Mario & Luigi : Frères du Temps (NDS)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : janvier 2006
Développeur : AlphaDream
Editeur : Nintendo
Genre : RPG / aventure

Support : cartouche de 64Mo
Version testée : Française
Voix dans le jeu : ?
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Mario & Luigi RPG 2x2 (JAP)
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 1.22 Millions



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Mario & Luigi

Les Frères du Temps
Partners in Time



Une chose
Comme d'habitude, on nous ressort le coup de la princesse Peach qui se fait enlever... pfff y'en a marre ! Heureusement que les Xhampis sont là pour pimenter l'ensemble !
est sûre, les éditeurs n'hésitent jamais à prostituer leurs mascottes, quand ils savent que derrière ça va rapporter de l'argent. Evidemment certains s'en tirent mieux que d'autres, à l'image de SEGA qui a trainé Sonic dans la boue pendant des années ou Sony qui nous colle du Sackboy partout où ils le peuvent, au point que littleBIGplanet en perd de sa superbe, sans parler de ses jeux qui copient des formules à succès venues d'ailleurs (Smash Bros ? Mario Kart ?). En somme, si Nintendo met un peu trop son Mario sur le trottoir, en lui faisant faire tout et n'importe quoi (karting, tennis, golf, JO, football, basket, party-games ou encore puzzle-games) l'éditeur Japonais sait choisir ses développeurs tiers et a au moins le bon gout d'imposer un minimum de qualité. Alors qu'en 2003 AlphaDream nous a livré le très bon Mario & Luigi : Superstar Saga sur GBA (lui même inspiré du très bon Super Mario RPG développé par Squaresoft et disponible sur Super Nintendo), ils reviennent 2 ans et demi plus tard, cette fois sur Nintendo DS. Alors je vous le dis de suite, niveau RPG j'ai une culture très basse. On ne parle pas ici des jeux de rôles façon The Witcher ou Mass Effect, mais bien des RPGs pur souche, à l'ancienne et à la Japonaise, façon Final Fantasy. Et justement, mon dernier jeu de ce genre remonte à bien des années, lorsqu'avec Aquel nous avons joués à Final Fantasy VII (en 1997) et Final Fantasy VIII (en 1999). De là, moi je me suis porté sur l'action et l'aventure, quand lui est resté le grand patron des jeux rôles, sous toutes leurs formes. Tout ça pour dire que j'ai appréhendé ce jeu comme il est venu, sans préjugé et sans attentes non plus. Quoique, j'ai quand même espéré que le scénario soit un peu différent de ce qu'on nous sert d'habitude... loupé ! On nous parle encore de la princesse Peach qui se fait enlevé et déjà là, je suis affligé qu'on nous assène encore (malgré sa forme quelque peu différente) ce même pitch, depuis plus de 20 ans. Perso j'en ai ras le bol de sauver les miches d'une princesse qui n'a été capable de se défendre qu'une fois et dont la gratitude se résume à nous offrir un baiser sur la joue et un gâteau. Marre ! Marre ! Et marre que Nintendo et consorts nous prennent pour des cons !


Ceci dit,
En tant qu'RPG pour débutant, des didacticiels nous expliquent tout et le gameplay est largement simplifié
il y a quand même une petite originalité : les voyages dans le temps (des sauts d'approximativement 25 à 30 ans si je calcule bien). Les Mario & Luigi ne sont pas des jeux de plate-formes purs et durs, ce sont en fait des jeux de rôles. Alors c'est vrai que la plate-formes garde un peu ses droits, mais globalement ce sont plus des jeux d'aventure/exploration/RPG qu'autre chose. Ainsi pour secourir cette cona... de Peach, nos héros Mario et Luigi feront un bon dans le passé et seront aidés... par eux-mêmes, mais bébés ! Voilà notre équipe finale est formée de Mario adulte et de bébé Mario, ainsi que de Luigi adulte et de bébé Luigi. Au niveau du scénario donc, AlphaDream s'est un peu lâché et nous propose une trame farfelue et bien mise en oeuvre. Comme dans tout RPG la map principale (le château de Peach) est plus ou moins ouverte, et on pourra discuter à volonté avec nos alliés. D'ailleurs il ne sera pas difficile d'apprécier une véritable qualité d'écriture ainsi qu'un bon humour, porté par des mimiques absolument fendardes. Du coup, la nazerie du pitch de départ passe beaucoup mieux, d'autant qu'elle ne se contente pas que de ça. Bébé Bowser est également de la partie, et tous ces événements sont dû à l'invasion des Xhampis, une sorte de Toad en "version Sith". Malgré une certaine ouverture du château (le lieu central du jeu) l'aventure se veut tout de même linéaire. Tout à fait dans le savoir-faire Nintendo, on peut accéder à n'importe quel monde, mais ce sera au prix d'un apprentissage évolutif. Comprenez par là que certaines zones ne seront accessibles qu'une fois que notre équipe aura appris le mouvement spécial qui permettra de franchir les obstacles. Ainsi l'aventure est habilement cloisonnée et donc, tout à fait linéaire. Une fois arrivé dans le monde à libérer du joug des Xhampis (dans le passé donc), le jeu se déroule en 2 temps. D'abord nous avons une phase d'exploration où nous devons déjouer de petites énigmes pas bien chiantes (ça c'est de bon gout), le tout avec des phases de plate-formes gentillettes (chacune des 4 touches sont associées à un personnage) et même quelques subtilités, comme le vol plané ou le roulé-boulé des 2 frères, ou avec les bébés la possibilité de passé sous les portes ou de donner des coups de marteau.


Ensuite,
Si la DS est clairement sous exploitée, la réalisation est malgré tout agréable et l'humour est bien dosé
si on se fait toucher par un ennemi ou qu'on rencontre un boss, nous passons à la phase de combat. Dans une sorte de combat RPG/tactique, nous avons nos Mario et Luigi à gauche de l'écran, les ennemis à droite. De là commence un combat au tour par tour où successivement nous attaquerons nos adversaires, ou riposteront à leurs assauts. Comme les bébés peuvent être séparés de leurs grands jumeaux, nous avons donc 3 formations possibles : les bébés, les adultes ou les 4 ensemble, avec ce que ça insinue de variantes. En effet, avec les bébés sur le dos nos comparses se déplacent plus lentement mais attaquent plus fort (le saut sur la tête est démultiplié) et comme les bambins ont leurs propres techniques (comme le marteau) ça ouvre à tout un tas de possibilités. Ajoutons à ça qu'AlphaDream ne s'est pas contenté du strict minimum puisque les items si chers à la série répondent présent. Ces "items partenaires" s'utilisent en duo et sont du genre à se lancer une carapace de tortue (en prenant de bien soin frapper l'ennemi en face), des boules de feu, des boules glace ou encore des piments qui dopent l'efficacité des attaques (sans parler des items de soins, la possibilité de fuir, etc). Autre détail intéressant : les combats ne sont pas du tout aléatoire (comme dans FFVII par exemple), puisque les ennemis une fois tués, ne reviennent pas. Mieux encore, la sauvegarde conserve chaque item gagné, chaque puzzle débloqué et chaque ennemi vaincu. Ainsi on peut vraiment jouer par petites sessions (pause caca ? bus ? métro ?) sans avoir la frustration de tout recommencer à chaque fois. Alors c'est vrai, ça rend le jeu assez facile mais je rappelle qu'on parle ici d'un Mario RPG "pour débutant" (c'est facile et les tutos sont très détaillés), pas d'un Chrono Trigger, Dragon Quest ou d'un Secret of Mana. Vu l'ambiance, ça s'adresse surtout à un public jeune et/ou casual et là pour le coup, j'estime que c'est bien jugé. Malgré tout cet engouement, j'ai quand même 2 bémols à formuler, à savoir qu'on n'a jamais la barre de vie des ennemis (ce qui est gênant, surtout pour gérer ses items de soins) et que toutes les mécaniques d'attaque reposent sur des enchainements de touches, façon QTEs. Par exemple, lorsqu'on demande à Luigi de sauter sur une koopa (attaque classique s'il en est) il faudra réappuyer sur la touche au bon moment pour lui infliger des dégâts, sans quoi Luigi fait un skill tout pourri, croque 1 point de vie et trébuche comme une grosse buse.


Et toutes
On retrouve avec plaisir tout ce qui fait le folklore et l'identité visuelle d'un Mario
sont comme ça : on ne peut pas lancer une attaque sans réaliser un pseudo QTE derrière (le timing est très important). Que cette formule apporte un regain de puissance je veux bien, mais qu'il soit imposé à chaque coup, là non c'est chiant ! Après bien sûr, je ne fustigerai pas le jeu sur cet unique détail et j'enchainerai sur le fait que Mario & Luigi : Les Frères du Temps est bourré de clins d'oeil et utilise avec intelligence les fondamentaux de la série (et les bruitages qui vont avec). On retrouve les tuyaux, on récolte des pièces d'or (qu'on dépense ensuite à la boutique du château pour refaire son stock), on affronte tout le bestiaire qu'on connait par coeur maintenant (koopa, plante carnivore, chenille sans oublier les quelques nouveaux et bien entendu, les Xhampis) et on retrouvera quelques idées empruntés cette fois aux classiques du RPG comme des bagues et des fringues à porter qui donnent divers effets (comme la possibilité de fuir, de récupérer plus facilement des objets sur les ennemis, etc). Et puis entre autre clins d'oeil, on retrouve l'ile des Yoshis (Yoshi's Island) et leurs cookies favoris, le magicien Kamek ou encore les frères marteau. Autant dire que celui/celle qui connait bien la licence Mario, verra des caméos de tous les côtés ! Pour porter tout ceci, nous avons bien sûr une bande-son assez soignée, composée par Yoko Shimomura, la plus célèbre des compositrices, qui est derrière les OST de Kingdom Hearts, Super Mario RPG, Parasite Eve, Legend of Mana, Breath of Fire ou plus récemment Xenoblade. S'il est vrai que la qualité est un peu oscillante, on prendra toujours plaisir à écouter les célèbres thèmes de la série (remixés pour l'occasion) et globalement, la qualité est là. Enfin sur le plan technique, on apprécie (comme toujours avec Mario) un jeu détaillé et très coloré. Les animations sont particulièrement soignées, fluides et souvent bourrées d'humour. Le tout est en 2D, en vue inclinée mais mon regret c'est que la DS est capable de bien mieux. Le double écran ne sert strictement à rien, le pavé tactile ne sert jamais et techniquement, c'est un très joli jeu 16bits, ni plus ni moins. En somme, cet épisode pourrait très bien tourner sur GBA (d'ailleurs je me demande s'il n'a pas été prévu pour, à l'origine). Sans ça c'est vrai, l'ensemble est joli, bien fait et ça reste fluide en toutes circonstances... même si la DS et ses fonctionnalités sont clairement sous-exploités (pas exploitées du tout !!).



Mario & Luigi : Note
Les Frères du Temps est un jeu qui m'aura surpris... en bien. J'en attendais rien, son scénario de départ m'a agacé et pourtant, très vite je suis entré dans son univers. Il faut dire que retrouver l'intrépide Mario et le pleurnichard Luigi (il n'y a pas de juste milieu avec ses italiens :) dans un jeu autre que de la plate-formes (même si c'est là où ils excellent le plus), et ce, sans se retrouver avec une itération minable et/ou sportive, ça fait plaisir. Il faut dire que le mélange des genres est cohérent et nous offre un gameplay unique, savant mélange d'exploration et de RPG, avec des combats pas mal inventifs (bien qu'un poil simplistes). En conclusion et comme je le disais en intro, Nintendo sait choisir ses partenaires pour réaliser des jeux qui font honneur à leurs licences. Et ce Mario & Luigi, véritable melting-pot de plusieurs disciplines, saura vous enchanter grâce à sa fraicheur et sa réalisation fort sympathique.



Les -

  • Dans le fond, c'est encore le même scénario. Pffff y'en a marre de cette connasse de Peach !
  • Attaques façon QTEs... c'était pas une si bonne idée
  • Malheureusement très linéaire
  • Un RPG pour débutant
  • Les +

  • Même si la DS peut mieux faire, on apprécie une réalisation de qualité
  • Un gameplay qui évolue au fil de l'aventure
  • Tout le folklore de Mario répond présent
  • Une durée de vie d'environ 25 heures
  • Une sauvegarde qui fait son job !
  • Un humour bien dosé

  • Test réalisé par iiYama

    novembre 2012