Half-Life : Opposing Force (PC)

 






 


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 1999
Développeur : Gearbox Software (VALVe Software)
Editeur : Sierra Entertainment
Genre : FPS

Support : 1 CD (nécessite Half-Life)
Version testée : Française
Version logicielle : v.1.0
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : GoldSource
Difficulté :
Multi-joueurs : 32 joueurs online
Abréviation : HL Opposing Force


Configuration recommandée :
CPU : 400Mhz
RAM : 64Mo
VIDEO : carte accélératrice 3D avec 16Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : AMD Athlon 2800+
RAM : 768Mo
VIDEO : GeForce FX5700LE avec 256Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1024x768 (4:3)
Niveau de détails :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Half-Life

Opposing Force



The game of the year '98 a déjà un an, son succès est incontestable (8 millions de pièces vendues !) et sa renommée n’est plus à prouver. VALVe continue a abreuvé le Net de patches visant à corriger les rares bugs qui trainent encore et étant donné que le jeu est "open source" (libre de droits), Half-Life possède un nombre record de MODs (des add-ons amateurs). Des programmeurs en herbe et de génie ont créés divers mondes parallèles à celui d'Half-Life (notamment la troupe d'Independant Software), voire même des jeux complètement différents. Mais VALVe n'a pas non plus chômé puisqu'ils ont créés l'add-on qui fut considéré comme le meilleur FPS multi-joueurs pendant des années : Counter Strike (encore usité de nos jours). Mais ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est un add-on dit solo : Opposing Force. Half-Life ne pouvait rester en l'état et comme tout bon FPS qui se respecte, un add-on de grande qualité se préparait en douce. Le projet fut confié à Gearbox qui eu donc un an pour sortir un opus original et parfaitement en phase avec l'aventure principale. Gearbox, au moins aussi inspiré que VALVe pour la création de cet add-on, fut adulé tant son aventure est excellente. Noël 1999, pour la 2e fois, Half-Life est primé comme jeu de l'année.



Développement scénaristique

Opposing Force
Le scénario apporte quelques détails intéressants et le fait qu'il soit parallèle à celui de Gordon, est un vrai plus
nous met dans la peau d'un de ces Marines qui a tenté d'endiguer la tragique histoire de l'invasion du monde par des extra-terrestres venu de Xen, suite à l'ouverture (accidentelle ?) d'un portail inter-dimensionnel. Scénaristiquement parlant, si on ne connaît pas l'histoire originale (ce serait tout de même idiot de commencer à jouer un add-on sans connaître l'aventure principale) on risque d'avoir de gros blancs. Gordon Freeman est l'homme à abattre, toute l'armée le cherche et pourtant, il est le seul espoir de l'humanité (le genre humain aime tant scier la branche sur laquelle il est assit). Dans cet épisode, vous contrôlerez le caporal Shepard, fraîche recrue des Marines. Vous partez donc pour le complexe de Black Mesa mais vos supérieurs cachent les faits. Une fois sur place, l'hélicoptère qui vous mène au front est abattu en plein vol par un ovni et vous allez vous retrouver sans arme, sauvé in extremis de la mort par un scientifique. C'est à ce point que vous prenez les commandes. Opposing Force offre un scénario parallèle à celle de Freeman dont vous croiserez quelques fois la route (il est d'ailleurs sympa de voir Freeman vous passer sous le nez lors de divers passages-clé). Vous ferez vous aussi plusieurs fois la rencontre de G-Man, qui vous sauvera la vie dans un premier temps pour vous tendre un piège juste après. Mais le pire sera à venir puisque l'armée, impuissante devant l'ampleur de la catastrophe, sera à son tour attaquée par une force armée inconnue qui aura pour rôle de liquider toute trace de vie (la NSA ?). Peu à peu, Shepard comprendra que le combat de Freeman est juste, et le caporal, assisté de ses collègues, rejoindra le camp de l'espoir. Dans tout ça, on appréciera de visiter de nouveaux recoins de l'installation de recherche (notamment les labos où les scientifiques faisaient des expériences sur les spécimens venus de Xen), et si le scénario n'est pas non plus digne d'un film, il reste malgré tout très agréable et finement écrit. En somme Gearbox a bien saisi toute l'essence d'Half-Life, qu'ils restranscrivent ici avec beaucoup de finesse. C'est au point qu'on croirait que c'est VALVe lui même qui a développé ce jeu.



Jouabilité & Gameplay

Rien ne change,
Nous avons de nouvelles armes, de nouveaux monstres, de nouveaux lieux... En un an, Gearbox n'a pas chaumé !
surtout pas les défauts. Les défauts ? Et bien le jeu est toujours trop rapide, ce qui rend les déplacements extrêmement imprécis et comme on sera encore confronté des phases de plate-formes, comprenez bien que l'ensemble sera une nouvelle fois bien pénible à franchir (heureusement les quick-saves nous aident bien). Après ça, on retrouve des énigmes (parfois un peu tordues) et plus d'interactions avec les PNJs (ça c'est bien) : les toubibs peuvent vous soigner, les ingénieurs peuvent découper une porte au chalumeau, on retrouve naturellement les gars de la Blue Shift (qui peuvent être d'une bonne aide quand ça chauffe) et les scientifiques viennent nous ouvrir la porte. Le déplacement de certains objets, comme des caisses (pour monter dessus) est toujours aussi mal mis en oeuvre mais heureusement à côté de ça, Opposing Force amène tout un tas de nouveautés. On découvrira de nouvelles armes (Desert Eagle à visée infrarouge, fusil de sniper, M60 et de nouvelles armes extra-terrestres), pas mal de nouveaux monstres (qui sont en plus des durs à cuire !) et un nouveau mouvement : la montée de corde. Difficile à maîtriser, surtout pour passer de l'une à l'autre, ces passages apportent tout de même une belle variante aux échelles. Petite anecdote : Shepard troquera le pied de biche de Gordon contre une énorme clef à molette, et il échangera la lampe torche contre des lunettes de vision nocturne. D'ailleurs Gearbox a planché sur sa copie puisque même la salle d'entraînement a entièrement été refaite (elle se déroule dans une base militaire). En bref, le studio en charge de ce développement n'a pas chômé et le résultat est là ! On y retrouve l'ambiance si particulière d'Half-Life, sa réalisation mais avec ses nombreuses nouveautés, une durée de vie plus que correcte (environ 6 heures) et un scénario bien écrit, on n'a pas du tout l'impression d'une redite. C'est quasiment un sans faute, car c'est presque aussi bon que l'original...



L'image

Le jeu reste à
Le jeu a été légèrement lifté, quelques nouveautés font leur entrée mais globalement, ça reste du Half-Life pur souche
peu de chose prés le même. A l'heure des Quake III et autre Rainbow Six, Half-Life affiche toujours une belle 3D. Le moteur commence un peu à vieillir mais graphiquement, ça reste beau. Certains chapitres se déroulant dans les rocheuses révèlent même de magnifiques textures. D'ailleurs on profitera de nouveaux décors, on refera quelques rapides passages sur Xen et les labos semblent plus détaillés qu'un an auparavant. A vrai dire, c'est même fou comme le jeu est varié, en alternant vraiment les lieux et les situations. Les monstres aussi ont été légèrement retouchés (avec un peu plus de détails) et les nouveaux sprites (monstres, ennemis humains et PNJs) sont très convaincants. Côté animation, je ne le dirais jamais assez, le scrolling d'Half-Life est trop rapide. C'est chiant parce que le jeu se finit forcement plus vite et que la jouabilité devient imprécise lors de ces phases délicates de plate-formes où Shepard se prend pour Mario. Mais force est de constater qu'un PC plus que modeste s'en sortira bien, preuve que le moteur est bien optimisé. La 3D est fluide et peu de bugs viendront vous gêner.



Le son

Opposing Force
Hormis ce qui a été repris de l'opus original, il m'est difficile de féliciter la partie sonore
offre plus de musiques (au début du jeu) qu’Half-Life, puis la tendance s'effondrera pour devenir très rare sur la fin (par exemple, ça manque vraiment d'une musique épique lors de l'affrontement contre le boss final). Les bruitages sont les mêmes que dans l'original, les nouvelles armes sont bien accompagnées... bref l'ensemble respire la qualité. La qualité, sauf peut-être pour le doublage. Si on remercie les développeurs pour ce doublage français tout à fait correct (même si un PNJ alternera parfois 2 ou 3 voix différentes selon ce qu'il nous dit), le sampling parait souvent trop bas. Tout d'abord le mixage est assez mauvais puisque les bruitages sont beaucoup trop forts par rapport au reste. Résultat il arrive qu'on ne comprenne rien à ce qu'on nous dit, et les rares musiques sont totalement en sourdine (les options n'y changeant quasiment rien). C'est un peu regrettable, d'abord pour les voix, ensuite parce qu'on le sait, une ambiance est d'autant plus soutenue que sa bande-son est bonne. C'est un peu dommage quand même...



Note générale

Opposing Force est à l'image d'Half-Life : un jeu prenant, bien réalisé (pour l'époque) et ayant une ambiance rarement vue. Si le jeu était sorti 6 mois après l'original, son impact aurait été plus fort mais Gearbox comme VALVe, voulait profiter de l'effet Noël. Le résultat reste quand même impressionnant puisque l'aventure, qui se déroule en parallèle de celle de Gordon Freeman, sera vraiment bien menée. Trahison, action, suspense, caméo, apparitions de G-Man et de Gordon Freeman... tous les ingrédients d'un bon scénario sont réunis pour vraiment faire plaisir aux fans et pour apporter quelques détails de plus à l'histoire originelle. De plus, le jeu réinjecte avec parcimonie et intelligence des lieux connus, et la qualité d'écrire comme la variation très plaisante des lieux, éviteront toute sensation de redite par rapport à l'oeuvre originale. Ainsi Gearbox offre avec Opposing Force un add-on de grande qualité qui relance avec plaisir l'intérêt d'Half-Life et pérennise le mythe du jeu. Entièrement en Français, vivre cette histoire parallèle et cohérente a quelque chose de grisant, et ainsi poursuivre l'aventure Half-Life sera toujours un moment de plaisir.


Test réalisé par iiYama

septembre 2006