American McGee's Alice (PC)

 








Note générale


Sortie du jeu : janvier 2001
Développeur : Rogue Entertainment
Editeur : Electronic Arts
Genre : plate-formes / action

Support : 1 CD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non


Configuration recommandée :
CPU : 500Mhz
RAM : 128Mo
VIDEO : avec 64Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : Intel Core i5 750
RAM : 2Go DDR3 1600
VIDEO : GeForce GTX260+ avec 896Mo de VRam
OS : Windows 7 (32bits)
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :


Alice (remasterisé en HD) est inclus dans Alice : Retour au Pays de la Folie disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

American McGee's

Alice







Il y a toujours eu,
Le jeu possède une aura particulière et travaillée
et il y aura toujours, des jeux qui divisent les joueurs. American McGee's Alice est de ceux là et si je me suis lancé dans ce test, c'est parce que mes 2 compagnons ludiques que sont Aquel et Lidwyne, adorent ! American McGee (il y a des parents cruels à appeler leur gosse comme ça) est un créateur qui fait souvent parler de lui et pourtant, il n'a réalisé qu'une poignée de jeux. A ses débuts, il bossait pour id Software et a participé à des titres comme DOOM et Quake. Puis il est parti pour Electronics Arts, où il a pris la direction du studio Rogue Entertainment, avec qui il développa son plus grand succès : Alice. Tout le monde connait "Alice au Pays des Merveilles" et "De l'autre Côté du Miroir" de l'écrivain anglais Lewis Carroll (et accessoirement réalisés en films d'animations par Disney) ? Et bien McGee a repris cette enfantine, bien que controversée licence (il est dit que c'est un film pour hallucinés avec de fortes allusions à la drogue), pour en faire un jeu de plate-formes/action à tendance horrifique. C'est sûr, l'ambiance n'est plus la même. Après la mort de ses parents dans un incendie, Alice se retrouve internée à l'asile. Suite à son traumatisme, l'univers joyeux et tendre du Pays des Merveilles se retrouve transformé en un enfer sombre et chaotique. 10 ans plus tard, le lapin blanc vient à l'aide d'Alice en la faisant repartir dans son pays imaginaire mais ce dernier est totalement dévasté. Alice se doit alors de "réparer" le Pays des Merveilles en se débarrassant de la tyrannique Reine de Cœur, afin de sauver son monde, et elle-même au passage. Le premier contact avec le jeu est assez surprenant. Si le Chat de Cheshire était déjà pas mal bizarre dans la version de Disney, ici il est carrément flippant. Les gardes sont agressifs à vue (sans même savoir qui on est) mais la petite sait se défendre et n'hésite pas à couper des têtes ou scinder des corps en 2. Résultat, ça pisse le sang dans des décors bizarres et qu'on croirait sortis d'un cauchemar. C'est un choix artistique que je trouve génial. Transformer Alice en tueuse (faut dire que son visage laisse transparaitre une certaine folie), son monde en univers torturé, a vraiment quelque chose d'attrayant. Mais ce qui m'a vraiment déçu et frustré, c'est que le jeu s'accommode très mal du clavier et de la souris. Soyons clair, la jouabilité est une catastrophe ! Certaines phases de plate-formes demandent qu'on s'y reprennent à plusieurs fois tant les sauts sont imprécis et le personnage accuse une étrange et inutile inertie.


Heureusement les
Il est vraiment dommage qu'on ne puisse pas jouer au pad car au clavier et à la souris, c'est vraiment injouable
quick-saves nous aident à ne pas recommencer chaque passage. Ce sont aussi elles qui rendent le titre moins difficile qu'il ne l'est en réalité. Il faut dire qu'une fois passé la moitié du jeu, la difficulté s'envole et si les combats sont parfois chauds (à noter que beaucoup d'armes sont nulles à souhait mais que les quelques-unes d'efficaces, le sont vraiment !), c'est surtout les passages de plate-formes qui deviennent vraiment ardus. Ainsi sans quick-saves, ce serait la crise de nerfs assurée. Heureusement qu'elles sont là car elles sauvent le jeu. L'univers d'American McGee's Alice et l'histoire sont particulièrement travaillés (d'ailleurs l'intro met bien l'ambiance), mais je dois l'avouer, la première fois que j'y ai joué, je n'ai vraiment pas accroché. La faute à un jeu un peu mou et à des objectifs sacrément flous. Etrangement on réalise des actions sans trop savoir pourquoi, ni à quoi ça va nous mener. Mais il serait pourtant dommage de s'arrêter à telles considérations car en réalité, c'est le cas de bien des jeux de cette époque-là (pour ne pas dire tous !). Contrairement aux jeux actuels, les développeurs nous laisser nous démerder alors qu'aujourd'hui, on nous tient par la main et chaque directive est parfaitement explicitée. Mais si on nage dans le flou, le jeu reste au final assez simpliste et les puzzles n'ont rien de machiavéliques. Je dirai même qu'on les déjoue assez facilement, ce qui rend l'aventure assez agréable (encore une fois, merci les quick-saves). Pour un jeu de 2001, les graphismes sont superbes. Bien sûr de nos jours on trouve ça moche et très anguleux, mais à l'époque, Alice avait fait sensations. Dernier point, le son est également d'un très bon niveau. Si les bruitages sont trop effacés, ce qui malheureusement peut rendre les combats bien mollassons, on appréciera par contre de bonnes musiques. Un brin étranges elles aussi, certaines sont hypnotiques quand d'autres sont totalement décalées. Je regrette juste que certaines soient trop courtes et tournent vite en rond, au point d'être agaçantes. Il n'empêche que les musiques sied parfaitement à l'ambiance du titre. Enfin le doublage (tout en français) est fabuleux (pour un jeu de 2001, ai-je encore besoin de le préciser). En plus d'avoir une synchro labiale (du niveau d'Half-Life, il n'y a pas de miracles non plus), la qualité du doublage est étonnante. Je pense en particulier au Chat de Cheshire (encore lui), dont la verve et le pragmatisme sont sans précédent.



Bizarre, Note
volontairement malsain et peut-être même dérangeant pour certains, Alice version American McGee est un très bon jeu, quelque peu gâché par une jouabilité franchement mauvaise. Lors des combats c'est un compte mais les phases de plate-formes sont désastreuses ! Si seulement on avait pu jouer au pad et que c'était plus précis, il est clair que le jeu aurait pu mériter une note plus ample. Il n'empêche que ce voyage dans ce Pays des Merveilles alternatif, a de quoi séduire, en se mettant bien tête qu'un jeu du début des années 2000, ne peut rivaliser avec les productions actuelles. Ainsi si vous trouvez la mise en scène totalement à l'ouest (avec parfois des actions qui se passent hors champ), des dialogues qui se coupent net ou encore des blocs qui se déplacent d'un bout à l'autre de l'écran sans prévenir... dites-vous que le jeu a 10 ans et qu'à l'époque c'était monnaie courante. Ensuite vous prendrez sans doute plaisir à découvrir un monde loufoque et pernicieux, beau à regarder et agréablement accompagné par un son de qualité, au point de vous demander : "mais comment se fait-il que je n'ai pas découvert ce jeu avant ?".



Test réalisé par iiYama

novembre 2010 (mise à jour : septembre 2011)