Die Hard (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mai 2002
Développeur : Piranha bytes
Editeur : Sierra
Genre : FPS

Support : 1 CD
Version testée : Américaine
Version logicielle : v.1.04.1
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Moteur graphique : Lithtech 2.0
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : Die Hard
Titre alternatif : Die Hard : Nakatomi plaza


Configuration recommandée :
CPU : 800Mhz
RAM : 256Mo
VIDEO : type GeForce 2 avec 32Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : AMD Athlon 64 X2 3800+
RAM : 2Go DDR
VIDEO : GeForce 7900GS avec 256Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Die Hard

Piège de Cristal



Nommé Die Hard : Nakatomi plaza
Si on retrouve bien l'ambiance du film, au contraire les graphismes sont décevants
de l'autre côté de l'Atlantique, cette nouvelle adaptation du mythique film Piège de Cristal se joue cette fois en vue FPS (contre un beat-them-all pour les versions SEGA). D'ailleurs le jeu ne sera que peu diversifié, à l'image du film, puisque vous arpenterez les 30 étages du building où sont retenus prisonniers une trentaine d'otages. Très fidèle au long métrage, le jeu en reprend l'exact scénario jusque dans les scènes les plus marquantes : "now i have a machine-gun hohoho !", l'appel aux flics sur les toits, l'arrivée du flic en bas de l'immeuble sur lequel on balance gentiment un cadavre… rien ne manque. D'ailleurs, il est plus facile de comprendre la tournure du scénario lorsqu'on connaît le film et Hans Grubber, le big méchant de l'histoire, est volontairement de dos dans toutes les scènes, pour ne pas gâcher l'une des plus cruciales scènes de fin. Techniquement, le jeu use du moteur Lithtech 2.0 de Monolith ayant déjà sévi dans No One Lives Forever. Plus clairement, si le jeu n'est pas moche, on est loin des standards de cette époque. A titre comparatif, No One Lives Forever a déjà 2 ans (son moteur graphique aussi), Quake III a déjà plus d'un an et de gros titres tel que Red Faction sont sortis depuis un moment déjà, et tous sont plus beaux. Autant dire que les graphismes accusent l'âge du moteur, d'autant que les textures sont bien souvent peu travaillées. Ajoutez à ça une modélisation moyenne des personnages et une animation pas toujours fluide et vous comprendrez mon point de vue. Dans le sillage des railleries, on pourra aussi pester contre une IA crétine. Les gars font des roulades évasives inutiles, ils courent parfois dans tous les sens, se cachent derrière des cartons (!) ou pire encore, reste totalement immobiles pour mieux se faire shooter. Le pire exemple étant que les grenades aveuglantes vous éblouissent et vous assourdissent vous, mais pas ceux qui sont tout à côté (moins d'un mètre). C'est débile !


John McClane
Le gameplay est simple, la prise en mains n'en est que plus rapide
ne peut porter que 2 armes sur lui, ce qui le rend humain finalement. Quelques pétoires vues dans le film dont la fameuse "machine-gun" et son bon vieux Beretta seront l'arsenal mis à disposition. Pour égayer un gameplay un tantinet bourrin, les développeurs nous ont concoctés quelques passages plus fins, comme celui où il faut trouver une pince pour désactiver les bombes qui risquent de faire écrouler tout l'immeuble. En guise de lampe, John utilise un zippo et il est agréable de pouvoir se servir du 9mm en même temps (les mitrailleuses prenant les 2 mains). Dans le même ordre d'idée, on pourra montrer sa plaque aux gars du SWAT (ça évite qu'ils nous dégomment) et on prendra aussi la hache de pompier pour se frayer un chemin, hache qui peut servir d'arme même si sa portée est très limitée. C'est toujours bon de se sentir dans la peau d'Hannibal Lecter le temps d'un niveau. Je regrette par contre que les mouvements de la souris soient si mal détectés (les réglages n'y changeant rien). Ça donne des mouvements de caméra saccadés qui font mal aux yeux mais je pense que c'est dû au fait que les souris laser n'existaient pas encore en ces temps là. Sur la partie sonore, il n'y a pas grand chose à signaler. S'il est dommage que ce ne soit pas la voix de Bruce Willis qui soit incluse au jeu, celle de substitution reste convaincante. Etant donné que j'ai testé la version américaine, je ne peux me prononcer sur la qualité du doublage français. Les musiques sont sympas, alternant ambiance et musicalité plus agressive, un peu dans comme un film (cette partie aussi rappelle NOLF, le côté 70's en moins) et les bruitages sont globalement bons.



Revivre l'excellent Note
Piège de Cristal des yeux de John McClane dans un FPS nerveux, fut une bonne expérience. Assez linéaire, plus moche qu'impressionnant, j'ai tout de même accroché. Difficile pourtant de juger un titre aussi vieux mais si je dois le comparer aux titres sortis à la même période, il est clair que ce Die Hard ne suit pas. Par exemple Outbreak et Return to Castle Wolfenstein sont sortis 8 mois plus tôt, tout comme l'excellent Aliens vs Predator 2. Plus fort encore, le puissant Soldier of Fortune II, grosse gifle graphique de cette époque, est paru le même jour que Die Hard. Autant d'exemples qui prouvent que ce titre, aussi sympa soit-il, n'est qu'un petit jeu. Graphismes vieillots et gameplay limité étant ses pires tares. Pourtant comme je l'ai déjà dis : j'ai accroché, l'action étant survoltée par moment et l'histoire (exacte copie du film) étant agréable à revire.



Test réalisé par iiYama

décembre 2007