Call of Duty: Modern Warfare 2 (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2009
Développeur : Infinity Ward
Editeur : Activision
Genre : FPS

Support : 2 DVDs
Version testée : Française (v.1.0)
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR
Moteur graphique : IW 4.0
Difficulté :

Multi-joueurs : 18 joueurs online (pas de serveurs dédiés)
Abréviations : COD6 - COD MW2
Titre alternatif : Call of Duty 6
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 24 Millions (tous supports)


Configuration minimale requise :
CPU : 3Ghz
RAM : 1Go
VIDEO : avec 256Mo de VRAM et compatible Shader Model 3.0 (GeForce 6600GT / Radeon 1600XT)

Configuration de test :
CPU : Intel Core2Duo E6750 (2,66Ghz)
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce GTX260 avec 896Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Call of Duty

Modern Warfare 2



Depuis le fameux salon de l'E3 2009, on entendait plus parler que de lui, du retour du fils prodigue. On savait Infinity Ward doué pour les FPS, surtout depuis Call of Duty 2 mais pas à ce point. En effet le développeur en avait sûrement marre de nous faire bouffer de la Seconde Guerre Mondiale donc il a tourné la série vers des conflits, certes fictifs, mais modernes (et les rapprochements avec les guerres actuelles sont faciles à faire). Proposant un moteur 3D très efficace, un multi-joueurs absolument génial (pour preuve, 2 ans plus tard il est encore pratiqué en masse) et une campagne solo hyper scriptée mais au service de l'action, Infinity Ward et son éditeur Activision, ont fait carton-plein. Vous voulez des chiffres ? Et bien le premier Modern Warfare a trouvé preneur à hauteur de 6.5 Millions de copies sur PS3 (qui n’avait alors qu’un an au Japon et seulement 6 mois chez nous) et plus de 9 Millions sur Xbox 360. Et encore là on ne parle pas des ventes PC (qui restent encore très floues) ou des diverses adaptations sur Wii et consoles portables. Bref, Modern Warfare est devenu un rouleau-compresseur à lui tout seul, à tel point qu'Infinity Ward était prêt à se débarrasser du préfixe "Call of Duty" pour nommer sa suite, simplement Modern Warfare 2. On peut donc le dire, avec Bioshock et Crysis, Call of Duty 4 aura marqué son temps et aura fait de l'année 2007 celle du FPS. Si l'an dernier nous avons fait un retour en arrière grâce (ou à cause selon mon point de vue) à Treyarch et son (un peu décevant) World at War, nous sommes tous heureux de voir Modern Warfare refaire surface. Avant même sa sortie, le jeu a été magnifié des plus glorieux adjectifs, à tel point que ce devait être un succès assuré. Personnellement je n'aime pas trop quand un jeu fait tout ce battage médiatique, car souvent c'est un peu de la vente forcée. Il faut dire qu'avec ses 150 Millions de $ de mise en place marketing (contre seulement 50 Millions de $ de développement, cherchez l'erreur), on en a bouffé de la pub ! Et comme nous ne sommes pas assujetti à des pressions commerciales et autres pots de vin, et on est sans doute plus objectifs que la presse spécialisée. Heureusement cette même presse n'a pas affublé ce brave jeu de "parfait" comme ce fut le cas de Bioshock (ce qui m'avait passablement énervé) mais fut malgré tout unanime puisqu'il n’a reçu quasiment que des éloges. Donc après cette "brève introduction", nous allons voir en détails si oui ou non, Modern Warfare 2 mérite bien tout le bruit qu'il fait...


Développement scénaristique

Le jeu s'ouvre
La qualité de la mise en scène fait oublier la confusion du scénario. Du grand Art, prêt à vous filer des frissons
sur une superbe séquence d'introduction, qui officie à plusieurs étages. Son premier rôle est de nous faire un petit résumé du premier Modern Warfare, via des flashes. Le procédé, emprunté au cinéma, n'est pas neuf mais c'est ici superbement fait, avec la petite note sucrée que les développeurs ont eu le bon sens de reprendre (à peu de choses près) les voix Françaises d'origine (celles de 2007). Cette intro donne le ton très sérieux, voire dramatique, du jeu. Sur fond de map monde aux effets "Matrixiens", Infinity Ward nous rappelle qu'avec Modern Warfare, on n'est pas là pour rigoler. Cet épisode fait directement suite au premier opus. On y retrouve certains des protagonistes principaux mais entre temps, il s'est déroulé 5 ans et pour certains, ça n'a pas été rose tous les jours. Dans Modern Warfare 2, on jouera tour à tour 5 personnages. On commencera avec Joseph Allen sur le front Afghan, puis on contrôlera Gary Sanderson (dit Roach) et James Ramirez. Je vous laisse le plaisir de découvrir qui sont les autres et quels PNJs jouent un rôle clé dans cette aventure. Bien sûr, comme on vit plusieurs fronts simultanément, on peut trouver le scénario confus. Mais comme toujours pour la série, les chemins se rejoignent en un seul et même point et au final, si la trame n'est pas spécialement fouillée, le jeu est tellement rythmé qu'on met bien peu de temps à se sentir concerné. Tout est dans la qualité de la mise en scène. Faut dire que j'ai rarement vu un FPS aussi immersif et nerveux. Entre 2 missions, on retrouvera comme d'habitude les fameux briefings. Ces scènes (des vidéos d'une excellente qualité où on retrouve une nouvelle fois des vues satellites et des projections en 3D fil de fer) nous font patienter pendant que le jeu charge ses données en arrière-plan (ce qui fait qu'on aura aucun réel loading de tout le jeu) et fait avancer les événements jusqu'à ce qu'on reprenne les rênes d'un personnage jouable. On notera tout de même que les vidéos ne sont pas intégralement traduites en français (le doublage oui mais pas les textes) ce qui peut être gênant par moment. Enfin dernier point, Modern Warfare 2 aura fait couler de l'encre pour sa fameuse scène de l'aéroport, jugée choquante. Personnellement j'en ai vu d'autres (suffit de jouer à Soldier of Fortune II pour s'en convaincre) mais je reconnais que c'est de la violence sadique et gratuite. Certes, ça rend service au scénario mais les développeurs auraient pu être un tantinet plus fins et moins sanguinaires. Pour les âmes sensibles, les options permettent tout de même de l'occulter, ce qui raccourcira l'aventure d'une petite dizaine de minutes et vous évitera d'avoir mauvaise conscience.


Jouabilité & Gameplay

Modern Warfare 2
Elles sont rares mais très intenses : les séquenses de pilotage varient le jeu
s'articule autour de 3 modes parfaitement travaillés. Bien sûr il y a un multi-joueurs, qui reprend celui du premier opus en améliorant la formule. Autant dire que certains vont acheter le jeu rien que pour ça puisque Call of Duty 4 se vend aujourd'hui encore, grâce à lui. Petite parenthèse quand même, COD4 étant sorti fin 2007, je trouve honteux que 2 ans plus tard certaines enseignes nous vendent une édition -game of the year- (avec plus de maps et de modes multi) plus de 60€ (je l'ai même trouvé à 75€ !) alors que le jeu a déjà fait son beurre. Quand y'a un truc qui marche y'a pas à dire, éditeurs et revendeurs sont tous des chacals assoiffés de notre fric. D'ailleurs, la version PC a été grandement critiquée sur cette suite puisqu'Activision n'a pas jugé bon d'installer des serveurs dédiés, comme sur consoles. On peut bien sûr jouer en multi mais sur des serveurs persos, en espérant avoir un bon ping. Tout aussi pointé du doigt, le mode solo ne proposera qu'une durée de vie de 6 à 7h. C'était déjà plus ou moins le cas lors du premier opus et les développeurs ont jugés bon de faire une campagne survoltée plutôt qu'une aventure qui traîne la savate histoire de gagner du temps. En contre-partie, Infinity Ward nous gratifie du mode Missions Spéciales (Special Ops), une vingtaine de missions qui se déroulent hors scénario. Fortes, elles aussi, d'un punch indéfinissable, elles doublent quasiment la durée de vie, ce qui fait que l'un dans l'autre, on ne se plaindra pas trop. Vous le savez sans doute, pour moi le multi ça va 5 minutes et je passe à autre chose donc je vais surtout aborder le cas de la campagne solo. Elle commence comme précédemment, par un petit entraînement au tir suivi d'un parcours d'obstacles, parcours qui définira le niveau de difficulté. En plein jeu, on débutera toujours avec un duo d'armes imposées mais suffisamment de munitions pour ne pas être embêté avant un moment. Mais là où les développeurs la jouent fine, c'est qu'on peut prendre toutes les armes trouvées en chemin. Je dis bien toutes, qu'elles soient alliées ou ennemies (il n'y a que dans l'une des dernières missions, en Russie, où j'ai trouvé frustrant de devoir protéger une maison des attaques ennemies sans pouvoir mettre en place les tourelles de défense automatisées ou prendre la belle gattling qui trainait pas loin). Ainsi il est difficile de rester en rade de balles puisqu'il y a toujours un fusil ou un flingue qui traîne (sans compter les cargaisons de ravitaillement, une sympathique nouveauté). On aura sous la main toute la crème de l'armement actuel avec des Famas (cocorico !), des M4 nouveau modèle, des strikers, des fusils à pompe, des AK47, des lance-roquettes, des grenades frag et flash (dont l'effet d'aveuglement est sensationnel), des tourelles, des stingers, des snipers et même de rares double-mitrailleuses type Uzi... bref toute la panoplie. D'ailleurs on appréciera le fait que presque toutes soient équipées de viseurs reflex et des derniers gadgets à la mode comme ce radar thermique "très Alien". Malheureusement, si poussé soit-il, le jeu est loin d'être parfait. Nous verrons ça également au chapitre des graphismes mais pour l'heure, il sera pénible de voir que certaines normes ne sont toujours pas respectées.


En effet
C'est la guerre ! On est en plein dedans, elle est nerveuse, pêchue et l'arsenal est conséquent
tout ce qui explose est souvent inefficace. Bien entendu je ne parle pas d'un tir de roquette sur un hélico (ça c'est dans le script donc tout va bien) mais par exemple une grenade ne tuera que 1 peut-être 2 gars sur toute une troupe agglutinée au même endroit. C'est déconcertant d'inefficacité. Pire, lorsqu'on fait le dingue et qu'on tire sur le même type de troupe avec un bazooka, c'est tout juste si on en touchera un. Dernier point similaire, tout ce qui explose (bidon d'essence, citerne de gaz, bonbonne...) n'enverra que très rarement un ennemi au cimetière (nous par contre, on morflera à chaque fois !). Autant vous le dire de suite, moi j'ai vite laissé tomber le tout à l'explosif (comme le lance-grenade intégré au M4 qui n'est même pas foutu de désarçonner un ennemi caché derrière un bouclier anti-émeute), puisque ça ne sert à rien et que finalement, un bon tir à la tête est bien plus efficace. Autre aspect à pointer du doigt : le jeu est scripté à mort, en plus d'être dirigiste. En effet on est toujours cloisonné, certes habilement (rocher à peine trop haut, 2 mecs devant l'escalier de sortie...) mais impossible d'aller là où on veut. On a tous critiqué des jeux comme DOOM 3 pour leur dirigisme et finalement, 5 ans plus tard, la donne n'a pas changée et personne ne soulève le sujet. En plus on est obligé de suivre les ordres à la lettre car il n'y a aucune place pour l'improvisation. Alors ok ça rend bien service au dynamisme mais si on rejoue 3 fois de suite au jeu, on fera 3 fois l'exact même parcours avec les mêmes actions. Enfin, comme dans le premier Modern Warfare, je trouve très agaçant qu'on soit tout le temps gêné dans nos déplacements, par des élements du décor ou des alliés. C'est d'autant plus chiant quand on veut fuir une grenade ennemie ou qu'on est blessée. Donc c'est nul ? Et bien, heureusement pour le jeu, non ! Car il est vrai que si on est obligé de suivre les sentiers battus, de sentir que parfois on subit plus guerre qu'on ne la fait, le rythme est si effréné qu'on aura dû mal à lâcher prise. Cerise sur le gateau, le jeu est moins dur. Les ennemis ne balancent plus des grenades à tout va et on ne recommence plus 15 fois une même scène avant d'y arriver. C'est bien le gage que les développeurs ont fait en sorte de rééquilibrer la difficulté, même si COD4 est loin d'être infaisable, soyons honnêtes. Les développeurs ne manquent pas d'idées pour varier les situations, en immisçant quelques phases d'infiltration au milieu de combats totalement démesurés. Les missions sont généralement courtes mais il faut voir avec quelle nervosité elles se déroulent. C'est de l'action pure à 100%, ça n'arrête pas une seule seconde, à tel point que l'aventure en devient grisante, épique. En plus de ça Infinity Ward n'a pas lésiné sur le personnel à abattre, avec toujours des dizaines d'ennemis qui nous canardent (d'ailleurs il faut bien faire gaffe qu'ils soient morts sinon il nous tire dans le dos) et des scènes à grands spectacles qui s'enchaînent les unes sur les autres. Autant dire que si ça ne dure que 6 à 7h, on en ressort épuisé avec le sourire aux lèvres. Comme quoi cette formule est sans doute gagnante.


L'image

Utilisant le même
Même s'il accuse quelques faiblesses, le moteur graphique nous affiche un jeu sensationnel !
moteur graphique qu'en 2007, les développeurs se heurtent à quelques limitations techniques mais ont aussi l'assurance de bien maîtriser leur middleware. Premier bon point, le jeu est plus beau que la plupart des titres actuels. Malgré tout, on notera très vite quelques petits problèmes de réalisation. Par exemple le feu d'un bidon d'essence est mal fait, certaines textures (notamment sur les véhicules ennemis) sont bâclées et floues. Mais à côté de ça, difficile de ne pas être séduit par l'esthétique du titre. Modern Warfare 2 est le jeu le plus réaliste que j'ai vu ! Les modélisations sont vraiment superbes, avec des visages bien détaillés et des animations d'un réalisme incroyable (j'ai été bluffé de voir ça, c'est du jamais vu dans un FPS !). Et puis c'est étonnamment diversifié : les favelas de Rio, Washington sous le feu des canons, les montagnes gelées du Kazakhstan (et sa superbe séquence en moto-neige), la plate-forme pétrolière... difficile de faire plus éclectique ! En plus de ça, histoire d'en remettre une couche, le jeu s'affuble de quelques ralentis très Hollywoodien, histoire d'avoir vraiment l'impression de vivre un film à très gros budget. Car je le disais à l'instant, on enchaîne les scènes spectaculaires les unes après les autres et on passe son temps à en prendre plein les mirettes ! Enfin les effets sont vraiment bien gérés. Déjà on peut détruire pas mal d'objets (ce qui ajoute de la crédibilité à la balistique et corrige l'un des aspects rebutants de COD4), ensuite depuis Call of Duty 2 on le sait, Infinity Ward est un grand spécialiste des effets volumétriques. Avec des particules en suspension et surtout des fumées plus épaisses que jamais, le résultat est véritablement saisissant ! Modern Warfare 2 est donc le meilleur candidat pour vous filer des montées d'adrénaline et vous écarquiller les yeux, tout ça au service d'une dynamique ultra pêchue et d'une action non-stop.


Le son

Si le nom d'Hans Zimmer
Musiques signées Hans Zimmer, bruitages réalistes au possible, excellent doublage... rien à redire sur le son, c'est quasi parfait
ne vous dit rien, il faut savoir que le bonhomme est derrière la bande-son de quelques énormes films à l'OST fabuleuse : The Rock, Pirates des Caraïbes, The Dark Knight, Da Vinci Code, Le Roi Arthur, Les Larmes du Soleil, Pearl Harbor ou encore Le Dernier Samouraï. Autant dire que le gars connaît bien son métier, qu'il sait nous donner de l'émotion et écrire des partitions comme aucun autre. Remplaçant le déjà très bon Harry Gregson Williams qui avait superbement participé à COD4, Hans Zimmer a réussi à donner un souffle encore plus poignant qu'en 2007. Sans chercher à faire dans le pompeux ou le flonflon à l'américaine, il a su donner à notre aventure ludique un ton juste. Tantôt rythmée, tantôt dramatique, la musique saura vous donner quelques frissons de plus tant elle est en phase avec ce qu'on vit à l'écran. C'est vraiment admirable. Autre très bon point de la réalisation sonore, les bruitages sont vraiment percutants. Les explosions détonnent, les balles sifflent et les armes possèdent chacune leur timbre spécifique, ce qui conforte la violence des combats et le réalisme de l'action. Seul petit bémol, ce déluge d'effets (de haute qualité) a tendance à couvrir le reste, notamment les ordres des supérieurs. Mais si les options ne nous permettent pas de faire un réglage manuel des balances, les développeurs ont quand même su équilibrer le tout et retrouve vite ses ordres de missions. Dernier point, nous avons aussi un très bon doublage. On retrouve les mêmes voix pour les anciens protagonistes même si certaines ne collent pas très bien. En effet, le capitaine MacTavish est doublé par Emmanuel Karsen (la voix française de Sean Penn) alors que dans le premier Modern Warfare, il faisait Gaz. Etant donné sa gueule -un peu moche- à la Turok (avez-vous remarqué que nos héros sont particulièrement laids ces dernières années ?), la voix ne lui sied pas du tout. Autre point, si en plein jeu on peut faire abstraction de la synchro, il est par contre inadmissible que lors des cut-scènes elle ne soit pas respectée. C'en est même ridicule lorsqu'on voit notre interlocuteur parler sans ouvrir la bouche ou que la désynchro atteint presque 2 secondes (comme lors de la scène finale). Sur un jeu aussi évolué et techniquement si soigné, ça fait vraiment tâche. Mais d'une façon globale, la qualité est encore montée d'un cran. Ce résultat a été obtenu grâce à des doubleurs issus du cinéma (on en reconnait quelques-uns) et on obtient une qualité de doublage absolument fabuleuse. Le ton est calibré, ça sonne vrai, ce qui conforte mes dires lorsque je clame haut et fort qu'on n'a pas besoin d'une voxographie américaine pour avoir un bon doublage. Il suffit de faire comme Activision et Infinity Ward, y mettre les moyens techniques et financiers.


Note générale

Alors qu'on pensait que Call of Duty 4 avait dépassé les meilleures estimations en termes de ventes, un dénommé GTA IV a fait table rase de ce record. Mais la licence n'avait pas dit son dernier mot et Modern Warfare 2 s'est vendu encore plus vite dans le même laps de temps. En effet il a rapporté plus de 550 Millions de $, avec plus de 7 Millions de ventes en moins d'un mois et seulement sur consoles. Le cinéma est désormais loin derrière, faisant une nouvelle fois entrer le jeu vidéo dans le Guinness Book des records. Il faut dire que même si on n'apprécie pas le genre, tout le monde en a mangé du Modern Warfare 2 : publicité intensive sur le Net et à la télé, une presse qui nous rabâche les oreilles avec lui depuis des mois... difficile de passer à côté du plus attendu blockbuster de Noël 2009. Et c'est un peu ce que je reproche à notre société actuelle. Le jeu ne se vend pas parce qu'il est bon, il se vend parce que le battage médiatique nous y pousse (c'est un peu le même cas avec les albums de chanteurs souvent minables). Et c'est vrai qu'il est loin, très loin le temps où le jeu vidéo était plus intimiste. Certes on passait pour des gens reclus, déprimés, associables, mais les jeux ne pâtissaient pas d'enjeux financiers aussi élevés. Bref, sans dire que c'était mieux avant (c'était juste différent) la question qui se pose alors est : Modern Warfare 2 mérite-t'il qu'on parle autant de lui ? Et bien la réponse est oui ! Techniquement, si le moteur graphique accuse un peu de bouteille et quelques erreurs, il nous offre un sacré spectacle visuel ! Pareillement, la partie sonore est d'une qualité extra-ordinaire, tant pour des musiques sublimes, qu'un excellent doublage ou de percutants bruitages. Certes le scénario est décousu mais comment ne pas comparer cette aventure à une saison de 24h Chrono ? L'intensité des scènes est telle qu'on ressort épuisé, frissonnant grace à la véhémence des actions produites ou par un retournement de situation qu'on ne soupçonnait pas. Vous me direz alors qu'en seulement 7h il est vite fini et qu'en plus il est extrêmement dirigiste et scripté et... et... vous n'auriez pas tort. Les développeurs disent que c'est le prix à payer lorsqu'on veut du spectacle (encore que, y'a qu'à voir Crysis pour se convaincre du contraire mais bon...). Et du spectacle, vous allez en avoir ! Le jeu démarre violent et va crescendo à chaque scène. Les sensations fortes sont désormais la marque de fabrique de la licence, avec en plus une aventure vraiment variée, grisante par moment et même prompt à vous filer quelques frémissements jubilatoires de bonheur ludique. Et si vous trouvez le jeu trop court, je suis sûr que le multi et les Operations Spéciales pallieront à ce petit problème. Infinity Ward signe donc pour la 4e fois, un titre sensationnel ! Ils maitrisent bien mieux leur sujet que Treyarch et nous livrent l'un des plus grands FPS de cette fin 2009. On l'aura attendu pendant 2 ans et on peut constater que les développeurs ont bien profiter du temps imparti. Une fois encore, il me tarde de voir ce que va donner Modern Warfare 3, mais visiblement pas avant 2011... En attendant, on a vraiment de quoi s'éclater !



A savoir : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

décembre 2009 (mise à jour : novembre 2010)