Metal Slug 5 (NGEO)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2003 (MVS) / février 2004 (AES)
Développeur : SNK Playmore
Editeur : SNK Playmore
Genre : action

Support : cartouche de 708Mb
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : JAP
Textes à l'écran : JAP

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : MSlug 5
Titre alternatif : Super Vehicle 001/V
Prix au lancement : 220€


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Metal Slug 5









Playmore a
SNK est de retour !
racheté SNK en 2001 et en 2003 la société Coréenne a créée le label SNK - Playmore. Les raisons furent simple : arrêt des conceptions par des boites de productions extérieures et la mort d'SNK était mal vécue par les fans. SNK est mort, vive SNK ! D'une façon assez inattendue, voilà donc la résurrection du Dieu sacré de l'Arcade. Ca va faire des heureux. Et notre Metal Slug 5 a bien été fait "maison". Après 5 tests sur plus ou moins le même jeu (1, 2, X, 3 et 4), je vais pas être long avec celui-ci, qui une fois de plus, reste dans la lignée de ces prédécesseurs avec 5 levels d'une folie furieuse et une réalisation de très haut niveau. Tout nouvel épisode apporte son lot de nouveautés et notre 5e version du meilleur jeu d'action 2D de tout les temps, ne déroge pas à la règle. Au rang des nouveaux véhicules, on aura accès à un nouveau Mecha hyper puissant qui a un énorme canon sur la devanture et son pilotage est assez différent des véhicules habituels (je vous laisse le plaisir de le découvrir). Autre véhicule flambant neuf, il y a une sorte de machine assez bizarre grande de tout l'écran et mega puissante où le bouton grenade envois une sorte de harpon auquel les tanks ne résistent pas. Malheureusement il n'y aucune nouvelle arme dans cet épisode. Par contre un slide fait son apparition (combi bas + saut). Sympa en cas de combat rapproché. Production SNK oblige, on voit réapparaître des phases shoot-them-up. Mais sans entrer dans l'outrance de Metal Slug 3, cette phase ne dure que pour le boss du level 2. Ca reste donc original et varié, sans être gavant. Afin de proposé quelque chose de neuf, tous les ennemis à pied sont nouveaux (NeoSadam étant au placard, fallait faire peau neuve), et si quelques véhicules classiques à la série sont toujours présent (hélico ou char), d'autres font leur apparition. Les Robinsons ont étés remplacés dés le level 2 par des gars en costard-cravate à sauver mais au final rien ne change, ils vous livrent toujours armes et items. Disons que ça change un peu des habitudes.


Mais tout de même,
Le boss final, c'est du grand n'importe quoi
on sent bien qu'un gros travail de game-design a été accompli. Les boss, tous mécaniques, sont impressionnants et originaux. A l'instar des 2 précédents opus, on aura le choix entre 2 chemins différents (rare mais sympa) et on aura une passage à bord d'une Austin Mini dont vous êtes cette fois pilote et artilleur. En fait il n'y a que 3 petites fausses notes dans ce jeu. Tout d'abord au niveau 2 (la base), ça sent le déjà vu puisque ça ressemble comme 2 gouttes d'eau au stage 5 de Metal Slug 4 (pas tout le level mais une bonne partie et pas la meilleure en plus). Ensuite il n'y a pas d'intro t c'est encore une fois regrettable de se voir propulsé dans un jeu sans avoir de but. Pour finir, le boss de fin. Certes très impressionnant, il est en parfait décalage avec la série et le jeu. C'est une sorte de dragon éthéré assez énorme mais dont on se demande ce qu'il fout là. Scénaristiquement parlant, on sent bien que les Aztèques du premier level (niveau génial d'ailleurs) ont eu comme un soucis. Une fois le niveau passé, une petite scène nous dévoile qu'un des aztèque met un drôle de masque et devient fou. C'est pourquoi on retrouvera ces ennemis vers le 3e level et ce jusqu'à la fin mais de là à voir le lien avec ce boss, c'est plus dur. Mais bon passons. Etant donné que c'est SNK qui a reprit les raines de la série, le jeu est redevenu le summum graphique qu'il était (pas que le Metal Slug 4 n'était pas beau, bien au contraire mais il était un ton en dessous des autres). L'animation accuse encore quelques ralentissements mais abuse aussi d'une fluidité à toute épreuve et d'un niveau de détails réellement impressionnant. Côté son, SNK s'est déchaîné !! Si le groupe voix et bruitages reste à l'identique, les musiques sont vraiment débridées entre Electro mélodieux et Rock tendant parfois sur le métal. Ambiance trash garantie, c'est excellent !



Le retour d'SNK Note
sur le devant de la scène est des plus fracassant avec cet épisode 5. C'est un vrai carnage, ça déchire sans mollir, ça explose de partout, le son va éclater vos enceintes et vous, vous allez prendre votre pied à jouer, notamment grâce à une difficulté un peu mieux maîtrisée. Quand je pense que cet opus n'a pas fait l'unanimité... Si, c'est vrai, la presse spécialisée l'a descendu en flamme alors qu'il ne le mérite pas, bien au contraire. Bande de blaireaux va ! A tous ces adorateurs de 3D et bits si nombreux qu'on ne sait plus combien de couilles ça fait, je leur dirait d'ouvrir les yeux. Parce que certes Metal Slug 5 reste classique pour la série, mais il apporte beaucoup de nouveautés, sa réalisation est ultra puissante (je rappelle encore une fois que la Neo-Geo est une 16bits sortie en 1990), la bande son est à tout casser et le gameplay est plus que jamais fun et impulsif. 5e épisode d'une série qui aura su donner ses lettres de noblesse à la Neo-Geo, SNK peut être fier d'une telle production.



Test réalisé par iiYama

juillet 2006