Eightman (NGEO)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 1991
Développeur : SNK
Editeur : SNK
Genre : beat-them-all

Support : cartouche de 46Mb
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Titre alternatif : 8man
Prix au lancement : 1450Frs


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Eightman









Basé sur le pas
On s'amuse un peu et puis on oublie vite
très célèbre Comics américain de 1963, 8man est un beat-them-all posé sur rails (on en peut pas se déplacer en profondeur). Certes très kitch dans l'âme (années 60 oblige) le jeu livre une action soutenue, parsemée de phases shoot-them-up (8man court comme un dératé et vous devez exterminer tout ce qui se pointe) mais c'est aussi un jeu qu'on finit en 20 minutes top chrono ! J'ai eu de peine à croire que le jeu soit si facile et si court. D'ailleurs la fin est à l'image de l'intro : pourrie. Les graphismes, certes assez simples pour une machine de cette puissance, restent agréables (notez qu'il y a un ennemi fortement inspiré d'un monstre sacré du cinéma : Predator). L'animation, assez mal décomposée, reste sans bug majeur et la jouabilité est réactive. Possédant des mega-bombes pour faire le ménage autour de soi, des upgrades de puissance et une panoplie de coups ultra restreinte, 8man tape dans le classique. Le son, offrant des musiques un peu passe-partout et des bruitages tout sauf percutants, reste quand même dans une moyenne acceptable. Restent quelques effets de zooms et d'écrasements assez sympas, une action frénétique à souhait et un classique mode 2 joueurs, et vous obtiendrez un jeu haut en collant moule-bite sympa à l'occasion mais grave léger d'un point de vue technique et de contenu. SNK fait un peu dans la facilité et je n'adhère pas complément au concept de super héros américain il-est-bô-il-est-fôr alors après tout, ça ne me dérange pas plus que ça...


Test réalisé par iiYama

juillet 2006