Kane & Lynch (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2007
Développeur : IO Interactive
Editeur : Eidos Interactive
Genre : TPS

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Version logicielle : v.1.0
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : Glacier Engine
Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en coop' / jusqu'à 8 joueurs online
Prix au lancement : 55€
Score des ventes : 1.6 millions (tous supports)


Configuration minimale requise :
CPU : 2Ghz
RAM : 1Go
VIDEO : type GeForce 6 avec 128Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : Intel Core2Duo E6750 (2,66Ghz)
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce 8800GT avec 512Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Kane & Lynch

Dead Men



Io Interactive
Le jeu n'est pas spécialement beau, le gameplay a été très simplifié et la jouabilité est imprécise
est un développeur connu pour son fameux Hitman. Délaissant 47 pour un temps, la petite société nous pond cette fois une licence toute neuve bien que très proche de ses convictions ludiques, la profondeur en moins. Dans Kane & Lynch on prend le contrôle de Kane, un bagnard qu'on fait évader de tôle, pour prendre la tête d'un petit groupe de mercenaires (jusqu'à 4 gars). Pour une histoire de fric, sa fille et sa femme ont été kidnappées et il a 3 semaines pour rendre l'argent. En plus, il sera accompagné en permanence de Lynch, qui devra faire des rapports à son boss, un personnage complètement barge et sociopathe. L'ambiance est de mise, on se sent concerné par l'histoire de Kane mais il faudra faire avec une construction scénaristique boiteuse. Les cut-scènes sont peu développées et franchement molles, ce qui contraste avec une action survoltée et qui ne manque pas de punch. Il est possible de donner 3 types d'ordres à ses compagnons d'arme (aller ici, défendre la position et attaquer), via un système d'interactions simplifiées. L'ambiance de guérilla urbaine est parfaitement retranscrite, les balles sifflent rendant à merveille cette atmosphère d'insécurité. A contrario, l'IA est d'une débilité à toute épreuve ! Cette bêtise sans nom sera d'ailleurs compensée par des ennemis toujours en surnombre. Mais si nos adversaires sont franchement gogols, l'IA gère parfaitement nos compagnons d'arme. Ils suivent nos ordres à la lettre, se mettent à couvert, soignent les blessés et attaquent de façon efficace nos opposants. Comme ça on n'a pas tout le boulot sur les bras, ce qui rend bien notre place de leader. Via l'intercom, on sera toujours en contact avec Lynch et pour plus de fun, on peut jouer à 2 en co-op' dans le mode histoire. Le gameplay est simpliste au possible. Avec un bouton on passe en mode visée, Kane ne peut porter que 2 armes (Lynch aussi et on pourra se les échanger) et seulement quelques mouvements sont réalisables. L'avantage c'est d'avoir un jeu vite pris en main, la plupart des actions contextuelles passant par la même commande. Et on se retrouvera presque instantanément dans la peau de Kane, avec lequel on prendra plaisir à tuer du vilain mafieux.


Selon votre prédisposition
Des combats peu subtils mais défoulants
à la barbarie, vous prendrez aussi soin de ne pas tuer d'innocents, bien que ça n'influe pas sur le déroulement du jeu (c'est juste une question de morale). D'ailleurs en parlant de mort, lorsqu'on est touché l'écran rougit sur fond de noir & blanc et lorsqu'on s'écroule sous le feu nourri des ennemis, il y a généralement un gars de l'équipe (le plus souvent Lynch) qui viendra nous injecter de l'adrénaline histoire de continuer le combat. Attention toutefois à ne pas trop tirer sur la corde car généralement au delà de la 3e, c'est l'overdose. Il faut donc penser à se mettre à couvert pour reprendre son souffle. Dommage par contre cette manip' soit automatique et si idiote, car Kane se mettra dos à un mur sans qu'on lui demande, et refusera de le faire lorsque ce sera le moment. On aurait préféré un système plus simple et intuitif à la Uncharted ou Gears of War. Peu subtil, bourrin même, Kane & Lynch s'essayera à quelques originalités ou plagiat de bon goût comme la descente en rappel façon Rainbow Six VEGAS ou encore le niveau de la boite de nuit, assez sympa. Moins original mais bien plus impressionnant, à la façon d'un Stranglehold, on pourra presque tout détruire : murs, objets et surtout pilonnes, se dégraderont en temps réel sous le feu de nos armes automatiques. Sans être aussi poussé que dans le jeu cité, ça fait toujours plaisir d'avoir un niveau de réalisme assez convainquant. Dommage par contre que la jouabilité ne soit pas plus fiable. Au pad, le contrôle est imprécis (en jouant à la souris, la question ne se pose pas) et malgré des réglages accessibles via le menu d'options, on trouvera toujours le maniement bizarre et peu réactif. Les loadings se chargent alors qu'on entend des commentaires divers sur le déroulement de l'histoire. Original comme façon de faire patienter. Et il est vrai que la partie la plus soignée du jeu reste le son avec une ambiance particulièrement travaillée. Nous avons quelques musiques sur des tons dramatiques, d'excellents bruitages (surtout pour les armes) et des voix en français d'une excellente qualité. D'accord il subsiste beaucoup de gros mots et d'errances verbales mais globalement, le rendu est très bon. Ce qu'il l'est moins, c'est une réalisation graphique un peu dépassée. Les modélisations sont excellentes mais tous les décors sont vides et ça manque de détails.



Kane & Lynch Note
est un jeu d'action très sympa, qui ne réinvente pas le genre mais qui use agréablement de ses ficelles. Très proche d'un Max Payne, il ne manque que le bullet-time pour s'y croire, bien qu'on ne s'amuse pas autant qu'avec le jeu de Remedy. Pas le jeu de l'année mais pas non plus la daube que certains sites veulent nous faire croire, je pense que nous sommes en présence d'un titre très correct, peu subtil mais qui défoule. A guetter en occasion donc...



Test réalisé par iiYama

juin 2008