Test Drive Unlimited (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2007
Développeur : Eden Games
Adaptation : Eden Games
Editeur : Atari
Genre : courses

Support : 1 DVD
Version testée : Française (v.1.45a)
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : Twilight 2
Difficulté :
Multi-joueurs : online
Abréviation : TDU


Configuration minimale requise :
CPU : 2,4Ghz
RAM : 512Mo (conseillé 1Go)
VIDEO : type GeForce 6 avec 256Mo de VRam
AUTRE : nécessite une connexion Internet

Configuration de test :
CPU : AMD Phenom 9500
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce 8800GT avec 512Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Test Drive

Unlimited



Sorti en septembre 2006
Autant vous le dire de suite : la conduite est Arcade !
sur la toute fraiche Xbox 360, et seulement 6 mois plus tard sur PC, Test Drive Unlimited (TDU pour les intimes) est un jeu de courses original jusqu'à la gomme des pneus puisque cette 12ième suite d'un premier opus paru en 1987, trouve de nouvelles bases. Vous débarquez sur Oahu, une île de l'archipel d'Hawaï, un très beau terrain de jeu de 1.800km² dont 1.500kms de route. Première chose à faire : choisir son avatar parmi une douzaine, tous plus bof les uns que les autres. Ça va de la pouf' en mini-jupe et gros décolleté, à la gueule de minet imbuvable en passant par le vrai-faux caïd fraîchement sorti de chez sa mémé. Tout ça à cause d'une modélisation des PNJs qui fait franchement douter du potentiel du moteur 3D. Votre personnage choisi, vous débarquez en ville avec en poche la modique somme 200.000$ et avec laquelle il faudra louer une voiture, acheter une maison puis se rendre dans un garage pour acheter sa première tuture-mobile rien qu'à soi. Le premier véritable choc, c'est que le terrain de jeu est entièrement ouvert. On peut aller où bon nous semble, prendre les chemins de traverse, rouler en ville, sur autoroute... bref on va où on veut ! C'est là le plus gros concept du jeu qui cherche alors à imposer son côté MMO. Le titre est donc entièrement open-world et le chargement des données se fait tout en continu (streaming) histoire qu'il n'y ait aucune coupure. Evidemment, le but de cette aventure sera la reconnaissance envers ses tiers, à savoir gagner des courses, avoir les meilleurs véhicules et les plus belles baraques de l'île. Mais si potentiellement on peut acheter la voiture ou la maison qui nous plait, avant ça il faut du fric. Pour en gagner il n'y a pas 20 solutions, il n'y en a plus ou moins que 3 : gagner des courses, déposer des gens qui font de l'auto-stop ou encore emmener une caisse au garage pour le compte d'un riche qui doit avoir la flemme de le faire lui-même. Les courses sont de plusieurs types. On a tout d'abord la course simple (de 4 à 8 concurrents), qui va d'un point A à un point B (en passant par des checkpoints) et où vous devez forcément arriver dans les premiers. Un classique et plus on est proche de la pole position, plus on gagne gros. D'ailleurs, plus votre voiture sera puissante (et donc votre rang de pilote élevé) plus les enjeux seront hauts et la course difficile. Il y a aussi le Time Attack qui vous propose de faire quelques tours d'un circuit fermé en temps limité et le face à face (un contre un). Pour se faire de la "money", le dépôt d'auto-stoppeurs est aussi très sympa. On reprend le concept de la course classique sauf qu'ici il n'y a pas de check-points et donc on peut prendre la route qu'on veut. Par contre, lors de ces courses-là, si ouvertes soient-elles, elles imposent tout de même un certain style de conduite, matérialisé par une jauge de confiance. Les écarts, les accidents ou les sorties de route, amputent la précieuse jauge et si elle tombe à zéro, le gars ou la fille descend avant d'arriver à terme et vous touchez que dalle.


De plus, ces courses-là
Il est dommage que le jeu ne se pare pas d'un minimum de scénarisation
sont assujetties à une contrainte de classe. En effet, si on tente de déposer une pétasse qui s'la pète méchant alors que vous roulez dans une vulgaire caisse (comptez une Audi A4 V6 à environ 28.000€), elle vous mettra une veste en vous disant qu'elle veut pas se payer la honte en montant dans ce taudis. Et plus votre voiture sera puissante et plus le chemin à faire sera long (ou le timing court) et/ou tortueux. Une phase du jeu qui fait penser à Crazy Taxi. Le dépôt de voitures de riches est encore un autre genre. Vous arrivez sur un parking, vous prenez le volant d'une voiture qu'il faut des semaines à payer (en temps de jeu bien sûr), et devez l'amener à un point précis avec tout de même une contrainte de taille : il ne faut pas l'abîmer, chaque éraflure étant soustraite à votre paie ! Comme je le disais, toutes ces tâches sont le coeur même du jeu et vous font gagner de l'argent, argent qui permet ensuite d'acheter des voitures plus puissantes, plus classes ou d'acheter de nouvelles maisons. Dans l'ordre, acheter une voiture c'est d'abord trouver un concessionnaire dans l'immensité de l'île. Pas facile, surtout au départ où on ne connaît que des petits revendeurs. Pour trouver des concept-cars ou des marques de luxe comme Aston Martin ou Lamborghini, il faut se lever tôt et avoir parcouru un sacré morceau de l'île. Et à parfois 200 ou 300.000$ la bagnole, il faut en déposer des grincheuses et en gagner des courses ! En restant dans des normes acceptables, il est tout de même possible de se faire plaisir, tout d'abord en revendant la/les voiture(s) qu'on possède déjà. Arrivé chez le concessionnaire, on choisit son modèle, la couleur, les options et on peut même faire un tour dedans... comme dans la vraie vie. Un régal, d'autant qu'on peut aussi accéder aux fiches techniques de chacune d'elles. Il faut ajouter à ça qu'une fois un certain niveau atteint, on débloquera aussi les concessionnaires motos, ce qui apporte une nouvelle dimension à la conduite. Et tous ces véhicules ne vont évidemment pas dormir sur le trottoir. Pour ça il faut une maison qui permet d'avoir un garage plus ou moins grand selon son prix. De 4 à 10 places de parking, l'ensoleillement, la disposition (près de la mer, la campagne, en ville), le quartier (centre, villa isolée) sont autant de paramètres qui influent sur le prix. Je vous le dis quand même, avoir une belle baraque ne sert à rien, il faut surtout avoir un gros garage et pour y stocker plus de voitures. Cette fois on va chez le promoteur immobilier et on peut même faire une visite succincte des lieux. Ça ne sert à rien mais c'est toujours plaisant.


Avoir plusieurs maisons,
Le GPS a beau vous saouler avec ses indications, n'empêche qu'il est d'une grande utilité
ça permet aussi d'avoir plusieurs pied-à-terre à différents endroits de l'île et par conséquent une multiplication des garages. Autre facette du jeu, on peut modéliser son personnage. Via le dressing, on peut modeler le visage de son/sa protagoniste et l'habiller comme on le souhaite. Encore qu'une fois de plus, il faudra payer pour ça, juste après avoir trouver des shoppings. Une fois de plus ça ne sert pas à grand-chose mais ça meuble le jeu. Je reviens tout de même sur la modélisation des personnages qui est sérieusement limitée : pour un jeu de cette génération, on est en droit de s'attendre à quelque chose de correct plutôt que ces poupées de cire qui sont moches pour la plupart. Une autre facette intéressante du titre, mais mal mise en place, c'est la police. En effet, on peut griller des feux-rouges, doubler comme un salaud, rouler à contre-sens, mettre un vent aux poulets... en gros faire n'importe quoi tant qu'on ne cartonne personne ! C'est quand même insensé non ? Par contre, si vous percutez la moindre voiture, vous serez le dernier des criminels. Façon GTA, il y a un indice de recherche et si vous arrivez au taux maximum, les flics seront des acharnés au point de faire des barrages routiers, de vous faire des queues de poisson pour vous forcer à vous arrêter ou même de vous rentrer dedans. Mais une fois arrêté, après 40 minutes de courses frénétiques haute en adrénaline, les flics ne font que vous verbaliser. On aura beau détruire 20 voitures, l'amende ne sera que proportionnelle aux dégâts causés et c'est tout. Pas de retrait de permis, pas de confiscation de la voiture... en clair Sarco' aurait un max de travail là-bas. Autre facette dérangeante du jeu, puisqu'on parle de crashes, c'est qu'on ne pourra rien démolir sur son passage (à part quelques poteaux et panneaux de signalisation), seulement les autres usagés non-joueurs. En plus, votre voiture restera neuve comme au premier jour. Les déformations de la carrosserie sont pré-établies et toutes les "voitures joueurs" sont clairement indestructibles. Une aberration qui va quand même assez loin, puisqu'aucune forme de gestion n'a été incluse : usure des pneus, essence, froissage de tôle, usure générale de la voiture (amortisseurs, freins...), rien n'est pris en compte. C'est tout de même dommage d'avoir une certaine liberté et un certain "réalisme de vie" qui se retrouve considérablement freiné par de telles frustrations. L'autre point, peut-être moins critiquable pour le coup, c'est que la conduite est clairement typée Arcade (de toute façon une conduite réaliste sans déformation de sa propre carrosserie, ça ne rimerait à rien).


Avec plusieurs
Si vous avez les moyens, vous pourrez acheter n'importe quel bolide
aides au pilotage et une conduite plus proche d'un Ridge Racer ou d'un Project Gotham Racing que d'un Forza Motorsport ou un Gran Turismo, Test Drive Unlimited joue la carte de l'accessibilité. Le jeu est parfaitement jouable, notamment grâce à quelques réglages de la sensibilité de direction et un paramétrage assez complet de l'accessibilité (hauteur de siège, profondeur de champ...). Attention toutefois avec les motos : le pilotage est très différent, plus exigeant qu'avec une voiture car elles "poussent velues" et virent très mal. Mais encore une fois, le réalisme est à la rue. En voiture, prendre un arbre tout frêle à plus de 250km/h n'y changera rien, vous serez scotcher net ! Ce qui peut se comprendre avec un arbre imposant (et beaucoup de "viandes saoules" l'apprennent à leur dépend chaque weekend) est juste ridicule avec un arbuste ou un buisson. Idem, ne comptez pas que le jeu gère la moindre conséquence d'un accident. Déjà les accidents sont irréalistes au possible (bien qu'il est toujours sympa d'exploser une voiture avec un frontal), à l'image de votre caisse, votre santé est en béton armé. Histoire de changer un peu de sujet, abordons un peu cette île. Loin de la malfamie qui sévit sur l'île de LOST, celle-ci s'avère plutôt paradisiaque et franchement gigantesque. Comptez au moins 2h de route sans s'arrêter pour faire simplement le tour de la côte ! Ça donne une idée de la longueur potentielle du jeu. Rouler, ça permet de découvrir de nouvelles maisons, de nouveaux concessionnaires et de nouveaux magasins, histoire de s'habiller "style". Pour vous aider à vous y retrouver dans cette immensité, on dispose d'un GPS, l'autre bonne et grande idée du jeu. Le GPS vous indique la route, de façon aussi agréable et fiable qu'un véritable appareil (si ce n'est mieux, celui-ci ne perdant pas son signal). Avoir le chemin pour déposer quelqu'un, avoir le tracé d'une course ou trouver un point précis déjà découvert, c'est toujours efficace. D'ailleurs sans lui, le jeu ne serait pas le même. L'île, créée à partir du modèle réel, est bien trop grande pour qu'on s'y retrouve tout seul. D'ailleurs, on peut aussi créer ses propres "favoris" en faisant une photo du lieu et s'y téléporter instantanément. Ça évite de rouler parfois 1h pour traverser l'île et rejoindre un point précis. Test Drive Unlimited dispose de 6 vues, dont une capot assez sympa, une au raz du sol impressionnante et même une intérieure parfaitement modélisée. J'ai même été étonné par cette dernière, tant le niveau de détails est élevé (comme les salissures sur le pare-brise, d'autant plus visible à l'exposition directe du soleil).


D'ailleurs,
Acheter une maison ne sert que pour les garages
je tiens à signaler aux blaireaux qui disent que Test Drive Unlimited est décevant parce qu'il est lent, que ce sont toujours les mêmes fillettes peureuses qui jouent en vue extérieure et qui disent ce genre d'inepties car en vue au raz-du-sol, même avec une poubelle, ça décoiffe. Ça décoiffe même tellement, que j'ai fini par lâcher ce fabuleux proto Italien de 600cv (550.000€) car il était trop rapide et sa conduite, trop intransigeante. Finalement, même si ça n'a pas le même prestige, il est presque plus agréable de se traîner dans une simple Alfa Romeo Sport de 180cv plutôt que dans une Aston Martin Vanquish de 500ch tellement rapide que le jeu en devient stressant. Et j'avoue même, qu'une fois mon capital voitures/maisons/fringues assouvi, j'ai lâché un peu les courses ou l'auto-stop pour prendre mon pied en me baladant, comme je l'ai déjà fait avec GTA : San Andreas. Et ça peut être une critique en soi car lorsqu'on arrive à un certain point de satisfaction, que les courses n'intéressent plus parce qu'elles n'apportent plus rien, si les petites virées en solitaire ne vous plaisent pas, la durée de vie s'effondre lamentablement. Heureusement pour lui, Test Drive Unlimited possède un mode online assez sympa. Certes je ne suis pas fan des modes en ligne mais je dois reconnaître que là, c'est plutôt bien fait. Sobrement nommé M.O.O.R. pour Massively Open Online Racing, TDU est le premier jeu de son genre. Vient enfin le chapitre technique. Je ne reviendrai pas sur la modélisation des PNJs (moche) et j'attaquerai directement par la modélisation des voitures. Il y a plus de 120 modèles de caisses (sans compter les motos), ça fait du monde et en plus, elles sont d'une fidélité étonnante (même pour les tableaux de bord). Parmi les plus grands constructeurs, on pourra tout de même regretter que certains modèles type 4x4 ne soient pas disponibles, étant donné que le tout-terrain est accessible. C'est d'ailleurs un peu débile de pouvoir faire du hors-piste avec un concept-car qui est à 5 centimètres du sol mais bon, je ne vais pas revenir sur l'irréalisme du jeu. Pour en revenir à nos voitures, TDU affiche de splendides reflets de carrosserie, une excellente impression de vitesse (si on joue dans les conditions adéquates) et des décors pas "hyper hyper" mais suffisants. Soyons clair, le côté exotique du jeu façon Far Cry ou Just Cause est redoutable, dépaysant et coloré mais certains éléments sont clairement fait à l'arrache.


Par exemple,
La réalisation graphique est réellement somptueuse
certaines voitures ne sont que de vulgaires cubes roulant droit devant ou encore les stations services sont vraiment vides de tout détails. Vous me direz, comme on n'a pas à faire le plein, pas besoin de s'y arrêter non ? Il n'empêche que c'est avec ce genre de détails douteux que le jeu accuse ses hauts et ses bas. Il n'y a aucune variation du temps (juste le ciel qui se couvre un peu de temps en temps), ni même de cycle jour et nuit. C'est franchement dommage. De plus, si on active le HDR, on subira d'énormes fluctuations de la luminosité, certes censées rendre au mieux les variations de lumière passant par exemple, entre les arbres. Sauf que c'est déjà assez gonflant dans la vraie vie, que j'ai pas envi de retrouver ça dans les jeux. Bonjour la migraine. Je regrette aussi que les développeurs nous aient laissé 2 grosses bandes noires en haut et en bas de l'image, preuve d'un portage expédié et directement issu de la version Xbox 360. Mais tout ça passerait encore si seulement TDU ne souffrait pas d'un aliasing grossier et surtout de saccades incompréhensibles. Parfois on subit d'énormes lag, voire même des freezes ou des plantages, sans raison apparente. Ces gênes, assez contraignantes, sont légèrement atténuées en passant le jeu dans une résolution plus faible (en 1024x768 au lieu de 1280x1024 dans mon cas) mais ne les suppriment pas toutes. Ça finit par être chiant. Heureusement que graphiquement, Test Drive Unlimited est globalement somptueux, ça aide à mieux faire passer la pilule. Enfin, la partie sonore est en dents de scie. Les musiques sont certes éclectiques en passant du Jazz au Rock, du HipHop au classique, mais la plupart des pistes sont passe-partout, limite sorties tout droit d'un supermarché. Le doublage n'est pas trop dégueulasse (peut mieux faire mais ça passe encore), la voix du GPS est claire et agréable (vaut mieux ça car elle a tout le temps la gueule ouverte) et le "chant de moteurs" est parfaitement retranscrit. Idem pour la plupart des bruitages environnants ou lors des accidents.



Avec Note
une telle dissertation, vous êtes en droit de vous demander si c'est un jeu à acheter ou pas. Et je suis le premier à reconnaître que si le titre d'Eden Games accroche, il est loin d'être parfait. Des graphismes magnifiques d'un côté (décors), un peu pourri de l'autre (modélisations, détails), peu de pistes audio valables (HipHop et Rock étant les seules potables selon moi) qui vous forceront à un moment ou un autre à ne profiter que d'un moteur "chantant" somptueusement, ou encore une prise en main Arcade qui pousse le concept de "voiture tank" où les accidents ne sont pas du tout gérés. Acheter une maison, une voiture, faire des courses, jouer les coursiers sont autant de réjouissances qui pousse à se croire dans une "Sims-like automobile" mais la gestion n'entre clairement pas en ligne de compte. D'ailleurs, la durée de vie est totalement assujettie à votre patience, votre désir d'aller plus loin dans la progression ou votre envie de promenades sans but. Ainsi Test Drive Unlimited peut durer 5h comme plus de 50h selon le joueur, surtout grâce au online. En puis Test Drive Unlimited est un joli jeu, certes imparfait mais bien agréable, donc pour moi, l'expérience est concluante. J'ai trouvé le titre riche, incontestablement vaste et suffisamment bien agencé pour ne pas être perdu au bout de 5 minutes. Entre autre, le GPS est efficace et les ballades comme les courses pied-au-plancher, sont grisantes. En conclusion, Test Drive Unlimited est pour moi un bon jeu, certes différent de ce qu'on voit habituellement et celui-ci plus qu'un autre, est soumis à la subjectivité de chacun. Avec un scénario et une petite mise en scène, qui sait, on aurait pu en faire un hit.



Test réalisé par iiYama

février 2008 (mise à jour : janvier 2016)