Professeur Layton et l'Appel du Spectre (NDS)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2009 (JAP) - novembre 2011 (EURO)
Développeur : Level-5
Editeur : Nintendo
Genre : aventure - réflexion

Support : 1 cartouche de 256Mo
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 2.5 Millions

Abréviations : Professeur Layton 4 - Professeur Layton Zero
Titres alternatifs : Reiton-kyoju to majin no fue (JAP) - Professor Layton and the Last Specter (US) - Professor Layton and the Spectre's Call (UK)






Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Professeur Layton

et l'Appel du Spectre


Comme tous
Comme toujours l'intrigue est passionnante et les vidéos sont d'une qualité exceptionnelle
les ans depuis 4 ans, le Professeur Layton vient nous remuer les méninges pour Noël. Et comme d'habitude, il met 2 grosses années pour être traduit (encore que, si on suit la série, il est désormais logique que les sorties suivent le fil, même si 2 ans c'est quand même la honte pour un Level-5 qui aura trop longtemps sous-estimé le marché occidental). Et puisqu'on en est à râler, j'aimerai aussi savoir pourquoi la version Européenne de 4e opus ne possède pas London Life… En effet, les cartouches japonaises et américaines permettent de jouer à ce jeu bonus, une sorte de RPG à la durée de vie frôlant les 100 heures. Ne venez pas me dire qu'il est si difficile de traduire du texte, d'autant plus que les américains ont eu cet honneur. En somme, l'Europe passe encore une fois pour la 5e roue du carrosse et c'est une attitude vraiment déplorable, bien que ça ne m'étonne plus des japonais. Ainsi je vous l'annonce directement, si ce nouvel épisode des aventures du Professeur Layton aurait pu mériter son 18/20, je lui ampute un bon point car il est inadmissible que notre version du jeu soit tronquée de son contenu initial. L'Appel du Spectre est le 4e épisode à voir le jour chez nous en 4 ans, pourtant c'est une préquelle à la première trilogie formée de L'Etrange Village, La Boîte de Pandore et Le Destin Perdu. En tant "qu'épisode zéro", ce n'est pas le petit Luke qui sera de prime abord l'assistant du professeur, mais Emmy. Ceci dit, Luke sera également au centre de l'intrigue et participera activement à l'aventure. En parlant d'intrigue, cette fois le professeur Layton reçoit une lettre des plus surprenantes de la part d'un vieil ami (Clark Triton, le père de Luke), ce qui le poussera à se rendre dans la ville de Misthallery où visiblement, un spectre géant détruit certains quartiers de la ville à la nuit tombée. De plus, le début de la vidéo se la joue "flashforward", en nous dévoilant les événements se déroulant plusieurs heures après, pour mieux revenir au début de l'histoire. Un procédé simple et efficace, dont le cinéma se sert depuis longtemps. Sur la question de la mise en scène, on retrouve la formule gagnante, commune à tous les opus à savoir qu'il y a beaucoup de textes à lire, quelques dialogues doublés et bien entendu de magnifiques vidéos type animé japonais. On notera entre autre que l'intro est particulièrement longue et bien fichue.


En tant que
170 énigmes vous attendent, une longue aventure plus 3 mini-jeux assez sympas
préquelle et comme vous l'aurez sans doute deviné, on vivra la première rencontre entre Herschel et Luke, et on en apprendra plus sur le passif des personnages. Par exemple Layton a 34 ans, c'est un surdoué et il est consultant pour Scotland-Yard. Rien que ça. Ceci dit et malgré les efforts consentis, on peut trouver que l'écriture et la mise en scène n'évoluent pas. En un sens c'est tout à fait vrai, mais en un autre ça fonctionne tellement bien, qu'il serait peut-être peu judicieux de changer quoique ce soit. Et pour le gameplay c'est pareil. Level-5 a procédé à quelques ajustements, il nous propose quelques petites nouveautés mais rien de transcendant, Layton reste Layton et ce, depuis le premier épisode paru en 2008 (chez nous). En somme on retrouve les déplacements séquentiels, les pièces SOS à dénicher dans le décor, les notes, le chapitrage de l'aventure, les énigmes cachées ainsi que, comme évoqué, quelques nouveautés. On citera le fait qu'on nous propose quelques phases de dialogues à base de QCM/résolution d'énigmes, quelques interactions rapides sur le décor (genre cliquer sur l'écran pour débroussailler le chemin) ou encore, lorsqu'on cherche les pièces il arrive qu'on active une animation dans le décor (inutile mais plaisant). Les énigmes ont été créées par Akira Tago (qui a participé à presque tous les épisodes) et sont cette fois au nombre de 170. Alors évidemment il y a quelques resucées (comment pourrait-il en être autrement au 4e épisode ?) mais les déjà-vus sont habilement maquillés et les nouvelles énigmes sont mises en avant pour faire évoluer l'aventure. Bien entendu au début c'est vraiment facile (on se dit même waow, je suis devenu super intelligent, les Prof Layton ne me résistent plus !) et puis très vite on déchante lorsqu'on tombe sur un os. Il faut dire que certaines énigmes sont tordues, d'autres sont mal posées, d'autres encore ont plusieurs solutions mais une seule est valable (ce qui est très irritant en soi car perdre alors que le résultat est bon, c'est vraiment frustrant !). Maintenant, il faut être clair, c'est bien ce gameplay si particulier qui est au cœur de tout jeu marqué du sceau Layton, et je l'avoue, ça commençait à me manquer. Si London Life n'est plus (au plus grand regret de tous), on a quand même les mini-jeux bonus.


D'abord
C'est une honte, le RPG London Life a été supprimé dans la version Euro du jeu
celui du train, où il faut tracer une voie ferrée pour que la locomotive passe par toutes les gares, avant de tomber en rade en carburant. Celui du poisson nous demande de guider un poisson pour qu'il attrape toutes les pièces et enfin celui des marionnettes qui demande de participer à un spectacle vivant (ce dernier est nul, contrairement aux 2 autres qui sont sympas). Bien sûr on retrouve un peu de déjà-vu à ce niveau-là aussi (le train fait penser à l'épreuve de la Layton-mobile) mais ça reste appréciable comme contenu (en parlant de ça, cet ultime épisode DS peut accueillir, comme c'est le cas depuis un moment, de nouvelles énigmes via le WiFi). Et niveau durée de vie, pour l'aventure principale, il faut dire qu'on a ce qu'il faut ! Le jeu est long, il avance lentement et on s'y prête facilement en chinant toutes les pièces, en cherchant les objets de collection, en discutant avec tout le monde, etc… bref vous trouverez l'aventure longue. Techniquement, on retrouve le même rendu que d'habitude. Les décors sont superbes, toujours très détaillés, et il faut bien ça pour égayer un jeu aussi statique. Seul petit regret, la miscibilité de l'image est loin d'être optimale, et au lieu de se fondre dans le décor, les personnages "interactionnables" (oui j'ai inventé ce mot :) sautent aux yeux, comme s'ils avaient été filmé sur fond bleu. J'ai également apprécié que certains personnages aient une identité totalement bateau, quand d'autres offrent une personnalité appuyée et originale. Bref c'est beau, très beau même, sauf pour les personnages secondaires qui sont, encore une fois, hyper moches ! C'est à croire que Level-5 prend plaisir à créer des tronches les plus vilaines possibles, à tel point qu'on pourrait ouvrir un concours à celui qui effraie le plus les moineaux sur un champ de plantations ! J'exagère je sais, mais des persos secondaires "normaux" ce serait trop demander ? Non mais sans rire, parfois on se dit "mais c'est quoi ces tronchasses ?". Niveau son, on apprécie d'avoir quelques nouvelles musiques et peut-être même de nouvelles inspirations. En effet, nous retrouvons nos classiques airs d'accordéon avec en plus du violoncelle, ce qui donne une ambiance à la fois plus soutenue et plus tristounette. Il faut dire que la destruction de la ville, n'a pas grand-chose de drôle pour les habitants de Misthallery. Quant aux bruitages, ils sont classiques à la série et le doublage français est comme toujours, de bonne qualité.



Professeur Layton Note
et l'Appel du Spectre est un excellent jeu. Ce 4e et dernier épisode DS (et oui, les suivants sortiront uniquement sur 3DS) ne change pas une recette savoureuse et gagnante, même si parallèlement on peut regretter que ça n'évolue pas non plus. Ceci dit ça fonctionne encore, l'histoire est prenante, bien écrite, les énigmes sont géniales (à quelques fausses notes près), c'est joli, les vidéos sont éblouissantes… en somme c'est un superbe épisode que nous avons là ! Au final, seul le mini-jeu London Life est malheureusement absent (et entre nous, c'est un joli coup d'enfoirés de nous priver de ça) mais même sans ça, ce nouvel opus des aventures du Prof Layton, mérite qu'on s'y attache.



Les -

  • Un problème n'a qu'une solution valable alors que parfois...
  • London Life honteusement absent de notre version
  • Une formule qui évolue peu, voire pas du tout
  • Des énigmes parfois mal présentées
  • Les +

  • Une histoire intrigante et bien menée
  • Une qualité sonore toujours effective
  • Une formule rôdée qu'on apprécie
  • Long, surtout si on l'essore
  • Les vidéos sont géniales
  • Les mini-jeux bonus


  • Test réalisé par iiYama

    mai 2012