Quake III Arena (PC)

 







Note générale


Sortie du jeu : décembre 1999
Développeur : id Software
Editeur : Activision
Genre : FPS multi

Support : 1 CD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US
Moteur graphique : id Tech 3 (id Software)
Multi-joueurs : 16 joueurs online
Prix au lancement : 350Frs

Configuration recommandée :
CPU : 500Mhz
RAM : 128Mo
VIDEO : avec 32Mo de VRAM type GeForce 2 GTS

Configuration de test :
CPU : Intel Core i5 750 (2.66Ghz)
RAM : 2Go DDR3 (1333Mhz)
VIDEO : GeForce GTX260+ avec 896Mo de VRam
OS : Windows 7 (32bits)
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :

Aussi disponible sur :






Les sites partenaires :


Quake III

Arena


La série des
Quake III Arena est uniquement voué au multi. Dommage, un petit solo n'aurait pas fait de mal
Quake a commencée gentiment sa carrière en 1996 avec un premier épisode révolutionnaire techniquement mais auquel je n'ai pas accroché plus que ça. Révolutionnaire car souvenez-vous, dans DOOM si les décors sont en 3D, les sprites restaient en 2D. Avec Quake un pas fut franchi car le jeu affichait "tout en 3D", grâce aux performances du moteur id Tech 2. Mais selon moi, la série a réellement pris son envol à la sortie de Quake II (toujours sous id Tech 2), en 1997, car si le gameplay ne changeait que trop peu, les graphismes par contre étaient sublimes, la bande-son défouraillait et le fun était au rendez-vous. Et sans dire qu'on nous racontait une grande histoire, au moins elle était un petit peu développée. Les jeux multi-joueurs gagnants de plus en plus de terrain, surtout sur le secteur du FPS sur PC (la faute à des titres aussi énormes et indémodables que Team Fortress et Counter Strike), id Software s'est décidé en 1999 de marquer le coup. Pour la peine ils nous ont sortis un nouveau moteur flambant neuf, l'id Tech 3, un monstre de performances graphiques qui aura fait chauffer nos belles GeForce 256 (et plus tard les GeForce 2 GTS). Malheureusement, si Quake est à l'origine un jeu solo, Quake III Arena est par contre uniquement multi. On peut y jouer seul, contre des bots, mais tout l'intérêt réside bien dans ses modes online. Ainsi lorsque le jeu nous parle de "missions" lors de son "mode campagne", on rigole bien puisqu'il n'y a pas d'histoire. La trame se résume à devoir annihiler toute forme de vie sur les cartes jusqu'à affronter Xaero, le plus redoutable combattant de l'Arène, afin de devenir à sa place, le big boss du coin... point-barre. A l'origine le jeu contient 24 maps mais 9 autres ont étés crées par la suite. Rappelons quand même le principe de cette boucherie sans nom, où seuls les plus barbares et/ou les plus écervelées des hommes (c'est dans leur nature), peuvent jouer pendant des heures (désolé si j'en vexe au passage) : tuer son prochain uniquement en vue de faire le plus haut score. Voilà pourquoi je ne suis pas fan de ce type de jeux car le fond est creux, aussi vide que le crane d'un homme préhistorique ("moi tuer toi, moi tuer toi..."). Ceci dit il faut le reconnaitre, quand la forme donne envie, je suis le premier à féliciter certaines qualités d'un titre, comme je l'ai fait pour Unreal Tournament III qui m'a prouvé que ma vision étriqué du genre était fausse.


Bref,
A sa sortie, le jeu et son moteur graphique (id Tech 3) ont grosse sensation
Quake III Arena, étant donné son âge, fait dans le plus pur basique du genre. Dans des arènes vraiment petites (je rappelle qu'on parle d'un jeu de 1999, LE jeu qui aura fêté le millenium) le solo propose 75 missions contre des bots (généralement c'est le nombre de victoire remportées, sur une durée de 1 heure, qui fait la victoire). En multi, on retrouve toute la panoplie habituelle avec les inévitables CTF, Deathmatch, etc. Comme je le disais, les maps sont vraiment petites. En duel à 1 contre 1 on tourne vite en rond mais à 16 online, on se sent à l'étroit. Je suppose que ce sont les limitations techniques de l'époque qui ont voulues ça mais on ne dira rien sur un agencement bien pensé et qui permet plusieurs approches du gameplay : bourrin façon "j'te rentre dedans", plus subtil en se planquant, en équipe avec attaquants et défense. Le jeu comporte 19 bonus à choper (armure, item de santé, munitions) et un panel de 12 armes. L'originalité de certaines n'a d'égale que leur puissance mais je regrette vivement que le jeu se permette d'en changer automatiquement. C'est un peu chiant à la longue. Techniquement, l'id Tech 3 est impressionnant. Très rapide, hyper fluide, le scrolling est souple, les effets sont bien plus travaillés que dans Quake II (je dirais même qu'entre les 2, y'a vraiment un gouffre) et les décors sont sublimes. Les textures sont détaillées, ce qui confère au jeu une véritable dimension de vitrine technologique (d'ailleurs l'id Tech 3 servira à quelques titres de renoms comme Soldier of Fortune II, Return to Castle Wolfenstein, Medal of Honor ou Call of Duty). John Carmack s'est encore surpassé. Enfin le son est de grande qualité. Les musiques ne sont pas spécialement belles mais elles posent une superbe ambiance et les bruitages sont dynamiques et explosifs (ils contribuent à la violence de l'action). Quake III Arena rate selon moi le coche du jeu parfait. Ok parfait il l'est mais seulement en multi car le solo est bien pauvre en évitant toute scénarisation. Dommage, Quake II avait bien fait évoluer les choses en ce sens (il aura fallut attendre le très sympathique Quake 4 pour avoir une suite à cette guerre contre les Stroggs). Sorti à la même époque que le Unreal Tournament d'Epic (qui proposait de son côté son superbe Unreal Engine), Quake III Arena est peut-être même un poil meilleur que ce dernier. Dans tous les cas, ce jeu aura marqué son temps et les esprits et prouvait qu'à l'époque, id Software était bien le roi des FPS (aujourd'hui la donne a un peu changée).

Test réalisé par iiYama
mai 2011