Alien Breed Impact (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 2010
Développeur : Team17
Editeur : Team17
Genre : action

Support : en téléchargement sur Steam
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1.5Go (install)
Moteur graphique : Unreal Engine III
Difficulté :
Titre alternatif : Alien Breed Evolution
Multi-joueurs : 2 joueurs
Prix au lancement : 15€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Alien Breed

Impact



On la connait pour
Ce remake d'un vieux titre Amiga est très bien réalisé
des jeux comme Project X², la série des Worms ou plus près de nous la version HD de Lemmings, la Team17 est aussi connue pour avoir fait les beaux-jours de cet ancêtre qu'est l'Amiga (le micro-ordinateur de Commodore qui aura eu un succès phénoménal dans les années 80-90). En autre titre à succès sur ce support aujourd'hui oublié, Alien Breed était un jeu d'action (forcément en 2D), où il fallait sauver sa peau à bord d'un vaisseau qui tombe en ruines. Moins glorieux, voire même passé inaperçu à côté de DOOM, sont sortis en 1995 et en 1996, Alien Breed 3D et Alien Breed 3D II, qui troquaient leur aspect action à la 2e personne pour une vue FPS (on a aussi vaguement entendu parler des Alien Breed Action en 1999 et Alien Breed 2K4 en 2004, 2 projets avortés par manque d'éditeurs sérieux). Depuis 1996, la licence était donc en hibernation mais c'est la mode en ce moment, Alien Breed revient sous une enveloppe entièrement neuve. C'est un fait, les développeurs manquent de plus en plus d'idées, et vont donc de plus en plus chercher dans le passé de vieux trésors prêt à avoir un second succès. Si certains ne se foulent pas trop en nous éditant leurs jeux quasiment tel quel (Capcom et son Final Fight : Double Impact en est la plus méprisable preuve), d'autres au contraire nous livrent un jeu à la technique très contemporaine. Fonctionnant sous Unreal Engine III (et oui, encore lui) Alien Breed Impact reprend le concept d'origine et le transpose dans un shooter entièrement en 3D. Le moteur fonctionne vraiment bien, avec un game-design futuriste très sympa, même si par endroit tout se ressemble ou que le décor parait un peu vide. Les effets lumineux, notamment la lampe et les explosions, font également leur bout d'effet et le moteur reste généralement fluide. Egalement au programme, le moteur d'Epic gère une véritable physique, ce qui donne un peu plus de réalisme que dans les autres titres du genre. On regrettera par contre que les animations des aliens soient si rigides et même un peu hachées. Côté son, la musique a tendance à se faire discrète, laissant le jeu nous distiller son ambiance au travers de bruitages souvent inquiétants. En fait, elle intervient surtout lors des combats. C'est même un peu dommage car avec une bande-son plus soutenue, il aurait pu prétendre à une once de peur, ce qui n'est ici, pas le cas. Je suis le premier à le regretter mais déjà en l'état, ça fonctionne bien, d'autant que les bruitages, sans être super dynamiques, font bien leur boulot.


Sur la question du gameplay,
Peut-être un peu cher pour un premier tiers, mais la durée de vie est très honorable
Alien Breed Impact se cale sur un Alien Syndrome (dont la version SEGA Ages, bien que limitée, était sympa) ou un récent Commando 3, la frénésie de l'action en moins. Comme évoqué, l'ambiance cherche à nous faire un peu peur, donc les aliens (de bonne taille en général et au design très inspirée par Starship Troopers) arrivent par vague, mais rarement en "vrai" surnombre. Jouable à 2 en coop', comme c'est souvent le cas, on dirige son personnage avec les touches, on vise et on tire avec la souris, en gardant en tête qu'on a affaire à un jeu d'action en vue de dessus. D'ailleurs on pourra reprocher qu'on n'ait pas la possibilité de zoomer/dézoomer sur l'action, l'angle imposé n'étant pas des plus lisibles. On pourra quand même pivoter la caméra autour du perso, par cran de 45°. Contre les aliens on a un arsenal plutôt efficace. Comme toujours on aura une flingue avec munitions infinies, quant aux autres (mitrailleuse, lance-flammes, fusil à pompe, laser, canon à ions), il faudra bien faire attention à récupérer les chargeurs qui trainent (il y a aussi des grenades dont l'efficacité est proche de zéro). D'ailleurs, même s'il n'est pas du tout ouvert (il est même linéaire et scripté à mort), il faudra toujours fouiller les lieux pour dénicher munitions et trousses de soins. Ensuite le concept ne change pas. A part trouver des cartes d'accès et déverrouiller des portes via des terminaux, les interactions se limitent à tuer tout ce qui bouge. Je dirais même que le jeu se plait à nous balader à droite à gauche pour des raisons prétextes, à nous faire faire d'innombrables allers-retours afin de faire perdurer la durée de vie et nous balancer de nouvelles salves d'ennemis. Mais là où on est gagnant, c'est que l'aventure se divise en 6 chapitres, que chacune dure en moyenne 1 heure et qu'on a qu'un seul chargement par niveau. Ça nous change de ces titres qui passent leur temps à loader et qui se terminent en 2 heures. Notre personnage est évidemment manchot. Dés que c'est trop étriqué il ne passe plus, il ne peut pas sauter, ni même enjamber une table. Un vrai gameplay à l'ancienne. En contre-partie, comme évoqué précédemment, il faudra bien fouiller les lieux pour dénicher des crédits (argent), des médikits et des munitions. Aux bornes Intex, on pourra sauvegarder et avec l'argent amassé, on pourra aussi acheter des munitions, améliorer ses armes (cadence de tir, capacité du chargeur ou puissance de feu, mais on ne peut pas cumuler les 3) et même revendre le superflu (comme les grenades dont l'utilisation est très loin d'être optimisée).


Très inspirée par Alien
L'histoire est assez mal développée mais ça n'empêche pas qu'il y ait une très bonne ambiance
(l'ambiance générale s'en ressent), l'histoire est un peu anecdotique et se dévoile via des planches de BD (artworks), jolies mais qui ne remplaceront jamais de bonnes vieilles cut-scènes. On incarne Théodore Conrad, un ingénieur, dont le vaisseau (le Leopold) vient de s'encastrer dans un autre, 30 fois plus gros. Mais visiblement, si tout le monde semble mort, ce n'est pas à cause de l'accident, mais plutôt des bestioles qui rôdent dans les couloirs. Il sera également sympa d'en apprendre plus sur les personnages, les ennemis et les armes, en lisant des fiches détaillées sur chacun. Mais dans tout ça, le jeu s'alourdit quand même d'une grosse faute. S'il se renouvelle peu dans son ambiance et son gameplay (en gros, pendant 6 heures on fait un peu toujours pareil), tout au long de l'aventure on subira d'innombrables floues d'images. Si l'ordinateur de bord nous saoulera pendant les 20 premières minutes à nous rabacher toujours la même phrase ("attention please, evacuate immediatly"), par bonheur il finira par la fermer mais étant donné que le vaisseau est en piteux état, il y aura énormément d'explosions un peu partout. Pour l'ambiance c'est génial mais pour les yeux c'est zéro pointé ! En effet chaque explosion s'accompagne d'un "secouage" de l'écran et d'un "floutage" de l'image et comme il y en a en permanence (plusieurs par minute, vous imaginez en fin de partie combien ça fait ?), au bout d'un heure on a mal aux yeux et parfois même, au crâne. C'est extrêmement pénible ! L'autre regret, c'est que Team17 a scindé son jeu en 3 parties alors que sur 6 heures de temps, ils auraient très bien pu boucler leur histoire. C'est évidemment une affaire d'argent et pour conclure la trilogie, comprennez bien qu'il faudra débourser 3 x 10€ (à noter qu'à sa sortie, ce premier opus coutait 15€ mais les épisodes 2 et 3 sont moins chers que sur Xbox 360, ça compense). En un sens, 30€ pour au moins 15 heures de jeu, c'est tout à fait rentable puisque des titres comme Vanquish ou Medal of Honor durent à peine 7 heures et coutent 50€. Alors oui, j'ai été le premier à crier au scandale, à la vente forcée, à l'arnaque pure et simple. Mais après mûres réflexions et un test en bon et due forme, il faut reconnaitre que la formule prend bien.



On pourra toujours Note
pester contre ces saletés d'explosions et on trouvera le développement scénaristique inadéquat, mais à côté de ça la réalisation est tout à fait étonnante pour un jeu dématérialisé, l'ambiance est excellente et si le gameplay est un peu simpliste, qu'à celà-ne-tienne, c'est fun et très vite on s'éclate. Alors bien sûr ce n'est pas du Shadow Complex niveau rapport qualité/prix, mais difficile de bouder son plaisir. Après tout, nos services en ligne regorgent de jeux minables et à la durée de vie rachitique, alors qu'ici on nous propose tout de même un "vrai jeu" d'action pur et dur, bien à l'ancienne comme on aime (quasiment élevé au grain). En clair de quoi passer un très bon moment.



PS : sur Xbox 360, ce premier épisode d'Alien Breed se nommait exactement Alien Breed Evolution : Episode 1. Il devait rester une exclusivité Xbox Live. Mais 6 mois plus tard il est sorti sous le nom d'Alien Breed Impact sur PC (Steam), et encore 3 mois plus tard sur PlayStation 3 (PSN). Entre les versions Evolution et Impact il n'y a que peu de différences (ennemis légérement retouchés, quelques éléments de gameplay en plus). Pour les épisode 2 et 3, il est à noter que Team17 a uniformisé les titres et les développements.



Test réalisé par iiYama

mars 2011