Pulstar (NGEO-CD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : octobre 1995
Développeur : Aicom
Editeur : SNK
Genre : shoot-them-up

Support : 1 CD
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en alternance
Titre alternatif : Pulstar CD


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Pulstar









Difficile
Même réalisation impressionnante que pour la version cartouche
de ne pas penser à R-TYPE et pourtant, Pulstar est un shoot royal qui prouve une fois de plus que la Neo-Geo n'avait rien à voir avec les 16bits du pauvre. Malheureusement, il joue lui aussi une mauvaise carte : la difficulté. En effet, tout comme le très bon View Point nous sommes en présence d'un jeu beaucoup trop difficile pour être apprécié à sa juste valeur. Il est vrai qu'on passe les 3 ou 4 premiers niveaux sans trop de mal (d'autant qu'on en profiter tranquillement puisqu'on nous offre le choix de commencer par celui qu'on veut) mais dés le niveaux 5, c'est l'enfer ! Pire encore, au niveau 7 il y a un boss de mi-niveau carrément impossible à battre. Autant dire que c'est frustrant car personnellement, si j'achète un jeu, je veux en voir la fin un jour ou l'autre. En plus, le mode 2 joueurs se joue en alternance. Déjà où est l'intérêt (autant jouer seul) et en plus ça aurait pu franchement aider. Mais passé outre ce rebutant défaut, lorsque je colle l'adjectif royal à Pulstar, c'est pas des paroles en l'air. Reprenant un peu tout ce qui fait le succès des grands shoots sortis avant lui, tels que Axelay, Thunder Force IV et surtout R-TYPE, le jeu d'Aicom propose un gameplay peu novateur mais bien rôdé. La jouabilité est excellente et se contente de 2 boutons. A la façon du jeu d'Irem, les bonus nous octroient un drone avant qui absorbe la plupart des tirs faibles et si on ne peut pas le lancer, on peut par contre le faire exploser en pressant A et B. Il est vrai qu'après on se retrouve sans protection avant, mais les dégâts infligés sont énormes. Il y a bien sûr différentes armes, sur divers niveaux de puissance mais ce sera toujours trop peu face à une horde incessante d'ennemis et des boss à la fois énormes et très difficiles à battre. Le jeu reste pourtant très jouable et étonnamment, il est même plus praticable "à la cacahuète" qu'au stick. Question de confort. Par contre, je m'insurge une fois de plus contre les items de vitesse. C'est parfaitement débile de devoir prendre des items -speed- pour que son vaisseau daigne avoir une vitesse potable. Du coup, lorsqu'on perd une vie on perd tout : drone, arme et vitesse. Déjà que revenir au dernier checkpoint est gonflant, on avait pas besoin de ça. En plus, et je trouve ça idiot, la musique recommence à chaque vie perdue.


En parlant de musique,
Comment les développeurs peuvent-ils nous sortir une bande-son plus pourrie que sur cartouche ?
la Neo-Geo CD dans presque 100% des cas, n'a d'intérêt que pour sa bande son améliorée et le prix de ses jeux. Or les développeurs ont sans doute oublier que c'est ça qui nous fait avaler ses temps de chargements innommables (j'y reviens juste après). Déjà pas fameuse, la bande-son de la version AES est ici lamentablement réinjectée en piste audio. Elles sont lues sur le CD certes mais sont exactement les mêmes que celles sur cartouche. Se foutrait-on de notre gueule ? Alors il est vrai qu'on nous livre un joli menu d'options avec un joli sound-test mais entre nous, la console lit aussi bien les pistes au démarrage. Pas besoin de lancer le jeu. Plus objectivement, on retrouve quelques thèmes sympas mais pas bien mémorables, sauf peut-être pour celui de l'intro, assez excellent. Pas de voix digits (rare sur Neo-Geo) mais par contre de très bons bruitages, explosifs comme il le faut. Mais ce qui reste le plus impressionnant c'est la réalisation graphique. Les explosions sont splendides et les niveaux, empruntant aux pontes du genre (comme le gros vaisseau ou les cavernes directement issu d'R-TYPE) sont variées et vraiment beaux. Le plus étonnant restent tout même les sprites. Tout en images de synthèses, le rendu visuel est franchement impressionnant et en plus, c'est hyper bien animé (comme le morphing du premier boss). A part quelques ralentissements, chaque mouvement est très fluide et avec la qualité des graphismes, on a droit à une image de ouf ! Quitte à se lancer dans les éloges, je tiens à dire qu'il est l'un des plus beaux shoot 2D auquel j'ai joué, donnant à Pulstar une certaine noblesse graphique, une sorte de standard de haut niveau. La version cartouche affiche l'énorme score de 305Mb (c'est pas rien) et notre version CD aura bien entendu des temps de chargements à rallonge. C'est évident, plus le jeu est gros, plus l'adaptation pose de longs loadings. Le premier (au lancement du jeu) dure 15 secondes, regarder l'intro vous demandera 30 secondes (plus 15 secondes supplémentaire pour revenir au menu) et les niveaux se chargent entre 20 et 40 secondes (level 2). Autant dire qu'on en passe du temps à poiroter. Heureusement il existe dans les options un moyen d'écourter un peu tout ça, en zappant les petites vidéos entre les niveaux (c'est dommage de rater ça mais lorsqu'on connait... on connait).



Piochant les bonnes Note
idées des concurrents, il n'arrive pourtant pas au sommet de son art à cause de mauvaises idées (aussi reprises) comme le fait de repartir au dernier check-point à chaque vie perdue, un inutile mode 2 joueurs en alternance au lieu de simultané ou encore le fait qu'on est besoin d'item -speed- pour avoir un vaisseau qui avance correctement. Un peu trop copier-coller sur R-TYPE (le drone, les armes, certains ennemis et même certains niveaux sont trop ressemblants), Pulstar ne fait preuve d'aucune originalité et comme toujours, cette version CD n'apporte rien de plus que la version cartouche (pas de nouvelle intro, pas plus d'options, pas même de nouvelles musiques). Mais Pulstar reste une véritable œuvre de la scène Neo-Geo, à la fois pour son action frénétique et sa réalisation digne d'une 32bits. Complètement énorme, ce jeu m'a impressionné mais il gâche son capital sympathie à cause d'une difficulté frustrante.



Test réalisé par iiYama

novembre 2008