Metal Slug 3 (NGEO)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 2000
Développeur : SNK
Editeur : SNK
Genre : action

Support : cartouche de 706Mb
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : JAP
Textes à l'écran : JAP

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : MSlug 3
Titre alternatif : Super Vehicle 001/III
Prix au lancement : 1450Frs


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Metal Slug 3









Considéré comme
Encore une fois la réalisation explose
le meilleur épisode de la série, Metal Slug 3 reste à mes yeux l'un des meilleurs jeux de la console mais pas le meilleur d'entre tous pour autant. Bien sûr qu'il y a des raisons. Tout d'abord il n'y a pas d'intro (je rappelle que seul le 1er épisode en possédait une), il y a toujours 4 personnages au choix mais ils sont exactement les mêmes depuis le 2 (présentation comme sprites), les dégradations matérielle deviennent de plus en plus rares surtout sur les boss de fin de niveau et puisqu'on parle de boss, certaines phases du jeu sont un peu devenues du n'importe quoi : limaces, escargot, aliens géants, y'a même un boss (celui du level 4) qu'on s'est même pas d'où il sort, ni se qu'il fait dans ce jeu tellement il parait décalé avec l'ambiance générale de la série. Ca fait un peu chiffon. Pesant exactement le double de son prédécesseur (une énorme cartouche de 706Mo, du jamais vu !), le jeu apporte quand même beaucoup en terme de fun et de nouveautés. On va donc commencer par les armes. Il n'y a pas vraiment d'armes nouvelles dans cet épisode 3 mais plutôt des "aides" au combat : nuage qui balance des éclairs, singe équipé d'un Uzi ou encore satellite, seront autant d'alliés précieux. Au rang des véhicules nous retrouverons les grands classiques de l'opus précédent (chameau, tank, mecha et avion) avec en plus un hélico, un nouveau mecha, une foreuse (particulièrement puissante), un éléphant et un sous-marin. Que de choix. En parlant de choix, pour la première fois on aura plusieurs parcours possible et même des zones secrètes. C'est dans ces endroits bien camouflés qu'on croisera d'impressionnantes murènes géantes, de rarissimes Yetis ou encore qu'on contrôlera le fameux éléphant. Afin de se diversifier au maximum, le jeu propose des phases de shoot-them-up (surtout vers la fin, j'y reviendrai) et des phases sous l'eau. Sur ce dernier plan, ce sera l'occasion d'observer une superbe distorsion du décor. Les boss, toujours plus colossaux, en imposent sévère pour la plupart (la palme aux boss du level 1, sorte de mecha-crabe géant hyper bien animé et au dernier carrément étrange). Mais si le jeu joue à fond la carte de la diversité, il reprendra aussi ce qui a fait les succès des 3 précédents épisodes avec par exemple au niveau 2 (le cimetière) une copie du level de l'Egypte (Metal Slug 2). Si vous vous faites toucher par un des monstres, vous deviendrez à votre tour un mort vivant (une autre histoire de momie).


Techniquement
Je regrette vraiment que cet épisode parte dans tous les sens niveau ambiance
la Neo-Geo donne tout ce qu'elle a ! Comme toujours le jeu est hyper beau et coloré, le game-design est impressionnant et si quelques ralentissements freinent un peu le jeu, dans l'ensemble l'animation est dantesque. Le soucis du détail (hormis la regrettée dégradations de certains sprites) est énorme et l'humour est toujours omniprésent. Les musiques sont plus Rock que jamais (un régal) et on garde la superbe équipe bruitages/voix qui sévit depuis le 1er opus (à vrai dire, on peut difficilement faire mieux). S'il est vrai qu'aucun scénario n'est distillé au cours du jeu, le dernier level sera par contre très chaud en rebondissements. Tout commence par l'enlèvement du perso que vous contrôlez (par exemple Marco) ainsi que de NeoSadam, par les Alien-méduses. Vous prendrez alors le contrôle du perso suivant dans la liste des 4. Commence alors le level 5 (un level interminable vous verrez) qui propose un shoot en vue de profil des plus efficace. Une fois cette phase terminée, viendra se joindre à vous, l'armée de NeoSadam. Encore une fois, la fraternité et l'union font fasse à l'envahisseur malgré les divergences. S'en suit une autre phase de shoot, en vue de dessus cette fois et jusqu'au boss final. Enfin, on croit que c'est le boss final... Parce qu'une fois le vaisseau éventré, on rentrera dedans ! Et là on re-shoote à tout va (à pied). Après des dizaines de vies perdues (cet épisode 3 est sans doute le plus difficile des 6 épisodes Neo-Geo), on reprend la marche jusqu'à ce qu'on tombe sur ce pauvre NeoSadam qui se fait torturé par les aliens. Une fois libéré, vous retrouverez Marco, enfermé dans un cocon mais les surprises ne sont pas finies car Marco s'est fait cloné ! C'est alors que commence une guerre sans répit contre des clones de Marco à moitié mort-vivants. Trop fort. Une fois le ménage fait (et oui, c'est pas fini) et Marco libéré (au fait, si vous aviez un autre perso ça marche aussi, Marco n'est qu'un exemple) vous serez face à face avec le big boss des alien-méduses. Un gros pétage de gueule s'impose alors ! Une fois mort, c'est la fuite avec encore une myriade d'ennemis à exterminer. Une fois sorti du vaisseau mère (qui part en miettes) c'est le grand retour du big boss qui veut sa vengeance. Re-pétage de gueule en puissance et une fois mort, une fin assez rigolote s'offrira à vous. Ouf ! Quand je vous disais que ce level 5 était interminable, je plaisantais pas mais quel plaisir !



Metal Slug 3 Note
est un jeu dantesque (la taille de sa ROM ne me contredira pas), à la fois fun et très bien réalisé. Il est vrai que j'irai lui préféré le premier opus ou le X, certes plus classiques parce qu'encore une fois, certains passages et/ou boss ne ressemblent à rien, faisant un peu perdre son identité au jeu. Mais il mérite amplement sa note car la réalisation technique alliée à un gameplay des plus furieux, font de cette épisode, l'un des meilleurs jeux Neo-Geo.



Test réalisé par iiYama

juillet 2006