Fatal Fury Special (NGEO / NGEO CD)

 


Cliquez pour agrandir






Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sorties du jeu : aout 1993 (NGEO MVS) - décembre 1993 (NGEO AES) - septembre 1994 (NGEO CD)
Développeur : SNK
Editeur : SNK
Genre : combats (versus fighting)

Version testée : NTSC japonaise
Voix dans le jeu : japonaises
Textes à l'écran : japonais

Support : cartouche de 150Mb (NGEO AES) - 1 CD-Rom (NGEO CD)
Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : FF Special
Titre alternatif : Garou Densetsu Special (JAP)
Prix au lancement : 1450Frs (NGEO AES) - 400Frs (NGEO CD)


Aussi disponible sur :















Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Fatal Fury Special









Dans la grande guerre
Fatal Fury Special est une sorte de version ultime de Fatal Fury 2 avec en plus un roster de luxe qui propose tous les boss !
qui opposait SNK à Capcom, la fin de l'année '93 fut l'un des points culminants. En effet, c'est Street Fighter II qui a lancé la grande mode du "versus fighting" et devant son phénoménal succès, tous les développeurs s'y sont mis ! Mais comme s'est souvent le cas, rares sont ceux qui ont réussis à s'approcher de l'indiscutable qualité de celui qui a lancé le mouvement. De son côté, SNK a créé Fatal Fury et très vite le développeur s'est montré doué dans ce type de développements, faisant même de sa Neo-Geo un Hardware quasi dédié au genre. Après plusieurs déclinaisons, en septembre 1993 Capcom signe le point culminant de sa série avec Super Street Fighter II : peaufiné à l'extrême, roster de 16 personnages dont 4 nouveaux (ce qui implique aussi 4 nouveaux stages, 4 nouvelles musiques et 4 nouvelles fins), on peut le dire, avec cet épisode-là le développeur a touché la cime de sa série fétiche. Cependant, Super Street Fighter II reste avant tout une version améliorée de Street Fighter II' (lui même étant une version améliorée du Street Fighter II de base) et de son côté, SNK a déjà fait de très gros efforts avec son Fatal Fury 2, tellement bon que Capcom en a eu des sueurs froides. 1993 fut d'ailleurs une très grosse année pour la Neo-Geo car en mars est sorti Fatal Fury 2, en avril est sorti World Heroes 2 (développé par Alpha Denshi), aout a vu naitre le magnifique Samuraï Shodown et l'année se termine en beauté avec Fatal Fury Special. On va arrêter de tourner autour du pot, c'est avec ce titre que SNK a enfin fait jeu égal avec Capcom ! D'ailleurs, Fatal Fury Special est sans doute le jeu Neo-Geo le plus adapté aux supports concurrents puisqu'on retrouve une pléthore de consoles et micros sur lequel y jouer, dont les superbes versions Mega-CD, Super Nintendo et PC-Engine Super CD-ROM². Certes la qualité technique a été revue à la baisse sur ces 3 dernières mais les adaptations sont d'une indéniable qualité et le hit de SNK était sans réfléchir se qui se faisait de mieux si on était en overdose de Street Fighter ou Mortal Kombat.



 

Les écrans titres occidentaux et japonais


 

Le roster des 15 persos de base. Notez que Ryo est
jouable mais la procédure n'est pas simple


Si Super Street Fighter II
La réalisation est absolument énorme ! La Neo-Geo écrase définitivement toute concurrence
est une amélioration de Street Fighter II', sachez que SNK a fait le même genre de passe-passe puisque ce Special n'est autre qu'une version sous stéroïdes de Fatal Fury 2 (un exercice certes un peu facile mais qui fera recette et qui sera répercuté sur certains titres comme Metal Slug X, Breaker's Revenge ou Samuraï Shodown V Special). On commence par la cartouche qui fait 44Mb de plus (passant de 106 à 150Mb !), puis on assiste à une nouvelle intro qui est aussi courte qu'efficace. Si l'intro nous présente Geese Howard (boss final de Fatal Fury) et Wolfgang Krauser (le boss final de Fatal Fury 2, qui nous fait ici un impressionnant zoom à tel point qu'on sent le déo qu'il a mis sur son torse velu) ce n'est pas pour rien. En réalité, Fatal Fury Special est un "Dream Match", une version ultime de Fatal Fury 2, qui mélange les périodes et fait s'affronter des adversaires qui n'auraient jamais dû se rencontrer. Voilà pourquoi il n'y a pas de scénario à proprement parlé dans cet épisode, même si les fins sont basées sur Fatal Fury 2. Notre Special se compose donc des fighters oubliés de Fatal Fury 1, ceux de Fatal Fury 2, plus tous les boss. Ce gros mélange bien consistant qui offre pour le coup un roster bien dodu, sera l'idée de départ pour réaliser les King of Fighters dès l'année suivante. On retrouvera donc, en plus des 8 persos de base de l'épisode 2, les 4 persos/boss issus de Fatal Fury 2 qui étaient autrefois non jouables (soit Billy Kane, Axel Hawk, Laurence Blood et bien sûr Wolfgang Krauser) plus 3 persos issus du Fatal Fury premier du nom à savoir Duck King, Tung Fu-Rue et bien sûr Geese Howard. On peut aussi jouer avec Ryo Sakazaki en versus (le héros de Art of Fighting), mais pour ça il faut finir le jeu sans perdre un seul crédit et ensuite faire un code pénible à rentrer. Dur, dur mais ça vaut le coup... Tout à fait dans l'esprit Arcade de ce début '90 (et encore trop loin de l'esprit console) on déplorera une nouvelle fois l'absence totale de menu d'options (SNK ne prenant toujours pas le temps de faire de vraies versions consoles) donc on retrouve le choix de la difficulté et point barre ! Certes il y a 2 niveaux de plus que dans le second opus (Beginner et Expert), mais à côté de ça on ne peut toujours pas configurer son pad et surtout, avoir un vrai mode versus où on pourrait choisir son handicap et son niveau, la version AES étant beaucoup trop calquée sur la version MVS (et pendant ce temps, sur Mega Drive et Super Nintendo, Capcom fait exactement ce qu'on attend de lui). C'est quand même un peu navrant mais au moins on ne viendra pas nous reprocher de ne pas avoir l'Arcade à la maison. Notez également que déjà en difficulté "beginner" on butera quelques fois sur certains adversaires (comme Andy, Tung, Maï ou les boss qui restent au dessus du lot). Dommage aussi que pour cette version "in home", on soit encore et toujours limité par le nombre de crédits (une belle connerie selon moi) car lorsque paye son jeu presque 1500 balles, on est en droit d'en profiter comme on le souhaite (non mais !).



   

La séquence d'intro


Passant du simple
Ce Special est un "Dream Match" de la série Fatal Fury... une idée qui fera son chemin jusqu'à d'autres licences
au double, Fatal Fury Special nous propose pas moins de 15 persos jouables contre seulement 8 pour Fatal Fury 2. A l'époque ça ne chômait pas chez SNK et qui dit 7 nouveaux persos dit 7 nouveaux stages, dont certains sont vraiment magnifiques (comme celui de Tung Fu-Rue), ceux existants ayant étés légèrement retouchés (comme celui de Maï Shiranui). En parlant de retouches, l'animation aussi s'est légèrement affinée. D'ailleurs, si le jeu ne semble pas trop rapide (juste ce qu'il faut) il n'y aura plus aucun ralentissement à signaler. Après c'est sûr, le jeu ne change pas fondamentalement mais comme Fatal Fury 2 avait placé la barre très haut, on ne s'en plaindra pas. Ensuite, on retrouve avec délectation les fameuses furies, si impressionnantes et si difficiles à réaliser. Toujours aussi jouable, quelques petites mises à jour ont aussi étés faites sur la maniabilité, plus souple que jamais. Enfin le son nous dévoile quelques nouvelles musiques auxquelles s'ajoutent celles de son prédécesseur. Rythmée, en phase avec le décor, je regrette toujours que les compositions ne soient pas plus mémorables à l'instar de son grand concurrent. Heureusement les voix digits sont sublimes et les coups (dont certains bruitages sont issus d'Art of Fighting, une référence en la matière) sont toujours aussi violents. Un régal. On terminera par la version Neo-Geo CD qui a vu le jour 1 an après l'Arcade, 9 mois après la version AES. Normal, étant donné que la console est sortie au même moment, Fatal Fury Special fait donc parti des jeux qui ont accompagné son lancement. Comme toujours avec SNK, alors que c'était l'occasion de briller avec de nouvelles cinématiques, le personnage de Ryo disponible sans code ou encore un versus travaillé (ce qui manque cruellement sur tous les jeux AES de son début de carrière), vous vous doutez bien que vous ne trouverez rien de tout ça ! La version CD est exactement la même que sur AES, faisant d'elle l'une des plus abordables niveau prix (400Frs / 60€), avec une différence notable face aux versions Super Nintendo, Mega-CD et PC-Engine, que celui-ci est l'exacte copie du jeu d'Arcade. Il n'y a rien de plus, rien de moins. Hormis le prix, la seule plus-value que nous ayons c'est cette bande-son réorchestrée lue directement sur le CD et qui est d'une qualité... CD. Je ne sais pas vous, mais personnellement les remix CD de tracks qu'on apprécie déjà sur cartouche, avec son timbre synthétique et si particulier, ne me séduisent que rarement (à part peut-être pour le véritable requiem de Mozart qui donne une nouvelle dimension au niveau de Krauser). Au final on n'est pas déçu, le jeu n'a qu'un an de plus et il n'a pas perdu de sa superbe, il reste même (à l'image de la version AES) l'un de jeux Neo-Geo préféré. C'est juste qu'une fois encore, à part son tarif nettement plus abordable (au prix de loadings ça va de soi) la Neo-Geo CD ne fait rien pour séduire son public.



Sorte de Note
version ultime de Fatal Fury 2, qui complète un jeu déjà très fourni, Fatal Fury Special est un peu Fatal Fury 2++ ! Ajoutant 7 (pseudo) nouveaux persos jouables, il assume sa place de grand concurrent sur le secteur et le fait avec une telle précision, qu'on lui accordera tous les suffrages. C'est d'ailleurs grâce à cet épisode que SNK prit à point nommé la première place de "Roi de la Baston". Une place méritée tant le jeu est performant et une place de choix dans mon cœur de gamer. Il est vrai que le titre est un tout petit peu moins bien animé et les niveaux sont moins techniques que le soft de Capcom, mais au final il est tout aussi efficace. Vous l'aurez sans doute compris, Fatal Fury Special est l'un de mes jeux Neo-Geo préféré et l'un des meilleurs jeux de combats jamais conçu. Je vais même vous dire mieux, c'est entre autre pour lui que j'ai acheté la console !



Test réalisé par iiYama

juillet 2006 (mise à jour : juillet 2020)