Unreal Tournament 2004 (PC)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & GamePlay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2004
Développeur : Digital Extremes
Editeur : Epic Games
Genre : FPS multi

Support : 1 DVD (existe en version 6 CDs)
Version testée : Française (v.1.0)
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR
Moteur graphique : Unreal Engine 2.5 (Epic)
Difficulté :
Multi-joueurs : 32 joueurs online
Abréviation : UT2004
Titre alternatif : Unreal Tournament 3

Configuration recommandée :
CPU : 1.5Ghz
RAM : 512Mo
VIDEO : type GeForce 3Ti ou GeForce 4Ti

Configuration de test :
CPU : Intel Core2Duo E6750 (2,66Ghz)
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce 8800GT avec 512Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1024x768 (4:3)
Niveau de détails :



Cliquez pour agrandir : )


Les sites partenaires :


Unreal
Tournament 2004






Un an et demi après l'excellent Unreal Tournament 2003, voilà qu'Epic Games et son acolyte Digital Extremes remettent la licence sur pied, faisant croire à un jeu désormais annuel, à l'image des jeux de sports. L'histoire ne vérifiera pourtant pas cette donne puisque sa suite, le puissantissime Unreal Tournament III, n'est finalement sorti que 3 ans plus tard. Alors pourquoi sortir une nouvelle version ? Et bien parce que le succès de UT2003 n'a pas atteint les objectifs, à cause notamment de l'enjouement des joueurs pour Quake III Arena et de nouveaux venus tels que Battlefield ou Tribes 2. Ainsi, les développeurs se sont remis au travail et nous ont livrés l'Unreal Tournament ultime de l'époque. A première vue, on pourrait penser que cet édition 2004 n'est qu'un add-on, une mise à jour de la version 2003 car si les menus ont entièrement étés refaits, on sent bien que le jeu reste le même. Mais lorsqu'on creuse un tantinet, on s'aperçoit vite qu'on a tout faux. Commençons par les défauts du jeu. En tout premier lieu, je regrette qu'il n'y ait toujours pas de vrai mode solo, ce dernier se contentant de nous livrer des bots sans qu'il y ai l'once d'une histoire. Ensuite les voix, certes en Français, sont aussi peu crédibles que celles du précédent opus, en plus d'être sous samplées. Résultat, elles grésillent et font franchement tâches. Enfin, les musiques sont cette fois dans un style Electro, qui colle bien à l'univers haute technologie du jeu, mais qui sont insipides tant le manque de mélodies se fait sentir. Mais soyez heureux mes frères,
UT2004 est une énorme mise à jour de la version 2003, rendant cette dernière totalement obsolète
car ce sont là les seules critiques du jeu. On reprend donc le principe de mise à l'épreuve d'UT2003 pour ensuite former son équipe (cette fois on ne peut choisir que 5 mercenaires) et pouvoir concourir pour le championnat. Les nouveautés claquent tout de suite à la gueule puisque le nombre de personnages s'est considérablement accru, incluant cette fois les Skaarjs et même des robots. L'autre grosse nouveauté du jeu c'est que les développeurs ont inclus des véhicules sur certaines épreuves, surfant ainsi sur la vague des FPS multi-véhiculés tels que Battlefiel 1942 ou même Halo. En multi jusqu'à 32 joueurs ou en solo avec des bots comme depuis le premier épisode, Unreal Tournament 2004 propose pas moins de 11 modes de jeu. Voici les détails :

  • Le Deathmatch place les joueurs dans une arène. Le but est de remporter un maximum de points en un temps imparti, ou bien de tuer un certain nombre d'opposants en un temps illimité.
  • Le Team Deathmatch est basé sur le même principe mais se joue en équipe (les rouges contre les bleus). L'équipe qui élimine le plus grand nombre d'adversaires dans le temps imparti gagne le match.
  • La Capture de drapeau : chaque équipe possède une base dans laquelle se trouve un drapeau aux couleurs de l'équipe. Le but est de s'emparer du drapeau adverse et de le ramener à sa propre base sans se faire tuer, tout en empêchant l'équipe adverse de voler le notre. L'équipe qui marque le plus grand nombre de points gagne le match.
  • Une variante populaire du "capture du drapeau" est le "capture du drapeau en mort instantanée" ou "ICTF" (Instagib Capture The Flag). Tous les joueurs sont équipés d'une arme mortelle. L'intérêt stratégique repose donc beaucoup plus sur l'organisation de l'équipe dans la map que sur le ramassage d'armure, d'armes puissantes ou de vie. Cette variante est plus jouée sur Internet que le mode "Capture du drapeau" normal.
  • Le mode Bombe de Balle est centré sur le combat en équipe. Chaque équipe possède sa base dans laquelle se trouve un but circulaire. Une balle est mise en jeu au centre de l'arène. Chaque équipe tente de s'emparer de la balle (en la ramassant au départ ou en tuant le porteur adverse), et de l'amener jusqu'au but de l'équipe adverse. En ramassant la balle, un joueur devient totalement vulnérable, et doit passer la balle à l'un de ses camarades ou la tirer en avant de reprendre le combat. Le porteur possède la faculté de se régénérer. Tirer la balle à travers le but adverse offre 3 points à l'équipe du porteur. Passer à travers le but avec la balle donne lieu à 7 points, mais c'est souvent accompagné d'une mort instantané du buteur.
  • Le mode Dernier Survivant se joue comme le mode Deathmatch. Les joueurs sont entièrement équipés dès leur arrivée en jeu, mais ne peuvent mourir qu'un certain nombre de fois. Le dernier joueur en vie gagne la partie.
  • Le mode Invasion fait s'affronter les joueurs contre des vagues de monstres dont la puissance augmente au fil du temps. Si un joueur meurt, il ne réapparaît qu'à la vague suivante. Si toute l'équipe meurt, la partie est perdue. Pour remporter la victoire, les joueurs doivent venir à bout de toutes les vagues.
  • Mutant : les joueurs débutent la partie comme un deathmatch normal. Le premier joueur à tuer un adversaire devient le mutant, sa santé se dégrade très rapidement et se régénère à chaque fois qu'il abat un adversaire. Il possède toutes les armes, se déplace rapidement, tire à une cadence accélérée et est moins visible. Tous les autres joueurs sont ligués contre lui, ils connaissent la position du mutant sur leur HUD et ils ne peuvent pas s'entretuer. Le joueur qui tue le mutant devient à son tour mutant. La partie est terminée quand un joueur atteint la limite du score. Il existe des options peu populaires permettant au dernier joueur d'être en "remontée". Il peut alors abattre ses camarades non-mutants. Dans ce cas, le mutant gagne 5 points s'il arrive à tuer le joueur en remontée.
  • Le mode Assaut fait s'affronter les équipes en mode attaque et défense. Les attaquants possèdent une suite d'objectifs à remplir. Les défenseurs ont pour but de les en empêcher. Les rôles s'inversent après chaque round. L'équipe de défense passe alors en attaque et doit réaliser plus d'objectifs que l'équipe adverse, où réaliser autant d'objectifs en un temps plus court.
  • Le mode Attaque est le plus compliqué à comprendre, à imaginer et à appliquer. Les 2 équipes s'affrontent sur une map immense qu'ils doivent contrôler. La stratégie et le travail d'équipe sont essentiels (si vous avez la possibilité de communiquer oralement avec votre équipe online, c'est très pratique). Chaque équipe possède une base dans laquelle se trouve un générateur. Le but est de détruire le générateur adverse. Le problème est que le générateur est protégé par un champ de force, qui ne peut être désactivé que si vous établissez une liaison depuis votre générateur jusqu'au générateur adverse. Pour ce faire, vous avez besoin de prendre le contrôle de petits relais qui font office de mini-bases une fois construites, car il y apparaît des armes, des munitions et des véhicules (vous ne pouvez pas voler un véhicule adverse sauf si ce véhicule a déjà été utilisé par un adversaire et que celui-ci a été abandonné). Une fois la chaîne de liaisons établie, vous pourrez alors détruire le générateur adverse. Mais sachez que tout relais peut se reprendre.
  • Le mode Capture de Drapeau Véhiculé : comme dans le mode Capture de Drapeau classique, chaque équipe possède une base où est précieusement gardé un drapeau aux couleurs de l'équipe. Le but est de s'emparer du drapeau adverse et de le ramener à sa propre base sans se faire tuer. Évidemment, vos adversaires feront de même. Bien sûr, ramener le drapeau adverse dans sa base rapporte des points et l'équipe qui marque le nombre de points impartis gagne le match. Classique vous me direz, c'est vrai, à la différence que pour arriver jusqu'au drapeau adverse, on peut prendre les véhicules.

  • Enfin abordons le sujet de la réalisation. Pas besoin que je revienne sur les musiques et les voix du jeu, je passe donc directement aux bruitages qui restent très corrects pour le genre mais manquent encore un peu de force. Dommage. L'installation de base est contenue sur 6 CDs. Ils sont fous chez Epic ou quoi ? Heureusement qu'il existe aussi une version DVD. Je reconnais que les lecteurs DVD n'étaient pas encore très répandus sur le marché à la sortie du jeu mais tout de même. Le puissant Far Cry n'est sorti qu'en version DVD et personne ne s'en est plaint. Unreal Tournament 2004 possède pas moins de 46 maps. C'est énorme ! Autant dire qu'entre le nombre de maps et le nombre de modes, la durée de vie est montée en flèche. Entièrement nouvelles, les cartes sont pour la plupart grandes bien qu'elles me paraissent plus petites que certaines du précédent volet. Un détail me direz-vous. Ce qui est moins un détail, c'est que le jeu use de l'Unreal Engine 2.5, version améliorée du célèbre moteur graphique d'Epic. Et croyez-moi, ça change tout. Passant de DirectX 8.1 à DirectX 9.0a,
    Même le moteur graphique a été upgradé (v.2.5). Du coup le jeu est infiniment plus beau
    le jeu s'est vu considérablement embelli (dommage qu'il n'y ai plus de benchmark). Les décors sont vraiment magnifiques, rivalisant sans peine avec des productions plus récentes voire actuelles. Un régal visuel où même les modélisations se sont affinées. Idem pour l'animation, qui est toujours plus fluide et réaliste, même si le jeu conserve une bonne vitesse de croisière. Unreal Tournament 2004 est donc une grande réussite, plus encore que ses prédécesseurs qui semblent obsolètes à ses côtés. Si j'en avais qu'un à choisir, ce serait celui-là et sans réfléchir. Puissant, vaste, varié et techniquement irréprochable, Unreal Tournament 2004 est un très gros morceau du FPS multi, que tout amateur du genre se doit de posséder.

    Test réalisé par iiYama
    mars 2008