Super Princess Peach (NDS)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mai 2006
Développeur : Nintendo
Editeur : Nintendo
Genre : plate-formes

Support : cartouche de 32Mo
Version testée : Française
Voix dans le jeu :
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 1.31 Millions





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Super Princess Peach








Avant Super Mario 64, celle qu'on
Les passages en sous-marin sont un joli clin d'oeil à Super Mario Land
appelait autrefois Princesse Toadstool est définitivement devenue Princesse Peach. Il faut dire que "toadstool" veut dire champignon vénéneux, là où "peach" signifie pêche. C'est évidemment plus mignon et représentatif du personnage. Un personnage qu'il ne faut pas confondre avec les autres princesses du monde Mario que sont Princesse Harmonie (aussi appelée Rosalina vue dans Super Mario Galaxy) et Princesse Daisy, qui est issue de Super Mario Land. Caricature extrême de la Barbie de base, Princesse Peach avec sa blondissime prestance et son air précieux, a toujours été reléguée au rang de victime. Et comme d'habitude c'est son chevalier servant et moustachu qui vient lui sauver les miches, sauf que cette fois les sbires de Bowser ont réussi à attraper Mario, Luigi et les Toads en premier. A son arrivée de promenade, Peach découvre le carnage et se décide d'agir... pour une fois. D'infatigable martyr elle passe donc à héroïne. Comme on reste dans la plate-formes pure et simple, telle que Mario lui-même l'a inventée, on retrouve bien évidemment les fondements du genre et plus particulièrement ceux des Mario antérieurs. Très emprunté à Super Mario World, Super Princess Peach se targue tout de même de quelques nouveautés, sans doute dû à son rang. Pour l'aider dans son aventure, elle aura Perry, un parapluie (presque aussi grand qu'un parasol) qu'elle a trouvé sur le chemin du retour. Perry sait parler mais ne se souvient pas de son passé. Par contre il octroie divers pouvoirs et facultés à la princesse. La première chose à noter, c'est la prise en mains. Dans ce jeu il n'y a pas de mode "marche" et de mode "course" comme ce fut le cas jusqu'à présent. En fait la princesse court tout le temps, ce qui fait que la 2e touche ne sert qu'aux actions. Mais depuis la sortie de la GBA, Nintendo a toujours le mauvais gout de mal placer ses touches. En effet le bouton action est la touche B et le saut se retrouve sur A… soit tout l'inverse des Mario sur Super Nintendo. Ce n'est pas super gênant mais il aurait été agréable que Nintendo incluse dans les options la possibilité de modifier cette configuration, avouons-le, pas bien pratique. Vous allez le voir, beaucoup de petites retouches ont été faites dans cet épisode. Tout d'abord il n'y a pas de vies. Les pièces qu'on récupère servent à faire des emplettes chez le marchand (un Toad, fallait s'en douter) et non à se faire un max de vies supplémentaires car Peach ne peut pas mourir. Si on tombe dans un trou, qu'on a plus de santé ou autre, on revient au dernier checkpoint (le dernier tuyau ou la dernière porte). Ca rend le jeu extrêmement facile, d'autant que Peach possède une barre de vie, ce qui fait qu'on ne meurt pas de suite.


Les gamers ragent
Les passages avant boss sont les seuls à être délicats. Pour le reste, c'est facile puisqu'on ne meurt jamais
car le challenge est au raz des pâquerettes mais en y réfléchissant 2 minutes, le jeu ne leur ait pas destiné. Sans être sexiste et sans jouer sur les clichés, Super Princess Peach se destine avant tout aux filles et aux enfants. Après c'est sûr, un grand gaillard comme moi qui y joue ça parait un peu ridicule mais j'ai vraiment accroché et les "Mario classiques" restent selon moi les meilleurs… qu'on contrôle un moustachu ou une blonde maniérée. Donc il n'y a pas de touche pour courir et Peach ne se mouille pas non plus. Vous comprenez, le brushing ça coute cher. Donc lorsqu'on se jette à l'eau, la petite à la présence d'esprit de se servir de Perry comme une embarcation de fortune. Car Perry, plus qu'un gadget, est véritablement au centre du gameplay. Seul bémol, lorsqu'on se baisse on pourrait croire qu'il protège son porteur en l'emmitouflant mais tout faux, pour le coup il ne sert à rien (sur le coup ça me faisait penser à Mario-marteau et sa carapace). Grâce à Perry et à l'argent qu'on amassera dans les niveaux (la course aux pièces est donc toujours d'actualité), on pourra s'acheter certaines facultés bien sympathiques. En jouant Peach, on s'est tous dit qu'elle allait pouvoir voler comme dans Super Mario Bros 2… et bien pas tout à fait. On pourra par contre upgrader le parapluie pour qu'il puisse nous faire planer un court instant. On pourra aussi acheter la faculté de tirer des boules de feu (ce qui est pratique), mais aussi faire des achats plus classiques comme augmenter sa barre de vie. En plein level, il faudra trouver 3 Toads, ce qui remplace les pièces Yoshi de Mario 4 et nous incite à bien fouiller les niveaux. Il faut reconnaitre que sans ça on irait tout droit, et comme les niveaux ne sont pas bien longs, ça rallonge bien la durée de vie. En parlant de durée de vie, celle de Super Princess Peach est très convenable puisque l'aventure se compose des 8 mondes et quelques bonus sont déblocables. En chemin, on trouvera des pièces de puzzle qu'on pourra ensuite reconstruire dans un mini-jeu, et pareillement, il arrive qu'on trouve des petits "party game" rigolos, qui mettent généralement en scène un Toad. Ce n'est bien sûr pas des grands jeux, puisque c'est toujours du genre faire sauter les obstacles d'un Toad qui court sans cesse ou lui faire parcourir au stylet un niveau enflammé sans qu'il se fasse bruler les fesses. En parlant de stylet, venons-en aux fonctions sous-exploitées de la console. En effet, le stylet ne sert qu'aux levels pré-boss, seuls points réellement difficile du jeu car il faut protéger Peach des fantômes ou l'aider à monter sur un rondin (entre autre épreuve) ce qui n'est pas forcément évident. L'autre point, c'est que la princesse se sert d'un mini sous-marin pour parcourir les niveaux aquatiques. Ce très joli clin d'œil au premier Super Mario Land, nous oblige à souffler dans le micro pour tirer des bulles et tuer les ennemis. Sympa mais un simple bouton ça aurait été que mieux… surtout lorsqu'on joue en public.


Dernier point du gameplay,
Perry et les 4 émotions sont au coeur d'un gameplay vraiment sympa
et sans doute le plus important de tous, Peach possède 4 états d'âme à l'opposé les uns des autres et qui permettent de déjouer les pires pièges. Grace à l'écran tactile on choisit son état d'âme, un état qui consomme la jauge d'humeur de notre héroïne. Il y a la colère, mon préféré, qui voit Peach entouré d'un rideau de flammes et fait des tremblements de terre à chaque saut. Avec cet état d'âme elle pourra bruler du bois, faire fondre la glace et se protéger de la plupart des ennemis. A l'inverse, la tristesse la fait pleurer. Les litres d'eau qui jaillissent de ses yeux permettent de créer un lit de glace dans les niveaux enneigés, de faire tourner un moulin à eau ou de dissoudre un bloc de sable. C'est dans cet état qu'elle court le plus vite. Enfin il a la joie. Peach se met à tournoyer sur elle-même, ce qui dissipera les tempêtes ou le brouillard, et lui permettra de voler. Il est ainsi plus facile d'atteindre des plate-formes en hauteur pour sauver des Toads ou glaner quelques pièces de plus. Perso j'ai eu un petit souci avec l'écran tactile : à chaque fois que je touchais l'un des coins pour activer une humeur, 2 fois sur 3 j'ai eu droit à la chialeuse. Bug ou mauvaise reconnaissance, je ne saurais dire. Sachez également que chaque humeur provoque une déformation de la musique : en super joyeuse elle s'accélère, elle devient grave lorsqu'elle est en colère et devient brouillée lorsqu'elle pleure. L'effet est vraiment sympa. Et puisqu'on en parle, malheureusement les musiques ne sont pas géniales. Certes elles ont ce côté jovial si en phase avec le personnage, mais elles ne restent pas en tête comme lors des autres aventures de Mario, notamment Super Mario World (il y a bien celle des passages aquatiques mais je ne saurais la fredonner sur l'instant). En plus certaines d'entre elles sied assez mal au contexte graphique, comme dans le monde en feu où les thèmes sont plus proches du cirque que de l'enfer. Hormis ça, la qualité est au rendez-vous, comme pour des bruitages mignons et fantaisistes. Pour terminer, Super Princess Peach est un jeu entièrement en 2D. Alors évidemment on a tous ces petits cons qui ne connaissent rien à la vie qui viennent nous dire que c'est pourri alors que justement, c'est tout l'inverse. Les animations sont superbement détaillées, les décors sont très colorés et on retrouve bien le charme des Super Mario Bros, notamment parce qu'on affrontera toute la ménagerie : champignon, fusée, boulet-chien, bomb-bomb, tortues… avec en plus leurs propres humeurs (tristes, joyeux, en colère). Finalement le seul aspect un peu bâclé du jeu, c'est le scénario. On a une superbe intro pour nous conter les faits, puis quasiment plus rien. Les rêves de Perry sont dévoilés tellement lentement qu'ils finissent par être inintéressants et au final et il ne reste plus grand-chose. C'est dommage.



Super Princess Peach Note
est un jeu terriblement accrocheur, notamment grâce à un gameplay rafraichi pour la douce princesse et à un univers attachant, presque pastel. D'ailleurs pour vraiment apprécié le jeu, il faut de suite le prendre à un degré supérieur car perso, les chichi-gnagnas, les flonflons et autre niaiseries, je supporte pas ! Il faut donc faire un petit effort d'adaptation mentale, d'autant qu'il serait dommage de rater ça. Bien sûr il apporte son lot d'écueils (bande-son sans plus, configuration de touches peu confortable) mais la richesse de ses niveaux et les fonctionnalités qu'on peut acheter à Perry, le rende plus ample qu'il n'y parait de prime-abord. Super Princess Peach est donc un bon spin-off à la série, un épisode où on aura plaisir de contrôler une princesse qui arrête de jouer les souffre-douleurs, pour devenir un véritable "héros" qui s'élance de ce pas pour sauver "son héros" (toutes les princesses devraient en prendre de la graine). Super Princesse Peach, s'il n'a pas la puissance graphique et l'attrait d'un New Super Mario Bros, reste un jeu très agréable et très abordable, à mettre entre toutes les mains.



Les -

  • Touches d'action inversées !! C'est très inconfortable
  • Gros soucis d'activation de l'humeur... bizarre :/
  • Scénario toujours aussi niais et peu développé
  • Les levels de pré-boss... un peu relou
  • Musiques vraiment bof
  • Les +

  • Enfin la princesse arrête de jouer les victimes !
  • Perry apporte un gameplay des plus originaux
  • Les phases en sous-marin
  • De très jolis graphismes
  • La boutique


  • A savoir : cliquez pour ouvrir



    Test réalisé par iiYama

    mai 2010