Project Snowblind (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2005
Développeur : Crystal Dynamics
Editeur : Eidos Interactive
Genre : FPS

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Version logicielle : v.1.0
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : GexOmen
Difficulté :
Multi-joueurs : 16 joueurs online


Configuration recommandée :
CPU : 2,5Ghz
RAM : 512Mo
VIDEO : type GeForce 6 avec 128Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : AMD Athlon 64 X2 3800+
RAM : 2Go
VIDEO : GeForce 7900GS avec 256Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1024x768 (4:3)
Niveau de détails :


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Project Snowblind









Project Snowblind est un jeu que j'ai depuis plus d'un an et ceux qui suivent mon actu savent que bientôt Papa Noël va passer chez moi en m'offrant une belle GeForce 8800GT afin de profiter au max des derniers jeux PC. En attendant, je me suis dit que je pourrais tester quelques vieilleries puisque ma GeForce 7900GS en a encore sous le coude et qu'avec elle je peux encore profiter de quelques jeux, même récents (le premier à faire ramer ma carte vidéo était S.T.A.L.K.E.R). Je lance donc mon install qui se déroule bien mais lorsque j'ai voulu joué, j'ai eu des plantages toutes les 5 minutes avec un beau retour sous Windows. Après avoir essayé tout un tas de solutions pour remédier au problème, je me suis aperçu que le souci venait des drivers de ma carte vidéo. Ainsi à la façon d'un possesseur de carte ATI, j'ai du installé de vieux drivers (le 163.75 alors que j'avais les 169.09). Une fois le problème réglé, je lance mon jeu et mon premier constat fut de remarquer que c'est moche ! Je regarde alors la date de sortie du titre : mars 2005, soit 7 mois après DOOM 3, pour ne citer que lui. Sortir un jeu après les bombes graphiques de 2004 sans faire d'efforts, c'est déjà pas malin et si c'était tout, Project Snowblind aurait quand même pu convaincre mais...



Développement scénaristique

Scénario : cliquez pour ouvrir

Après une intro
Le scénario est mauvais
sans plus, le jeu débute en nous lâchant en plein milieu de combats armés. Un sentiment d'insécurité se fait alors sentir, les ennemis étant souvent en surnombre et les balles sifflant à nos oreilles. Mais la mise en scène est un peu pathétique car hormis le fait que Frost (notre personnage) sera le nouveau Robocop de l'armée, la trame se contente des ficelles habituelles. Quelques cut-scènes donnent bien le change avec des ralentis ou des effets sympas, mais ça reste maigre surtout quand on pense à des jeux comme Max Payne 2 ou Far Cry, qui sont pourtant plus vieux. Petite anecdote : les développeurs ne manquent pas d'humour quand ils disent que le jeu est tiré de faits réels. A ce stade ce n'est plus être visionnaire, mais avoir des dons divinatoires...



Jouabilité & Gameplay

Aussi étonnant
Le gameplay propose pas mal de nouveautés... malheureusement c'est le jeu lui-même qui manque de punch
que ça puisse paraître, il y a pas mal de concepts créés dans Project Snowblind, qu'on retrouve aujourd'hui dans des jeux plus récents. Notre héros, suite à son rafistolage, aura quelques facultés bien sympas comme ralentir le temps, une vision infra-rouge, une protection balistique ou encore un camouflage façon Predator. Ça ne vous rappelle rien ? Et bien oui, moi ça me rappelle F.E.A.R ou encore Crysis. Comme quoi, on félicite Crytek pour leur génie mais ils n'ont finalement rien inventés. Idem au niveau de l'armement, on retrouve les prémices d'un pistolet anti-gravité qui a fait la joie des puzzles d'Half-Life². Plus classique, chaque pouvoir consomme une jauge de bio-énergie, on pourra pirater certains terminaux pour par exemple contrôler à distance des tourelles de sécurité ou encore désactiver des alarmes. Côté armement, malgré un design fort réussi, on ne trouve pas grand chose d'original. Un fusil mitrailleur, un sniper, un lance-mines, un lance-roquettes, un fusil à pompe... où sont passées les idées fraîches ? Bien sûr on pourra prendre le contrôle d'armes fixes, quelques passages peuvent se la jouer infiltration mais il n'y a pas là matière à s'extasier, surtout sur quelques détails fâcheux. Je commencerai par signaler que Project Snowblind use de trop de touches quand les meilleurs jeux du genre s'en contentent d'une dizaine. Si l'arsenal est assez étoffé, peut-être même trop, on disposera de presque toutes les armes dès le début du jeu. Pensé pour la console puisqu'il est aussi sorti sur PS2 et Xbox, le gameplay s'avère simple et on retrouve tout ce qui fait déchanter les fanas de FPS PC avec des touches appelées "Joy", des sauvegardes à des points précis du jeu (pas de quick-saves donc), une jouabilité simpliste (un paradoxe avec le nombre de touches utilisées) ou encore un parcours cloisonné. Enfin je voudrais parler des grenades, qui rebondissent n'importe comment. C'est presque à croire qu'on lance une balle de tennis tant c'est irréel le bond que peut faire une masse métal explosif...



L'image

Pas laid,
Le jeu est à peine plus beau que sur PS2. C'est vraiment pas génial
on ne peut pas dire que le jeu soit beau non plus. Si les screenshots le démontrent que trop peu, avec des images qu'on pourrait croire belles, il est clair que le moteur graphique est à la rue ! Si on compare, Far Cry a déjà un an quand Project Snowblind est sorti et la comparaison est assassine ! Idem pour des gros jeux comme SWAT 4 ou The Chronicles of Riddick, infiniment plus beaux. Les modélisations font peine à voir, les textures sont très pauvres et les décors sont d'un banal à pâlir. Il est vrai que le jeu charge très vite mais il ne sera jamais impressionnant. Quelques effets surclassent un peu cet état de disgrâce, on peut aussi féliciter un design futuriste très sympa mais pour un titre aussi récent, c'est impardonnable d'avoir un tel rendu. J'ai joué avec tous les détails à fond en 1024x768 (parce que le mode 1280x1024 n'existe pas), il n'y a que très peu d'options graphiques dont l'absence d'anti-aliasing. Difficile de ne pas être déçu, surtout que dans le genre, les graphismes sont assez importants puisque ce sont eux qui nous font acheter de nouvelles cartes graphiques. Je suis bien placé pour le savoir...



Le son

Lors du
Le son s'en sort presque bien
premier briefing, les développeurs nous ont fait une petite blague en incluant la Sonate au Clair de Lune de Beethoven, si culte dans Resident Evil, si décalé ici. Pour le reste des compositions, je dois dire que c'est bien plat tout ça. Quelques morceaux sortent un peu des rangs mais c'est rare puisque généralement, vous n'y prêterez aucune attention. Les bruitages sont d'un bon niveau sauf pour les armes qui sont clairement asthmatiques. C'est un peu dommage, car il vrai que l'ambiance sonore est bien diffusée, notamment les explosions mais il est regrettable que d'un gros fusil mitrailleur il n'émane que des "pouf" étouffés là où un vieux Soldier of Fortune nous arrache les oreilles à chaque tir. Enfin le doublage est correct si on évite de le comparer avec d'autres jeux déjà cités. Plus objectivement, si les cut-scènes ne sont pas terribles, le doublage lui, s'en sort assez bien.



Note générale

Si on peut concidérer Project Snowblind comme "sympa" sur consoles, le titre tient difficilement la comparaison sur un PC où il y a des dizaines d'excellents concurrents. Je ne vais pas les nommer encore une fois mais c'est tout de même une honte de nous pondre des graphismes pareils quand la première grosse référence en la matière est sortie depuis déjà un an. Malgré tout, Project Snowblind reste un petit jeu sympa. Certes il ne vous fera pas vivre une grande aventure, ni frémir de plaisir, tout ça à cause de situations déjà vues et revues, de bonnes idées mal exploitées, d'armes sans puissance acoustique. Mais avec un peu d'indulgence, on a là un titre qui peut combler un vide entre 2 blockbusters. Je remets une couche sur le fait qu'il nous sort quelques trouvailles qui furent réinjectées dans des jeux bien plus actuels, mais il est vraiment regrettable qu'il n'y ait aucune patate, aucune étincelle dans ce qu'il nous fera vivre. Du coup on finit par s'ennuyer et au bout de 2h on se dit que finalement, il serait peut-être préférable de jouer à autre chose de plus... excitant.


Test réalisé par iiYama

novembre 2007