Unreal Tournament 2003 (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : octobre 2002
Développeur : Digital Extremes
Editeur : Epic Games
Genre : FPS multi

Support : 3 CDs
Version testée : Française
Version logicielle : v.1.0
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : Unreal Engine 2.0
Difficulté :
Multi-joueurs : online
Abréviation : UT2003
Titre alternatif : Unreal Tournament 2


Configuration recommandée :
CPU : 1Ghz
RAM : 256Mo
VIDEO : type GeForce 2 avec 32Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : Intel Core2Duo E6750 (2,66Ghz)
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce 8800GT avec 512Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1024x768 (4:3)
Niveau de détails :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Unreal
Tournament 2003






Suite directe
Beaucoup plus de contenu, de nouvelles maps, un nouveau moteur graphique... Unreal Tournament fait peau neuve
d'un premier Unreal Tournament mouvementé, cette version 2003 réactualise un jeu vieux de 3 ans en lui offrant un nouveau moteur graphique et quelques améliorations de gameplay. Tiens, et si on commencait par ça. Reprenant les solides bases de son prédécesseur, Unreal Tournament 2003 (UT2003 pour les intimes) ne change pas fondamentalement la donne mais l'ouvre un peu plus aux novices. On trouve des jumpers pour faire des sauts d'un étage à l'autre, de l'adrénaline qui booste votre santé et même 11 variantes de jeu original (faible gravité, tuer un ennemi vous redonne de la santé...) histoire d'éviter de se lasser. Le jeu est un peu moins rapide mais garde toute sa nervosité, et entre nous, ce n'est pas un mal. 15 maps se taillent la bavette, toutes originales dont certaines sont entièrement en extérieur. Elles sont variées, le design est excellent et parfois, les pièges sont mortels. On retrouve aussi un didacticiel pour apprendre les rudiments du métier avec la possibilité de jouer online ou solo contre des bots. D'ailleurs ne cherchez pas un quelconque mode scénario, il n'en existe toujours pas. L'intro démontre bien que l'Unreal Tournament est une sorte de jeu télévisé façon Running Man. La première chose à faire, c'est de passer les qualifications, après quoi on pourra composer sa propre équipe de mercenaires (jusqu'à 7 partenaires). Au fil des niveaux, d'autres personnages se débloquent et on peut recomposer son équipe à volonté. On trouve aussi des fiches détaillées sur chaque perso et chaque arme du jeu. Un petit bonus sympa pour ceux qui veulent toujours en savoir plus. Unreal Tournament 2003 propose moins de modes de jeu (seulement 4) mais si on dispute le tournoi, il faudra les remporter les uns derrière les autres afin de pouvoir concourir pour l'ultime épreuve. Même si on peut jouer en "partie rapide", ces modes restent la crème du FPS-multi (on remarque entre autre la disparition du mode assaut, ainsi que la simplification du mode domination), et on peut jouer selon 8 niveaux de difficulté. Y'en a pour tout le monde, détails :


  • Match à mort (deathmatch) : les joueurs sont lancés dans l'arène avec pour seul but de tuer plus d'ennemis que leurs concurrents.
  • Capture de Drapeau (capture the flag): 2 équipes de joueurs se battent sur une carte, souvent symétrique. Chaque équipe doit rapporter le drapeau adverse tout en protégeant le sien.
  • Bombe de Balle : presque identique au mode capture de drapeau, mais bien plus tactique. Une balle est posée au milieu de l'arène et dans chaque camp, il y a un but (comme au foot). Chaque équipe doit s'emparer de la balle et la porter jusqu'au but adverse. Là, le porteur de la balle peut soit tirer la balle à travers le but (rapportant 3 points), soit passer avec la balle à travers le but : il rapporte 7 points, mais dans de nombreuses cartes, un dispositif est placé juste derrière, tuant le joueur par la même occasion.
  • Double Domination : les 2 équipes doivent s'emparer de 2 points de la carte et les tenir contre l'ennemi pendant 10 secondes pour marquer un point.

  • Sur la question
    L'Unreal Engine 2 assure un spectacle rapide et fort de graphismes de haute volée
    technique, Unreal Tournament 2003 s'octroie les faveurs de l'Unreal Engine 2, bien avant la sortie d'Unreal II. Intégrant un benchmark, je me suis amusé à tester mon PC. 4 scènes sont produites et j'ai obtenu en 1024x768 les résultats suivants : flyby = 513fps et botmatch = 161fps. Autant dire que n'importe quel PC, même vieux de quelques années, le fera tourner sans problème, ces résultats dévoilant un moteur graphique qui vieillit mais bien optimisé sous DirectX 8.1. Et pourtant, le jeu n'en est pas moins beau. Véritable tuerie graphique à sa sortie, j'ai été étonné de voir un jeu plus beau que dans Unreal II, ce dernier étant en plus très lent (sans doute pour rallonger une durée de vie bien maigre). Si ce UT 2003 garde une vitesse assez accrue afin de dynamiser au maximum les combats, les animations sont cette fois plus fluides, plus crédibles. Fini les gogols qui sautent dans tous les sens, place à un minimum de réalisme. Et ça n'empêche pas le jeu d'être tout aussi nerveux que son prédécesseur. En plus les textures sont superbes, les modélisations ne sont pas mauvaises et les nouvelles maps sont excellentes. Pour ce qui est du son, les grosses musiques du premier Unreal sont définitivement enterrées. Ici nous avons droit à des pistes rythmées mais sans réel attrait. Les bruitages sont bons mais pas assez forts et la VF est un peu ridicule. C'est un peu dommage tout ça.



    Fer-de-lance Note
    du tout nouveau Unreal Engine 2.0 (à sa sortie entendons nous), Unreal Tournament 2003 propose une formule qui a quelque peu évolué depuis le vieux Unreal Tournament originel (qui a déjà 3 ans à la sortie de celui-ci). On commencera par la réalisation, qui prend une envolée certaine, au point que c'en est même le point fort du titre. D'ailleurs la vitesse y est sensiblement "plus humaine" et les bugs sont rares. Pourtant si cette suite apporte quelques améliorations, il faut reconnaitre que niveau contenu (15 maps contre 33 autrefois) c'est un peu maigre et les modes de jeu sont désormais en petit nombre. Cependant, même si je ne suis pas fan de ce type de jeux, je reconnais que je me suis bien éclaté avec ce Unreal Tournament 2003, comme quoi les détracteurs peuvent aussi apprécier. Et si un détracteur s'amuse, alors les amateurs vont s'en donner à coeur-joie...



    Test réalisé par iiYama

    mars 2008