Zed Blade (NGEO MVS)

 





Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 1994
Développeur : NMK
Editeur : SNK
Genre : shoot-them-up

Support : cartouche de 110Mb/14Mo
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Hardware : Neo-Geo MVS
Orientation de l'écran : horizontal
Commandes : stick 8 voies + 2 boutons

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Titre alternatif : Zedblade / Operation Ragnarok (JAP)
Prix au lancement : 1450Frs


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Zed Blade

(Operation Ragnarok)



Connu au Japon
Le gameplay n'a pas grand chose d'original. Seul persiste les petits choix en début de partie
sous le nom d'Operation Ragnarok, Zed Blade n'est pas le plus apprécié des shoot-them-up de la Neo-Geo. Il faut dire qu'il est sorti à un moment peu propice (pratiquement au lancement de la PlayStation) et même si une version AES semblait finalisée, son faible succès en salles a finalement eu raison de cette sortie au format console de salon. Zed Blade se cantonne donc à cette bonne vieille Neo-Geo MVS, le pendant Arcade du bien-aimé système conçu par SNK. Sachez malgré tout que ce qui est rare est cher, et à l'heure de ce test, la cartouche MVS coute dans les environs de 150€ sur eBay. Ce n'est pas rien et entre nous, à moins de vouloir compléter sa collection, je ne suis pas sûr que ce jeu vaille autant d'argent sur le seul titre de sa rareté. Zed Blade est un shoot-them-up horizontal et même si la console a surtout excellée dans les jeux de combats type versus fighting (Fatal Fury, Garou, King of Fighters, Art of Fighting, World Heroes, Samuraï Shodown, Last Blade et j'en passe) il est clair qu'elle nous aura également offert quelques perles du jeu d'action et du shoot. Reste à savoir si Zed Blade/Operation Ragnarok est de celles-là. L'histoire nous raconte que dans le futur, l'humanité établie un large projet nommé Space Frontier, qui vise à explorer chaque planète de notre système solaire. Dans sa conquête de l'espace, l'Homme a créé Yggdrasil (dans la mythologie nordique, Yggdrasil est l'Arbre du Monde, sur lui reposent les 9 royaumes), une station spatiale automatisée, contrôlée par un super ordinateur. Jusqu'au jour où Yggdrasil attaqua la Terre à l'aide d'une grande flotte et l'Opération Ragnarok fut alors lancée : 3 des meilleurs pilotes partent en chasse en vue de rétablir l'ordre en reprenant le contrôle de la station et en stoppant l'invasion... Ok, pour une fois on a un scénario mais malgré sa relative banalité, seule la notice du jeu pourra vous l'enseigner. En effet, le titre ne s'embarrasse même pas d'une introduction digne de ce nom. Donc le scénario n'est (comme d'habitude) pas du tout étoffé, les bases du conflit ne sont pas posées, bref comme dans 99% des jeux de l'époque et plus encore des jeux du genre, on n'a rien ! Evidemment on retrouve ce bon vieux "how to play" qui sévit sur la plupart des jeux Neo-Geo et de suite après, on nous laisse le choix entre 3 personnages. Ce choix n'influe que sur la vitesse de déplacement du vaisseau et le nombre de "smart bombs" obtenues à chaque vie perdue. Plus intéressant, on nous laisse ensuite le choix de son armement : 3 options pour le tir avant, 3 pour le tir arrière et 3 pour les missiles. Une bonne idée qui vise à varier un peu les plaisirs ou à se conforter au mieux à votre façon de jouer, et qui n'est pas sans rappeler un certain Gradius.



 

Ecran titre US/EURO et JAP


Cependant il
Si le gameplay n'a rien d'original, sachez que pour les graphismes c'est pire ! La Neo-Geo est capable de mieux que ça et elle l'a déjà prouvé
ne faudra pas se tromper car une fois la partie commencée, vous ne pourrez plus changer ni de vaisseau/personnage, ni de configuration d'armement. Jouable à 2 simultanément, le système de "power up" a été simplifié : le vaisseau possède des missiles, un tir avant et un tir arrière, et chaque power up spécifique en augmentera l'efficacité sur 3 niveaux. En somme, il n'y a qu'une seule et unique arme pour tout l'aventure, certes upgradable mais loin de nous laisser d'autres alternatives. Utilisant seulement 2 boutons, si le premier sert à tirer normalement (tir avant et arrière simultanément, pas de rapid-fire) le second sert à lancer la "smart bomb" : c'est une sorte d'énorme boule d'énergie qui file droit devant, supprime les tirs ennemis de l'écran et surtout, fait beaucoup de dégâts à l'adversité. C'est bien pratique contre les boss par exemple. Au 3e niveau de puissance, puisqu'elles aussi peuvent être upgradées, les smart bombs créés une sorte de grand arc électrique qui nettoie l'écran. Question difficulté, vous n'aurez guère de problème à franchir les 2/3 du jeu. Pourtant testé en "level-4" (la difficulté "moyenne") le titre de NMK se révèle même facile, surtout au début. Cependant les choses se corsent à partir du niveau 6, voire même il devient excessif en multipliant les tirs adverses et en nous imposant des ennemis de plus en plus résistants, ceux-là même qu'on n'avait aucun mal à exploser au début du jeu. Ainsi sur la fin, le titre devient assez frustrant, pénible même, avec un point culminant au dernier niveau ainsi que son boss final où on en vient à se dire que "c'est vraiment n'importe quoi", le but du software étant clairement de nous faire perdre le plus rapidement possible nos crédits (et il y arrive le saligaud !). Tout ça pour finalement faire perdurer une durée de vie bien courte (environ 30 à 40 minutes), les 8 niveaux étant relativement courts, les boss s'explosant généralement en moins d'une minute et en bout de course, nous avons un épilogue ô combien minable et expédié (encore une fois, comme c'est trop souvent le cas avec ce genre de jeux). On retiendra également que le vaisseau qu'on contrôle est un peu gros à l'écran (et donc slalomer entre les tirs ennemis, notamment sur les derniers instants, est un peu tendu) mais le fait que le jeu puisse se pratiquer à 2 simultanément et le fait de continuer son aventure malgré la perte de ses vies, aide malgré tout à s'en sortir honorablement. Du haut de ses 110Mb (ce qui fait un peu moins de 14Mo... mine de rien on reste loin des plus grosses cartouches Super Nintendo/Mega Drive et leurs 4 pauvres Mo), Zed Blade est techniquement décevant. On a quelques sprites qui utilisent astucieusement l'effet de morphing, les animations sont relativement fluides, les effets sont jolis (notamment les explosions) et le design, bien que simpliste, reste agréable.


Non en
Si l'ambiance du jeu est massacrée, c'est en grande partie à cause de musiques abominables ! Gaffe à vos oreilles :(
fait la première vraie faiblesse technique du titre ce sont les graphismes dans leur ensemble : pour un jeu sorti en 1994, il est clair que les décors sont en dessous de tout. Hormis quelques parallaxes, souvent superposées à l'arrache, les décors de fond n'ont rien d'exceptionnels, ce serait même tout le contraire ! A croire que les développeurs se sont crus sur une machine nettement moins performante. Ces graphismes clairement sommaires ont bien du mal à passer après des titres comme Alpha Mission II, Last Resort ou encore Viewpoint, tous plus vieux de 2 à 3 ans (et encore, je n'évoque pas les Axelay de la Super Nintendo et Thunder Force IV de la Mega Drive, à la fois plus vieux et surtout sortis sur des consoles nettement moins puissantes). Bref, la toute puissante Neo-Geo est sous-exploitée et reste loin des capacités qui nous feront rêver quelques années plus tard avec des titres comme Pulstar (1995) ou Blazing Star (1998). Enfin, terminons comme c'est la coutume par la partie sonore, qui accuse une note assassine certes, mais il le fallait bien après ce que mes oreilles ont subi. Sachez avant toute chose que les bruitages sont, comme toujours sur Neo-Geo, dynamiques et de qualité. Il n'y a rien à dire là-dessus. Non l'autre vrai problème du jeu c'est clairement les musiques. Une bande-son qu'on doit à Manabu Namiki, qui est pourtant connu dans le métier, pour avoir travaillé entre autre avec Raizing et Cave. Lui qui a composé des musiques pour des titres très connus tels que DoDonpachi, Bloody Roar, Terra Diver, Super Spacefortress Macross ou Thunder Dragon, le compositeur nous livre ici une Electro absolument atroce ! D'accord, saluons la performance technique puisque des voix digits sont mélangées aux musiques, afin de donner l'illusion de pistes tout droit sorties d'un CD-Rom (c'est d'ailleurs ça qui doit justifier une cartouche d'un tel volume car ce ne sont clairement pas les graphismes qui ont dû tant "consommer"), mais à côté de ça, quel massacre ! Il est clair qu'avec de bonnes musiques, l'ambiance aurait été bien meilleure et le titre aurait sans doute pu prétendre à une meilleure note finale. Or il m'est impossible de ne pas sanctionner cette merdasse acoustique, qui oscille entre Ridge Racer et Streets of Rage 3... c'est dire le niveau ! Bravo monsieur Namiki, c'est du beau travail si je puis dire.



NMK était Note
une petite société spécialisée (entre autre) dans le shoot-them-up vertical. Après avoir sorti quelques titres vraiment sympas tels que les 2 épisodes de Thunder Dragon, GunNail ou Rapid Hero, le studio décide de sortir Zed Blade, leur unique jeu Neo-Geo, un shoot horizontal pour le coup. Malgré de bonnes intentions, celui qu'on nomme Operation Ragnarok au Japon, n'est pas spécialement marquant. Plus faible que les productions habituelles de NMK, pas au niveau des performances d'un système qui ne demandait qu'à être exploité au mieux de ses capacités, et clairement noyé dans la masse des shoots de sa faste époque (sans compter peut-être aussi la sortie imminente de la PlayStation), Zed Blade n'aura eu qu'un succès modeste en salles d'Arcade, ce qui aura prématurément fait annuler une sortie sur AES, alors que de l'aveu même des producteurs, cette version était prête. La vérité c'est que Zed Blade n'a rien d'exceptionnel avec ses graphismes très classiques et sans véritables fioritures ou son gameplay sans originalité. Et lorsque le jeu nous en livre (de l'originalité), notamment à travers sa bande-son, là c'est le drame : des musiques absolument infectes viennent nous empoisonner les oreilles et plomber une ambiance "shmupesque" qui aurait pu être sympa. Bref, sans être un ratage total, il est clair que Zed Blade n'a pas l'étoffe des héros. Au fond ce n'est pas un mauvais jeu, cependant il n'a pas grand-chose pour lui et sur Neo-Geo, ou mieux encore sur Arcade en général, il est tellement facile de trouver mieux, qu'au final on finit par vite oublier l'expérience qu'il procure.



Les -

  • Graphismes trop simplistes pour une Neo-Geo en pleine maturité
  • Bande-son qui va vous écorcher les oreilles!
  • Gameplay trop classique et simplifié
  • Pas d'intro, pas d'explications, rien...
  • Très court (même pas 45 mins !)
  • La difficulté sur la fin du jeu
  • Les +

  • L'originalité et l'efficacité de la smart bomb
  • Choix du perso/vaisseau et de l'armement
  • Jouer à 2


  • Test réalisé par iiYama

    juin 2016