Mega Man ZX (NDS)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 2007
Développeur : Inti Creates
Editeur : Capcom
Genre : action / plate-formes

Support : cartouche de 64Mo
Version testée : Française
Voix dans le jeu :
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Rockman ZX
Prix au lancement : 40€





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Mega Man ZX








Vous le savez,
Sans être fantastique, la mise en scène est bonne (dialogues, petits OAV) et le scénario est sympa
avant de commencer le test d'un jeu, j'ai plaisir à faire une petite remise en situation, un petit récapitulatif du passif de la licence. Or avec Mega Man, je pense qu'on va éviter de faire la version longue, sans quoi il faudrait un article entier rien que pour survoler les principaux épisodes. J'ai vais donc faire un rapide résumé. On retiendra donc que le premier Mega Man est né en 1987 sur NES. La console aura été le berceau de 6 épisodes, le 7e étant sorti sur Super Nintendo, le 8e sur PlayStation et les 2 derniers sur PSN, XLA et Wii. En parallèle la Super Nintendo a vécue en 1993, la naissance de la première sous-série avec Mega Man X. Véritable révolution à l'époque, gros succès critique et commercial, les épisodes X2 à X8 se sont succédés sur les plate-formes les plus en vogue de leur temps (SNES, PSX et PS2). La GameBoy Advance de son côté aura été le support de 2 nouvelles sous-séries, les Mega Man Battle Network (mélangeant action et RPG) et les Mega Man Zero (plus proche de Mega Man X). Après 4 épisodes successifs sur cette dernière, voilà que Capcom a décidé de repartir de zéro avec la génération suivante de machine (Nintendo DS), ainsi naquit Mega Man ZX. Pourquoi un tel nom ? En fait, on le devine assez vite, le jeu mélange habilement les univers et les gameplays de Mega Man X et de Mega Man Zero, sans y faire de références directes. Dans ce nouvel opus, on nous laisse le choix de contrôler une fille (Aile) ou un garçon (Vent, nous parlerons de lui tout au long du test puisque je suis un garçon et que je n'ai aucun problème avec mon identité sexuelle ^^). Entre parenthèses, la plupart des personnages du jeu portent des noms à coucher dehors comme Prairie, Girouette (mais tout le monde l'appelle Giro... tu m'étonnes !) ou encore le grand méchant qui s'appelle Serpent. C'est peut-être sympa hors de France mais chez nous, on trouve ça ridicule ! Pour la petite histoire, alors que Vent et Giro doivent livrer un paquet, ils sont attaqués par les Mavericks (les nouveaux méchants apparus dans Mega Man X). Alors que tout semblait perdu, le contenu du paquet (qui se nomme "Biometal"... rien avoir avec le jeu du même nom) se met alors à réagir et à fusionner avec Vent, qui devient alors une sorte de Mega Man X. Grosse ambiance !


Mais très vite
La carte est minable : souvent on va à gauche et on se retrouve à droite. C'est n'importe quoi ! En plus le jeu manque clairement d'indications
on découvre que cet artéfact n'est pas unique et qu'il faudra en trouver d'autres pour contrecarrer les plans machiavéliques de Serpent, qui lui est équipé du Biometal W. Peu de temps après, le Biometal X fusionnera avec le Biometal Z, pour donner le Biometal ZX ! Mélange de Mega Man Zero (qui se sert de son sabre) et de Mega Man X (qui se sert de son blaster), nous aurons en mains un personnage très polyvalent. Si on perd les upgrades accessibles de Mega Man Zero (le jeu), à la place Vent peut trouver jusqu'à 6 autres Biometaux. Chacun ayant ses facultés propres, il sera alors possible de faire des super sauts, de marcher sous l'eau ou d'accéder à un lance-flammes, puisqu'évidemment, chacun à ses armes spécifiques. Pour en changer rien de plus simple, on presse une touche pour faire une sélection et voilà. Ca évite de rentrer dans un sous-menu. Pourtant, j'ai vraiment préféré jouer avec le ZX, plus polyvalent, car tous les autres ont des tares. Par exemple le FX tire de grosses salves mais on ne peut pas avancer en tirant, le HX ne possède pas de tir à distance, etc. Il est aussi sympa de devoir passer en mode classique (sans armure) pour pouvoir parler avec les gens, sans quoi ils nous prennent pour un dingue ou un cosplayer. Malheureusement cette tendance, au demeurant sympa, deviendra franchement lourde quand il faudra les sauver des flammes et changer de costumes toutes les minutes pour leurs beaux yeux. Déjà qu'on se fait suer à les trouver, en plus de ça il ne faut pas "heurter leur sensibilité" ? Qu'il crève dans les flammes alors ! >:( Pour se rattraper, le jeu peut se targuer d'une très bonne jouabilité et d'une option qui manque cruellement de nos jours : la possibilité de configurer ses touches comme on le souhaite. Ca fait vraiment plaisir. Mega Man ZX étant un jeu entièrement en 2D, l'écran tactile n'a aucune véritable fonction et c'est pas un mal car y'en a un peu marre des tous ces jeux qui veulent absolument se servir des gadgets de la console, sans que ce soit concluant. Ici la DS fait office de GBA évoluée (de toute façon, c'est ce qu'elle est !) et finalement, ce n'est pas plus mal. Mega Man ZX est le premier opus de la série à chercher à être "open world". Certes le mot est un peu fort mais le résultat est là, on peut aller où on veut, visiter chaque recoin accessible du jeu, sans pour autant réaliser de mission. Pour y accéder, il faudra passer dans un "Transerver", sorte de machine qui nous redonne toute la santé, nous donne les directives à suivre et peut même nous téléporter d'un point à l'autre de la map.


Car chaque zone
La réalisation est impressionnante. Comme quoi en matière de 2D, la DS est fortiche
est plus ou moins grande, et est représentée par une lettre. Une fois la mission enclenchée, il faut se rendre à la zone concernée, remplir l'objectif demandé et revenir à un Transerver pour faire son rapport de mission. Tout ça c'est bien sympa mais le jeu accuse une faute énorme : on est lâché en pleine nature sans autre explication. Comprenez par là qu'on nous dit (par exemple) que la mission se passe en zone H3, sans vous dire où elle est. Pour la trouver, il faudra donc se démerder et fouiller chaque recoin de chaque zone. C'est lourd et c'est d'autant plus débile que la plupart du temps, si on va vers la gauche d'une zone, une fois sorti de celle-ci, en regardant la map on se retrouve sur la zone à droite ! C'est complètement crétin car pour s'emmêler les pinceaux, y'a pas mieux ! Plus fort encore, certaines zones ne sont accessibles qu'avec le Biometal adéquat (comme celui qui permet d'aller sous l'eau) mais ça, personne ne vous le dit. Et il est franchement lourd de faire 20 fois le tour des zones pour arriver à trouver l'accès à la mission, et de s'apercevoir qu'on a perdu 1h30 de son temps juste parce qu'en fait, on ne peut pas y aller maintenant. Et si seulement on nous indiquait l'endroit de la zone à parcourir je dis pas, mais en l'état, on tourne vite en rond, on s'énerve et on passe à un autre jeu ! Pourtant, ce serait dommage car Mega Man ZX en vaut vraiment la chandelle. Techniquement, c'est vraiment impeccable. Les scènes de dialogues sont classiques (avec des minis et du texte en français) mais on a aussi des vidéos, d'une qualité impressionnante (elles restent quand même rares). Pour ce qui est des graphismes, le jeu est vraiment sublime ! Entièrement en 2D et en vue de profil, la qualité des animations est hors du commun (c'est hyper fluide, un régal) et les décors sont vraiment beaux, détaillés et colorés. La DS nous prouve que si elle est assez minable en matière de 3D, en 2D par contre, elle excelle. Pour le son, nous avons de très bons bruitages, dynamiques comme j'aime, ainsi que des musiques sympas. Pas les meilleures de la série mais des thèmes rythmés et mélodieux, qui restent parfois en tête.



Mega Man ZX Note
était à 2 doigts d'être l'épisode ultime de la série. Il en avait les atouts, graphiquement déjà, puis bonne bande-son, bonne jouabilité, scénario sympa et gameplay suffisamment riche et accrocheur. De plus, si la série est connue pour sa difficulté écrasante, sans dire qu'il est facile (il reste quand assez dur dans l'ensemble), il reste faisable à condition de prendre son temps. Mais le jeu s'alourdie aussi de faiblesses assez gênantes. Nous lâcher sur une map hyper mal fichue (sortie inversée) et sans indication pour trouver les zones de mission, ça va vite vous gaver. Je ne dis pas qu'il faut nous tenir la main ou avoir un jeu hyper dirigiste, mais quelques indications auraient été d'un grand secours et auraient évité de perdre un temps fou à tourner en rond comme idiot sans jamais trouver la sortie. C'est ça qui justifie la note du jeu, une note qui peut sembler sévère pour les fans. J'ajouterai à ces mêmes fans que 20 ans après le premier épisode, il serait quand même temps que notre personnage sache "enfin" tirer en diagonales ou vers le haut, or le gameplay reste bloqué dans les archaïques limitations de ses ancêtres. Pourtant, passer à côté de ce jeu serait une triste erreur, surtout si vous appréciez les jeux d'action à tendance plate-formes et plus encore les Mega Man X ou Zero. Car malgré mes railleries, j'ai trouvé le jeu vraiment excellent et particulièrement fun. Un très bon épisode qui rate de peu les sommets de la gloire.



Les -

  • Enlever son armure pour parler aux gens... à la longue c'est lourd
  • Les mêmes limitations de mouvements depuis 1986
  • Carte minable, aucune indication !
  • Difficulté en dents de scie
  • Les +

  • On retrouve bien l'ambiance de Mega Man X
  • Réalisation impressionnante
  • Le concept des Biométaux
  • Plus ou moins open world
  • Bonne bande-son
  • Les OAV

  • Test réalisé par iiYama

    janvier 2011