Cryostasis (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : février 2009
Développeur : Action Forms
Editeurs : 1C / 505 Games
Genre : FPS - survival horror

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : AtmosFear 2.0
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 40€


Configuration recommandée :
CPU : dual-core 2.2Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : type GeForce 8800 avec 384Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : Intel Core2Duo E6750 (2,66Ghz)
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce GTX260 avec 896Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :
Niveau d'anisotropie :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Cryostasis

Sleep of Reason



Etant donné la
Tous les moyens sont bon pour lutter contre l'hypothermie
disette en gros jeux ces derniers temps, le brave Cryostasis est presque passé pour un hit lors de sa sortie. Heureusement il reste des testeurs lucides et honnêtes pour vous donner un avis qui ne va pas toujours dans le sens de la presse online (et ce n’est pas Jeux Vidéo Magazine qui me contredira). Car ici on n'a pas le pouvoir et la notoriété de certains sites, donc on n'a pas de pots de vin et on ne force pas les ventes d'un jeu moyen... résultat on est plus objectifs. Car il faut bien que quelqu'un remette Cryostasis à sa place, à savoir au rang des petits jeux, vaguement original et qui peut séduire un certain public, voire même amusé un temps. Les développeurs du vomitoire Vivisector (ne cherchez pas, on n'a pas tester ce... truc) sont de retour avec un FPS très orienté aventure et loin d'être un titre bourrin. Ce serait même le contraire, dans Cryostasis on incarne un voyageur à traîneau qui tombe sur un brise-glace en plein pôle nord. Le bateau semble déserté alors on entre y jeter un petit coup d'oeil et tout de suite c'est une autre histoire... plus horrifique. Pourtant, j'ai dû mal à qualifier Cryostasis de survival-horror. A base de flashback, notre héros voit le passé et nous permet de comprendre comment on est tombé dans cette galère. Ambiance "horreur" oblige, le jeu n'est pas super flippant (on n'est pas dans Dead Space) mais il nous file quelques coups de sang assez bienvenus. Jeu d'ambiance et d'exploration, on doit quelques fois déjouer des énigmes simples, souvent en prenant les rênes du passé d'un mort, qui bloque le passage.


Cette capacité
Le gameplay rappelle Condemned
"echo-mentale" nous fait donc revenir quelques temps en arrière en entrant dans la peau de quelqu'un d'autre, nous fait comprendre certaines parcelles du scénario et en évitant que le gars meure, ça nous libère le passage. C'est l'une des grandes forces du jeu. Moins original, le gameplay est basé sur celui de Condemned, à savoir qu'on a une progression très lente, scriptée à un point à peine croyable et les rares phases d'action se résument comme dans le jeu de Monolith, à de la baston à mains nues ou avec des objets peu communs et plus tard avec des armes. C'est moins bien mis en oeuvre mais ça reste accessible et assez bien fait. L'autre innovation majeure du titre, ce sont les 2 jauges qui conditionnent notre personnage. La jauge d'endurance ne nous permet pas de courir longtemps et chaque coup porté en ampute aussi. Il faut donc se reposer pour qu'elle remonte. La 2e jauge et non des moindre, est celle de la température corporelle. Comme on est bloqué sur un énorme bateau pris dans la glace, tous les moyens sont bons pour se réchauffer (une lampe, un moteur ou tout simplement un feu) sinon c'est l'hypothermie suivie de mort. Par contre, on a un total manque de réalisme. Que ce soit scripté, bon passe, après tout ça sert à l'ambiance mais qu'on se retrouve face des scènes totalement incohérente en 2009, là je dis non. Ok le jeu vidéo n'a rien de vraiment réel mais quand même, ici c'est abusé. Je vous donne 2 exemples : c'est en se réchauffant qu'au début du jeu on débloque la grille qui nous permet d'accéder à la suite, ou mieux encore, lorsqu'on est sur zodiac pour aller d'un point A à un point B, le bateau avance tout seul (comme les cygnes de Disney) alors qu'il n'y a ni gouvernail, ni moteur et surtout qu'on ne le pilote pas. C'est pas débile ça ?


Ah, j'oubliais,
Le jeu n'est pas laid, il est juste un peu dépassé mais ça ne l'empêche pas d'avoir de superbes passages
l'histoire est tout aussi farfelue. Au début du jeu on nous promène avec un conte indigène, qui ne sera développé que par la suite et qui n'a aucun sens dans le contexte (évidemment le sens ne se trouve qu'après). Seulement, lorsqu'on trouve les feuilles qui nous racontent cette histoire, l'image change toute seule, sans parler de la voix off. C'est la fête ! Ce réalisme à coucher dehors m'a laissé béat d'incompréhension. Serait-on revenu à l'âge de pierre de la narration ? La réalisation est par contre assez bonne. Graphiquement on est loin des standards actuels (après tout, n'est pas Crysis qui veut) mais certains passages s'en sortent mieux que d'autres et les effets d'éclairage sont réussis. En plus, la retranscription de la température est si crédible que derrière son clavier et sa souris, on a presque froid (c'est idéal lors des canicules). Par contre j'ai trouvé regrettable que l'aventure soit sectionnée en plusieurs loadings. Et le streaming alors ? Dire que je pensais la technique acquise... Enfin le son est assez soigné. L'atmosphère y est chargée, glaciale et les bruitages sont aussi dans le ton. Et si on reconnaît bien quelques doubleurs pros, déjà entendus dans d'autres jeux ou au cinéma (comme Serge Bourrier qui a déjà sévit dans DOOM 3) avec bien entendu un professionnalisme étonnant, on regrette juste une totale désynchro labiale qui fait un peu tâche (les lèvres bougent et aucune parole n'en sort ou inversement, les lèvres ne bougent pas et ça parle quand même).



Cryostasis Note
tient plus en halène pour son scénario inquiétant et dont on veut toujours en savoir d'avantage, plus que pour tout le reste. Le fait de prendre possession des corps est une bonne idée, les bastons à mains nues sont déjà vues mais sympas, et la réalisation sert assez bien le jeu. Non le vrai problème c'est la lenteur de tout ça, la redondance des décors (forcément, on est enfermé dans un bateau) et les problèmes volontaire de cohérence. Alors je réitère mon prologue, Cryostasis nous on le remet vite à sa place, à savoir au rang des petits jeux, car il est vaguement original et peut séduire un certain public, voire même amusé un temps. Quand à dire que c'est un grand jeu, y'a tout un monde...



Test réalisé par iiYama

février 2009