Samuraï Shodown II (NGEO)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : décembre 1994
Développeur : SNK
Editeur : SNK
Genre : combats

Support : cartouche de 202Mb
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US/JAP
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviations : SS2 - SamSho II
Titres alternatifs : Shin Samurai Spirits : Haohmaru Jigokuhen / Samurai Spirits II
Prix au lancement : 1450 Frs


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Samuraï Shodown II









Fier de nous
Une fois encore la Neo-Geo en met plein les yeux !
avoir sorti une nouvelle licence très prometteuse, SNK ne pouvait pas laisser l'un de ses meilleurs jeux de combats à l'abandon. Voilà pourquoi Samuraï Shodown a eu une suite, à peine un an après le premier opus. Faut dire que lorsque SNK tient un bon filon, après les sorties s'enchaînent, la meilleure preuve étant celle des King of Fighters. Alors quoi de neuf dans cette séquelle ? Et bien quelques déceptions, de nouveaux persos, de nouveaux décors, une nouvelle histoire mais pas de révolution. Cette suite tient plus de la bonne grosse mise à jour que du jeu qui change du tout au tout. Et puisqu'il faut commencer quelque part, évoquons les petits nouveaux. SNK a décidé de virer Tam-Tam, un perso certes étrange mais qui était sympa à combattre. A la place on découvre 4 nouveaux persos jouables ainsi qu'un nouveau boss : Nicotine est un petit vieux accro à ce qui rend dépendant, Genjuro est un excellent personnage, puissant et charismatique, Sieger est un gars avec un bras énorme et Cham-Cham est une femme-tigre. Le compteur grimpe donc à 15 personnages jouables. Amakusa est de retour mais ne veut plus que le monde soit gouverné par les Ténèbres, bien que le Devil King voit les choses autrement. Ainsi l'ancien big boss vous sauvera la mise, au péril de sa vie. On affrontera pas Devil King dans cet épisode puisque le boss final sera Mizuki, un croisement entre Nakoruru et Amakusa, avec en plus une variante du chien de Galford. Les originalités sont quand même au rendez-vous. La première qui me vient c'est que Wan-Fu, le terrible chinois, a changé d'arme (troquant son sabre pour un morceau de pierre), il y a quelques nouveaux coups spéciaux, des chopes aériennes, un évitement (en faisant 2 fois bas) et de nouvelles furies. Et ces furies sont désormais dévoilées. Lorsque le personnage devient "fâché-tout-rouge" la manipulation est indiquée au dessous de sa barre de vie. Et croyez-moi, déjà c'est super beau et celui qui prend ça dans la tronche voit sa vitalité en prendre un sacré coup. Mieux, un adversaire qui prend une furie de plein fouet peut voir son arme se briser ! Le combat continue, mais à mains nues et la garde s'avère tout de suite moins efficace.


On retrouve aussi
La bande-son est un poil moins bonne mais reste de grande qualité
l'entrechoc des lames où il faut mitrailler dur pour garder l'avantage, puisque cette fois il est plus difficile de garder son épée. D'ailleurs ce sera l'une des critiques du jeu : il est bien plus dur qu'avant. Et le point culminant de cette difficulté est une autre originalité de taille pour les fans puisqu'on affrontera un arbitre, si jamais on accumule les perfects ou qu'on est globalement plus fort que le jeu (on ne l'affronte pas si on est mauvais ou qu'on finit les combats de justesse). Masqué on ne sera pas qui se cache sous ce personnage mystère même si les fans de l'univers SNK remarqueront que ses coups ressemblent étrangement à ceux de Tung Fu-Rue de Fatal Fury Special. Seul problème à cette originalité, c'est que le perso est imbattable. C'est même abusé de voir à quel point on prend des branlées monumentales ! En plus le jeu se permet de tricher en privilégiant toujours ses coups sur les notre et en nous balançant toujours les pires attaques. C'est donc une grosse galère qui intervient vers la moitié du jeu. Croyez-moi, si vous voulez le battre, va falloir s'accrocher, ce gros bâtard étant plus dur à vaincre que le boss final lui-même ! Heureusement qu'il est le seul adversaire comme ça sinon on retombait dans l'enfer d'Art of Figting. 15 personnages jouables mais on n'affrontera pas tout le monde. Le jeu prévoit en tout 14 combats (12 persos + l'arbitre + le boss) et je trouve idiot de se battre contre son double étant donné qu'il y a plus de combattants que de matchs. Dommage aussi qu'il faille encore effectuer les manipulations A+B et C+D pour effectuer les plus gros coups. Avec le stick Neo-Geo, même s'il est génial, c'est pas bien pratique. On remarquera aussi qu'il n'y a plus aucune goutte de sang (j'ai testé la version Euro, c'est peut-être pour ça) mais il sera toujours possible de couper son opposant en deux afin de gonfler son score. On soulignera aussi l'absence remarquée de bonus-stage comme le manque d'inspiration de certaines zones. Wan-Fu de la Chine a le même décor, idem pour Kyoshiro (Japon) et la plus plupart des anciens combattants ont le même niveau.


SNK a modifié
Cette suite a amélioré la jouabilité
quelques facette du décor, rajouter 2~3 trucs, enlevé d'autres éléments mais globalement, ça reste les mêmes niveaux (notamment Hanzo, Galford et Nakoruru). Mais pour sauver cette petite disgrâce, la jouabilité a été améliorée. Ainsi les coups sortent plus facilement et les personnages semblent un peu moins lourds à bouger. Le genre de mise à jour agréable. On retrouve aussi le mode story, cette fois un peu plus complet. L'histoire est la même pour tout le monde (mais les fins sont individuelles) et on nous livre des petites scènes à dialogues fort sympathiques. Petite intro, fins très sympas (notamment celle d'Haohmaru dont les screenshots se trouvent à la fin), on sent que SNK veut choyer ses joueurs. Avec l'énormissime cartouche de 202Mb (soit l'impressionnant score de 25Mo mais aussi le premier jeu à passer la barre psychologique des 200Mb), la réalisation a prit une envolée notable. Déjà le premier Samuraï Shodown nous avait gratifié d'une réalisation splendide mais là chapeau bas ! Les anciens décors ont étés retouchés avec style, les nouveaux décors sont très sympas et le tout semble encore plus coloré. Plus impressionnant, les personnages sont légèrement plus grands, et le zoom est encore plus puissants. Ainsi on peut encore plus s'éloigner de son adversaire pour mieux fondre sur lui, le sabre en avant. Pour couronner le tout, l'animation a pris du galon en étant encore plus fluide. SNK ne déçoit pas, il impressionne ! Je ne l'ai pas précisé lors du précédent test mais la musique ne se coupe pas entre 2 rounds (ici aussi) et on retrouve cette fois moins d'éclectisme, avec plus de thème style Japon médiéval. Personnellement je trouve ça bien, ainsi le jeu garde vraiment son aura mais faut aussi souligner que les musiques sont plus classiques (comme celle de la fin ou d'Earthquake). Désormais un peu moins inspirées, on les trouve plus banales. SNK a reprit le couple voix/bruitages du précédent jeu, en a rajouter quelque uns et la qualité est toujours au sommet.



Samuraï Shodown II Note
est un jeu de combat tout ce qu'il a de mieux de réalisé et de plus jouissif. Une fois encore la Neo-Geo en met plein les yeux ! On regrettera le manque d'inspiration de certains décors, certaines musiques moins avisées, le jeu ne changeant pas fondamentalement la recette du premier. Mais dans sa mise à jour, ce nouvel épisode nous emmène de nouveaux personnages intéressants, un graphisme encore plus chiadé, une animation plus fluide et une jouabilité plus souple. Difficile dans ce cas de lui en vouloir. S'il ne révolutionne plus son support, Samuraï Shodown II concrétise le savoir-faire d'SNK en matière de baston. Et puisqu'il faut le redire une dernière fois pour ceux qui n'auraient pas encore compris, c'est un excellent jeu dans un domaine où il excelle.



Test réalisé par iiYama

septembre 2008