jeux dédiés exclusivement à la Super Grafx, c'est sans réfléchir celui-ci le meilleur !




Comparatif entre les versions : cliquez pour ouvrir



Test réalisé par iiYama

novembre 2008 (mise à jour : juillet 2020)