Red Faction II (PC)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & GamePlay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 2003
Développeur : Volition
Editeur : THQ
Genre : FPS

Support : 2 CDs
Version testée : Américaine (v.1.0)
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US
Moteur graphique : Geo-Mod Engine (Volition)
Difficulté :
Multi-joueurs : offline avec bots
Abréviation : RF2
Prix au lancement : 50€
Score des ventes : 1.3 millions (PS2)

Configuration recommandée :
CPU : 1Ghz
RAM : 256Mo
VIDEO : type GeForce / Radeon avec 32Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : Intel Core2Duo E6750 (2,66Ghz)
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce GTX260 avec 896Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :

Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Red Faction II








Pour la petite histoire, Red Faction II est le tout premier test que j'ai réalisé. C'était en mai 2005 et sur PlayStation 2. Déjà à l'époque je trouvais le jeu un peu mou, pas vraiment beau, pas très bien réalisé donc lorsqu'on le touche sur une machine infiniment plus puissante que la 128bits de Sony, à savoir le PC, on est forcément encore plus déçu. Déçu parce que Volition n'a fait aucun effort en transposant (comme c'est trop souvent la cas), le jeu tel quel de la console au PC. Et ça, on le devine vite lorsqu'on ouvre le menu des options et qu'il ne comporte qu'une misère de réglages vidéo. J'ai fait l'expérience à plusieurs reprises et c'est jamais bon signe. Et s'il est vrai qu'on peut encore lui trouver quelques bonnes facettes comme la destruction assez massive du décor (même si ça reste gadget), dés qu'on le met face à la concurrence il perd toute crédibilité, tout intérêt. Quelques mois plus tôt sont sortis Aliens versus Predator 2, Unreal Tournament 2003 ou encore le grand No One Lives Forever 2 alors croyez-moi, déjà à l'époque on pouvait dépenser plus intelligemment son argent qu'en achetant ce jeu-là. Si Red Faction premier du nom n'avait pas tenu toutes ses promesses en terme de gameplay, il avait su marqué son temps avec quelques originalités et une réalisation très correcte. Mais cette séquelle qui n'a de Red Faction que le nom et le Geo-Mod nous refait le plein de promesses et en tient encore moins. Pas un ratage total, Red Faction II est loin, très loin d'être le jeu PC de l'année 2003, d'autant qu'il sort 7 mois après la version PS2.


Développement scénaristique

Scénario : cliquez pour ouvrir

Prenant place sur Terre au lieu de Mars, c'est ici que cette suite se démarque un peu trop de son prédécesseur. On ne parle plus de Parker mais d'Alias, la Red Faction est mentionnée mais la rébellion n'a plus le même sens et en plus, le tout est un peu mou et mal construit. Seul bon point, la prise de pouvoir de
La mise en scène est vilaine
Molov révèle une vraie surprise mais pour le reste, c'est un peu bateau. Disons que ça fait juste l'affaire. La mise en scène, à base cut-scènes bien laides (la faute à un moteur graphique peu souple) et de vidéos tout aussi moches (elles aussi construites avec le moteur 3D et agrémentées d'effets spéciaux) n'est pas non plus de la première fraîcheur. Si la modélisation est un peu plus correcte que dans le premier opus, ça reste quand même un peu vilain et les animations n'étant pas réalistes, ça n'aide pas le joueur à se fondre dans l'histoire. A noter que selon votre score d'héroïsme, vous pourrez avoir 4 fins différentes. Mais entre nous, je ne sais pas si vous aurez envi de finir le jeu 4 fois.


Jouabilité & Gameplay

Sur la base du premier opus, on retrouve un peu le même gameplay avec quelques nouveautés. Parmi ses nouveautés on pourra noter que des parcelles entières de décors sont destructibles (comme des tourelles de défense), on peut porter 2 armes en même temps avec une utilisation dissociée (bouton gauche de la souris pour tirer avec l'arme de gauche, bouton droit pour celle de droite) et ces mêmes armes ont bien souvent un tir secondaire (lance-grenades, cadence de tir plus soutenue). On a aussi à disposition des grenades, ce qui nous évite d'aller les chercher dans le long inventaire des 15 armes utilisables. A ce propos, même critique que pour son prédécesseur, les armes sont nombreuses mais un peu trop conventionnelles. Afin de varier les plaisirs, on nous propose aussi 2 moments fort en sensations. Dans le premier on est aux commandes de la tourelle d'un hélico et on explose tout ce qui se trouve à portée de tir. Excellent défouloir où les murs et les vitres ne feront pas long-feu. Ensuite on est aux commandes d'un tank et là aussi ça a tendance à faire mal. Car vous l'aurez compris, le vrai plus du jeu c'est la destruction massive du décor. En ça, Red Faction II sera plaisant mais ça n'ira pas bien loin, malheureusement. Comme d'habitude, si beaucoup d'éléments peuvent être mis en pièces, beaucoup d'autres sont tout bonnement indestructibles. Tirer au lance-roquettes sur une porte et c'est tout juste si la texture se teindra de noir. Pareillement, si à l'époque il était parfois possible de se frayer des chemins de fortune en forant une galerie à l'explosif, ici ce type de réjouissance a totalement disparues. Voyez la frustration ? Le premier Red Faction n'allait finalement pas très loin dans son propre concept et ici le Geo-Mod ne servira qu'à quelques passages imposés (jamais d'improvisation) où abattre un mur sera synonyme de suite du niveau. De plus cet épisode fait totalement abstraction de toute phase d'infiltration (pas de transport de corps, impossible de cacher son arme) et je dirai même de finesse.
Ultra basique, on attendait tous de la destruction massive et... on a presque rien finalement
Toujours plus bourrin, on passe son temps à rentrer dans le tas et on pose les questions après. Le jeu nous impose en plus quelques murs invisibles qui nous bride toute liberté et on ressent bien "ses origines console" puisqu'on aura pas de quick-save, juste une sauvegarde automatique (limite si on nous demande pas de mettre une Memory Card). Pire encore, le mode multi est lamentable puisqu'il ne propose aucun jeu online, juste des combats en arènes fermées avec des bots. Entre nous, je préférais carrément le mode 4 joueurs de la version PS2. Pour clôturer ce chapitre sur une note moins dramatique, au fil de notre avancée dans le jeu, on débloquera une multitude de bonus : concept-arts, vidéos du jeu et même cheat-codes. C'est sympa.


L'image

Sorti sur PS2 en exclusivité temporaire, le jeu fut ensuite porté sur Xbox, GameCube et la présente version PC, 7 mois plus tard. On le sait, des 4 machines nommées la PlayStation 2 est sans réfléchir la moins performante de toutes et pourtant, il semblerait que Volition ne se soit pas foulé pour autant. En effet, je sais pas comment sont les autres versions consoles mais pour ce qui est du PC, de tout temps le plus puissant support de jeu, et bien il semblerait qu'elle soit adapté "telle quelle". Autant dire que pour un jeu de 2003, c'est un peu moche. Comparons ce qui est comparable, si le jeu s'en sortait potablement sur PS2, le PC a déjà eu droit à par exemple Soldier of Fortune II ou Unreal II, qui sont infiniment plus beaux. Les textures sont bien souvent unies, c'est donc peu détaillés, les modélisations font peine à voir, les décors sont vides, le design (même s'il garde son côté hi-tech) n'est pas spécialement réussi, les corps disparaissent au bout de 5 secondes à peine... bref ça fait peine ! Les mouvements des PNJ ou des ennemis sont mal fait et donc loin d'être réalistes
Comment peut-on sortir un jeu PC presque à l'identique d'une version PS2 ? Demandez à Volition...
et s'il est vrai que cette fois les objets explosent d'une façon plus convaincante, les graphismes sont malgré tout grossiers, quelconques, anguleux et sans génie artistique. De toute façon je l'annonçais en intro, un jeu adapté de l'univers console et qui propose si peu en configuration vidéo, ça laisse toujours présager du pire. Heureusement pour lui il fonctionnait sur des PC modestes (à l'heure de sa sortie, bien sûr) car s'il nous avait jouer le coup d'Halo 2 et de sa config' monstrueuse, ça aurait été la "cerise sur le MacDo". Dernier point, les chargements sont hyper courts mais ça ne fait pas un jeu. Red Faction II trouve ici sa plus sévère critique car si on peut accepter un gameplay un peu arrièriste, aux prix des PC il est intolérable d'avoir un jeu aussi mal fait.


Le son

Le premier choc du son, c'est la médiocrité des bruitages ! Ok les explosions sont potables
Bruitages asthmatiques, piètre doublage et musiques insipides... le trio gagnant
(notez cet adjectif qui ne dénote pas une franche réussite, juste une qualité acceptable) mais les armes sont totalement asthmatiques ! Le plus gros fusil d'assaut tire de miteux petits piouf timides, à tel point qu'on croirait qu'on a entre les doigts un fusil à air comprimé. En plus de ça on nous livre des musiques peu engagées, monotones, molles et qu'en plus on entend pas. Le mixage est tellement mauvais qu'elles sont complètement en sourdine. Enfin le doublage, anglais dans cette version Américaine, est loin d'être meilleur que celui de la version Française. Ah on peut se foutre de la gueule de notre doublage mais chez eux c'est pas mieux ! Les voix sont moches, les doubleurs ne sont pas du tout impliqués et en plus on a une totale désynchro labiale. Comme quoi, y'a pas de secret.


Note générale

C'est vrai, on peut jouer sans problème à Red Faction II sur un PC équipé de Windows XP. C'est vrai qu'il est agréable de pouvoir presque tout démolir dans le décor et c'est aussi vrai que sous son aspect bourrin, on peut y trouver un sympathique défouloir. Seulement on a là l'archétype de jeu qu'édite THQ : un jeu bof-bof qui ne se donne pas les moyens de réussir là où pourtant, il y avait matière. En plus de ça, de Red Faction il ne reste pas grand chose. Le perso est habillé en rouge, on entend parler de la Red Faction (le mouvement de rébellion), mais au niveau de l'ambiance et du contexte c'est zéro pointé ! C'est exactement le genre de jeu dont personne n'aurait parlé s'il n'avait pas porté un tel nom pour s'auto-promouvoir. Le genre de jeu qui aurait pu s'appeler n'importe comment mais qui s'appelle Red Faction parce que les développeurs ont juste réutilisés le Geo-Mod (sans l'améliorer) et pour d'évidentes raisons commerciales. En plus raté, c'est fou ce que ça me rappelle Far Cry 2. Résumons donc un test peu élogieux pour un jeu qui n'aurait jamais du voir le jour sur l'idéal support du FPS. Et bien oui, puissance démesurée, souris, clavier, son en 5.1, le PC est l'arme ultime des FPSistes dont je fais parti. Seulement là on nous livre une vulgaire adaptation d'un jeu console déjà pas génial, adaptation que les développeurs n'ont même pas pris la peine de rehaussé graphiquement. Pourtant, 7 mois séparent les versions PS2 et PC et on jurerait le même rendu. Avec ça le gameplay est devenu très restrictif (on avance dans des couloirs tout juste maquillés), le Geo-Mod ne sert plus qu'à la destruction (assez sympathique avouons-le) du décor et on a quelques phases plus originales (tank, hélico) mais rien de bien palpitant. Sans être franchement ennuyeux puisqu'il défoule malgré tout, Red Faction II est toujours un peu mou et sans génie. Si on peut gentiment lui trouver des attributs sur consoles, vu que le genre est peu représenté, sur PC c'est plus difficile. Moi je retourne au premier épisode...

Test réalisé par iiYama
janvier 2009