Art of Fighting (PCE-CD)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 1994
Développeur : SNK
Adaptation : Hudson Soft
Editeur : Hudson Soft
Genre : combats

Support : 1 CD
System Card : Arcade
Version testée : Japonaise
Textes à l'écran : US / JAP / ESP
Voix dans le jeu : US / JAP

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Titre alternatif : Ryûko no Ken (JAP)
Prix au lancement : 400Frs (import)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Art of Fighting









Sorti en
Dommage, le CD-Rom n'apporte que la bande-son de la version Neo-Geo CD
septembre 1992 sur Neo-Geo, Art of Fighting posait avant tout le succès d'un développeur un peu mégalo, puisque cette cartouche était la première à passer la barre symbolique des 100Mb (imaginez donc que ça faisait tout de même 12.5Mo, soit plus de 10 fois la taille des cartouches habituelles). L'autre innovation, c'est que ce jeu-là imposait son fameux "zoom sur action", où lorsque les personnages se rapprochent, la caméra fait en quelque sorte un plan plus serré. Résultat, les personnages sont les plus grands de l'histoire de la baston 2D puisqu'ils prennent tout l'écran à zoom max ! Pourtant, on a reproché à Art of Figting sa jouabilité vraiment limite (les coups spéciaux peinent à sortir), un framerate maladif et surtout une sale difficulté. En réalité, s'il était si difficile, c'est aussi parce que le jeu était de mauvaise foi, qu'il trichait. Sorti 2 ans plus tard et après une adaptation Mega Drive médiocre, et une sur Super Nintendo à peine valable, Hudson Soft s'est chargé de convertir "ce gros jeu" sur la toute petite PC-Engine. A noter avant de commencer qu'Art of Fighting nécessite une Arcade Card. Après tout le petit add-on du Super-CD² et des TurboDuo n'aura jamais mieux porté son nom et n'aura jamais autant boosté la petite console de NEC. Le jeu s'ouvre sur l'intro classique de la version AES. Personnellement, j'aurai vraiment apprécié d'avoir une de ces intros très typée manga, dont la PC-Engine CD a le secret. Ensuite, cette version propose un menu d'options contant les champs les plus utiles : choix de la langue (entre japonais, anglais et espagnol, même si certaines voix restent en anglais et d'autres en japonais), choix de la difficulté et l'inévitable configuration des touches. Car 3e point de cette conversion, comme la Neo-Geo possède 4 touches (contre seulement 2 sur PC-Engine), les développeurs se sont arrangés la sauce comme ils ont pu. En effet à moins de jouer avec un pad 6 boutons (celui-là même qui sert si bien à Street Fighter II'), il faut aussi se servir des touches Select et Start.


Bon, on le sait,
Très fidèle à la version Neo-Geo, cette adaptation a de quoi impressionner !
une des touches sert à la provocation (autant la mettre sur Select, la touche la moins accessible) et par exemple la touche Start sert aux petits coups (les 2 touches principales servant aux coups moyens et forts). Pourtant, malgré toute la bonne volonté d'Hudson, la jouabilité est toujours aussi peu réactive. Les coups spéciaux les plus simples ont du mal à sortir (ne parlons même pas des manipulations les plus complexes) et si lors des 3 premiers matches on se dit que c'est plus facile que sur Neo-Geo, malheureusement on s'aperçoit vite que le jeu triche toujours. En effet, Art of Fighting ne comptabilise pas certains coups (il arrive qu'on frappe 2, voire 3 coups sans que la jauge ennemie ne descende... on croit rêver !! ) et pire encore, les attaques adversaires priment toujours (et je dis bien toujours) sur les nôtres. Mieux, nos ennemis se permettent de lancer des boules de feu à tout va, de parer, de nous narguer (pour faire baisser notre jauge de puissance) et lorsque nous voulons faire de même, on n'arrive jamais à rien. Bref, Art of Fighting se permet les pires entorses à ses propres règles de combat et reste fidèle à lui même, à savoir un gros crevard bien pourri jusqu'à l'os, d'une mauvaise foi à peine nommable et d'un fairplay aux oubliettes. Entre nous, étant donné que c'est Hudson qui a converti le jeu, j'aurai vraiment apprécié qu'ils arrondissent les angles et surtout, qu'ils ne répercutent pas la pire facette d'un jeu qui au demeurant, est vraiment sympa. C'est vrai, la jouabilité n'est pas des meilleures (perso pas très réactif, coups spéciaux qui sont de vraies tortures à sortir...) et ça aussi, on aurait aimé que ce soit corrigé. Il est également vrai qu'Art of Fighting manque cruellement d'originalité sur le plan des attaques : boule de feu, dragon-punch, jet les pieds en avant... il n'impose aucun style propre et plagie le grand maitre sur son propre terrain. Art of Fighting offre un véritable mode story malheureusement très bridé puisque vous ne pourrez prendre que Ryo ou Robert. En plus ces 2 persos, hormis l'habillage bien sûr, sont trop similaires pour insuffler une quelconque variété (même les coups sont presque identiques). Pourtant on appréciera que le mode versus nous propose de jouer (et sans code) Mr Big et Mr Karaté, les 2 boss du mode story.


On nous propose
En versus les 2 boss sont débloqués. Par contre il est vraiment regrettable que le jeu triche toujours et que la jouabilité soit si mauvaise
également les 3 bonus-stages originaux (casser des bouteilles, briser de la glace et encore fracasser un panneau à coups de boule feu) qui nous permettent en cas de réussite, de connaitre de nouveaux coups et/ou d'augmenter la barre de vie et de force. Mais ce qui impressionne le plus dans cette adaptation, c'est la fidélité à l'opus original : le rendu est tout simplement époustouflant pour une PC-Engine ! Quand on pense que derrière nous avons une console hybride 8/16-bits, et que le résultat est plus proche de la Neo-Geo que des versions Mega Drive ou Super Nintendo, moi je dis chapeau bas ! Ok c'est vrai l'Arcade Card y est pour beaucoup, le support CD-Rom offre toute la place dont les développeurs avaient besoin, mais quand même... quelle claque ! Les sprites sont presque aussi gros, le jeu n'est pas du tout lent et on a même le fameux zoom de la version originale. De plus, avec ses 128 couleurs affichables, le résultat est vraiment très bon, le jeu restant pas mal détaillé et coloré. La tuile (parce qu'il en fallait une) c'est que les animations sont un peu moins fluides et le zoom n'a que 2 positions : soit il est en plan large, soit en plan rapproché. Peut-on encore parler de zoom quand le jeu passe de l'un à l'autre sans transition ? Je ne sais pas mais l'effort est bel et bien là. L'autre détail, peut-être un peu moins fâcheux, c'est que les loadings sont interminables ! Le premier (celui qui charge l'intro) est tellement long qu'on croit que la console a plantée. Et entre chaque scène, changement de personnage ou de niveaux, on repart pour des dizaines de longues secondes à attendre. Il faut dire que le lecteur 1x de n'importe quelle version du Super-CD² n'aide pas (ça me rappelle les pires heures de la Neo-Geo CD). Côté son, j'ai particulièrement aimé la sauvagerie des bruitages. Même si la console a parfois du mal à suivre le mouvement, difficile de ne pas trouver le rendu extrêmement violent. Un plaisir. Enfin les musiques, issues de la version Neo-Geo CD, sont sympas et les voix sont loin d'être mauvaises (bien qu'un peu sous samplées dans cette version, ce qu'on peut comprendre).



Art of Fighting Note
est un jeu d'anthologie et pas si mauvais qu'on le pense mais sa mauvaise foi sur le ring lui fera perdre toute sympathie auprès des joueurs. Un constat d'autant plus pénible que la jouabilité n'est pas au top. A des années lumières d'un Street Fighter II', Art of Fighting rate le coche par une conversion peut-être trop fidèle à l'original. C'est un peu dommage car avec une meilleure jouabilité et surtout une difficulté moins sadique, plus dans les "règles de l'art", cette version PC-Engine CD aurait été meilleure que sur Neo-Geo... pas sur le plan technique certes, mais sur le plaisir d'y jouer. Il n'empêche qu'il reste un jeu à la manne forte et en versus, ce sera toujours un plaisir de se frotter à un ami.




Comparatif : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

janvier 2013