Fatal Fury Special (NGEO)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 1993
Développeur : SNK
Editeur : SNK
Genre : combats

Support : cartouche de 150Mb
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : US/JAP
Textes à l'écran : JAP

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : FF Special
Titre alternatif : Garou Densetsu Special (JAP)
Prix au lancement : 1450 Frs


Aussi disponible sur :









Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Fatal Fury Special









J'ai longtemps cru que
Fatal Fury Special est une sorte de version ultime de Fatal Fury 2 avec en plus un roster de luxe qui propose tous les boss !
Fatal Fury Special était l'épisode 3 de la série. Je m'aperçois aujourd'hui que c'est faux, ne serait-ce qu'à la taille des Roms. Respectivement 106, 150 puis 266 Mega-bits pour respectivement les épisodes 2, Special puis 3. Bien connu des joueurs Super Nintendo comme étant le seul jeu de combat "non-Capcom" a être aussi bon que Street Fighters II (32Mb de Rom et une conversion de grande qualité), Fatal Fury Special n'est rien d'autre qu'une grosse mise à jour de l'excellentissime Fatal Fury 2. En fait le jeu est exactement le même, à quelques ajustements et ajouts prés. Premier changement, l'intro qui troque celle du 2 pour une plus courte où Krauser, le boss final, nous fait un gros zoom avant assez impressionnant. Et si il est dans l'intro (avec Geese Howard), c'est pour une raison simple : il est désormais jouable. Passant du simple au double, Fatal Fury Special nous propose pas moins de 15 persos jouables contre seulement 8 pour Fatal Fury 2. Sorte de Dream Team, de version ultime (comme Street Fighter II' pour Street Fighter II), on retrouvera en plus des 8 persos de base, 4 persos issus de Fatal Fury 2 (autrefois non jouables soit Billy Kane, Axel Hawk, Laurence Blood et bien sûr Wolfgang Krauser) plus 3 persos issus du Fatal Fury premier du nom à savoir Duck King, Tung Fu-Rue et bien sûr Geese Howard. On peut aussi jouer avec Ryo (issu d'Art of Fighting), mais pour ça il faut finir le jeu sans perdre un seul crédit et ensuite faire un code pénible à rentrer. Dur, dur... A l'époque ça chômait pas chez SNK, qui dit 7 nouveaux persos dit 7 nouveaux stages, dont certains sont vraiment magnifiques (Tung Fu-Rue), ceux existants ayant étés légèrement retouchés (Mai).


En parlant
La réalisation est absolument énorme ! La Neo-Geo écrase définitivement toute concurrence
de retouches, l'animation aussi s'est légèrement affinée. D'ailleurs, si le jeu ne semble pas trop rapide (juste ce qu'il faut) il n'y aura plus aucun ralentissement à signaler. Après c'est sûr, le jeu ne change pas fondamentalement mais comme Fatal Fury 2 avait placé la barre très haut, on ne s'en plaindra pas. Tout à fait dans l'esprit Arcade de ce début 90 (et encore trop loin de l'esprit console) on déplorera une nouvelle fois l'absence totale de menu d'options. Pas de configuration des touches, pas de possibilité de geler le temps, pas de training et encore moins de mode versus où on peut choisir son décor. C'est quand même un peu navrant mais au moins on viendra pas nous reprocher de ne pas avoir l'Arcade à la maison. On peut tout de même choisir son niveau de difficulté (6 paliers), même si déjà en "beginner" on butera quelques fois sur certains adversaires (comme Andy, Tung ou les boss qui restent au dessus du lot). Dommage aussi que pour cette version "in home", on soit limité par le nombre de crédits (une belle connerie selon moi, car lorsque paye son jeu presque 1500 balles, on est en droit d'en profiter comme on le souhaite, non mais !). Ensuite, on retrouve avec délectation les fameuses furies, si impressionnantes et si difficiles à réaliser. Toujours aussi jouable, quelques petites mises à jour ont aussi étés faites sur la maniabilité, plus souple que jamais. Enfin le son nous dévoile quelques nouvelles musiques auxquelles s'ajoutent celles de son prédécesseur. Rythmée, en phase avec le décor, je regrette toujours que les compositions ne soient pas plus mémorables à l'instar de son grand concurrent Super Street Fighter II. Heureusement les voix digits sont sublimes et les coups (dont certains bruitages sont issus d'Art of Fighting, une référence en la matière) sont toujours aussi violents. Un régal.



Sorte de Note
version ultime de Fatal Fury 2, qui complète un jeu déjà très fourni (c'est pourquoi les notes n'ont presque pas changées), Fatal Fury Special c'est un peu Fatal Fury 2++ ! Ajoutant 7 (pseudo) nouveaux persos jouables, il assume sa place de grand concurrent sur le secteur et le fait avec une telle puissance, qu'on lui accordera tous les suffrages. C'est d'ailleurs grâce à cet épisode que SNK prit à point nommé la première place de "Roi de la Baston". Une place méritée tant le jeu est performant et une place de choix dans mon cœur de gamer. Il est vrai que le titre est un tout petit peu moins bien animé et les niveaux sont moins techniques que le soft de Capcom (rotation des lignes du sol absentes, parallaxes parfois voyantes) mais au final il est tout aussi efficace. Vous l'aurez sans doute compris, Fatal Fury Special est pour moi l'un de mes jeux Neo-Geo préféré et l'un des meilleurs jeux de combats jamais conçu. Je vais même vous dire mieux, c'est pour lui que j'ai acheté la console !



Test réalisé par iiYama

juillet 2006 (mise à jour : novembre 2008)