Starship Troopers (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2005
Développeur : Strangelite
Editeur : Empire Interactive
Genre : FPS

Support : 1 DVD
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US
Difficulté :
Multi-joueurs : 32 joueurs online


Configuration recommandée :
CPU : 3Ghz
RAM : 1Go
VIDEO : avec 256Mo de VRAM
AUTRE : connexion Internet obligatoire pour lancer le jeu une première fois

Configuration de test :
CPU : Intel Core2Duo E6750 (2,66Ghz)
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce GTX260 avec 896Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1600x900
Niveau de détails :





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Starship Troopers









Starship Troopers,
Scénario bidon, modélisations minables, vidéos tirées du film qui n'ont rien à faire là... la liste est malheureusement longue
c'est avant tout un film réalisé par Paul Verhoeven avec Casper Van Dien, Michael Ironside et la belle Denise Richards. Enorme nanard qui a eu son bout de succès en 1997, ce n'est qu'en 2004 qu'il reçut une suite (le rôle principal était alors tenu par le très sympathique Richard Burgi) et un dernier épisode paru en 2008, qui voit le retour de Casper Van Dien dans l'un des rôles principaux. Pour en revenir au premier long métrage, son adaptation en jeu vidéo n'est apparue que fin 2005, soit 8 ans plus tard. On nous promettait monts et merveilles, des combats épiques, des champs de batailles monstrueux, des graphismes de folie… vous vous doutez bien qu'avec une telle note, il n'en est rien. Un bon point c'est vrai, le théâtre des événements a le bon goût de nous afficher des centaines de bestioles et les cadavres arachnides sont persistants. Seulement c'est au prix d'un rendu graphique très pauvre : les bestioles semblent être faite en vulgaire plastique, les modélisations humaines font peine à voir (en plus d'être toutes pareilles) et les décors se contentent du minimum syndical. Et le pire, c'est qu'à sa sortie le jeu réclamait une configuration très musclée (plus que Far Cry !), sans doute le prix pour afficher autant de sprites. Autre grandeur dommageable, l'aventure est super difficile mais encore, ce n'est pas ça qui vous choquera le plus. Se plaçant 5 ans après les événements du film, le jeu se sert d'extraits du long métrage pour étayer un scénario à la maigreur maladive. Autant dire que Strangelite (le développeur) se fout ouvertement des joueurs. Soyons positif, continuons.


Dans ce titre
Starship Troopers ne tient même pas la comparaison avec les jeux de 2004/2005
on incarne le Maraudeur 06, un soldat d'élite de la Fédération qui au travers de 12 levels, devra accomplir des missions (souvent suicide, à 1 contre 100) en vue de reprendre le contrôle d'Hespérus. Question équipement, on retrouvera bien entendu les sulfateuses vues dans le film, dont une qui possède des munitions infinies mais à laquelle il faudra faire attention à la surchauffe. Cette arme de secours rend bien service lorsqu'une arme plus puissante est à sec. Généralement les grosses armes possèdent un tir secondaire assez efficace et notre Maraudeur peut également lancer des grenades. A côté de ça rien de neuf, bien au contraire, on est en présence d'un gameplay ultra simple et d'une jouabilité qui se résume à quelques touches. Ce gameplay classique fait en plus chambre commune avec une IA sombrement débile, surtout pour les arachnides. Enfin je suis comme tout le monde, j'ai eu de gros problèmes de dysfonctionnement logiciel. De mon côté, je n'ai jamais réussi à faire fonctionner les voix Françaises, du coup j'ai été obligé de tester le jeu en Anglais. De toute façon ça ne change pas grand-chose puisque dans un cas comme dans l'autre, le doublage est minable. Les musiques, qui auraient dû avoir un souffle épique pour dynamiser l'action, sont un peu trop absentes et les bruitages sont tout juste corrects.



C'est après Note
avoir vu les 3 films d'affilé, 3 mauvais films en puissance (ils se laissent regarder mais objectivement, c'est loin d'être des œuvres d'art), que j'ai décidé tester ce jeu. J'en avais entendu du mal de toutes parts mais je pensais qu'il y avait peut-être quelque chose à sauver et que les problèmes de ressources systèmes n'étaient plus à l'ordre du jour. Et bien non. Sorti 2 semaines après F.E.A.R et Quake 4, et un an après Half-Life², c'est à se demander si Strangelite avait conscience de la médiocrité de son soft. Il est vrai qu'en général un nom fait vendre, surtout dans notre domaine, mais l'éditeur a dû voir tout de suite rouge (c'est aussi pour ça que la version Xbox a vite été abandonnée). Je ne vous ferai pas l'affront d'énumérer encore une fois l'étendue du désastre, mais je suis le premier à regretter que le résultat soit si décevant. Finalement, même si les films sont franchement moyens, ils restent bien au dessus de ce spin-off bâclé. Et c'est bien dommage, car l'univers de Starship Troopers aurait pu donner un très bon FPS.



Test réalisé par iiYama

octobre 2009