Strikers 1945 Plus (NGEO) -- GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir



Ci-dessus le flyer officiel de la version MVS
Ci-dessous les possibles pochettes des converts AES







Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :




Aussi disponible sur :

 

 

   


Sortie du jeu : décembre 1999
Développeur : Psikyo
Editeur : SNK
Genre : shoot-them-up

Version testée : Neo-Geo MVS US
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Support : cartouche de 682 Mb
Difficulté :
Temps de jeu : 20 à 30 minutes par rush
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Titre alternatif : Strikers 1945 II

Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^















Les sites partenaires :















Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Strikers
1945 Plus








Au début
Strikers 1945 Plus est l'adaptation MVS de Strikers 1945 II, passant d'un affichage vertical à horizontal
des années 80, les shoots verticaux à vocation militaire, type guerre des années '40, ont fait les beaux jours de Capcom. Tout commence en 1984 avec le jeu 1942, premier épisode à lancer le bal d'un genre qui mine de rien variait son approche face à tous ces shoots spaciaux où on blastait de l'aliens à la pelle. Suivirent 1943 (sorti en 1987), 1941 (sorti en 1990 sur CPS-1 et donc premier épisode 16-bits), puis 19XX (sorti en 1995 sur CPS-2) et enfin 1944 (sorti en 2000, toujours sur CPS-2). Si tout le monde connait bien cette série du géant qui a créé Street Fighter, au contraire, la série des Strikers 1945 est bien moins connue, alors que son développeur est sans doute plus respecté encore dans le milieu du shmup, j'ai nommé Psikyo ! Un développeur qui excelle dans l'exercice, et c'est un peu normal puisqu'ils ne créent pratiquement que ce type de jeux. Avec à leur compte des titres tels que Gunbird, Zero Gunner, Cannon Spike ou encore Dragon Blaze, autant dire qu'ils savent de quoi ils parlent. Le premier Strikers 1945 est sorti en 1995, et fut suivi dès 1997 d'un Strikers 1945 II. En 1999 sort Strikers 1945 III (aussi connu sous le nom de Strikers 1999), mais aussi Strikers 1945 Plus, qui est en fait le portage de l'épisode 2 sur Neo-Geo MVS. Il n'y a malheureusement jamais eu de version AES ou CD et si jamais vous avez la chance d'en trouver un exemplaire sur Internet, dites-vous que ce n'est pas une version officielle mais un "convert" (une cartouche AES sur laquelle on a changé les puces de ROM). D'ailleurs les "covers" (pochettes) ci-contre n'existent pas vraiment, ils ont été créés par des fans ou pour justement un "convert". Si personnellement j'apprécie beaucoup les Strikers 1945, pour avoir connu l'épisode 2 sur PlayStation, et pour avoir apprécié la mini-compilation des épisodes 1 & 2 sur PS2, aujourd'hui je découvre cette édition "Plus", qui est le premier et dernier jeu de Psikyo sur la savoureuse machine d'SNK.



   

Strikers 1945 II, sorti sur Arcade en 1997



682Mb, et béé, rien que ça...


Autant le
Bien que passant d'un puissant système 32-bits à la Neo-Geo (16-bits) l'adaptation s'en sort avec les honneurs
dire de suite, Strikers 1945 II tournait sur une performante machine équipée d'un Hitachi SH-2 (un CPU 32-bits) avec un format vidéo vertical, à savoir que l'écran était tourné à 90°, comme ça se faisait beaucoup à l'époque. Maintenant il faut savoir que la Neo-Geo est exclusivement à affichage horizontal et surtout, qu'on reste sur un bien connu hardware 16-bits, si performant soit-il. Vous comprendrez bien que des concessions techniques ont été faites (notamment les effets de brumes, qui ont simplement disparus) et quelques ajustements ont été réalisés, comme l'adaptation au format 4:3 horizontal. Sans ça, les niveaux sont assez similaires, et seul le boss du niveau 6 a été modifié. Il n'empêche que son imposante cartouche de 682 Mb (ce qui fait plus de 85 Mo soit plus de 21 fois Donkey Kong Country sur Super Nintendo, 170 fois le premier Sonic sur Mega Drive !!) n'usurpe à aucun moment son label "Giga Power", puisqu'on atteint presque les limites du système, dont le plus gros jeux ne sera autre que King of Fighters 2003, qui fait de son côté 716 Mb (même si dans la différence des 32 Mb on pourrait caser les ROMs de Super Aleste, Axelay et l'entière trilogie des Thunder Force ! ^_^). Le jeu s'ouvre sur une rapide introduction, silencieuse et en images de synthèse. Bien qu'un peu pixellisée et terne, elle reste jolie et assez impressionnante pour un support cartouche. S'en suit une poignée de démos et la présentation succincte des 6 avions pilotables. Malheureusement, il n'y a aucune scénarisation : nous sommes soi-disant en 1945 (ou du moins dans un univers parallèle au notre vu la technologie très avancée des boss), durant une Seconde Guerre Mondiale qui touche à sa fin, et il faut éliminer tout ce qui présente à l'écran. D'ailleurs, après avoir vaincu un boss final carrément hors de propos, difficile de ne pas être déçu par un épilogue franchement bâclé, qui enchaine sur un "rush" à la difficulté nettement plus élevée.




La séquence d'introduction



Alors, mieux que chez Capcom ?


Le "how to play"
Le Super Shot est un puissant tir qui aide à se sortir d'un mauvais pas ou à éclater les boss en quelques attaques
va à l'essentiel, sans présentation aucune, puis c'est directement l'écran de sélection de son appareil. Côté gameplay, le jeu a sa petite subtilité bien à lui à savoir qu'on n'utilise que 2 boutons d'action (A et B), le second servant à larguer des mega-bombes. Le bouton A peut soit être martelé comme c'était souvent le cas, surtout sur ce type de shoots (vertical), soit on le laisse appuyé, la cadence de tir étant sensiblement la même. Par contre, au fil de notre "arrosage de l'adversité", une jauge "super shot" se remplit et une fois pleine, on peut soit "stocker" un super shot, soit balancer un mega tir. Ainsi bien choisir son appareil a son importance car ça influe sur son tir principal, la forme de ses "mega bombes" mais aussi et surtout sur le super shot, qui peut soit être minable (comme c'est le cas du Lightining) soit être vraiment efficace (comme dans le cas du Zero). Le tir principal peut être upgradé via les habituels items de "power up", et des items identiques existent également pour les bombes. Lorsqu'on perd une vie, notre avion dispose directement d'un tir "super shot" à utiliser de suite (histoire de se venger) et cette perte se traduit généralement par la générosité du jeu, qui distille alors un paquet d'items "mega bombe" et "power up". Si bien entendu on peut jouer à 2 simultanément, il est par contre regrettable de ne pas pouvoir changer d'avion à chaque continue et comme il possède un armement unique (certes upgradable sur plusieurs niveaux) commencer avec le mauvais appareil vous forcera à tout reprendre depuis le début pour pouvoir en changer. Et c'est d'autant plus frustrant que le jeu ne donne aucun signe distinctif entre les appareils lors de l'écran de choix : puissance de feu, type de mega bombe, aspect du "super shot"... vous allez être obligé de tout apprendre par vous-même. Dans tous les cas je vous déconseille le premier d'entre eux (le P-38 Lightning) qui dispose sans doute du pire "super shot" d'entre tous. Les autres (Spitfire Mark VI, Focke Wulf Ta 152 et Fiat G-56) sont équilibrés, mes préférés étant le Flying Pancake (Vought XF5U) et le Zero Type 52, qui ont de bons tirs principaux, des "mega bombes" sympas mais aussi et surtout des "super shot" particulièrement efficaces. Une icône "?" vous permet également de faire une sélection aléatoire, mais c'est surtout sur celle-ci et via une manipulation, que vous pourrez prendre en main l'unique appareil caché du jeu, le XP-55 Ascender. Son tir principal est très puissant, il peut cumuler jusqu'à 9 "super shots" et sa mega bombe (un gros avion qui bombarde l'écran) est plutôt efficace.



 

A gauche le Fiat G-56 est un avion équilibré, à droite le
XP-55 Ascender est l'unique appareil caché du jeu



Spare ? Non, Strike !


Tien on
Les mega bombes n'en sont pas vraiment, ce sont généralement des formations alliées qui tirent tout azimut, absorbent les tirs ennemis et où on peut se mettre à l'abri dans leur sillage
parle de "mega bombes" mais en réalité, ça n'en sont pas, notre avion ne largue pas vraiment de bombes qui "nettoient" l'écran comme on pourrait le croire (il faut dire que l'item floqué du gros B ou l'affichage sur l'interface, nous induisent bien en erreur). Non, en général lorsqu'on presse la touche B, un énorme avion vient nous prêter main-forte, en tirant tout azimut et en "absorbant" tous les tirs ennemis. C'est un moyen bien pratique de se mettre "à l'abri" dans son sillage, d'autant que le jeu se prend souvent des airs de manic-shooter en inondant l'écran de tirs adverses (avec des boulettes roses pour les tirs lents et des boulettes bleues pour les tirs rapides). A noter également qu'on peut faire appel à 2 "mega bombes" à la suite : avant que le premier ne s'en aille, on peut déjà faire appel à un second, ce qui est pratique et nous permet d'avoir une véritable couverture contre les tirs ennemis. De même, si certains appareils explosent immédiatement au contact des tirs adverses, d'autres subissent d'abord un "downgrade" (on perd ses power ups), nous laissant ainsi une seconde chance avant de perdre une vie. Sur la question de la difficulté, personnellement je l'ai trouvé élevée mais jamais injuste ou frustrante. Il faut dire qu'avec le bon appareil, étant donné qu'on nous donne pas mal de bonus à chaque vie perdue, il est alors possible (notamment contre les boss) de faire très vite place nette, en lançant de suite un "super shot" et en se mettant à couvert derrière nos alliés (super bombe). Comme c'est souvent le cas, les niveaux sont relativement courts puis on enchaine sur le boss. Le jeu comporte 8 niveaux et terminer le premier "rush" prend 20 à 30 minutes, avec le plaisir de voir que les 4 premiers niveaux n'ont pas un ordre imposé. Une bonne initiative lorsqu'on joue sur Arcade en jetant ses pièces dans le monnayeur, car en jouant occasionnellement on a la possibilité de varier les plaisirs et la découverte à chaque partie. Maintenant sachez que si jusqu'au niveau 4 chaque "continue" vous permet de reprendre le jeu là où vous l'avez laissé, à partir du niveau 5 perdre un continue est plus pénalisant car vous reprendrez le jeu au début du niveau. Une vacherie certes, mais comme évoqué, si ce Strikers 1945 Plus n'est pas réglé sur une difficulté trop importante, il reste abordable et juste. Ceci dit, dès le niveau "normal" (le niveau de difficulté 4) les choses se corsent : le "super shot" se charge plus lentement (déjà que certains appareils sont très lents pour ça), il y a 2 fois plus de tirs ennemis, qui sont également plus rapides, sans parler des boss, qui naturellement encaissent plus. Donc un conseil : si vous le pouvez, et si vous voulez jouer sans tricher (Unibios), configurez le jeu en niveau 1 (easy), vous verrez, le challenge est intéressant sans être frustrant.



Il y avait déjà des Mechas en 1945 ?


Techniquement,
Rien à dire, malgré un écran submergé, le framerate reste tout à fait stable ! Par contre, les musiques auraient pu beaucoup apporter à l'ambiance mais ratent clairement leur objectif...
il y a de bonnes choses, très bonnes même, mais aussi quelques erreurs. On commencera par le fait que l'affichage est en partie bouffer par l'interface du jeu : sur les 2 côtés nous avons 2 grosses bandes qui certes affichent des données utiles, mais qui grignotent pas moins de 30% de la surface affichable (15% par côté et donc par joueur). Certains se diront que c'est pour mieux voir les informations importantes (nombre de vies, nombre de bombes, jauge super shot...), ou alors que c'est pour mieux se rapprocher du format d'origine du Strikers 1945 II, qui est vertical. La réalité est tout autre : ces 30% d'affichage en moins sont en fait un moyen simple et efficace de soulager le moteur graphique. Souvenez-vous, à l'origine le jeu tourne sur un système 32-bits à base d'Hitachi SH-2, un hardware bien plus performant que celui de la Neo-Geo. Alors certes, le Motorola 68000 est capable de merveilleuses choses grâce à son architecture hybride 16/32-bits, mais aussi performant soit-il, il n'atteint pas le niveau du SH-2 qui est un "vrai" CPU 32-bits et surtout qui est bien plus récent. Ainsi comme évoqué, le développeur a dû faire quelques concessions, comme le nombre sprites affichés à l'écran ou cette brume transparente et fort jolie sur le jeu d'origine, et qui (ici) a simplement disparue. Strikers 1945 Plus une sous-version du II ? On aurait pu le craindre mais en fait pas du tout ! Remis dans les capacités de son support, il est même très impressionnant ! Ceci dit, les décors en vue de dessus sont assez banals, en alignant les poncifs du genre que sont la base navale, la rase campagne ou le camp militaire. D'ailleurs on aurait apprécié des décors plus détaillés et/ou plus animés car ils sont clairement figés et pas forcément flatteurs pour la rétine. Maintenant il faut aussi avouer que ça bouge tellement à l'écran, qu'on n'a pas non plus le temps de flâner et de faire des pauses contemplatives. Et sachez que de son côté, le design est vraiment très bon. Les ennemis sont nombreux, variés, plutôt bien animés, avec une mention spéciale aux boss. Avec leur design façon Mecha japonais, ils sont toujours énormes, superbement animés lors de leurs transformations et leurs tirs submergent littéralement l'écran ! Sans dire qu'on atteint le niveau d'un Mars Matrix ou d'un Ikaruga, on sent bien que le genre s'oriente de plus en plus vers ce type d'affrontements. Idem, j'ai grandement apprécié la qualité des explosions (qui sont vraiment très jolies et détaillées) et cerise sur le gâteau, le framerate est super solide ! Il y a beau avoir des dizaines de sprites à l'écran, des boss monstrueux, et 2 joueurs qui arrosent copieusement l'adversité, dites vous que les bugs sont très rares.




L'interface grignote 30% de l'affichage total, un
bon moyen de soulager le moteur graphique



Finalement on fera quand même couler le slime...


De même,
Si les décors sont généralement simplistes, bon point pour les boss qui assument un excellent design et des animations "méchaniques" très réussies
au rang des prouesses, sur la fin du jeu nous avons une sorte de tunnel dans lequel on s'enfonce, et où le jeu nous dévoile un décor en images de synthèses particulièrement bien réalisé et animé ! Il est vraiment dommage que les développeurs n'aient pas plus utilisés ce genre de technique car même si le passage est court, techniquement c'est une grande réussite. Finalement le seul bémol à tout ça, c'est le boss final qui est franchement hors de propos. Alors qu'on affronte des ennemis très typique de la guerre de '40 (avions à hélices, destroyers, tanks, tourelles...) et qu'on accepte volontiers de combattre contre des boss tout droit sorti d'un manga, au contraire le gros alien de fin n'a rien à faire là ! Rien ne prédisait que tout ceci était dû à un envahisseur extra-terrestre, autrement dit ce boss (qui n'est pas plus difficile à vaincre que les autres) fait tâche dans le décor. Dernier point, la partie audio est étrangement en mono... Oui c'est bizarre mais après tout, le jeu étant destiné à l'Arcade, ce n'est pas très important. Je suppose que si une version AES avait été envisagée, le problème (si tant est que ça en soit un) aurait sûrement été réglé. De toute façon, je vous le dis franchement, les musiques ne sont vraiment pas terribles. Avec leurs airs militaires, elles soutiennent bien l'action, elles vont dans le sens de l'ambiance et du design, la qualité est bonne mais au fond elles sont loin de rejoindre nos attentes. La raison est simple : genre que je plébiscitais le plus à l'époque, les shoot-them-ups proposent bien souvent des musiques super rythmées et très mélodieuses. J'en veux pour preuve les excellents Axelay, Thunder Force III et IV, Super Aleste, Super SWIV, les Touhou (aussi réputés pour ça), Triggerheart Exelica ou encore Söldner-X. En somme, une grande partie de l'ambiance et du fun que dégage un shoot vient de là, or Strikers 1945 Plus nous propose des musiquettes peu mélodieuses, pas spécialement rythmées et qui au final, n'accrochent absolument pas l'oreille du joueur. C'est vraiment dommage. Par contre, s'il n'y a pas de voix digitale (ce qui est rare sur Neo-Geo, le support excellant dans le domaine), vous apprécierez forcément la qualité des bruitages, qui sont finement distillés tout au long du jeu. Quant aux explosions, sans être super dynamiques, elles font très bien leur boulot, donnant ainsi un punch certain à tout le chaos que nous semons...



Marchant sur Note
les plates-bandes des Sonic Wings 2 et 3, Strikers 1945 Plus est le portage réussi du Strikers 1945 II de Psikyo. Le jeu se limitant toujours à l'Arcade (MVS) on peut légitimement se demander pourquoi adapter un tel titre, qui plus est sur un support moins performant que celui de la borne d'origine... La réponse est pourtant simple : parce que nous sommes en 1999 et qu'à cette époque, la Neo-Geo MVS est encore dans toutes les bonnes salles d'Arcade ! Sa carrière bat son plein (rappelons qu'à la sortie de ce jeu, le système de SNK venait d'accueillir des titres énormes : Shock Troopers 2, Blazing Star, Metal Slug X, The Last Blade 2 et l'indémodable Garou) et le MVS est encore partout, offrant des jeux d'une qualité inégalée, alors que nous parlons encore d'un système 16-bits qui peut paraitre obsolète pour certains. C'est sans doute aussi pour ça qu'il n'a jamais vu le jour sur AES : cette adaptation n'avait pour but que de nourrir l'Arcade, la console de salon se contentant des titres développés par son créateur et ses affiliés. Et puis les shoots ne sont finalement pas légion sur Neo-Geo et Strikers 1945 Plus sera le tout dernier du support (précédé de 3 mois par Prehistoric Isle 2, le cas de Last Hope et des jeux semi-pro n'étant pas pris en compte, car ils sont non-officiels).

Et c'est un fait, même si Psikyo a dû faire quelques concessions dans ce portage (la borne d'origine étant nettement plus performante que le système d'SNK), au final on se retrouve avec un jeu parfaitement programmé, maitrisé d'une main de maitre tant le framerate ne sera pour ainsi dire jamais mis à mal, malgré la myriade de sprites affichés à l'écran. De même on apprécie le design de l'ensemble (malgré des décors un peu vides), surtout ces boss au look de Mecha. Quand au gameplay, son "super shot" apporte une petite et appréciable nouveauté, même si dans l'ensemble le jeu se veut très classique et qu'on l'appréciera pour ça. Au rang des griefs on notera un boss final à côté de la plaque, une scénarisation aux abonnés absents ou encore des musiques qui ratent le coche, en étant certes dans l'ambiance mais en ne proposant rien de mélodieux ou de vraiment rythmé. Ainsi Strikers 1945 Plus aurait pu être le plus grand shoot du support (une place prise par Blazing Star) mais il se rate sur quelques détails qui ont leur importance. Qu'à cela-ne-tienne, il reste un bon shoot-them-up, superbement réalisé et particulièrement défoulant, où le déluge de tirs et d'explosions sera certes court (le jeu se finissant relativement vite) mais ô combien intense.



Les -

  • On ne peut pas changer d'avion à chaque continue
  • Le boss final, complètement hors de propos
  • Les musiques ne sont pas terribles
  • Aucune scénarisation
  • Décors assez banals
  • Court, très court...
  • Epilogue bâclé


  • Les +

  • Quelques parcelles de niveaux techniquement au dessus du lot
  • Le gameplay apporte sa petite originalité
  • Difficulté équilibrée, ça fait plaisir
  • Action nerveuse, fun, jouissive
  • Le design mecha des boss
  • Framerate en bêton armé !
  • La qualité des bruitages
  • La petite intro en CG


  • Test réalisé par iiYama

    septembre 2021


    Faites glisser les images ou utilisez les flèches sur les bords