Legend of Success Joe (NGEO)

 


Cliquez pour agrandir



Note générale


Sorties du jeu : juillet 1991 (NGEO MVS) - aout 1991 (NGEO AES)
Développeur : Wave Corporation
Editeur : SNK
Genre : beat-them-all / boxe

Version testée : NTSC japonaise
Voix dans le jeu : anglaises - japonaises
Textes à l'écran : anglais - japonais

Support : cartouche de 50Mb
Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en alternance
Abréviation : Success Joe
Titre alternatif : Ashita no Joe Densetsu (JAP)
Prix au lancement : 1450Frs (220€)


Aussi disponible sur :









Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Legend of
Success Joe







Ooouuuaaaaahhhh quel jeu !!!
Legend of Success Joe est l'adaptation du manga Ashita no Joe, paru près de 25 ans auparavant...
Alliant des graphismes extra-ordinaires à une bande-son fantastique, ce titre est une perle ludique... Ah ah ah, il est évident que je plaisante !! ^_^ Nom de Dieu (pardons pour le juron), comment est-ce possible, comment un tel jeu peut-il exister ? La première chose à savoir, c'est ce que Legend of Success Joe est l'adaptation vidéoludique du manga "Ashita no Joe", créé par Tetsuya Chiba et Asao Takamori. Paru en 20 volumes entre 1968 et 1973, il fut également adapté en dessins-animés. Tout ceci n'est pas sans rappeler un autre jeu Neo-Geo (bien meilleur celà dit), j'ai nommé Eight Man. Si vous ne connaissez pas Wave Corporation, c'est tout à fait normal puisqu'ils n'ont qu'une poignée de jeux à leur actif. Leur premier titre fut Success Joe / Ashita no Joe, un jeu de boxe qui n'est pas sans rappeler Punch Out, sorti sur Arcade et édité par Taito. S'acoquinant cette fois avec SNK en vue de développer sur les systèmes Neo-Geo, la licence est reprise moins d'un an plus tard avec Ashita no Joe Densetsu (titre japonais du présent jeu) sorti sur Neo-Geo MVS (Arcade) en juillet 1991. Un mois plus tard, il sort sur AES (console de salon) mais devant le peu de succès de ce software (et ce, malgré son titre occidental), le développeur va se tourner vers la Super Nintendo, nouveau support aux ventes écrasantes. Ceci dit ils n'ont visiblement pas compris la leçon car en novembre 1992 sur Super Famicom, c'est encore une fois une adaptation d'Ashita no Joe qui voit le jour, dans une version au moins aussi mauvaise que celle-ci. Enfin en décembre 1992, toujours sur Super Famicom, sort Mystery Circle (un puzzle-game) et devant ce nouvel échec, le développeur disparaitra dans l'indifférence la plus totale. Bien plus tard, il sortira également un Ashita no Joe 2 (aussi connu sous le nom de Ashita no Joe Masshiro ni Moe Tsukiro), une nouvelle fois basé sur ce manga qui a ses aficionados, mais si vous n'avez jamais entendu parler de ce titre uniquement japonais, ce n'est sûrement pas un hasard...



     

Le manga Ashita no Joe


Tout commence
Ce jeu est une honte, une lamentable insulte à la Neo-Geo !!
par une rapide intro qui nous dévoile Joe en plein entrainement (il fait son jogging), pensant aux ennemis qu'il va affronter (un point notable : le design est bien repris du manga). Une intro pas terrible ni spécialement bien faite, qui enchaine sur un écran titre ultra sommaire. Pas de menu d'options, pas même un choix de la difficulté, en pressant Start c'est directement le "how to play". Et justement, ce petit tuto ne sera pas du luxe tant le gameplay se veut bien plus subtil et profond qu'on aurait pu le croire. Bien que n'utilisant que 2 boutons, le gameplay propose une panoplie très complète de mouvements offensifs / défensifs issus du "noble art" (j'ai jamais compris cette expression car se taper sur la gueule pour la gloire et l'argent n'a rien de noble....). Malheureusement, avec seulement 2 boutons (alors que sur Arcade comme sur consoles, il y en a 4), les combinaisons sont trop nombreuses puisqu'on couple touche et direction pour le moindre mouvement. On a vite fait de s'emmêler les pinceaux. La grande originalité du titre, c'est d'alterner des phases de beat-them-all (dans le plus pur style "combats de rue") à des matches de boxe en vue de profil (abandonant ainsi son aspect Punch Out). Si lors des matches le gameplay s'avère correct, les 2 opposants étant soumis aux mêmes règles, il en est tout autre des phases de beat-them-all où les ennemis sont libres de s'accroupir et de sauter. Et au lieu de s'adapter à la situation, notre personnage (Joe) restera uniquement dans ce qu'il sait faire : la boxe. Avec en prime une allonge ridicule et une raideur à toute épreuve, le moindre affrontement devient vite pénible, surtout sur la fin où la difficulté monte en flèche (notez au passage qu'il n'y a que 5 niveaux où on n'affronte qu'une poignée d'ennemis avant de monter sur le ring). Avec sa cartouche d'à peine 50Mb, la réalisation est également d'un niveau abyssal ! Seuls le nombre important de couleurs et la taille assez imposante des sprites nous rappelle que nous ne sommes pas sur NES (et encore, j'ai vu des jeux 8-bits mieux réalisés !). Le design est moche, les animations sont abominables... c'est sans réfléchir le jeu le plus vilain du support SNK. Le son est du même acabit, puisque les bruitages sont peu pêchus, les voix affreuses et les musiques arrachent les oreilles avec des sons stridents au possible...



 

Les écrans titres occidentaux et japonais



Retraçant dans Note
les grands traits le parcours du boxeur Joe Yabuki, Legend of Success Joe (connu sous le nom de Ashita no Joe Densetsu au Japon) est un jeu aussi complexe qu'injouable. Avec sa réalisation désastreuse, il est sans doute le pire jeu de toute la ludothèque Neo-Geo ! Plus fort encore, je pense que c'est le pire titre auquel joué de ma vie, c'est dire le niveau ! Quand on pense au prix des jeux Neo-Geo AES (plus de 1400Frs à l'époque !), on se doute du succès qu'a dû rencontrer cette cartouche. Le pire, c'est que nous sommes pas au line-up du support (ce qui aurait un peu excusé ce désastre ludique) et face à lui (parfois pour moins cher vu que certains titres se trouvaient déjà en occasion) on trouvait des Magician Lord, Alpha Mission II, Eight Man, Fatal Fury, le très sympathique Blue's Journey ou encore ce coup de coeur qu'est Robo Army. Autant dire que si la Neo-Geo ne brillait pas encore au firmament de la génération 16-bits, il y avait déjà largement de quoi dépenser son argent et ce, de façon plus pertinente. Pour tout vous dire, on me le donnerait que je n'en voudrais pas ! Ou alors juste pour le revendre puisque visiblement sur eBay, il vaut encore son pesant de cacahuètes (ce que j'ai bien du mal à comprendre car à moins de vouloir absolument compléter sa collection, ce Legend of Success Joe n'a strictement aucun intérêt). Je regrette vraiment que la pire daube du monde soit sortie sur l'une des meilleures consoles jamais conçue, ça c'est vraiment false pour elle. Mais comment Wave a-t-il pu développer une merde pareille ? Comment ont-ils pu oser sortir ce jeu sans avoir honte ? Je me consolerai juste en me disant que la sortie de ce titre n'aura pas eu d'incidence sur la carrière certes élitiste mais ô combien ravageuse de cette console qui, même 15 ans plus tard, fait encore rêver...



Test réalisé par iiYama

juillet 2006 (mise à jour : aout 2020)