Quantum of Solace (PC)

 








Note générale


Sortie du jeu : octobre 2008
Développeur : Treyarch
Editeur : Activision
Genre : FPS - action

Support : 1 DVD
Version testée : Américaine
Version logicielle : v.1.0
Doublage : US
Textes à l'écran : US

Moteur graphique : IW 3.0
Difficulté :
Multi-joueurs : online
Prix au lancement : 60€


Configuration minimale requise :
CPU : 2,8Ghz (ou Dual Core 1,8Ghz)
RAM : 512Mo (1Go sous Vista)
VIDEO : type GeForce 6600 avec 128Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : Intel Core2Duo E6750 (2,66Ghz)
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce 8800GT avec 512Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Quantum of Solace

James Bond 007



Quantum of Solace
Le jeu reprend les scénarios de Casino Royale et Quantum of Solace
(qui veut dire Quantique de la Consolation) est le 22ème volet de la saga James Bond, et la suite directe de Casino Royale. Le film sortira le 31 octobre prochain, en même temps que le jeu. Alors que le 21ème épisode se clôturait sur la trahison de Vesper Lynd (incarnée par la belle Eva Green), on retrouve ici la suite de l'histoire. Le film débute une heure après la fin du premier. James Bond découvre que la femme qu'il aimait était sous l'emprise d'une organisation bien plus complexe et dangereuse que ce qu'il aurait pu imaginer. Son objectif est alors de retrouver les coupables et venger la mort de sa belle. James Bond se retrouve cette fois-ci aux prises avec une organisation criminelle dirigée par un certain Dominic Greene, homme d'affaires extrêmement rusé et déterminé à faire main basse sur les ressources naturelles du globe. Une mission qui entraînera l'agent 007 en Autriche, en Italie et en Amérique latine. Le film s'annonce donc passionnant et coup de théâtre, cette adaptation vidéo-ludique retracera à la fois les événements marquant du premier épisode et ceux de ce nouveau jet. Sorte de 2 en 1, le jeu partait sur de bonnes bases. Il faut dire qu'hormis le GoldenEye de la Nintendo 64, les adaptations de 007 se sont généralement soldés par des jeux moyens ou carrément pourris. Mais le premier bémol semble tout de suite alourdir notre précipité enthousiasme, lorsqu'on voit que c'est Treyarch qui est derrière le développement. Pour rappel, ce petit développeur est responsable des adaptations minables de grands films Hollywoodien tels que Spider-Man 2 ou 3, ou encore le très moyen Call of Duty 3. Evidemment avec un tel pedigree, d'un coup ça jette un froid.


Première chose
Comme d'habitude, là où il y avait matière à faire un hit, Treyarch nous sort un jeu moyen
à savoir, les options sont correctes et proposent la panoplie réglementaire : configuration vidéo, commandes, réglage du son. On démarre la partie et dès les premiers instants (sans même une toute petite intro) on tombe sur notre Daniel Craig modélisé en 3D. Plus maigrelet, paraissant plus jeune aussi, on reconnaît malgré tout notre nouveau Bond. Judicieux mélange de Gears of War et d'FPS classique, j'ai trouvé le gameplay assez sympa. Entièrement en vue à la première personne (FPS), même lorsqu'on tombe (ce qui peut déstabiliser mais qui reste à la mode), notre personnage passera en vue à la 3e personne dés lors qu'on se met à couvert. D'une simple pression, comme dans le hit d'Epic, le personnage se plaque contre un poteau, un muret ou tout ce qui peut le protéger des tirs ennemis. Une fois à couvert, on pourra toujours viser (mais de façon très imprécise) ou simplement passer en mode visée via le bouton de 2 de la souris, aussi accessible en mode FPS. Après cette petite originalité qui apporte son petit plus à l'action, on retrouve tout ce qui fait recette dans les FPS : des ennemis qui sortent de nulle part et qui essaient de nous contourner (ça c'est bien), des bidons explosifs, quelques grenades qui mettent tellement de temps à exploser que l'ennemi s'enfuit avant et la possibilité de porter 2 armes interchangeables avec toutes celles qui traînent. L'IA ne semble pas finaude mais fait le boulot et on pourra au choix mettre un silencieux à son arme, ou pas. Pratique pour les missions d'infiltration. Malheureusement, les joyeusetés n'iront pas bien loin non plus : pas de courses poursuites en voiture, pas de jeu de poker (Casino Royale)... bref, un FPS classique dans l'âme, qui reprend comme il peut, les grands actes des films dont il s'inspire.


Enfin on
Ce gameplay mixant FPS et TPS est sympa mais pas de quoi s'émerveiller
trouve ce qui fait recette depuis quelques temps, comme le fait de retrouver son énergie en restant à couvert (j'ai apprécié le game-over type chambre de revolver, très original), quelques ralentis qui permettent d'apprécier certaines scènes, etc. Mais comme on vient de le voir, le gameplay est assez limité (ou ne présente finalement rien de neuf pour le genre) et on pourra tout de suite regretter que rien ne soit destructible. Une destruction progressive et totale des lieux façon Stranglehold aurait apporté un grand plus au plaisir de jeu. Avec ça on remarquera que la physique est étrangement gérée par moment et que le moteur 3D n'est pas bien gourmand. Se suffisant de 512Mo sous Windows XP, ça met de suite la puce à l'oreille. Et effectivement, le moteur tourne parfaitement... et nous offre aussi un jeu sans grande envergure. Basé sur le moteur de Call of Duty 4 (le IW 3.0), il n'en exploite pas toutes les capacités. Pour preuve, j'ai joué en 1280x1024, tous détails à fond et avec anti-aliasing. Et encore, je sentais bien qu'il y avait de la marge. Les décors sont vus et revus, assez jolis c'est vrai mais on est loin, très loin des standards récents en matière de FPS. Sans comparer avec le monstre qu'est Crysis Warhead, Quantum of Solace ne tient pas la comparaison avec un TimeShift par exemple, pourtant plus vieux d'un an déjà. Côté son on retrouve la BO des films (on aime ou on déteste) ainsi que de très bons bruitages. On pourra par contre trouver à redire sur un doublage US assez moyen. Le jeu étant prévu pour être traduit en Français, j'imagine déjà le pire.



Avec Quantum of Solace, Note
on se retrouve devant un jeu typique de Treyarch : pas génial mais pas complètement pourri non plus. C'est un peu leur marque de fabrique de toujours faire des jeux moyens. La mise à couvert façon Uncharted, sans atteindre la fluidité de celle de Gears of War, est une bonne surprise, bien mise en oeuvre qui plus est, mais pour le reste on est face à un FPS un peu mou. Ajoutons à ça des graphismes en deçà des attentes (je rappelle que le PC est la bête de course en matière de 3D avec ses cartes vidéos à 600€) et on se dira que la licence a, encore une fois, été mal adaptée. Vais-je acheter ce jeu ? Entre nous ça m'étonnerait...



Test réalisé par iiYama

octobre 2008