Down Load 2 (PCE-CD)

 


Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 1991 au Japon uniquement
Développeurs : AlfaSystem - NEC Avenue
Editeur : NEC Avenue
Genre : shoot-them-up

Version testée : NTSC japonaise
Voix dans le jeu : japonais
Textes à l'écran : japonais

Media : 1 CD-Rom
Support : CD-ROM²
System Card : version 1.0

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : DL2
Titre alternatif : Download II








Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Download 2









Puisque mon CD-ROM²
Le gameplay change assez radicalement depuis le premier opus, mais il reste agréable
est de retour à la maison après avoir voyagé plusieurs semaines à travers le monde afin d'être réparé, je me devais de faire quelques tests sur ce prestigieux support amovible. Développé une fois par NEC Avenue et AlfaSystem (qui n'est même pas crédité alors que ce studio est souvent là pour seconder ou réaliser des adaptations), ce titre fait suite à un premier opus sorti sur Hu-Card en 1990, à la différence qu'il s'octroie cette fois les faveurs du support CD. Avec lui une réalisation sympathique et une bande-son lue en direct. Pour un premier test PC-Engine CD-ROM², ça commence plutôt bien. Votre personnage s'appelle Syd (c'est le même héros que dans le premier épisode). De bon matin, Syd se lève, se craque une clope, met un caleçon et allume sa TV. Lorsque les infos passent, il apprend qu'un détraqué mental a mit la main sur le cerveau d'Adolf Hitler (!) et qu'il est décidé à ressusciter l'ex-tyran nazi pour devenir le maître du monde. De bon matin ça jette un froid d'autant que si on a gardé le cerveau d'Albert Einstein, parce que c'était un éminent génie, celui d'Hitler ne mérite que de pourrir au fond d'une poubelle ! Mais soit... Sa coéquipière arrive à point nommée et Syd monte à bord de son vaisseau, histoire d'aller faire le ménage... Entre chaque level, nous aurons droit à une petite cut-scène sympathique avec voix-off en Japonais. Difficile de traduire ce que se disent les protagonistes mais les intentions suffisent. Si la mise en scène n'est pas mirobolante, il est agréable de constater que le support CD, hormis les musiques, sert à quelque chose.



     

     

En passant au CD-ROM² les développeurs en ont profité pour largement développer
une scénarisation qui était déjà de très bonne facture sur le premier opus


Question gameplay,
Sans être fantastiques, les graphismes sont de bonnes facture
c'est du shoot-them-up pur et dur ! Down Load 2 ne fait pas vraiment dans la dentelle mais plutôt dans le classique. Notre vaisseau se contrôle parfaitement bien (il y a des upgrades de vitesse alors que dans le premier épisode on gérait ça via la touche Select), il possède 4 armes bien distinctes et 2 modules façon R-TYPE qui se placent au dessus et au dessous de notre appareil. Les modules nous protègeront des menues attaques type blaster et lanceront, par la même occasion, des tirs à têtes chercheuses. Pour les armes, on ne fait plus de choix avant chaque niveau comme précédemment, puisque notre vaisseau possède ses 4 armes d'office et elles sont interchangeables via le bouton I. Les armes sont upgradables sur 3 niveaux avec la particularité d'augmenter toutes en même temps et non une à une. De plus, il n'y a plus de barre d'énergie et lorsqu'on perd une vie le jeu continue (au lieu de repartir au dernier checkpoint). A part un boss final assez corsé, ce n'est pas un shmup' trop difficile. Bien sûr il y aura des milliers d'ennemis à descendre, des boss assez imposants et 8 levels à traverser mais on est loin du premier Down Load et de sa difficulté éreintante. Un shoot classique donc, même s'il change assez radicalement l'esprit du premier épisode.


Techniquement
Les musiques CD sont superbes, celles de la console sont horribles. La note tranche entre les 2...
la PC-Engine n'est pas un foudre de guerre, c'est un fait. Plus beau que son prédécesseur, Down Load 2 affiche des graphismes simples et colorés. Affichant un certain éclectisme visuel, parfois de mauvais goût, il faut reconnaître que l'ensemble tient parfaitement la route. Nos ennemis ont un design réussi, idem pour les les boss. Le jeu use de quelques effets spéciaux assez bien rendus comme des parallaxes ou des distorsions, et si l'animation souffre de quelques ralentissements lorsque l'écran est surchargé, la plupart du temps le moteur graphique assume très bien son travail. Le scrolling est fluide, moins rapide qu'avant mais ce n'est pas un mal car on retrouve une meilleure lisibilité (on distingue mieux les différents sprites à l'écran). Si ce n'est pas le plus beau jeu PC-Engine que j'ai vu, il a mérite d'être plus que correct. Niveau son, étrangement Down Load 2 alterne des musiques lues en direct sur le CD et d'autres plus "plastiques" venant de la console. Généralement, les musiques sortant de ma petite console chérie sont plutôt pourries, cracheuses, voire même saoulantes. Par contre, celles lues sur le CD sont fumantes. Dans des tons Rock, elles posent une bonne ambiance et ne sont là que lors des niveaux. Tout en Japonais, les voix-off des cut-scènes sont de qualité mais on ne peut pas en dire autant des bruitages. Usant de vieux "pouf" fatigués et autres "blup-blup" insipides, cette partie de la bande-son n'emballe pas. En plus, ils sont tellement forts que pendant les niveaux ils ont tendance à couvrir les superbes musiques du CD.



Bien sûr Note
il y a mieux que Down Load 2 sur CD-ROM² mais pour un jeu de 1991 (16 ans déjà, à l'heure de ce test) il faut reconnaître que ce titre de NEC Avenue et AlfaSystem fait fort. Posant une ambiance variée, qui s'accorde parfois un certain délire et une action soutenue sans être excessive, Down Load 2 use parfaitement du support CD. Cut-scenes, effets graphiques et superbes musiques dans les niveaux, sont au service d'un shoot bien conçu. Bien sûr il subsiste des erances de conception (ralentissements, musiques exécrables émanant de la console lors des cinématiques, ces bonus de vitesse que j'exècre...) mais il n'y a pas là matière à rechigner sur un bon shoot comme je les aime.




La séquence de fin (spoil) : cliquez pour ouvrir




Test réalisé par iiYama

juillet 2007 (mise à jour : juin 2020)