Metal Slug (NGEO)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : avril 1996
Développeur : Nazca Corp.
Editeur : SNK
Genre : action

Support : cartouche de 193Mb
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : MSlug
Prix au lancement : 1450Frs


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Metal Slug

Super Vehicle 001



Comment parler
Le premier Metal Slug est sans conteste le plus réussi de tous
de Metal Slug sans être forcément concis... Série dévastatrice de 6 épisodes sur Neo-Geo, voilà qu'aujourd'hui je teste son premier opus. Episode d'anthologie puisqu'il a marqué à jamais le jeu vidéo d'action et fait parti, 10 ans après sa sortie, des meilleurs titres du genre (heuuuu c'est aussi l'un des meilleurs jeu de la console). Avec cet article, c'est une longue lignée de 6 tests Neo-Geo qui commencent plus 2 sur PSOne et 3 sur PS2. J'ai du boulot. A l'époque où la Neo-Geo commençait un peu à s'essouffler, Metal Slug a remit un coup de jeune à ce vieux système Arcade. J'ai connu ce jeu dans le bar de mon quartier. A l'époque je venais là juste pour y jouer. J'en ai claquer des sous... Mais avant toute chose, parlons du gameplay. Dans ce premier épisode vous n'incarnerez que Marco (pas de choix de perso pour ceux qui connaissent les autres épisodes). Dans un contrôle littéralement parfait, Marco n'aura au début que son pistolet (arme par défaut), son couteau (arme qui se substitue automatiquement aux armes à feu lors d'un corps à corps) et ses grenades. Jeu d'action entièrement en 2D (je rappelle qu'on est sur 16bits) et de profil rappelant un certain Contra (Konami), vous aurez bien sûr accès à d'autres armes : napalm, fusil à pompe, mitrailleuse lourde et lance roquettes seront semés sur votre route pour faire un carton maximal. Sur votre chemin vous rencontrerez vos anciens frères d'armes. Captifs depuis bien longtemps, ils ressemblent plus à des Robinson Crusoe qu'à des guerriers. Une fois libérés, ils vous donneront des armes et des bonus. Dernier détail du gameplay et non des moindres : les véhicules. Ou plutôt devrais-je dire LE véhicule. En effet le jeu vous proposera d'entrer dans un mini-tank très proche de ceux vu dans l'OAV Dominion Tank Police (plagieur ou plagié ?) afin de faire le ménage. Dans le laps de temps qui vous est imparti (tant que le blindage résiste), vous aurez tout loisir d'être invincible, d'avoir une sulfateuse puissante à angle de rotation sur 360° ainsi que le sacro-sauvage lancé d'obus. D'ailleurs une fois mort, il faudra vite quitter le navire sinon c'est une vie qui s'envolera.





Vous aurez
Chaud devant, voilà un jeu qu'on peut finir mais faut s'accrocher
enfin la possibilité avec le tank, d'user d'une botte secrète : le mega-crash. A bord de l'appareil pressez A+B et vous quitterez le blindé, ce dernier allant s'exploser sur votre cible. A présent abordons le sujet du jeu en lui-même. Tout d'abord, c'est graphiquement magnifique ! Très détaillé, animé à la perfection (quelques rares ralentis tout de même) tant dans les mouvements des divers sprites que dans l'action. Ca fourmille de mille détails sous nos yeux émerveillés (non non j'en fais pas trop) le tout étant très haut en couleurs. C'est dingue le boulot que les programmeurs ont étalés. Vos ennemis sont à la fois variés, superbement réalisés et détaillés. Simples fantassins, tanks moyens, tanks lance-flammes, avions, bateaux, hélicos sans parler des boss qui prennent une bonne partie de l'écran, vous risquez pas de vous lasser. D'ailleurs, hormis la chair à canon (les pauvres gars à pattes), tout véhicule ennemis ou même bâtiment, se dégradera sous votre tir fourni. Ca donne une notion de réalisme terrible (c'est débile les jeux où on tire comme des malades pendant des heures et qui explose d'un coup, comme ça) et le dernier tir donne souvent droit à une explosion de particules qui s'échappent de tout côté, du plus bel effet. Il est sûr que le scénario ne vole pas bien haut : à la croisé entre les nazis et les talibans, une sorte de NeoSadam (je l'appelle comme ça) avec son armée envahissent les lieux. Vous, sorte de Rambo multi-fonctions, vous devez rétablir l'ordre et la paix. C'est assez banal comme trame mais après tout on s'en fout, on a pas besoin d'un scénario à la Tom Clancy pour dézinguer à tout va. Car l'action du jeu ne mollit jamais. Ca pulse, ça explose dans tous les sens, ça hurle sous vos coups, bref ça envoie grave ! Mais loin du sérieux d'un Contra, Metal Slug joue aussi la carte de l'humour. Je compte plus le nombre de fois je me suis bidonné devant les terribles mimiques des gars. Et l'éloge n'est pas finie, parlons du son. Accompagnés de musiques très "militaires" et d'une grande qualité, les bruitages sont explosifs comme jamais et les voix sont d'une qualité rare, gage d'un travail soigné.



Metal Slug Note
fait parti de ces jeux qui m'ont fait acheter la console d'SNK. Avec les Fatal Fury, les King of Fighters et les Samuraï Shodown, c'est sans réfléchir ma série de jeux préférées. Une action débridée et explosive, une bande son qui arrache, un gameplay et un humour terrible, rien, absolument rien n'est à reprocher à ce jeu. Même l'intro (sympa d'ailleurs, comme la fin) est bien négociée pour le support et le taux de rejouabilité du soft est immense tant le fun y est exacerbé. Metal Slug est sans réfléchir un jeu culte, un de ces jeux qui ne vous font pas regretter d'avoir mis tant d'argent dans cette machine, l'un des meilleurs jeux de la console, l'un de mes jeux fétiches...



Test réalisé par iiYama

juillet 2006