Resident Evil 2 (NGC)

 





Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mai 2003
Développeur : Capcom
Adaptation : Capcom
Editeur : Capcom
Genre : survival horror

Support : 1 mini-DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : RE2
Titre alternatif : Biohazard 2
Prix au lancement : 30€
Score des ventes : 6.71 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :













Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Resident Evil 2








La série des Resident Evil, que ce soit sur la première PlayStation, sur PS2 ou sur GameCube, est pour moi majeure. Tous les joueurs, même occasionnels, connaissent le grand récit horrifique de Capcom. Si on compte bien, à l'heure de la sortie du jeu (en 2003), le couple PSX/PS2 possédait déjà 9 versions (5 sur PSX et 4 sur PS2) et Capcom dans sa "gentillesse infinie", a décidé depuis quelques temps, de doter la GameCube d'épisodes inédits (en réalité, ils ont surtout signés des exclusivités avec Nintendo). Il est vrai que les épisodes Rebirth (septembre 2002) et Zero (mars 2003) sont vraiment magnifiques mais voir l'adaptation de Resident Evil 2 sortir à peine 3 mois plus tard, n'augurait pas du meilleur. Pourtant Nintendo avait déjà sa version, sortie en 2000 sur N64. Alors que dire de cette réédition et d'une réalisation qui date déjà de 5 ans ? Et bien qu'elle va mettre une grosse gifle aux acheteurs... mais pas dans le bon sens du terme. Grosse gifle parce que bizarrement, il se vend très cher (je l'ai payé 38€ neuf, 2 semaines avant la rédaction de cet article) et puis grosse gifle parce qu'il n'est qu'un vulgaire portage du hit PlayStation. Et oui, la mauvaise nouvelle tombe comme une épée de Damoclès : après un épisode original (Zero) et une version entièrement refaite (Rebirth), Capcom joue la carte de la fainéantise. Une dernière chose à savoir : Resident Evil 3 est également sorti sur le même jour.



Développement scénaristique

On pourra reprocher
Le scénario est toujours aussi prenant, c'est juste que les vidéos sont vetustes aujourd'hui
tout ce qu'on voudra à Capcom mais on va tout de même essayé d'être un minimum objectif car Resident Evil 2 reste un sacré morceau dans la mythologie Umbrella (si je puis dire). Sur PlayStation nous avions 2 CDs pour 2 scénarios imbriqués mais bel et bien distincts. Le mini-DVD de la GameCube faisant 1.5Go, tout est rentré sur un seul disque. Il n'empêche qu'on retrouve nos 2 scénarios selon le personnage choisi : Claire et Leon. Pour ceux à qui ça dit quelque chose mais qui ne se rappelle pas, Claire est la soeur de Chris Redfield et l'héroïne du Code Veronica et Leon est également le héros de Resident Evil 4. Il y a des différences entre les scénarios : Claire n'aura pas le même parcours que Leon et vice-versa. En général, je commence la partie avec Leon pour la finir avec Claire (il faut faire les 2 scénarios pour voir la vraie fin). Mais cette fois, j'ai fait l'inverse et j'ai remarqué tout un tas de changements. Avec Claire vous ferez la rencontre de Sherry (qu'on contrôlera 2 fois dans des passages très courts et faciles) et avec Leon, c'est un autre emblème de la série qu'on découvre : Ada Wong (notamment vue dans Resident Evil 4 et qu'on contrôlera aussi 2 fois). Les vidéos importantes sont bien sûr différentes et le scénario est vécu selon 2 points de vue mais le jeu est resté dans son état naturel, à savoir une production de la génération précédente. Comprenez par là que les vidéos sont démodées et les cut-scènes (en 3D et gérées en temps réel) sont un peu ridicules, notamment à cause d'une modélisation des protagonistes clairement indigne des performances de la GameCube. Si Capcom devait apporter un minimum de modifications au jeu, on aurait franchement apprécié qu'ils réactualisent les modélisations vers quelque chose de plus contemporains ce que la console de Nintendo aurait assumé sans sourcilier. Hormis ça les modélisations sont restées à l'identique de la version PlayStation, et sur GameCube, le résultat est juste ridicule...



Jouabilité & Gameplay

Etant donné que le jeu
Rien n'a changé depuis 1998... et c'est bien dommage
a été adapté plus ou moins tel quel de la version PlayStation, il est évident qu'on retrouve aussi sa jouabilité, si raide et si précise soit-elle. C'est d'ailleurs vraiment regrettable que Capcom n'ait pas cherché à améliorer la prise en main. Jouer à la croix numérique avec le pad GameCube est d'un inconfort à peine nomable, et c'est bien pire avec le stick analogique puisque la jouabilité originelle ne se prête que très mal à l'exercice. De même, aucune mise à jour n'a été faite : pas de demi-tour (c'est pourtant si pratique), pas de rechargement rapide, pas de montée assistée des escaliers... autant dire que les petites améliorations de Resident Evil Rebirth et Zero ont été laissées de côté, alors que 5 ans séparent cette version de l'original PlayStation. Une déception. A côté de ça, on retrouve tout ce qui fait le charme d'un Resident Evil "à l'ancienne" avec des machines à écrire pour sauvegarder, des coffres pour entreposer ses items, de nouveaux monstres ainsi qu'une certaine variété des décors : la ville, la RPD, les égouts, les sous-terrains, l'hopital, le parc... ça nous change du manoir même si l'ambiance diffère un peu. Capcom a tout de même inclus une petite nouveauté : le mode Arrange. Il nous propose d'avoir un arsenal à balles infinies (Uzi, Gattling et lance-roquettes), comme si le jeu n'était pas assez facile comme ça (il est en tout cas bien plus simple que le Rebirth). Ce mode n'a donc aucun intérêt pour les débutants (à la rigueur, si on a déjà fait le jeu une fois, c'est sympa de le refaire en Arrange, juste pour le fun), puisque le challenge et l'angoisse du "game-over" frôle le zéro absolu. Du coup c'est l'ambiance qui en pâtie...


Pour revenir
La jouabilité est restée à l'identique, et elle n'est pas adaptée au pad NGC
à notre mode normal, commençons par l'armement qui est changeant selon le perso. Si les 2 protagonistes ont chacun leur 9mm (chargeurs de 13 balles pour Claire, 18 pour Leon), certaines armes leur sont exclusives : Claire aura droit à l'arbalète, au lance-grenades et au fusil plasma, alors que Leon aura le Magnum, le fusil à pompe et des pièces d'améliorations pour le pompe et le 9mm. Il y a même une mitrailleuse type Uzi, ainsi qu'une sacoche permettant de porter 2 items de plus, qu'on peut prendre ou laisser au second personnage (lors du 2e scénario). Et il est vrai qu'il y a pas mal de différences entre les 2 aventures. Dans le premier scénario c'est assez facile, les monstres n'étant pas en grand nombre, par contre pour le second, c'est différent. Tout d'abord on n'arpente pas les locaux de la RPD (le premier vrai niveau du jeu) de la même manière (dans le 2e scénario on arrive de l'autre côté), ce qui rend l'avancement un peu différent. Les énigmes ne diffèrent pas mais il y a des passages exclusifs à chaque personnage. Par exemple, c'est lors du second scénario que Mister X, ce molosse indestructible, viendra pimenté l'aventure. Sorte de NEMESIS-like (c'est en fait un prototype), il ne faut pas se retrouver sur son chemin. Autre exemple, Leon n'a pas de passe-partout (pas le nain, le crochète-serrure ^_^) alors il doit trouver des clés pour ouvrir les bureaux. Leon visitera une partie des égouts que Claire ne verra pas et cette dernière fera la rencontre du chef de la Police lorsque Leon sera ailleurs. D'ailleurs, dans le second scénario il y a plus d'action car il y a plus de monstres, notamment des zombies. Tout ça pour dire que même si le jeu a vieilli, il reste fun et intéressant à faire dans un sens (début Claire, fin Leon) comme dans l'autre (début Leon, fin Claire).



L'image

C'est sans doute
Aïe ! Aucun effort d'actualisation a été fait donc le rendu graphique est simplement indigne de la console
l'aspect qui vous rebutera le plus. Tout droit sorti de notre bonne vieille PlayStation chérie, l'adaptation est "telle qu'elle" ! Et c'est bien dommage de voir ça. Quand on pense avec quelle performance Capcom nous a resservi le premier opus lors du Rebirth, on ne peut qu'être déçu devant un tel gâchis. La technique reste la même (décors précalculés en images de synthèses et sprites en 3D) mais les personnages sont cubiques et les objets sont taillées à la hache. Il est vrai que les décors, tels qu'ils sont, vieillissent mieux que la simple 3D mais le résultat est indigne d'une GameCube. Une nouvelle fois, quand on pense à la beauté architecturale du Rebirth, on ne peut qu'être déçu. L'animation de Claire (ou de Leon) est correcte même s'ils remuent du croupion (oui oui même Leon :), certains monstres sont énormes bien que rien de tout ça ne fera chauffer le puissant Cube. Certaines textures bavent outrageusement et les persos se fondent assez mal à certains décors dû à une ancienne gestion de la luminosité. Notre avatar aura tout de même pour lui de regarder les morts qu'il laisse derrière lui ou encore d'avoir une sérieuse dégradation physique selon son état de santé, mais ça n'empêchera pas de trouver tout ça rageant. Ça vieillit finalement assez mal et quand on y pense, Capcom aurait pu faire des merveilles sur cet épisode. Franchement, une remodélisation des personnages aurait été le minimum syndical histoire qu'ils n'aient plus les mains palmées et que les lèvres bougent lors des cut-scènes...



Le son

L'ambiance est restée
Comme toujours, la partie sonore est celle qui vieillit le mieux
intacte depuis tant d'années grâce à une donne qui vieillit très bien : le son ! Loin des musiques cracheuses de nos poussiéreuses consoles 16-bits, la PlayStation avait, à l'époque, fait un sacré bon en avant, technologiquement parlant. Et c'est avec plaisir qu'on retrouve une bande-son de grande qualité. Les voix (US) sont parfaitement doublées (quoiqu'en dise les détracteurs), les bruitages sont efficaces et l'ambiance sonore distille une aura inquiétante comme peu. Les musiques, angoissantes au possible, y sont pour beaucoup dans l'atmosphère qui se dégage du jeu. Les bruitages quant à eux, sont excellents, les armes ayant un très bon rendu, dynamique comme j'aime. Bref, le son est resté d'un bon niveau et ce parce qu'à l'origine, la qualité était déjà plus qu'excellente.



Note générale

Si Resident Evil 2 a reçu un mérité 18/20 il y a 5 ans sur PlayStation, il ne mérite qu'un honorable 14/20 sur GameCube, pour cause de portage laxiste et opportuniste. Car il faut reconnaître que Capcom a mal joué ses cartes. Déjà montré du doigt pour la sortie du jeu sur DreamCast (version identique à l'original PSX, alors que la 128-bits de SEGA est autrement plus performante), les développeurs aurait pu se servir de la puissance de la GameCube pour remettre au goût du jour ce jeu phénoménal, qui reste pour l'heure l'opus le plus vendu de la saga Resident Evil. Imaginez qu'ils n'ont même pas pris la peine de refaire les sprites 3D ou les vidéos, d'inclure la manipulation du demi-tour ou la facilité d'utiliser les escaliers, laissant les affres de l'âge blaser les férus de la série, et entâcher ce superbe épisode. Ainsi, si vous avez déjà la version PlayStation, inutile d'acheter celle-ci, c'est exactement le même jeu ! Par contre, si vous n'y avez jamais joué et qu'une réalisation dépassée ne vous fait pas peur, alors foncez ! Car Resident Evil 2 est une perle, un jeu à l'ambiance excellente et au fun presque palpable. Dommage tout de même que Capcom n'ait fait aucun (et je dis bien AUCUN !) effort pour réactualiser cette bombe du survival horror...



Test réalisé par iiYama

mai 2007 (mise à jour : janvier 2019)