Bet on Soldier (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu (v.1.0/CD) : septembre 2005
Sortie du jeu (v.1.3/DVD) : juin 2006
Développeur : Kylotonn Entertainment
Editeur : Focus Home Interactive
Genre : FPS

Support : 2 CDs ou 1 DVD (selon la version)
Version testée : Française
Version logicielle : 1.3 (DVD)
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 32 joueurs online
Abréviations : BoS / B.O.S.
Titre alternatif : Bet on Soldier : Blood Sport
Prix au lancement : 50€


Configuration recommandée :
CPU : 3Ghz
RAM : 1Go
VIDEO : type GeForce 6 avec 256Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : AMD Athlon 64 X2 3800+
RAM : 2Go
VIDEO : GeForce 7900GS avec 256Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1024x768 (4:3)
Niveau de détails :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Bet on Soldier









Considéré par beaucoup de joueurs comme un mauvais jeu (même les pros sont très départagés à son sujet), je me suis dit qu'il valait mieux voir ça de mes propres yeux plutôt que de me fier aux diverses critiques. Les principaux défauts du titre des Français de Kylotonn (dont c’est le premier jeu, Invasion : Recovering Lands ayant été annulé) qui furent rapportés sont : une grosse quantité de bugs, un système de protection qui protège un peu trop (le jeu refuse de se lancer) et le fait qu'il n'existe aucun cheats (codes) permettant aux plus frileux de jouer comme bon leur semble. Il est sûr qu'après 3 heures de guerre, non pas sur le jeu mais avec son PC parce que ça ne marche pas, les 50€ qu'il fallait débourser à sa sortie, devaient avoir tendance à rester en travers de la gorge. Pour ma part j'ai acheté la nouvelle version du titre qui tient sur DVD au prix convenable de 15€ et qui a aussi le mérite d'être updatée en version 1.3. Mais j'ai quand même dû bataillé pour obtenir ce que je voulais : un jeu qui marche ! Une fois les déboires résolus (voir le spoiler ci-dessous), il faut avouer que les critiques de la presse furent plus ou moins justifiées, à l'opposée de celle des internautes, qui sont (à mon avis) trop dures. Je l'accorde, les soucis d'installation sont intolérables et les bugs restants, malgré plus d'1Go de mise à jour, sont honteux. Mais Bet on Soldier (BoS) a quelque chose de bon, de grisant, de fun. Voilà pourquoi au lieu de juger à la hâte sur la forme et les casseroles que se trimbale le soft, veuillez mesdames et messieurs les joueurs, revoir votre jugement sur un bon FPS, preuves à l'appui.



Problèmes d'installation : cliquez pour ouvrir


Développement scénaristique

Le jeu nous met
Nolan participera au BoS pour venger la mort de sa femme
dans la peau de Nolan Daneworth. Suite à un attentat qui a coûté la vie de sa femme et sa mémoire (il devient amnésique), Nolan s'enrôle dans la WRF afin d'affronter lors du BoS, les assassins de sa dulcinée. Peu à peu il remonte la piste des tueurs et découvre la signification du "S" qui est tatoué sur sa nuque. Le jeu vous plonge dans une guerre futuriste à la croisée de Running Man et de Killzone. Vous faites donc parti d'un corps armé et devez effectuer des missions. En plein cours de celle-ci, vous croiserez les adversaires du BoS. A cet instant les caméras vous fixent, la guerre cesse et commence alors un combat à 1 contre 1 (d'où une certaine inspiration du film avec Arnold Schwarzenegger). Façon grand show TV avec mise en scène, ça ressemble un peu à un combat de catch version gros flingue. A chaque niveau vous attendent entre 1 et 4 combats de ce type. Une fois l'adversaire vaincu, la guerre reprend et vos ordres de missions avec. Afin d'étayer tout ça, le jeu diffuse des vidéos entre les levels (parfois à base d'images fixes comme dans Max Payne) et pas mal de cut-scènes à l'intérieur de ces derniers. Dommage qu’à ces moments-là, le manque de finitions se fasse sentir avec notamment un ingénieur qui tape sur un clavier qui n'existe pas (le gars tapouille sur une table, genre j'entre un code sur terminal, alors qu'il n'y a rien dessus !). Pareil pour les portes : le gars viendra taper un code sur la grille plutôt que le digicode. Sans déconner, niveau crédibilité, c'est à revoir. Heureusement que les vidéos sont mieux amenées et que le jeu ne perd pas son sérieux pour autant. Hormis ces "bugs de réglages", le scénario est prenant et plutôt bien ficelé.


Jouabilité & Gameplay

Le gameplay est
BoS n'est pas un jeu bourrin. Ceux qui pensent retrouver les sensations d'un SoF se gourrent complétement
sans doute la grosse nouveauté du jeu. Très original (bien que reprit de plusieurs anciens concepts) BoS joue la carte du réalisme et de l'originalité. A chaque briefing (avant chaque mission) vous avez des choix à faire. En premier lieu, il faut choisir sa destination sur une carte, puis vous devez vous équiper. Armure et armes, sont des choix primordiaux. Ensuite vous choisissez les adversaires à affronter lors des tournois et enfin, vous faites le choix ou non, de partir accompagné d'un mercenaire qui vous épaulera lors des phases d'action ou d'un ingénieur qui réparera votre armure à volonté. Pour ses derniers les ordres sont très simples puisqu'ils se résument à "rester en position" ou "suivez-moi" avec la petite variante pour les ingénieurs : "répare mon armure". Car l'armure est la pièce la plus précieuse de votre équipement. Elle vous protège de tirs adverses, vous sert de barre de vie et ne peut être rechargée que par une borne spécifique ou par un ingénieur. Autant dire qu'il faut y faire gaffe. D'ailleurs les bourrins adorateurs de Serious Sam et autres Soldier of Fortune peuvent aller se rhabiller. On joue à Bet on Soldier en finesse sinon c'est la mort assurée ! On peut même dire qu'il faut avoir un certain sens tactique pour éviter de se faire trouer la peau. Autre concept : tout est question d'argent dans ce jeu. Votre armure, vos armes, les mercenaires sous vos ordres... tout se monnaye. Et ce même en plein jeu : réparation d'armure, recharger ses munitions et même faire une sauvegarde, vous demandent du pognon. Et oui, on ne peut pas sauvegarder quand on veut, ce qui augmente le niveau de stress d'un cran. Pour ça il y a des bornes, en plus utilisable qu'une seule fois. Car oui, Bet on Soldier est un jeu stressant. Pas de God-Mode, pas de quick save, la vie est dure en plus d'être chère. Ça me rappelle la réalité... Alors bien sûr il vous faut de l'argent. Pour ça, c'est facile : dessouder de l'ennemi !! Chaque mort vous rapporte des sous (plus encore si c'est des head-shots) et lorsque vous battez un adversaire du BoS, c'est jackpot. Du fric, du fric, du fric ! Car Nolan dans sa grande flemme de se baisser, n'est pas foutu de prendre les armes sur les cadavres. C'est franchement débile et vos chargeurs ne peuvent être remplis qu'à travers les bornes.


D'ailleurs,
Dans BoS tout se monnaye : réparations, munitions, sauvegarde...
par soucis de réalisme, lorsque vous recharger votre arme, veillez à ce que le chargeur soit vide ou presque car les balles restantes sont perdues. Certes avec cette méthode on se rapproche d'un contexte réel mais bon, c'est chiant de perdre 40 balles de sulfateuse à 200$ parce qu'on recharge. On a franchement l'impression de se faire enfler, d'autant que rien n'empêche Nolan de ramasser tout ce qu'il laisse derrière lui. On va me dire que c'est un choix ludique, certes discutable mais un choix quand même. Niveau réalisme encore, lorsque Nolan prend en pleine face une grenade hallucinogène ou fumigène, la vision se brouillera et/ou tournera dans tout les sens, retranscrivant à merveille le désagrément encouru. Les armes sont en bon nombre dans le jeu et seront disponibles dés que vous aurez les fonds nécessaires. Il sera aussi possible de piloter des Mechas (robots géants) pour une touche de fun et de variété. Malheureusement subsistent 3 gros défauts : 1/ le jeu à le plantage facile (mieux vaut redémarrer son PC avant de jouer et avoir un config puissante pour un jeu stable), 2/ les loadings sont longs (même pour les quick load) et 3/ l'IA laisse franchement à désirer. Il n'est pas rare d'être juste derrière un ennemi sans qu'il nous calcule. On passe souvent à côté d'un gars qui mettra bien 20 secondes avant de comprendre que vous êtes l'homme à abattre et non celui qui va lui payer une bière. Il est donc clair que la plupart des PNJs ou des ennemis ont une attitude de neuneu de base. Si le concept d'argent peut paraître un peu lourd, il apporte de la nouveauté dans un genre qui s'auto-plagie depuis des années. Mais certains bugs comme l'attitude des personnages, des cut-scènes où les gars tapent sur des claviers invisibles ou ont des réactions parfois débiles, pèsent un peu sur l'immersion dans un jeu pourtant très fun mêlant tactique et action pêchue.


L'image

Niveau qualité visuelle,
Le moteur graphique est performant mais ça manque de "réglages"
BoS envoie ! Le moteur 3D gère la physique via le logiciel PhyX (de façon logicielle si vous n’avez pas de carte physique) et les graphismes sont superbes. Cet enfer technologique qui sent la poudre est magnifiquement retranscrit, tout du moins pour les décors. Car les persos sont plus douteux. Etrangement, ils brillent ! Je ne sais pas si c'est un excès de sébum ou s'ils se lavent à l'huile de vidange, mais ça reluit grave ! A mon avis c'est un choix esthétique ou une mauvaise gestion de l’HDR. Ce qui est moins discutable c'est l'animation. Les persos bougent d'une manière étrange, vraiment pas naturelle et pire encore, lorsqu'ils parlent, les lèvres ne suivent pas le dialogues voire même, ne bougent pas ! Le comble étant la montée des échelles où le sprite ne bouge ni bras ni jambes, comme s'il était sur un escalator. Franchement les gars, vous trouvez que vous avez bien planché là-dessus ? Quand on pense qu'Half-Life² (qui est sorti un an plus tôt, en 2004) pousse le réalisme à son maximum, on ne peut qu'être déçu de ce visuel qui brille d'un côté (c'est le cas de le dire) et qui est bien terne de l'autre. Disons que la note des graphismes perd au moins 2 points à cause de ce genre de "boulettes", ce genre de manque de finitions. Mais bon, dans l'ensemble le moteur 3D est performant, gourmand en ressources système, mais offre (si on ferme les yeux sur certains points) un aspect graphique convainquant qui retranscrit à merveille l'ambiance d'une guerre futuriste façon Killzone (PS2).


Le son

Le son distille
Le son est de bonne qualité
de rares musiques mais là où il oeuvre parfaitement, c'est pour les bruitages. Les armes sont percutantes, on entend le bruit des pas, de la carcasse métallique que Nolan porte, sa respiration, tout ça dans une qualité irréprochable. Il sera par ailleurs agréable de suivre le jeu comme un film interactif puisque les voix sont en Français dans un dialecte très bien retranscrit (pour un jeu conçu par des Français, ça parait normal). Bien que les voix des adversaires du BoS soient un peu caricaturales avec tout ce qu'il faut de testostérone dans l'élocution (façon Stallone qui cri Adriane), ça n'enlève en rien la crédibilité des dialogues. Non vraiment, à part quelques rares petits décalages FX/images pas bien méchant, le son est de bonne qualité.


Note générale

Et bien voilà, on y est, c'est l'heure du verdict. Et bien à mes yeux, Bet on Soldier est à peu de chose prés ce que la presse en a dit : un bon jeu, qui renouvelle agréablement le genre par le biais d'un concept novateur, bien qu'il traîne pas mal de casseroles derrière lui. Quelques problèmes d'IA, une difficulté élevée (une fois la moitié du jeu passée), des soucis d'installation... c'est sûr, ça n'arrange pas les affaires. Mais je pense que Bet on Soldier mérite votre attention. Son moteur 3D performant (brillant en somme), son atmosphère de guérilla du futur et son concept innovant, font que s'il ne mérite pas de titre de noblesse comme Far Cry ou Half-Life², il reste un bon FPS, quasi tactique, que tout amateur du genre ne peut qu'apprécier. Sans être la tuerie que tout le monde attendait, il reste un bon jeu, un peu stressant mais méchamment nerveux et fun. Pour le prix où je l'ai payé, j'estime en avoir eu pour mon argent et même plus...


Test réalisé par iiYama

septembre 2007