Metal Slug 7 (NDS)

 








Note générale


Sortie du jeu : novembre 2008
Développeur : Ignition Entertainment
Editeur : SNK-Playmore
Genre : action

Support : cartouche de 68Mo
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : MSlug 7
Titres alternatifs : Metal Slug XX - Metal Slug Double X
Prix au lancement : 40€


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Metal Slug 7









La grande série des Metal Slug
Bonne nouvelle, le gameplay est repris de Metal Slug 6
a débutée en 1996 avec un premier épisode sur Neo-Geo. 2 ans après la sortie des consoles 32-bits, cette modeste console 16-bits nous a tous scotché et a prouvé au monde qu'elle en avait encore dans les circuits. Depuis, cette saga s'est forgée une solide réputation, avec notamment les récentes adaptations PS2/Xbox des épisodes 3, 4 et 5, qui sont fidèles au pixel près. En 2006, ce fut une grosse année pour la licence et pour SNK-Playmore puisqu'il est sorti Metal Slug 6 sur Arcade (puis sur PS2), avec Metal Slug 3D le développeur a sorti son tout premier opus polygoné, et c'est surtout cette année-là qu'on a accueulli le très grand Metal Slug Anthology, qui réunissait tous les opus de la série en seul disque. Une grosse affaire. Pendant 2 ans, ça a été le calme plat. Metal Slug 7 signe donc le retour de Marco et sa bande. Et ce premier opus DS est aussi le tout premier à n'avoir jamais vu le jour sur Arcade. Prévu sur Xbox 360 et PSP, cette exclusivité temporaire n'aurait de toute façon pas trouvée son public, l'Arcade étant considéré comme mort aujourd'hui (je me rappelle encore le bon vieux temps où j'allais jeter ma pièce de 10 balles au café du coin pour jouer à Metal Slug 2). Dés le départ, petite déception, nous n'avons qu'un écran titre, certes joli, mais pas d'intro. Il semblerait que les développeurs fassent de plus en plus l'impasse sur l'histoire même si ce n'est pas ce qu'on cherche en premier en jouant à un Metal Slug. Vous voulez en savoir plus ? Et bien Neo-Sadam est encore de retour mais se fait laminer la gueule dés le second level. C'est alors qu'une armée venue du futur vient lui prêter main-forte. On ne la retrouvera que sur la fin du jeu et on comprendra que cette armée n'est autre que la sienne (en bleu au lieu de vert et avec une technologie plus avancée).


Cette 7e itération
Metal Slug 7 offre quelques passages et des boss pour le moins originaux
signe quand même le grand retour de l'Ecole de Combat, une sorte de mode training. Malheureusement les niveaux ne sont repris que du jeu normal, rien de neuf à l'horizon. On pourra quand même draguer la superbe formatrice, même si ça ne sert à rien. On râle assez souvent après ça mais depuis Metal Slug 2 et jusqu'à Metal Slug 6, chaque jeu ne compte que 5 niveaux et se finit en 45 minutes. Metal Slug 7 fait un petit effort et propose 7 niveaux, de plus en plus longs et forcément, de plus en plus difficiles (malgré tout le jeu se termine assez vite, comptez 1h30 au maximum). D'ailleurs sur la fin ça devient un peu n'importe quoi, notamment au boss du level 5 qui est carrément excessif. Tout à fait dans la lignée de Metal Slug 6, on retrouve son exact gameplay, à la nouveauté près. On peut stocker 2 armes (qu'on perd si on meurt, dommage qu'il n'en reste pas une), il nous est toujours impossible de monter aux échelles (pourtant il y en a !), la jouabilité est super réactive, c'est extrêmement fun et on retrouve bien entendu nos 6 protagonistes : Ralf, Marco, Eri, Fio, Tarma et Clark. D'ailleurs nos 6 gaillards ont toujours pour eux quelques différences (Fio débute chaque mission avec une Heavy Machine Gun, Tarma excelle avec les Slug, les armes de Marco sont 2 fois plus puissantes, etc…) et même si ça ne fait pas tout, ça reste une jolie nouveauté héritée du précédent opus. On a 3 niveaux de difficulté et comme le jeu sauvegarde la partie, on peut reprendre au début de chacun d'eux avec un quota de 9 crédits. Arriver à la fin ne posera donc pas de gros problèmes. Pour ce qui est de l'armement, on retrouve la panoplie habituelle, agrémentée d'un petit nouveau : le taser géant à tête chercheuse (thunder gun). On retrouve aussi de nouveaux Slug comme le Mecha sur rails et surtout (au level 6) le Mecha géant. Vraiment excellent !


Puisqu'on en est
La réalisation est impressionnante, dommage que ça ralentisse autant
à parler jouabilité et gameplay, il faut quand même savoir que cet épisode ne se joue qu'en solo. Alors que tous les opus se targuent d'un co-op' assez génial, il est un peu décevant que les développeurs aient fait l'impasse sur ça, la DS étant tout à fait capable de l'assumer. Enfin l'écran tactile ne sert pour ainsi dire pas. Il permet d'accéder à un plan des lieux, qu'on peut déplacer, pour y voir des Robinsons cachés ou des zones secrètes, mais ça reste très limité. Ce qui m'a par contre surpris, c'est la qualité de la réalisation. Bien entendu on retrouve les bruitages et les voix digits si chères à la série, et si les musiques de Toshikazu Tanaka (auteur de la bande-son des épisodes 4 et 5) sont assez classiques, elles sont aussi de bonne qualité. Mais le plus impressionnant reste l'image. La technique de Metal Slug 6, qui consiste à plaquer un décor fixe en haute résolution et les sprites habituels par-dessus, fonctionne bien mieux ici que sur Arcade/PlayStation 2, car l'effet de pixellisation est fortement réduit dû à la taille de l'écran. Du coup le résultat est super beau. Les décors sont quand même assez variés, les couleurs sont chaudes et petit point sur lequel je tiens à mettre le doigt, les boss sont quand même bien recherchés. On l'avait vu avec le 6e opus mais là c'est une certitude, les boss sont bien dans l'esprit de la série et ils sont en plus gigantesques ! Et le meilleur dans tout ça c'est que l'animation est d'une fluidité époustouflante ! J'ai vraiment été étonné de voir que chaque mouvement, chaque sprite assume une fluidité sans pareille (les explosions sont décidemment magnifiques) et les boss se dégradent au fil du combat. Comme quoi la petite DS prend bien la relève de la grosse Neo-Geo. Mais petit bémol quand même, comme sur la 16-bits d'SNK, on subira avec toute cette débauche, de gros ralentissements. C'est le prix à payer et hormis un épisode 6 qui était irréprochable là-dessus, je dirais même que c'est coutumier à la série.



Metal Slug 7 Note
n'aura été que moyennement accueilli par la communauté des fans. Pourquoi ? Et bien simplement pour son manque de mode 2 joueurs, ses ralentissements et sa durée de vie encore trop courte. Il est vrai qu'ici on ne parle plus d'un jeu d'Arcade et rien n'empêchait les développeurs de nous offrir 10 levels pour une durée de vie minimale de 2h. Soit, c'est un fait mais là où je ne suis pas d'accord avec les autres, c'est sur le manque d'originalité. Ok il est encore trop proche des opus précédents, il sent un peu le déjà-vu, et de toute façon ce n'est pas sur un épisode nomade qu'on attend le vrai renouveau de la série. Perso j'attends plutôt ça sur Xbox 360 ou PS3, voir ce que peut donner la série en Haute Définition. Sur Nintendo DS, Metal Slug 7 m'a donné exactement ce j'attendais de lui : un Metal Slug normal ! Et puis les développeurs ont vraiment cherchés à faire de leur mieux avec par exemple la grosse baston à bord du Mecha géant (un passage explosif !), de jolis graphismes avec notamment des animations super détaillées, des boss vraiment originaux ou encore quelques passages encore jamais vu. Perso je me suis éclaté, sans doute parce que je suis fan et de façon plus objective, il est vrai qu'il est grand temps pour la série de se faire une 2e jeunesse, d'autant que ces dernières années, les productions SNK-Playmore se font rares. En attendant, ce 7e opus signe de la grosse action sur DS et pas besoin de ce fichu stylet pour s'éclater. Un bon jeu à l'ancienne, qu'il est d'autant plus agréable à parcourir si on est déjà fan de la série.



Les -

  • La faiblesse du scénario
  • Pas de mode 2 joueurs
  • Des ralentissements
  • Faible durée de vie
  • Les +

  • C'est fun, c'est explosif, ça défoule !
  • Animations étonnament fluides
  • Très jolis graphismes


  • Test réalisé par iiYama

    février 2010 (mise à jour : juin 2016)