Touhou 12.8 : Great Fairy Wars (PC) -- GRAVITORBOX

 





Cliquez pour agrandir



Note générale


Sortie du jeu : aout 2010
Développeur : Team Shanghaï Alice
Editeur : Team Shanghaï Alice
Genre : shoot-them-up

Version testée : japonaise
Doublage : JAP
Textes à l'écran : JAP - US

Support : 1 CD
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : Touhou 12.8 - Touhou Project 12.8
Titres alternatifs : Touhou 12.8 : Fairy Wars (ALT) - Yousei Daisensou : Touhou Sangessei (JAP)

Configuration minimale :
CPU : Pentium 1Ghz
RAM : 256Mo
HDD : 300Mo (install)
VIDEO : carte compatible DirectX 9.0c avec 64Mo de VRAM





Les sites partenaires :










_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Touhou 12.8

Great Fairy Wars



La série
Cet épisode se concentre uniquement sur l'histoire de Cirno
Touhou Project est une longue saga de "danmakus" ("enfer de balles" en japonais, et plus connu chez nous sous l'appellation de "manic shooter") en scrolling vertical, créée par la "Team Shanghaï Alice" (en réalité un seul individu, ZUN) qui est devenue célèbre avec le 6e opus, Embodinement of the Scarlet Devil, sorti en 2002. La série est surtout connue pour ses "Spell Cards" (des bombes et des capacités spéciales utilisées autant par les joueurs que par les boss) et son aspect plus concentré sur les personnages que la plupart des shoot 'em up. L'un des personnages, Cirno, a fait sa première apparition en tant que boss (ultra facile) dans le 6e opus de Touhou. Elle est devenue très populaire chez les fans, en raison notamment de sa stupidité. Cette popularité grandira au point qu'elle tiendra le rôle principal dans le 12,8e (si si) opus intitulé Great Fairy Wars et sorti le 10 août 2010, uniquement sur PC.



I'm Cirno, even crying babies freeze before me !


Le scénario
Cet opus de Touhou est dans la plus pure tradition des manic shooters
est totalement barré et à l'image de Cirno : durant l'hiver, 3 fées (Star Sapphire, Luna Child et Sunny Milk) décident de terroriser les humains. Or, pour cela, il faudrait que toutes les fées s'unissent... et dans le désaccord, ça se fera par la force. Ainsi, pour recruter Cirno, les 3 fées ont décidé de détruire sa maison et de laisser leur drapeau pour qu'elle vienne à elles. Mais Cirno prend cette agression d'une toute autre façon, et déclare la guerre aux 3 fées... avant d'oublier. Et ouais... Il faudra attendre le printemps suivant pour que Cirno se souvienne, par pur hasard (en revoyant le drapeau des 3 fées) qu'elle était en guerre et elle décida alors d'attaquer. Voilà. Ça vous donne une idée... Comme si ça ne suffisait pas, les dialogues sont hilarants et remplis d'humour surtout grâce à Cirno. De plus, 6 fins sont disponibles, et elles sont toutes aussi barrées les unes que les autres. Si les jeux Touhou ont tendance à proposer plusieurs personnages jouables avec plusieurs types de tir, ici, seule Cirno est jouable et elle n'a qu'un seul type d'attaque. Cependant elle a également la capacité de congeler les tirs ennemis, et c'est quelque chose de nouveau dans la série.



I'll freeze ya to death with my seriousness !


Pour cela
Bien que le contenu soit vraiment faible, le gameplay s'avère original pour la série
il faut d'abord charger l'attaque, qu'on pourra utiliser dès que le taux de charge est à 30%. Cirno relâchera alors un mur de glace qui la protègera et tous les tirs ennemis (exceptés les boules de feu, qui font fondre la glace, et les lasers, qui la brisent et envoient des dangereux fragments sur Cirno) vont congeler une fois en contact avec ce mur ou un autre tir congelé, créant ainsi de longues chaînes de glace. Plus le taux de charge est élevé, plus le mur de glace restera longtemps, et plus de tirs seront congelés. Mais Cirno dispose aussi d'une "Spell Card" : le "perfect freeze", qui va geler tous les tirs ennemis à l'écran. Au lieu de gagner une vie ou une "Spell Card" via un power-up, notre personnage a une "motivation" qui commence à 200% et qui va lentement augmenter. Lorsqu'on est touché, on perd de la motivation et lorsqu'elle tombe à 0%, c'est Game Over (néanmoins, des continues sont présents dans le jeu). Il en va de même pour le "perfect freeze", qui utilise aussi un pourcentage : à chaque fois que le "perfect freeze" est utilisé, son pourcentage baissera de 100%. En dessous de 100%, il est impossible de l'utiliser. Ce même pourcentage peut aller jusqu'à 300%. Enfin, la puissance de tir a aussi un pourcentage, et lorsqu'un certain pourcentage est atteint, on gagne en puissance. A ce titre, le gameplay de ce Great Fairy Wars se distingue des autres opus et le mur de glace de Cirno est extrêmement utile dans ce "danmaku"... mur de glace encore plus utile quant on sait la difficulté du jeu !! Il existe 4 modes : Easy, Normal, Hard et Lunatic, fait courant dans les jeux Touhou. Et pourtant, même en mode Facile, vous allez souffrir, pire encore si vous êtes un néophyte comme moi. Les nombreux continues ne m'ont pas empêché de subir fréquemment des Game Over, au point de tout recommencer. Leur présence est néanmoins des plus bienvenues.



Baka


Graphiquement,
Techniquement on est loin d'être bluffé par les performances du jeu... après que peut-on vouloir de plus d'un jeu qui ne réclame "que" un Pentium 1Ghz et 256 Mo de RAM ?
ce n'est pas moche mais on s'attendait à mieux, largement. Pour dire, Embodinement of the Scarlet Devil, pourtant sorti 8 ans auparavant, était plus beau. Bien que les décors étaient en 3D, j'ai hésité à faire une comparaison avec le mode7 de la Super Nintendo, tellement les décors étaient plats. Ajoutons à cela que je trouvais assez difficile de les distinguer. Néanmoins, les voir dans une différente période de la journée (matin, coucher du soleil, nuit) suivant la route qu'on choisit rend le tout très sympathique. Si les sprites sont plutôt jolis et détaillés, je critiquerai par contre un certain manque de variété chez les ennemis : des fées, des fées, que des fées... Avec des palettes "swap" pour faire genre c'est différent et des "patterns" (mouvement d'attaque) un peu plus diversifiés. J'aurais néanmoins aimé plus de variété chez les ennemis. La bande-son est par contre excellente ! 10 musiques seulement, mais toutes sont magnifiques, mélodieuses et totalement adaptées à l'univers du jeu. Enfin niveau durée de vie, on a vu mieux : ce Great Fairy Wars ne propose que 3 niveaux, plus un "extra stage". Pourtant, les 6 routes qu'il faut emprunter pour débloquer les 6 fins et l'extra stage dans les 4 modes de difficulté (et rien que le mode facile est chaud... froid) rend le jeu long à maitriser pour le débutant. L'expérimenté et le fan par contre, ils seront laissés sur leur faim.



Great Fairy Wars Note
(ou Fairy Wars tout court selon la région) est un très bon jeu, et ce, grâce à un gameplay original, un humour exquis, un gros challenge, un scénario barré et une magnifique bande-son. Dommage que les graphismes soient un peu moyen, que le jeu accuse un flagrant manque de variété et que le contenu soit si faible : à peine 3 niveaux et un extra stage (bien que ce dernier défaut soit plus ou moins pallié par les variantes de levels). Pour sûr, l'habitué des manic shooters (ou le gros fan de la série qui a essoré chaque opus), va vite épuisé le contenu. A contrario, la difficulté assez extrême du titre, le ferme rapidement aux amateurs de shoot 'em up plus abordables. Ainsi je ne suis pas certain que cela devrait être le jeu avec lequel le néophyte devrait commencer les Touhou, mais je recommande malgré tout cet épisode 12.8... aux joueurs avertis.



Les -

  • Peu varié, tant pour les décors que les ennemis
  • 3 niveaux et un extra stage seulement...
  • Graphiquement décevant
  • Les +

  • ... heureusement qu'il y a 6 routes et 4 modes de difficulté pour pallier à cela
  • Le gameplay est original, mention spéciale aux murs de glace et au "perfect freeze"
  • Excellente bande-son
  • Le scénario WTF
  • Gros challenge
  • Les continues
  • L'humour

  • Test réalisé par Idris2000

    octobre 2018