Sonic Colours (NDS)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2010
Développeur : Sonic Team - Dimps
Editeur : SEGA
Genre : plate-formes

Support : cartouche
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Titre alternatif : Sonic Colors (US)
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 1.59 Million (Wii) + 1.21 Million (NDS)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Sonic Colours








En marge
L'intro est sympa mais l'histoire est banale pour du Sonic
d'un Sonic 4 un peu décevant, la Sonic Team nous propose sur Wii (décidemment gâtée) et sur DS, un nouvel épisode nommé Sonic Colours. Si sur Wii le hérisson supersonique a accumulé les horreurs ludiques, de son côté la DS a accueillie des jeux très sympas. Les 2 épisodes de Sonic Rush étaient bons et sans dire que le Sonic Classic Collection était mauvais, il était juste mal adapté. Sonic Colours est donc là pour remettre la mascotte de SEGA sur les rails et l'affirmer en tant que blockbuster. Malheureusement pour lui, il ne sait pas/plus se renouveler. Si certains testeurs y voient à chaque fois le renouveau d'une série qui n'en finit pas, je suis désolé mais personnellement, je trouve que Sonic s'encroute. Là où son principal rival, Mario pour ne pas le citer, arrive encore à nous étonner 25 ans plus tard, il faut reconnaitre que depuis que la Mega Drive n'est plus, le hérisson bleu a dû mal à nous faire encore rêver. C'est en tout cas ce que je ressens. A noter avant de commencer, que le jeu se nomme Sonic Colours chez nous et Sonic Colors aux Etats-Unis (puisqu'aux USA, pour le mot "couleur" par rapport aux anglais, ils ont décidés de virer le "U"... ils sont graves quand même). Pour la petite histoire, Eggman (encore lui) a construit une station spatiale de divertissement, un parc d'attractions. Mais derrière ces bonnes intentions, se cache son envie de mettre la main sur les Chaos, ces petits êtres bleus et mignons tout plein. Evidemment l'histoire est minable, Sonic et son Eggman ne valent pas mieux que Mario et sa Peach mais l'ensemble tient un peu plus la route que chez Nintendo. La formule est connue (quelques vidéos pour les passages importants et du texte entre les niveaux histoire d'étoffer tout ça) même si évidemment, ça ne vole pas bien haut.


Question jeu,
C'est beau, c'est rapide, bref c'est du Sonic
il y a un contre-la-montre et même un mode multi ad-hoc (on joue à 2 avec une seule cartouche, un mode où on peut même jouer seul contre le jeu) même si l'attrait principal de Sonic Colours, c'est évidemment le solo. Comme on pouvait s'y attendre, on retrouve toute la base de Sonic Rush avec comme lieu central, la map. Niveau prise en mains on n'est pas dépaysé puisque c'est du Sonic Rush amélioré, ainsi on retrouve l'attaque rush, les attaques en l'air (vous savez, celles ciblées), le slide... avec le bon point qu'un petit didacticiel nous inculque tout ça petit à petit. Malheureusement on peut le dire, de leur côté les niveaux ne sont pas bien originaux. Attention, je ne dis pas que c'est pourri, je dis juste que les originalités ne nous émerveillent plus et paraissent même banales. Comme je le disais précédemment, Sonic n'arrive plus vraiment à se renouveler. En clair c'est joli, ça vogue gentiment entre les 2 écrans, c'est rapide, c'est même très fluide mais tout ça est classique, voire même on a une impression de déjà-vu, de déjà-vécu (pour dire, on retrouve même les boss sur des niveaux circulaires). On retrouve quand même quelques originalités à l'instar des missions. Elles ne sont pas obligatoires et c'est tant mieux car elles sont ardues. Par exemple on doit refaire une partie d'un level déjà fini, mais le timing est hyper serré. Au moindre faux-pas, on perd de précieuses secondes (un peu comme en multi lorsqu'on affronte le jeu). Et il y a des bonus-stages directement repris de Sonic 2 sur Mega Drive. Souvenez-vous, Sonic est de dos dans une sorte de tunnel et le but est alors d'attraper un certain nombre d'orbes pour obtenir l'émeraude du chao. A ceci près que cette fois-ci on dirige Sonic avec le stylet, ce qui rend l'épreuve bien plus agréable car plus précise et donc forcément moins difficile. Mais la vraie grosse originalité de Colours, ce sont les Wisps. Un Wisp est une créature capturée par Eggman (what else ?) et une fois libérée, elle vous donne temporairement son pouvoir.


Au nombre de 10,
Les Wisps apportent une petite touche d'originalité, malheureusement trop scriptée et bridée
par exemple le red burst nous rappelle gentiment 'Splosion Man puisque Sonic se transforme en être de feu qui explose à tout va. Le green hover permet de voler, le yellow drill nous transforme en foreuse (Mario Galaxy 2 ?), le cyan laser nous transforme en laser capable de ricocher sur les surfaces réfléchissantes... bref vous l'aurez compris, à chaque couleur une fonction et les développeurs tablaient là-dessus pour nous faire croire à un chef-d'œuvre. Loupé, les Wisps sont totalement gadget puisqu'on ne peut pas les invoquer quand on veut. Ils sont toujours là où on a besoin d'eux, on ne peut pas switcher entre les pouvoirs et le temps imparti est assez maigre. Finalement si on regarde de plus près, les Wisps sont comme les bulles spéciales de Sonic 3, dont le concept aurait évolué. Rien de plus. Voilà d'où vient l'appellation Colours, plutôt qu'un Sonic "Rush quelque chose". Nous l'avons évoqué, bien que classiques les graphismes sont vraiment beaux. Le mélange de 2D et de 3D fonctionne toujours à merveille (bien que le gameplay reste essentiellement 2D, sauf pour les bonus-stage) et les décors, bien que banals, sont jolis et colorés. Par contre, on fustigera à nouveau une bande-son bien laide. Les voix en anglais ne me dérangent plus, les bruitages sont classiques de chez classique, non tout le problème vient des musiques. Certes rythmées et collant bien à l'atmosphère du jeu, bon sang où sont les gros riffs d'autrefois ? Où sont passées ces mélodies que 20 ans plus tard, on est tous capables de fredonner ? Vous l'aurez compris, une fois encore les musiques sont pourries à souhait, un rituel qui sévit depuis le passage de Sonic sur consoles de Nintendo (en gros depuis la GBA). Oui, c'est une fois encore une grosse déception.



Je Note
comprends SEGA. Ils nous font un Sonic 4 comme il aurait pu sortir il y a bien longtemps et la réponse des joueurs c'est qu'il n'était pas assez bon. Trop court, trop buggé, trop cher et pas assez beau pour des consoles qui ont de telles capacités, Sonic 4 a déçu. Maintenant lorsqu'ils nous font des jeux un peu plus originaux, on gueule aussi (quoique, avec Sonic et le Chevalier Noir ils sont allés vraiment trop loin). Du coup le développeur nippon ne sait plus sur quel pied danser. Mais une chose est sûre, Sonic Colours n'est pas le renouveau d'une série qui peine à innover. Se tablant trop sur Sonic Rush (lui-même emprunté aux Sonic Advance, eux-mêmes empruntés aux Sonic Mega Drive), les Wisps et les couleurs sont de bonnes idées mais c'est trop linéaire, trop scripté pour être une véritable évolution du gameplay. Résultat, Sonic Colours est très sympa mais ses originalités ne font pas le poids face à la lassitude de parcourir toujours et encore le même jeu. Il reste malgré tout un bon titre pour celles et ceux qui découvrent la mascotte de SEGA.



Les -

  • Les Wisps sont clairement sous-exploités !
  • Les niveaux sont très/trop classiques
  • Une histoire minable
  • Bande-son bof-bof :(
  • Les +

  • Le gameplay de Sonic Rush en amélioré
  • Techniquement réussi
  • Mode multi ad-hoc
  • Jolie intro


  • Test réalisé par iiYama

    mai 2011