Resident Evil (NDS)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2006
Développeur : Capcom
Adaptation : Capcom
Editeur : Capcom
Genre : survival horror

Support : cartouche de 128Mo
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté : (mode renaissance)
Multi-joueurs : 4 joueurs en local
Abréviations : RE DS - Resident Evil DS
Titre alternatif : Biohazard Deadly Silence
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 240.000 (NDS) - 5.3 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Resident Evil

Deadly Silence


Vous avez dû le
Le mode Renaissance apporte quelques nouveautés
lire des dizaines de fois dans mes pages : à mes yeux le premier Resident Evil est sans conteste le meilleur épisode de toute la saga de Capcom. Une saga qui a donné au même titre que Street Fighter II, des lettres de noblesse à cet ancien Roi de l'Arcade. Avec cet épisode Deadly Silence (dont l'acronyme se réduit à DS, comme par hasard) Capcom revient sur ce premier opus qui aura tant marqué les esprits. La petite DS développant une puissance pas loin de la première console de Sony (faut dire que 10 ans séparent les 2 hardwares) le géant Japonais prend un risque assumé. 4 ans après que Capcom ai revisité ce même épisode lors du fabuleux Rebirth, cette fois pas de chichi, on retrouve le jeu d'antan paru en 1996. L'aventure se décline en 2 modes : Renaissance et normal. Vous l'aurez sans doute compris, le mode normal vous propose l'exact jeu tel qu'il était, au détail près. Les fans apprécieront. Le mode Renaissance, quant à lui, vous propose de jouer au même jeu, légèrement lifté, un peu comme un nouveau mode Director's Cut. Ce mode utilise l'écran tactile, le micro et nous propose de nouvelles énigmes. Rien de fondamental, 90% du jeu reste identique, c'est juste que Capcom a jugé bon de changer certains puzzles (comme celui de l'armurerie avec le gaz) et d'en proposer de nouveaux (comme lorsqu'on découvre la tombe). Et comme on est sur DS, ces quelques phases originales exploitent bien la console. Celles qui reviennent le plus souvent, c'est qu'en passant une porte, la vue devient subjective et Jill (ou Chris selon le choix de la difficulté) prend son couteau à la main, prêt à en découdre avec ses assaillants. Avec le doigt on donne de larges mouvements sur l'écran tactile, afin de se défendre. Malheureusement, c'est aussi cette nouveauté qui rendra le jeu bien plus difficile.


Le mode Renaissance
Le mode Renaissance est franchement pénible par endroit
est plus généreux, il semble plus facile (on commence avec 2 sprays, les herbes sont plus abondantes, il y a plus d'objets qui nous attendent dans le coffre et les têtes explosent plus facilement) mais les phases en vue subjective sont parfois ardues (surtout lorsqu'on affronte un boss comme le serpent, là c'est super galère) car elles exigent un timing et une précision que l'écran tactile a bien du mal à offrir, ce qui fait que vous perdrez souvent... au point de vous lasser. Mon conseil est alors de commencer à jouer une première fois en mode normal, de vivre cette superbe aventure comme elle a été construite au départ, et de s'attaquer au nouveau mode après. Comme ça vous serez moins vite lassé de ces affrontements mal calibrés. Toujours en mode Renaissance mais plus anecdotique cette fois, lorsqu'on retrouve Richard (celui qui s'est fait mordre par le serpent géant), il est quasi mort. Il faut donc souffler dans le micro pour simuler du bouche-à-bouche et le ranimer. Autre nouveauté, à côté des fameux coffres où on peut ranger des dizaines de choses, on retrouve un petit coffre bleu. Si on déjoue les secrets de sa serrure, on gagne bien entendu un petit quelque chose (comme une herbe rouge). D'une façon plus générale et valable pour les 2 modes, comme on a 2 écrans, le jeu se déroule sur l'écran du bas et celui du haut affiche en permanence la carte, l'arme utilisée et les munitions restantes dans le chargeur. L'idée est bonne, ça nous évite de toujours ouvrir l'inventaire même si j'aurais apprécié qu'on puisse intervertir les 2 écrans. En parlant d'appréciable, l'écran carte permet aussi d'avoir une évaluation de sa santé. Si l'écran clignote en jaune, orange ou rouge, vous savez immédiatement à quoi vous attendre. Le défaut, c'est que tant vous ne vous soignez pas, ça clignote, ce qui peut s'avérer pénible à longue. Autre nouveauté, plus agréable cette fois, à l'image de Resident Evil 4, le couteau fait parti de l'équipement de base. En pressant R on se met en joue (comme sur PlayStation) et en pressant L on sort le couteau, ce qui est très pratique si on est en rade de balles ou qu'on veut tuer un ennemi au sol sans utiliser ses munitions. A ce propos, lorsqu'on est en-joue, on peut aussi recharger son arme rapidement (sans entrer dans l'inventaire), ce qui est plus confortable.


Après toutes
Le jeu est à l'identitique par rapport à la version PSX, c'est un vrai plaisir
ces petites nouveautés et bonus, comme je le disais, on retrouve le jeu d'antan, à commencer par son ambiance fabuleuse et sa jouabilité bien raide et précise (ce que les puristes apprécieront et que les néophytes dénigreront). Dans la plupart des cas, les mêmes objets et les mêmes ennemis sont aux mêmes endroits (en mode Renaissance il y a quelques petits changements et plus d'ennemis), les lieux sont pareils, les angles de vue aussi (d'ailleurs certains ont étrangement disparus), bref... c'est la même aventure. Dans cette version, on a tout de même droit à une nouvelle traduction des textes, qui se payent le luxe d'être buggée (2 mots collés ou lettres absentes) et on retrouve bien sûr les fameuses cut-scènes en 3D du jeu original. Et il faut le dire, à part un contraste parfois trop élevé qui ne sert pas forcément au jeu, tout est à l'identique. Les sprites sont toujours 3D et animés d'une bien belle manière et les décors sont précalculés en images de synthèses. Le rendu est beau, fluide et même plus rapide que dans la version PSX 50hz. Petite anicroche tout de même, les vidéos ont été surcompressées et le rendu est sobrement dégueulasse. Reprenant le noir & blanc de l'opus original pour l'intro et quelques scènes en couleurs de la version Director's Cut, le résultat est pixellisé, baveux. Evidemment on peut être déçu par un tel résultat mais ça s'explique par le fait que la cartouche pèse déjà 128Mo et que ce genre de vidéos est plutôt gourmande en terme de place. Mais s'il y a un sujet qui ne m'a pas déçu, c'est bien le son. La qualité est toujours au rendez-vous, et ce dans le moindre détail. On retrouve toutes les phrases cultes de l'opus PSX du style "a dining-room" ou "you save my life Barry" ainsi qu'une excellente qualité pour le moindre bruitage (c'est d'autant plus vrai pour des armes très efficaces et acoustiquement réalistes). Un vrai bonheur.



Resident Evil : Note
Deadly Silence (ou Resident Evil DS) est un excellent portage du grand hit de la PlayStation. Les graphismes sont à l'identique (c'est à dire excellents, hyper détaillés) même si je les ai trouvé trop "lumineux" par moment, le son est d'une qualité étonnante en plus d'être d'une fidélité à toute épreuve et on retrouve avec un plaisir palpable (tactile je devrais dire :), tout ce qui a fait le charme de ce premier épisode. Alors bien sûr certains diront que justement, 10 ans après, ce remake ne refond pas assez le jeu (notamment après le sublimissime opus Rebirth), que la jouabilité est toujours aussi raide (pas de mode jouable uniquement au stylet)... bref qu'il est trop lui-même. Et alors ? Moi je dis que lorsqu'on joue à un Resident Evil, c'est pour retrouver le jeu tel qu'il était à sa sortie et c'est justement ce que fait ce Deadly Silence. Ainsi selon moi, cette adaptation est une grande réussite, prompte à vous faire frémir d'horreur et de plaisir en remettant les pieds dans le plus génialissime épisode de la saga. En clair, ne vous attendez à rien d'autre qu'à l'un des plus grands survival-horror de tous les temps !



Les -

  • Le Mode Renaissance est vraiment pénible par endroit
  • Vidéos trop compressées et donc pixellisées
  • Intro en version noir & blanc
  • Traduction parfois buguée
  • Les +

  • Recharger son arme sans entrer dans l'inventaire
  • Le hit PlayStation, dans le creux de la main !
  • Etonnament bien adapté à la console
  • Bonne utilisation du double écran
  • Quelques petites nouveautés
  • Excellente qualité sonore
  • Le Mode Renaissance


  • Test réalisé par iiYama

    février 2009