Aldynes (SGX)

 


Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : février 1991 au Japon uniquement
Développeur : Produce Co. Ltd.
Editeur : Hudson Soft
Genre : shoot-them-up

Version testée : NTSC japonaise
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : japonais

Media : Super Hu-Card de 8Mb
Difficulté :
Multi-joueurs : non


Aussi disponible sur :









Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Aldynes

The Mission Code for Rage Crisis







Depuis le temps que
Aldynes copie sans honte Thunder Force III et R-TYPE
j'entends parler de ce jeu et depuis le temps que ma Super Grafx prend la poussière, je me suis dis qu'il était grand temps de réaliser mon premier test sur cette concurrente quelque peu effacée de la Mega Drive et la Super Nintendo. Alors voilà, c'est chose faite ! Aldynes est bon shoot-them-up, là dessus y'a pas à y revenir, seulement je crois que je m'attendais à bien mieux venant de cette machine censée être bien plus puissante que la brave PC-Engine. Pour commencer, rares sont les scénarios très développés dans le genre, surtout en ce début '90. Aldynes diffuse tout de même une toute petite intro où on voit une flotte aérienne (probablement humaine) se faire détruire lors d'un assaut alien. Un vaisseau s'échappe au milieu du bombardement (et je suppose que c'est vous), le seul survivant qui réclame alors vengeance. La fin ne montre rien de plus mais étrangement le jeu recommence en dénommant le premier niveau comme le level 8. Mais faire un second rush ne permet pas d'en avoir plus, l'épilogue étant strictement le même... Dans tous les cas c'est léger, comme d'habitude. Tout le long du jeu, j'ai cru que je jouais à un titre d'Irem ou TechnoSoft tant le jeu ressemble beaucoup à R-TYPE avec quelques passages et idées repris de Thunder Force III. Aldynes puise donc dans les hits du genre en ne proposant rien de vraiment original. Ainsi vous contrôlez un vaisseau devant annihiler une race extra-terrestre belliqueuse sur 7 levels et pour se faire, vous aurez à disposition 4 armes upgradables sur 4 niveaux. A défaut d'être extraordinaires, elles sont efficaces et visuellement convaincantes (à puissance max ça dégomme !). Le scrolling est parfois sur 2 écrans, les ennemis ne vous lâcheront pas une seconde, les boss sont énormes et la jouabilité ne posera aucun problème. Si on trouve la difficulté d'Aldynes assez bien dosée en début de jeu, on déchantera de plus en plus vite au fil des levels, les 2 derniers niveaux étant carrément durs. Mais ce ne sera rien en comparaison du boss final, qui est une vraie plaie à abattre. Enfin, le gameplay use des faveurs d'R-TYPE en reprenant ses plus pénibles facettes. Ainsi il faudra récupérer des items de vitesse pour avoir un déplacement décent, un procédé aberrant envers lequel je m'insurge depuis longtemps.



 

Le design de la pochette est super kitch ! Cette japonaise habillée de cuir avec un plastron digne
de Dark Vador et un faux casque de pilote d'hélicoptère, c'est ridicule. Et ce n'est pas
fini : que fout cette pub pour ELF (l'ex-géant des hydrocarbures) sur la carlingue de ce
faux avion en vrai plastique (sans doute une maquette) dont le train d'atterrissage
est disproportionné... Bref, tout ça prête forcément à sourire car c'est aussi ça
le charme des années '90 ^__^ (cliquez pour agrandir)


Et si la difficulté
Sans originalité aucune, le jeu est en plus très difficile. Mais ça ne l'empêche d'être accrocheur
est telle que les développeurs ont eu la gentillesse de mettre des continus infinis, à la façon d'un plagiat en bonne et due forme, lorsqu'on perd une vie, on retourne au dernier check-point et on perd tout son armement. Par contre, on peut disposer de drones de combat (jusqu'à 4) : se plaçant autour de votre vaisseau pour le protéger et décupler son tir principal ou se gérant de façon autonome (ils se déplacent de bas en haut en tirant sur les ennemis à portée), j'ai trouvé le concept de ce drone amélioré très convainquant. Une riche idée pour une fois. Pas aussi impressionnant qu'un noyau de fans tente de nous le faire croire, il faut tout de même reconnaître qu'Aldynes reste un jeu impressionnant. Pas pour ses décors un peu fades et sombres, pas pour ses sprites au design réussis mais plutôt pour ses boss, presque tous énormes ! Il est vrai que si 2~3 sont de taille "normale", certains sont étonnamment imposants. Une réussite. Avec ça, l'ambiance générale, très hi-tech, est fort bien réalisée. Des parallaxes à gogo, des dizaines de sprites simultanément, une action qui ne mollit pas une seule seconde, Aldynes est certes classique mais il le fait bien. L'animation est fluide malgré quelques ralentissements et parfois le scrolling est des plus véloce. Si ce n'est pas la grosse débauche technique ou la super claque visuelle, on peut tout de même féliciter les développeurs pour avoir réussi à faire un jeu graphiquement équilibré et bien programmé. Tout à fait typique de la gamme PC-Engine, on retrouve dans ce jeu des musiques aux sonorités mélodieuses, bien que déjà vues (entendues devrais-je dire). Ainsi à la façon d'un Final Soldier, on retrouve des tracks très plaisants à écouter, avec des mélodies typiques des années '90 sur une instrumentation somme toute assez moyenne. Pas de voix digitale, des bruitages classiques (même pour les explosions, assez mal rendues en fait) mais une bande-son globalement accrocheuse. Si on ne peut pas crier au génie, il n'y a finalement pas grand chose à regretter sur ce chapitre-là.



Shoot-them-up Note
culte pour certains, j'ai personnellement vu en Aldynes un bon jeu, rien de plus. Copiant allègrement les hits du genre mais pas forcement les meilleurs idées (item de vitesse, perte d'une vie = retour au checkpoint sans arme), c'est bel et bien dans son classicisme et ses 4 drones à gestion automatique ou fixes, qui feront la différence. Aldynes est un jeu difficile (le boss final est impossible à passer pour le commun des mortels) où les continus infinis ne vous serviront qu'à vous acharner. Muni d'une bande-son agréable et d'un gameplay accrocheur, il reste à mes yeux un bon titre dans un genre qui n'est presque plus représenté à l'heure du test. Pas aussi exceptionnel que je pensais mais suffisamment accrocheur pour qu'on y revienne de temps en temps, Aldynes est l'un des (trop) rares faire-valoir d'une Super Grafx qui au final, n'a qu'un intérêt très limité.



Test réalisé par iiYama

juillet 2008 (mise à jour : juillet 2020)