Return to Castle Wolfenstein (PC)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & GamePlay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : décembre 2001
Développeur : id Software
Editeur : Activision
Genre : FPS

Support : 1 CD
Version testée : Américaine (v.1.0)
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US
Moteur graphique : id Tech 3 (id Software)
Difficulté :
Multi-joueurs : 64 joueurs online
Abréviation : RTCW
Titre alternatif : Wolfenstein 2

Configuration recommandée :
CPU : 700Mhz
RAM : 256Mo
VIDEO : type GeForce 2 avec 32Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : AMD Athlon 64 X2 3800+
RAM : 1Go
VIDEO : GeForce 7900GS avec 256Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :

Aussi disponible sur :








Cliquez pour agrandir : )




Les sites partenaires :


Return to Castle
Wolfenstein







Wolfenstein 3D est le premier FPS connu. Nous sommes en 1992, le code du moteur 3D a été écrit par John Carmack (et oui déjà) et proposait aux joueurs PC quelque chose de nouveau : vivre un jeu des yeux du héros. La vue subjective est née. La 3D de Wolfenstein est entièrement calculée par le CPU (les cartes accélératrices 3D n'existaient pas encore) d'où un rendu très pixellisé. Mais le gameplay de ce premier FPS était novateur. L'immersion dans le jeu était instantané et offrait de nouvelles sensations (celle de tuer de son propre chef). Le jeu proposait de casser du nazis dans un château fermé, celui de Wolfenstein. On y trouvait aussi des monstres, nés d'expériences qui n'auraient jamais due être. Ce fut donc un grand succès. La suite de spirituelle de Wolfenstein 3D n'est autre que le cultissime DOOM. Basé sur le même moteur graphique mais amélioré, le concept est poussé plus loin, tout comme le fun et l'immersion. En 2001, id Software remet son bijou d'anthologie au goût du jour dans une aventure scénaristiquement très proche de l'original. Adulé par certains, appréciés par beaucoup de joueurs de FPS qui en ont vu d'autre (qui, moi ?), Return to castle Wolfenstein nous replonge dans un enfer nazi mitonné d'horreur pas si surréaliste que ça...


Développement scénaristique

L'histoire débute en 943 avant Jésus Christ où un mage emprisonne un tyran de guerre dans les bas-fonds de la Terre. Lors de la seconde guerre mondiale (en 1943), les Allemands font des fouilles et découvrent les ruines du château de Wolfenstein. Le jeu vous met dans la peau de Blazkowicz, un ricain des services secrets prêt à infiltré le château. Des rapports secrets rapportent que de drôles d'expériences s'y déroulent. En fait les nazis ont réveillés d'anciens spectres de la vieille mine suite à d'étranges rituels. Une certaine division du paranormal y étant pas tout à fait étranger... Sous ses airs de trame Hollywoodienne se cache en fait un scénario prétexte à diverses ballades dans le château et ses alentours. Il est d'ailleurs bizarre que le jeu porte un tel nom car on ne mettra les pieds que quelques fois dans le château de Wolfenstein. En fait, on passe plus de temps hors du château que dedans. A mon avis, c'est une histoire d'appât marketing car la nouveauté de cette suite (si on peut appeler ça une suite étant donné le gouffre technologique qui sépare les 2 jeux) c'est qu'on évoluera aussi en extérieur et pas
Le jeu est forcément plus varié que son prédécesseur mais le scénario est mal développé
seulement dans des couloirs fermés : mines, villages alentours, bases militaires... On joue la carte de la diversité. L'intro est en image de synthèses et la plupart des levels commencent par une petite cut-scène 3D assez sympa. Sur le chemin de la victoire, on croisera aussi des sympathisants et des résistants (je rappelle qu'on est en pleine guerre mondiale). Ils vous aideront à dénicher des passages secrets et/ou vous donneront des armes. L'histoire nous prouve que les nazis ont réellement fait des recherches sur l'occulte. Pensant qu'en contrôlant des forces inconnues voire spectrales (où avaient-ils la tête ?), ils pourraient facilement gagner la guerre. Quelque part ils n'avaient pas torts mais allez savoir ce qu'il s'est réellement produit. C'est pour ça que je dis que le scénario du jeu n'est peut-être pas si surréaliste que ça...


Jouabilité & Gameplay

D'une façon générale, Return to castle Wolfenstein est un jeu bourrin. On rentre dans le tas sans finesse et s'en sort la plupart du temps. Mais afin de varier les plaisirs, les développeurs nous ont aussi concoctés quelques niveaux d'infiltration. Dans ces levels exigeants, il faudra faire très attention au moindre geste car une fois repéré, il faudra recommencer. Vite pénibles, ses niveaux sont tout de même rares et varient l'action. On rencontrera 2 types d'ennemis : les nazis et les monstres. Parfois on sera sujet à une mort subite parce qu'on n'aura pas fait gaffe à un piège pour le moins mortel. L'action est scriptée mais ça ne gêne pas. Par contre, on peut féliciter les développeurs en ce qui concerne les loadings. Jamais je n'avais vu un FPS se charger aussi vite, les loadings étant pour ainsi dire inexistants. Chapeau bas. Le jeu impose diverses missions obligatoires pour chaque niveau. Rien de bien compliqué en général puisqu'on tournera rarement en rond. Plus dirigiste qu'ouvert (à grand coup de portes fermées et autres passages inaccessibles) il sera difficile de se perdre. Pour mener à bien sa mission, notre héros disposera d'une belle panoplie d'armes. Du simple Luger au Thompson,
Le gameplay est bourrin
du lance-roquettes au fusil de sniper, il y a beaucoup de pétoires datant de cette époque (Américaine, Française et Allemande) et on pourra aussi utiliser les armes fixes. Enfin, pour parler de l'IA, elle est dans la plupart des cas satisfaisante. Les nazis possèdent une IA convaincante et sont faciles à tuer (quelques balles) alors que les monstres ont un QI proche du zéro mais seront des durs à cuire (parfois tout un chargeur). Les nazis ont des réactions assez valables même si bizarrement lorsqu'on est trop agressif, l'IA semble perdue, dépassée par les évènements. Enfin la jouabilité est impeccable bien que le gameplay soit un peu sommaire, même pour l'époque.


L'image

Globalement le jeu est beau. Il impressionne par l'architecture du château de Wolfenstein ou des mines, bien que le reste semble un peu vide partout ailleurs. Mais cet état de fait est largement rattrapé par une modélisation impeccable et de très beaux effets de lumières (surtout dans les mines). Les développeurs se sont efforcés de faire des textures le plus réaliste possible, ce qui donnera un bel aspect général aux environnements. Une fois encore, c'est l'impressionnant moteur de Quake III qui est de service et le résultat est à la hauteur des attentes de l'époque.
L'id Tech 3 brille avec ce jeu
Mais j'aimerai tout de même vous faire part d'une petite chose, d'une petite anecdote. Tout d'abord la modélisation des véhicules est à chier. On dirait de vilains cubes avec des roues hexagonales. Trop laid. Mais pire encore, les roues ne suivent pas la vitesse de déplacement du véhicule. Comble de l'horreur, elles tournent en plus dans le mauvais sens lorsque le camion recule. C'est franchement minable ! D'accord ce n'est qu'un détail mais bon... Vous me direz aussi que ma version n'est que 1.0, peut-être qu'un patch corrige ce défaut plus drôle que pénalisant. Un dernier mot sur le moteur 3D, il gère une physique somme toute simple mais efficace.


Le son

C'est un peu le point faible du jeu. Bon, je dois signaler que je n'ai que la version Américaine du jeu,
Des bruitages de bonne de qualité sauvent le son
donc je ne pourrai pas hurler de rage parce que les voix ne sont pas traduites. Mais faut quand même avouer que le doublage est un peu mou. En plus, avoir des nazis qui parlent Anglais sur un accent Allemand, on ne sait pas trop quoi penser de cette soupe. Question immersion ou crédibilité, je pense qu'il aurait mieux valu que les nazis parlent Allemand et que ce soit sous-titré (et oui, c'est moi qui dit ça !). Sinon les rares musiques du jeu reviennent un peu trop souvent. Posant plus une ambiance qu'un rythme, elles sont en plus assez moyennes. Enfin, les bruitages sont travaillés. Si on est loin de la furie destructrice d'un Soldier of Fortune, ils restent d'une excellente qualité et c'est ce qui sauve la note.


Note générale

Avec un moteur 3D performant, une aventure solo prenante et un multi-joueurs culte à ne plus présenter, Return to castle Wolfenstein est un jeu qui a fait parler de lui. Les niveaux ne sont pas très longs mais en grands nombres et à l'action intense, quand ils ne jouent pas la carte de l'infiltration. Les lieux traversés ne se ressemblent pas d'un niveau à l'autre d'où une réelle impression d'avancer dans le jeu. De plus, si le scénario est finalement assez maigre, il est très bien mit en place via de nombreuses cut-scènes. Finalement, on pourra juste regretter que le gameplay soit basique au possible et que le son soit en demi-teinte. Mais que les fans se rassurent, je conseille ce jeu à tous les amateurs d'FPS pêchu qui aiment dézinguer du zombis et du nazis, le tout sur fond de seconde guerre mondiale. Pour finir de vous motiver, le jeu tourne sur des petites configurations en plus d'être à un prix ridicule de nos jours (moins de 10€).

A savoir : cliquez pour ouvrir

Test réalisé par iiYama
novembre 2006