Soldier of Fortune II (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 2002
Développeur : Raven Software
Editeur : Activision
Genre : FPS

Support : 2 CDs
Version testée : Française
Version logicielle : v.1.03 Gold Edition
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : GHOUL Technology Engine 2.0 (dérivé de l'id Tech 3)
Difficulté :
Multi-joueurs : online
Abréviation : SoF 2


Configuration recommandée :
CPU : 1Ghz
RAM : 512Mo
VIDEO : type GeForce 4Ti avec 64Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : AMD Athlon 64 X2 3800+
RAM : 1Go
VIDEO : GeForce 7900GS avec 256Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Soldier of Fortune II

Double Helix



John Mullins est de retour afin de combattre, pour le compte du Magasin, le terrorisme international. Après le succès du premier Soldier of Fortune (SoF), Raven se devait d'offrir à un public avide, une réalisation cette fois digne de ce nom, tout en gardant "l'esprit Soldier of Fortune". C'est pourquoi en usant du performant moteur de Quake III et avec une belle mise à jour du concept d'ultra violence, Raven offre aux fans une suite des plus détonante !



Développement scénaristique

Scénario : cliquez pour ouvrir

Même si
Sur fond de menace biologique, le scénario est une nouvelle fois bien mis en valeur
ce n'est qu'un jeu, les menaces biologiques existent réellement et prouvent une fois de plus quels monstres sont les hommes. Et je dis bien "hommes" car rares sont les femmes qui aiment donner la mort. Un grand philosophe dit un jour que l'homme donne la mort parce qu'il ne peut donner la vie. A méditer, toujours est-il que ce besoin de maitrise sur son prochain et l'argent (sans doute la pire "invention" de l'humanité) sont des nécessités typiquement masculines. L'histoire nous le prouve depuis la nuit des temps. Pour étayer la trame de cette suite directe qui reprend les aventures de John Mullins, le jeu distillera pas mal de cut-scènes en 3D assez convaincantes, en développant un scénario pour le moins fourni. Un scénario qui vous baladera aux 4 coins de la planète en quête de vérité. Si l'ensemble est naturellement mieux réalisé, on regrette une nouvelle fois que le jeu ne soit pas doublé en français. Les intégristes de la VO seront heureux mais entre nous, ça brise un peu l'immersion.



Jouabilité & Gameplay

On ne change
La violence est une nouvelle fois au centre d'un gameplay décomplexé et d'une action explosive
pas une équipe qui gagne et Soldier of Fortune c'est une "formule" controversée, celle d'une violence exacerbée alliée à un gameplay simple et efficace. Mais Raven soucieux de faire les choses bien, a fait évoluer dans le bon sens tout son concept. Si le fusil à pompe sera toujours prompt à arracher avec délectation quelques membres ennemis, il faut savoir que globalement, le titre se joue plus en finesse. Alternant des phases d'action brute où c'est celui qui a la plus grosse qui l'emporte, à de réelles phases d'infiltration, Soldier of Fortune II joue la carte de la variété sans être pénible pour autant. Les phases d'infiltration seront par ailleurs assez exigeantes puisqu'en général, vous ne devrez pas vous faire remarquer. C'est alors qu'on use du fusil de sniper, qu'on reste discret dans toutes les situations, qu'on met un silencieux sur sa pétoire et que les assassinats au couteau s'enchaînent, le tout sans bruit (vous portez un décibel-mètre). Seul petit regret : les ennemis vous repèrent un peu trop facilement, ce qui vous obligera à refaire 50 fois le même passage et ce malgré tout vos efforts pour être le meilleur Sam Fisher possible. Le panel d'armes est conséquent et reprend la plupart des "donneurs de mort" que l'homme a pu créer. Du petit 9mm au puissant M4 américain à lance-grenades, du AK-74 soviétique au fusil à lunettes, du fusil à pompe MOSSBERG 590 spécialiste du démembrement au M60 véritable perforateur de carcasse, de l'Uzi au Desert Eagle en passant par le lance-roquettes RPG-7, y'en aura pour tous les goûts. Comme dans le premier opus, vous aurez des briefings suivi du choix des armes avec tout de même une alternative. Selon la difficulté, vous serez bridé sur le nombre d'armes que John peut porter. Une bonne initiative qui joue la carte du réalisme.


D'autres nouveautés
La plaisir (sadique !) de Soldier of Fortune résumé en 1 image
font leurs entrées comme le crochetage de portes et autres verrous (une petite innovation que j'ai découvert dans le No One Lives Forever de Monolith), la possibilité d'user des armes fixes (en général elles sont méchamment puissantes) ou encore des ballades en camion ou en hélico avec la charge de dézinguer tout ce qui bouge. Oui, oui, ça j'sais faire ! Sachez tout de même que le jeu n'est pas parfait. Par exemple il est bien lourd de devoir être pile devant un interrupteur pour l'actionner, les loadings sont un peu longuets en plus de morceler les niveaux en plusieurs parcelles (plus particulièrement dans la jungle), hormis quelques petites babioles, rien n'est destructible (on peut vider tous ses chargeurs sur une voiture, rien n'y fait), etc... Mais dans tout ça, où il n'y a rien de grave finalement, on appréciera une localisation des dégâts encore plus pointue (33 points d'impacts différents ! du jamais vu), une action très variée (protection de témoins, ballade en véhicules armés, joutes en ville, dans la jungle, les marécages...), une IA adaptative selon le niveau de difficulté et loin d'être idiote même en "easy". A propos de l'IA, parfois un ennemi perdra son arme. Il partira alors se cacher et en trouver une autre pour mieux revenir à la charge. Pas mal. Le jeu est encore plus gore et sanglant qu'avant puisque cette fois, ça pisse le sang par tonneaux entiers ! Quand ça démembre on voit os et viscères, avec une fois de plus, un réalisme des réactions très convainquant. Pour rassurer les âmes sensibles, sachez qu'à l'image du premier Soldier of Fortune, il existe un verrou pour la violence.



L'image

Conscient que
Cette fois c'est un dérivé du moteur de Quake III (l'id Tech 3) qui est à l'oeuvre et on peut le dire, c'est beau !
Soldier of Fortune faisait pâle figure face aux productions adverses lors de sa sortie, Raven n'a pas commis 2 fois la même erreur. Usitant cette fois un dérivé du performant moteur de Quake III (l'id Tech 3), Soldier of Fortune II est un beau jeu, même si en 2006 il accuse déjà 4 ans de bouteille. Renommé gentiment Ghoul Technology Engine 2.0, je n'ai décelé qu'un seul problème : les ombres. Lorsqu'on configure le jeu pour qu'il créé des ombres fidèles selon les sources de lumière, on a droit à des résultats pour le moins surprenants. Des ombres qui "flottent", d'autres qui traversent les murs et le mobilier... sur le coup, ça choque ! Il y a 2 solutions au problème : soit on supprime définitivement les ombres (solution simple et efficace) ou alors vous faites comme quoi, vous téléchargez le patch version 1.03. Nommé Gold Edition (existe aussi en pack déjà patché), en plus de régler les problèmes d'ombres il vous fournira une plus grande compatibilité avec les cartes vidéos récentes (notamment PCI Express), résout quelques bugs et offre de nouvelles cartes pour le multi-joueurs. Car une fois ce problème résolu, on peut dire que Double Helix est une grande réussite graphique. A cette époque, la concurrence se nomme Alien vs Predator 2 ou Return to Castle Wolfenstein et notre "démembreur 2" fait largement honneur au support PC. Le moteur offre de beaux effets de feu et de particules, une physique assez réaliste (notamment pour les explosions et les morts), de très beaux décors avec des textures réalistes et enfin, des modélisations impeccables. On peut le dire, si Soldier of Fortune était un peu à la traîne, cette suite se rattrape facilement. Les modélisations sont crédibles et les visages ont reçues un soin tout particulier. Conscient que la recette "sortir un jeu au fond très riche mais pas forcement beau" ne peut fonctionner qu'une fois, Raven n'a pas récidivé sur cette voie et nous offre une réalisation impeccable. Quant à la localisation des dégâts, elle officie cette fois sur 33 points d'impacts différents, ce implique naturellement les animations adéquates et surtout, une violence visuelle qui ne trouve écho que dans le premier opus. Démembrer ces victimes a quelque chose de jubilatoire mais aussi de très malsain... et le jeu ne se prive pas de faire resurgir nos plus bas instincts.



Le son

Une fois de plus,
Dommage que les doublages soient encore US sinon on a une excellente bande-son
le son est le fruit d'une violence extrême. Certes moins démesuré que dans le premier opus, ici les bruitages sont de bien meilleure qualité et arrachent pour ainsi dire, tout autant. Le fusil à pompe par exemple, vous mettra une claque à chaque tir si vous jouez avec le son trop fort ! C'est résolument excellent. Qualité et réalisme, le travail est de mise. On retrouve également des musiques dites "dynamiques", à savoir que leur intensité se modifie en temps réel au gré de l'action. Comme en 2000, elle est très cinématographique et aussi de grande qualité puisqu'on se croirait par moment dans un Mission Impossible (le film). Mais toute cette débauche de plaisir acoustique a tout de même son défaut : le doublage. S'il est relativement crédible, je regrette qu'après le succès du premier épisode, le doublage soit toujours en Anglais (suite au succès de No One Lives Forever, le 2 fut traduit, comme quoi on pense à nous). Je ne le répèterai jamais assez : lire des sous-titres et faire jou-jou à la plate-formes dans un FPS, ça craint et ça gâche selon moi l'immersion et le plaisir du joueur. Heureusement que dans tout ça le son est d'une grande finesse avec, pour résumer la situation, des bruitages explosifs, des musiques dynamiques et un doublage de bonne facture bien que "Shakespearien".



Note générale

Avec Soldier of Fortune II on frôle la perfection du FPS ! Et oui, rien que ça. Pour ceux qui n'aurait pas suivi, si on retire des petits problèmes d'ombres et le fait que le doublage soit une fois encore en anglais, toute la réalisation est à la pointe ! C'est beau, le scénario est Hollywoodien, le gameplay (en plus d'être varié) est riche, le son est d'une grande qualité... en bref ça envoie ! Si Soldier of Fortune fait parti de mes FPS préférés malgré une réalisation datée, la suite du "démembreur" sublime le concept de violence extrême, alliée à un scénario contemporain pour ne pas dire, réaliste. Raven nous sort un met de choix que tout amateur du genre, même occasionnel, devrait se payer.


Test réalisé par iiYama

novembre 2006