Crysis Warhead (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 2008
Développeur : Crytek
Editeur : Electronic Arts
Genre : FPS

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Version logicielle : v.1.1.1.687
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : CryENGINE 2
Difficulté :
Multi-joueurs : 32 joueurs online
Prix au lancement : 30€
Score des ventes : 1.5 Millions


Configuration recommandée :
CPU : double-coeur à 2,4Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : type GeForce 8600GT avec 512Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : Intel Core2Duo E6750 (2,66Ghz)
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce 8800GT avec 512Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1024x768 (4:3)
Niveau de détails :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Crysis

Warhead



Le plus beau et le puissant FPS de Noël dernier fait son come-back, en nous proposant comme c'est souvent le cas, une aventure parallèle à la précédente. Cet add-on stand alone (il n'a pas besoin du Crysis originel pour fonctionner) reprend l'exacte recette de son prédécesseur, une formule qui n'évolue pas mais qui reste diablement efficace. Toujours à la pointe de la technologie, le CryEngine2 fait encore des merveilles et fera une fois de plus, souffrir votre PC. Mais le résultat est là, cette année encore Crysis met une grosse claque aux amateurs de FPS et place la barre très haut en matière de graphismes. Afin d'être le plus à même de juger cette aventure parallèle, j'ai rejoué à Crysis. Ainsi il m'a été plus facile de comprendre l'histoire et de faire la différence entre les deux réalisations. Il subsiste donc 2 questions, l'une plus importante que l'autre : Crysis sera-t'il une fois de plus, le plus beau jeu de l'année et surtout, que vaut cet add-on ?


Développement scénaristique

Scénario : cliquez pour ouvrir

Une chose est sûre,
La vidéo d'intro se paye le luxe d'être moins belle que le jeu lui-même
le scénario est franchement léger. On apprend tout de même quelques détails de plus. Psycho est un anglais (et non un américain), on aura de nombreux flashback, le scénario s'imbrique à celui de Nomad (mais on ne le verra jamais) et le jeu débute par une vidéo (et non une cut-scène comme ce fut le cas). Cette vidéo se paye en plus le luxe d'être moins belle que le jeu lui-même. L'avantage par contre, c'est que l'action est immédiate. Façon débarquement, dés les premiers instants on est plongé dans le vacarme de la guerre. Le ton est donné, il n'y a presque plus de mise en ambiance mais on gagne en nervosité. A la fin de Crysis lorsque Psycho dit à Nomad qu’il ne le croirait pas s'il lui racontait ce qu'il avait fait en son absence, et bien il avait raison le bougre. Car si le scénario reste un peu bateau (je vous ai donné que les grandes lignes), l'aventure de Psycho ne manque pas d'originalités. Etant donné qu'on connaissait déjà le visage de notre héros, les développeurs nous ont évités le "syndrome Half-Life" où on voit toute l'action des yeux du héros. On verra donc son personnage de l'extérieur, lors de quelques cut-scènes en 3D temps réel assez sympas. Elles ne sont pas toutes bien faites mais restent très convenables dans l'ensemble. Si 3e épisode il y a, on a de forte chance de clôturer la trilogie avec l'aventure de Prophet, un épilogue qui pourrait bien s'avérer très intéressant puisque à la fin du premier épisode, ce dernier repart pour l’île.



Jouabilité & Gameplay

Pas la peine
De nouvelles armes, plus d'action mais un jeu plus court
de le préciser, tout le monde s'en doute, Psycho est équipé de la même super combi que Nomad. Je ne reviens pas sur ce super gadget de folie qui nous a tant fait rêver lors de Crysis. Moins linéaire, Warhead propose plus de variétés. Des situations plus tendues, plus d'action, plus de décors différents, on alterne tour à tour les grandes phases de Crysis (le vaisseau en moins) sans qu'il y est de réel découpage. Mais cette diversité a un prix, celui de la liberté. Warhead devient donc un FPS plus linéaire où on avance quasiment droit devant tout le temps. On retrouve plus de missions secondaires mais globalement, Crysis n'a jamais été aussi dirigiste. Fini les phases d'infiltration, cette séquelle se veut plus bourrine, à l'image de son héros. Un héros moins posé, moins réfléchi, plus rentre-dedans, mais auquel on s'attache ne serait-ce que par son humanisme et sa jovialité. L'avantage c'est qu'on ne fera jamais 2 fois la même chose mais en contre-partie, l'aventure est très courte. Question multi, on dispose cette fois du tant attendu Team Deathmatch pour les parties en ligne et comme tout bon add-on, il y a quelques nouveautés. On commencera par le fait de pouvoir porter 2 armes de plus (mitraillettes légères et explosifs), et comme nouvelles pétoires on retrouve une double-mitrailleuses sympa, un nouveau fusil d'assaut très efficace et un lance-grenades bien puissant. Mais le vrai plus de cet épisode c'est le réajustement de la puissance du fusil à pompe. En effet, dans Crysis il était minable car il fallait souvent 3 cartouches pour tuer un seul mec, alors qu'ici on les dézinguera d'un seul coup (soit tout l'intérêt de cette arme). On peut aussi souligner le fait que les "mercenaires classiques" sont plus faciles à battre. Un tir dans la tête ou seulement quelques pruneaux dans le buffet suffisent pour les envoyer à la morgue. Ce n'était pas le cas avant, et c'était pas bien réaliste non plus.


L'une des
Peu d'évolutions du gameplay mais toujours autant de puissance et un nouveau mode multi
originalités de cet épisode sera de fouiller un autre croiseur, échoué et prit dans la glace. Dans ce passage, il a beaucoup de gars en nano-combi (les autres étant gelés) ce qui enlève tout le prestige d'en avoir une. A croire que c'est à la mode, une mode qui rend nos adversaires plus difficiles à battre. D'ailleurs avec Nomad on était le Roi, une sorte de super soldat, dans cet épisode on se sent plus terre à terre, amoindri, juste un pion de plus. Autre changement, en -easy- les munitions se ramassent toute seules. Vous vous souvenez sûrement qu'avec Nomad il fallait les ramasser manuellement, c'était plus réaliste. Avec Psycho on chope ça à la volée comme dans la plupart des FPS classique. Dommage aussi qu'on ne puisse toujours combiner 2 fonctions en même temps (comme la vitesse et le camouflage) bien qu'on ne puisse pas leur en vouloir. Il est par contre plus frustrant que cette saleté de jauge de puissance s'effondre au moins mouvement. En utilisant la gattling on peut à peine tirer, le mode camouflage ne dure que quelques secondes, idem pour la vitesse max, ce qui à la longue est frustrant. Ca incite à tricher pour l'avoir de façon infinie et ainsi apprécier une nouvelle dimension du jeu. Autre partie intégrante de Crysis qui ne change pas, l'IA comporte toujours quelques errances notables. Enfin je terminerai ce chapitre avec les véhicules. Il y en a deux nouveaux (le blindé et l'aéroglisseur) et on aura plus de passages les impliquant. Etant donné leur puissance de feu, on ne s’en plaindra pas. Dernière chose, Warhead nous évite les passages pénibles (notamment celui en ADAV), ce qui le rend plus sympa à jouer même s'il est toujours aussi difficile.


L'image

Warhead
Warhead est plus beau que Crysis tout en étant optimisé. La grande classe !
(qui veut dire "ogive" en Français) est une nouvelle fois un jeu magnifique. Le CryEngine2 n'a pas prit une ride et fera chauffer votre PC. Un conseil, disposez d'un bon gros matos pour en profiter au maximum de ses moyens. Car si Crysis est un jeu gourmand, en contre-partie il nous le rend bien. Véritablement somptueux, les modélisations se sont largement enrichies (surtout pour des visages devenus hyper réalistes) et les décors sont merveilleux. On passera d'une banquise verglacée à une forêt tropicale, d'une mine désaffectée à une base militaire, avec toujours une 3D splendide. On retrouve parfois les mêmes décors sous un angle différent mais généralement, ce sera de nouveaux environnements. D'ailleurs on connaissait le soleil, la nuit et la neige, désormais il faudra aussi faire place à la pluie. La gestion de la physique est toujours aussi bluffante, on retrouve le même type d'objets destructibles (barracas, véhicules) et d'autres toujours aussi "invincibles". La destruction massive ce sera peut-être pour le prochain opus. Mais il faut reconnaître que déjà en l'état, le gameplay est formidable. Personnellement couper des feuilles sous le feu de la mitrailleuse ou sectionner un arbre au pompe, est toujours un régal. Et encore je parle pas de tout ce que je fais péter au lance-missiles. Malheureusement, si Crysis reste l'énorme claque visuelle d'il y a un an, voire même plus (si si c'est vrai), on déplore toujours de nombreux bugs. Des bugs auxquels on avait fermés les yeux l'an passé mais qui sont cette fois plus difficile à digérer. En effet, un an sépare les 2 jeux et la moindre des choses c'est d'arranger le plus possible de problèmes. Et ce n'est pas le cas, bien entendu. Le plus pénible sera de fréquents retour sous Windows (plantages) ainsi qu'une pléthore de bugs visuels. On peut par exemple citer des mercenaires qui meurent tout seuls (?) ou encore la poussière qui se soulève sous les roues d'un camion... à l'arrêt (!). Comme je joue dans un niveau de détails assez élevé, les chargements sont longs (plus que dans Crysis). De base on retrouve dans les options la V-Synchro et la possibilité de désactiver le flou de mouvement (une bonne chose) et si le jeu est plus beau, ce n'est pas dû à l'optimisation du code comme on l'entend un peu partout. Non non non... J'ai joué à Crysis il y a à peine 3 jours, et je viens de finir celui-ci ce soir et je peux vous dire que le moteur n'a pas changé. Ce qui fait dire qu'il a été amélioré c'est un aliasing plus prononcé lorsque le FSAA n'est pas activé ainsi qu'une dégradation visuelle plus agressive (les pop-up sont légions). Alors ok le jeu est plus encore beau que son prédécesseur, faisant de lui la nouvelle référence en la matière mais il faudra aussi faire avec un grand nombre de bugs (notamment des problèmes de scripts qui se déclenchent pas ou Psycho qui refuse de monter une échelle) et une soi-disant optimisation qui ne fait que dégrader l'image au niveau de détails intermédiaires. Enfin les benchmarks ont disparus (dommage).


Le son

Difficile d'arriver
Le doublage est un cran en dessous
au même niveau d'excellence que Crysis. Pourtant Warhead fait fort d'un côté et déçoit un peu de l'autre. Il déçoit parce que le doublage est moins bon (notamment le doubleur de Psycho ne vaut pas celui de Nomad) et les développeurs ont repris toute la base des bruitages de Crysis. Rien de neuf donc bien que c'était déjà parfait. Difficile de râler. On a en plus quelques musiques vraiment sublimes à se mettre sous l'oreille, à commencer par celle du menu principal qui est magnifique. On peut aussi féliciter celle de la course poursuite en aéroglisseur. Ces musiques sont grandioses, symphoniques et digne des plus grands films. Du beau boulot, à peine entaché par un doublage un cran en dessous (bien que déjà meilleur que dans la plupart des jeux).


Note générale

Vendu pour 30€ seulement, le prix est directement proportionnel à la longueur du jeu. Plus court mais aussi plus intense, plus bourrin et plus diversifié ! Les situations sont toutes originales par rapport à Crysis, on visitera de nouveaux et somptueux décors et on ne fera jamais 2 fois la même chose. Le gage d’une grande diversité qui malheureusement se paye au prix de la liberté d'action. Warhead propose aussi quelques nouveautés (armes, véhicules) mais ne dispose pas d'un scénario pêchu. Plus prétexte, plus conventionné et formaté, Crysis Warhead fait entrer la série dans un classicisme qu'on ne lui connaissait pas. Pourtant il faut bien l'admettre, la "magie Crysis" fonctionne encore. La nano-combi est toujours un régal à se servir (j'aurai juste aimer avoir plus de temps pour chaque fonction), l'action est survoltée et c'est toujours aussi beau, si ce n'est plus ! Les cavernes, les plateaux enneigés, la jungle... on s'explose les mirettes à condition d'avoir un PC musclé. Seul regret finalement, la fausse optimisation du moteur 3D est décevante, tout comme le fait de devoir encore subir un grand nombre de bugs. Malgré ça, Crysis Warhead reste un très bon jeu, surtout au prix où il est vendu. Jouer Psycho est un régal, on y découvre une autre facette de l'île, une autre façon de jouer à Crysis. S'il n'est plus le chef-doeuvre qu'il fut, cette aventure parallèle à celle de Nomad reste accrocheuse et c'est toujours aussi fun. Contrat rempli avec succès.


Test réalisé par iiYama

septembre 2008