Neverwinter Nights Shadows of Undrentide (PC)

 








Note générale


Sortie du jeu : septembre 2003
Développeur : BioWare Corp.
Editeur : Atari
Genre : aventure - RPG

Support : 1 CD (nécessite Neverwinter Nights)
Version testée : Française
Version logicielle : v.1.67
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : Aurora Engine
Difficulté :
Multi-joueurs : 64 joueurs online
Abréviation : NWN SoU


Configuration recommandée :
CPU : 1Ghz
RAM : 256Mo
VIDEO : carte accélératrice 3D

Configuration de test :
CPU : Athlon 64 X2 3800+
RAM : 2Go
VIDEO : GeForce 8800GT avec 512Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1440x900 (16:10)
Niveau de détails :
Niveau d'anti-aliasing : 8x



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Neverwinter Nights

Shadows of Undrentide



Un an
Shadows of Undrentide a mis un an à voir le jour et son histoire se poursuivra dans l'add-on suivant : Hordes of the Underdark
après la sortie du jeu original, soit le 5 septembre 2003 en France, Neverwinter Nights : Shadow of Undrentide débarque et vient étoffer le contenu déjà très complet du soft. Coup de loupe sur cet add-on, son contenu et sa pertinence. Emportant le joueur vers une toute nouvelle histoire que celle visitée dans le jeu d'origine, SoU propose une épopée certes courte mais riche en révélations et en consistance. Courte, car elle n’a que 3 actes qui sont concrètement plus courts que ceux du jeu d’origine, et consistante parce qu’on a cependant pas le temps de s’ennuyer ! D’ailleurs, les nouveaux lieux explorés apportent à l’éditeur de nouveaux décors à exploiter pour le multi, plus les modules, un ajout non négligeable (désert). Question personnages, c’est un pléthore d’ajouts qu’il faut noter : plusieurs dizaines de nouveaux sorts pour tous niveaux/classes et des dons s'ajoutent à l'ancien contenu (en cohésion avec les ajouts qu’on retrouve dans les codexs additionnel du JDR d’origine : ADD). A cela s’ajoute 5 classes de prestiges (Archer-mage, Assassin, Chevalier Noir, Éclaireur Ménestrel et Maître des Ombres), déblocables en réunissant des conditions, dont des requis en dons précis, alignement et/ou races, pour ne citer que ceux-la (par exemple, la classe d'Assassin nécessite, entre autre, un alignement Mauvais). Pour les connaisseurs ce sont les classes issus du Livre du Maître des Jeux d’ADD, et c’est à la fois variés et pas assez : comprenons par là qu’il n’y a pas de choix disponible pour toutes les sortes de classes/personnages, ce qui fait que pour certains joueurs, cet ajout passe totalement inaperçu. Sur le plan de l’aventure, on a 16 monstres supplémentaires dans l’histoire ajoutée (collant aux nouveaux univers explorés) et donc exploitables via module. Ce qui peut être reprochable, c’est tout d’abord que la nouvelle histoire ne mène pas le personnage bien loin (on finit niveau 12~13 contre 16~17 pour l’histoire principale), et que le niveau maximum est toujours bloqué à 20. De même, aucune évolution graphique ne sera notable alors qu'un an sépare l'add-on de NWN. Ces 2 points sont cependant excusables, car techniquement NWN avait su marquer par ses jeux d’ombres & lumières, et par des graphismes suffisamment fouillés pour faire très bonne figure. On retrouve donc une fois de plus tout cela, et ce n’est pas un mal. Par contre, que les scripts de la quête principale ne soient toujours pas mieux adaptés aux parties en multi, c’est assez décevant : toujours des petits bouts de galère, même si ça n’est toujours pas de graves conséquences sur le déroulement final de l’histoire.



Un add-on, Note
question RPG, doit combler les attentes des joueurs qui ont déjà parcourus le jeu d’origine. Sur ce plan, on ne peut renier que Neverwinter Nights : Shadow of Undrentide remplit bien son rôle. Des ajouts de qualité (31 nouveaux objets, 50 nouveaux sorts, possibilité d'écriture de script pour ceux qui utilisent l'Aurora Toolset), une nouvelle histoire intéressante, le tout sans bousculer les acquis précédent. En plus, l'histoire qui commence ici continue dans la seconde extension : Hordes of the Underdark. C’est donc une réussite qui, sans prétention, vaut largement le coup d’être vécue.



Test réalisé par Aquel

mai 2009