Batman Arkham Asylum (PC)

 








Note générale


Sortie du jeu : septembre 2009
Développeur : Rocksteady Studios
Editeur : Eidos Interactive
Genre : action - infiltration

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR
Moteur graphique : Unreal Engine 3
Moteur physique : PhysX

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 7.5 Millions (tous supports)


Configuration recommandée :
CPU : 3Ghz en mono-core ou tout CPU dual-core
RAM : 1Go (2Go sous Vista/7)
VIDEO : avec 256Mo de VRAM et compatible Shader Model 3.0 (GeForce 6600 / Radeon X1300)

Configuration de test :
CPU : Intel Core i5 750
RAM : 2Go DDR3 1600
VIDEO : GeForce GTX260+ avec 896Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Batman

Arkham Asylum



Arkham Asylum
Batman est toujours aussi classe comme héros. On ne peut pas en dire autant de méchants parfois ridicules
c'est avant toute chose une promesse faite aux fans, la promesse de leur offrir un jeu digne de l'univers du Comics. Car je sais pas si vous avez remarqué, mais la licence Batman accouche généralement de jeux misérables, bien loin de l'œuvre originale. Même en version LEGO, Batman a dû mal à séduire et pour cause. Personnellement, je ne suis pas fan du personnage créé par Bob Kane et Bill Finger (faut dire qu'il est né en 1939, d'où un design parfois ridicule) mais je dois reconnaître que les derniers films réalisés par Christopher Nolan (avec le très bon Christian Bale), m'ont séduit (après les imbuvables merdes qu'ont été Batman Forever et Batman & Robin, c'était pas difficile non plus). Dans The Dark Knight notamment, le formidable jeu d'acteur d'Heath Ledger m'a scotché, exhibant un Joker encore plus flippant que celui de Jack Nicholson. Ne suivant pas les films mais plus directement le Comics, Arkham Asylum se sert un peu du meilleur des 2 univers (film et BD) pour nous sortir un scénario original et surtout une ambiance comme on en avait jamais vue. Après avoir été arrêté par Batman et emmené à l'asile d'Arkham, le Joker tend un piège au Chevalier Noir en libérant les dangereux internés à son service et empêchant toute circulation dans les lieux. De plus, le Joker menace de faire exploser des bombes tout autour de Gotham si quiconque tente d'entrer dans l'asile. Le célèbre justicier devra donc s'aider de sa panoplie de gadgets high-tech, tout en usant de ses talents de détective et d'arts martiaux afin d'affronter les pires criminels de Gotham et de remettre la main sur un Joker plus perfide que jamais (un Joker qu'il ferait bien de tuer une bonne fois pour toute). Et dés les premières minutes, on sent bien que le jeu ne suit pas le film puisque le Joker est plus proche de la version datant de 1989 que celle de 2008. C'est aussi ça qui pourra vous freiner dans l'achat du jeu : le character-design est très particulier. Certes notre bat-héros est super classe mais la plupart des ennemis sont ridicules. Le charme "à la Batman" vous me direz. Arkham Asylum n'est pas un titre qu'on peut classer définitivement. Sorte de jeu pluridisciplinaire, on alternera de fantastiques phases d'infiltration (les plus réussies selon moi), à des enquêtes ou des passages plus axés sur le beat-them-all. Le gameplay est très fourni avec la particularité de s'étoffer au fil de l'aventure.


La jouabilité est
Gameplay et réalisation sont aux petits oignons : )
assez imprécise mais heureusement pour nous, elle est pas mal assistée, sans même que ça gêne au plaisir de jeu. Le plus étonnant sont les phases de castagne, qui sont extrêmement simplifiées mais qui gardent tout leur charme grâce à de bons bruitages, des poses "j'me la pète" et des ralentis "Matrixiens" du plus bel effet. En somme le gameplay est étonnamment varié, les phases de jeu s'alternant sans accroc, faisant de cette aventure un film dont on aurait les commandes. Question immersion et ambiance, Arkham Asylum assure. C'est sombre, glauque et si le scénario n'est pas spécialement passionnant en soi (une énième confrontation de Batman avec le Joker), le travail sur les personnages est par contre assez énorme. On peut trouver divers documents sur chacun d'eux et les cut-scènes, notamment une intro absolument splendide, ont suscités un travail dantesque. Au niveau des bonus, on peut s'amuser à débloquer toutes les figurines, trouver tous les dossiers, résoudre des énigmes supplémentaires et réaliser des défis. Sur un plan purement technique cette fois, ce Batman-là est sans réfléchir le plus beau d'entre tous. Tournant sous Unreal Engine 3 (et oui, encore lui), le jeu affiche une 3D splendide, des modélisations somptueuses et un réel travail sur chaque décor. Les animations sont fluides, réalistes et Batman possède quelques "fonctions" assez sympas, comme cette pseudo-vision infra-rouge particulièrement réussie. Visuellement, aucun jeu n'a jamais été aussi fidèle à l'œuvre originale. Enfin le son est presque aussi travaillé. Seul véritable regret, les voix Françaises sont totalement désynchro, ce qui rend les dialogues absurdes. Hormis ça, la qualité du doublage est étonnante. Batman est doublé par Adrien Antoine, la voix de Spock dans le dernier Star Trek (interprété par l'excellent Zachary Quinto) ou plus simplement celle de Batman dans la récente série animée. L'autre grosse star de la voxographie n'est autre que Pierre Hatet, qu'on connaît déjà pour ses doublages de Christopher Lloyd dans Retour vers le Futur, d'Anthony Hopkins dans Bad Company ou encore qui sert de narrateur dans Diablo sur PSX, et dont la voix se prête toujours aussi bien au Joker. La musique est de circonstance, très Hollywoodienne, et les bruitages sont pour le moins efficaces. Beau boulot.



Batman Arkham Asylum Note
est un très bon jeu, une franche réussite. Personnellement, le dernier bon Batman auquel j'ai joué, remonte à Batman Returns sur Super Nintendo (1993). C'est dire si depuis 15 ans l'homme chauve-souris accumule les adaptations vidéo-ludiques sans intérêt. Et pourtant, même si je ne suis pas fan du Dark Knight, je ne peux que m'incliner devant tant de maîtrise, un rendu graphique admirable (le moteur d'Epic se montre une nouvelle fois très performant), un bon doublage, un gameplay varié, une ambiance singulière et prenante… en clair on a affaire à un très gros jeu. Rocksteady, a qui l'on doit déjà le très sympathique Urban Chaos Violence Urbaine, signe-là un grand titre. Et si un néophyte de l'univers du Chevalier Noir a apprécié, qu'est-ce que ce sera pour un fan…



Test réalisé par iiYama

octobre 2009 (mise à jour : mars 2014)