Fatal Fury (NGEO)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : décembre 1991
Développeur : SNK
Editeur : SNK
Genre : combats

Support : cartouche de 55Mb
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : FF
Titre alternatif : Garou Densetsu : shukumei no tatakai (JAP)
Prix au lancement : 1450Frs


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Fatal Fury

King of Fighters



J'ai connu ce
Le jeu est franchement dur, même en easy
jeu sur Mega Drive en 1994. Déjà fan de Street Fighter II sur Super Nintendo (qui ne l'était pas ?) j'avais trouvé en ce titre pas mal d'originalités et une alternative à l'omniprésent jeu de Capcom. Mais aujourd'hui, c'est la version originale que je teste et je dois avoué que la différence avec mon souvenir n'est pas aussi franche que celle d'un Samuraï Shodown par exemple. Tout d'abord, je dois dire que j'adore le personnage de Terry Bogard, charismatique et présent dans la plupart des jeux de combat SNK et qu'on retrouve ici dans ses premiers pugilats. Il est accompagné d'Andy (son frère) et Joe Higashi, qui formeront à eux 3, l'équipe Fatal Fury dans les King of Fighters. C'est ici que je vais aborder le gros point noir du jeu : le nombre de persos jouables. Car Fatal Fury a cette particularité de pousser l'originalité jusqu'au bout en allant proposer de ne jouer qu'avec 3 persos principaux, même en mode versus (la version Mega Drive rattrapait le coup en proposant tous les persos jouables, plus Geese Howard, le big boss, déblocable avec un code). On peut le dire, même si les 3 persos sont bien distincts et aux techniques variées, cela n'empêche qu'un sentiment de radinerie trotte dans la tête du joueur. Les persos étant crées, le plus dur était fait non ? Pour rester dans la critique, la difficulté est très inégale. La plupart des opposants s'étalent en 5 coups bien placés mais lorsqu'on tombe sur l'avant dernier (Raiden), on bute sur une montagne. Et c'est rien de le dire ! Le gars fait au moins 200 kilos, 2m50 et il saute plus haut que tout le monde ! C'est vraiment n'importe quoi. En plus cet espèce de *ç)##&é%§*µµ$ nous écrase en 3 coups alors que vous, vous devez castagner pendant 2 plombes ! Ajoutons à ça que la jouabilité vous fera souvent défaut puisque les coups spéciaux sont difficiles à sortir (même s'ils restent basés sur le principe du quart de cercle). Ensuite, le jeu accuse les années. Les graphismes ne sont pas terribles, les persos sont animées à la truelle et ne parlons pas des animations de fond qui frisent le ridicule.


Par ailleurs,
La réalisation est sérieusement moyenne à cause d'animations peu travaillées
certains persos manquent de crédibilité. Prenez un Duck King qui sent le Canard WC, il se dandine comme un camé aux désodorisants à chiottes. Mais je dois avouer avoir de l'affection pour ce jeu et que j'ai toujours aimé les Fatal Fury. A l'instar des Samuraï Shodown, c'est une série qui s'est bonifiée avec le temps et qui propose des combats décousus mais puissants. Certes les graphismes ne sont pas terrible sur ce premier épisode mais il lui reste un beau charme, un petit quelque chose qui le rend intemporel. La jouabilité, sans être parfaite (quelques manips' pour les coups spéciaux sont étranges) est assez réactive tant qu'on n'essaie pas de trop jouer avec les attaques spéciales et si le son embarque des voix assez vilaines (alors que la Neo-Geo est clairement capable de mieux), les musiques sont plutôt rythmées et pas trop mauvaises. Fatal Fury propose même une petite histoire qui inspirera quasiment tous les jeux de combats (notamment les jeux SNK) et des levels bonus, assez sympas, sont proposés pour se changer les idées. Parlons à présent des nouveautés qui argumentent le jeu. Tout d'abord la musique ne s'arrête pas entre les rounds. Idée sympa s'il en est, je trouve que se retaper le début du track à chaque début de combat est un peu lourd. Un bon point donc. Ensuite le décor évolue au fil des rounds : jour, nuit, sous la pluie... c'est autant de variétés dans un même niveau. Pour ce qui est des 2 grosses originalités, le jeu propose de se battre à 2 contre 1 (2 joueurs simultanément contre le CPU) et la possibilité de passer du premier plan au second, et vice-et-versa. Autant dire que ça permet d'échafauder des plans d'attaques, en plus d'être très original dans un genre qui se renouvelle peu. Et jouer à 2 contre le jeu ne sera pas de trop pour le finir étant donné que la difficulté est très élevée sur la fin. Ce que je regrette le plus mais ce, d'une façon plus générale, c'est que tous ces bons et originaux concepts, ne seront jamais reconduits dans d'autres jeux hors Fatal Fury et Real Bout. C'est un peu dommage.



Fatal Fury Note
est à mes yeux un bon jeu même si sa réalisation fera rire n'importe quel newbie. Il faut aussi avouer que la Neo-Geo était (déjà l'époque) capable de nettement mieux. Il n'empêche que le père du "fight" sur Neo-Geo reste un jeu d'anthologie et même s'il ne tient pas la comparaison avec Street Fighter II, notamment parce qu'on a seulement 3 persos jouables ou encore qu'il vieillit assez mal, heureusement pour lui, il garde un capital sympathie assez élevé.



Test réalisé par iiYama

juillet 2006 (mise à jour : mai 2014)