Cooking Mama (NDS)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : décembre 2006
Développeur : Office Create
Editeur : 505 Games
Genre : simulation de cuisine

Support : cartouche
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 35€
Score des ventes : 4.31 Millions (NDS)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Cooking Mama








Il y a, sur
Ce n'est pas avec ce jeu que vous apprendrez à cuisiner
la petite console portable de Nintendo, pas mal de jeux de simulation passant de l'avocat (la série des Phœnix Wright) au chirurgien (Trauma Center) par exemple. Désormais, pour toucher encore plus de gens peut-être, ils ont voulu se mettre au « métier de cuisinier ». Enfin, c'est vite dit, surtout quand on voit la tête toute ronde de la cuisinière au style tout mignon. D'ailleurs, on peut retrouver cette cuisinière du nom de Mama sur l'autre console de Nintendo, la Wii, car à la façon de Trauma Center ou Cérégrale Academy, la console de salon tape quelques fois dans la ludothèque de la double écran. Cooking Mama est une pseudo-simulation de cuisine, on ne peut donc pas parler de scénario. Le principe est un peu le même pour un jeu musical, les épreuves divertissent mais on est loin du jeu d'aventure. Cuisine est le mode principal de cette simulation. Vous commencez avec quelques petites recettes simples, et à chaque fois que vous terminez une recette vous en débloquez une nouvelle, et sachant que parfois une recette peut déboucher sur 3 ou 4 autres choses à cuisiner (exemple : le steak classique). Le jeu est simple. Vous choisissez un plat et vous devez faire les manipulations décrites au fur et à mesure avec stylet, mais dans un temps limité (parfois trop limité), et vous obtenez un avis de la Mama qui vous surveille de l'écran supérieur, allant de «Parfait ! Encore mieux que Mama !» à «Ce n'est rien ! Mama va arranger ça». A la fin, vous obtenez une note sur 100, avec une médaille allant de l'or au bronze. Mais ne cherchez pas à avoir 100 partout, le final sera le même. Que vous ayez lamentablement raté votre recette ou que vous l'ayez réussie comme un chef ne change rien au fait qu'au final vous en débloquerez une nouvelle. Toutes les recettes disponibles (120) sont généralement des plats salés, à part quelques très rares exceptions. Généralement ce sont des plats basiques et classiques (comme le sandwich), mais on peut aussi découvrir pas mal de plats japonais qui pourraient être intéressant de refaire chez soi (pour les curieux). Un point amusant (surtout pour les enfants) est que pour quelques recettes à la fin (comme le steak haché) vous pouvez vous amuser à ajouter des choses avec ce que vous venez de préparer, comme quelques petits bouts de légumes ou des frites, ou encore un petit drapeau.


Mais tout ceci
Le gameplay est à la portée de tous
est en nombre très limité, comme pour la préparation de la pizza, ce qui est dommage. Un petit point négatif en revanche est que si vous voulez arrêter votre recette en pleine action, vous devez attendre d'avoir terminé votre mixture et revenir au menu de votre recette, mais rien de bien grave. A part ça... Rien d'autre. Vous devez enchaîner les recettes à la suite, sans vraiment de différences de difficulté. Vous cuisinez, vous débloquez, vous cuisinez, vous débloquez et... c'est tout. Le premier plat peut d'ailleurs nous faire poser des questions sur les techniques de traduction, car il est écrit «riz bouilli» (boiled rice) au lieu de «Riz créole» en bon français. Enfin, ce n'est qu'un détail, mais malheureusement pas le seul. A plusieurs reprises, au lieu de voir le mot œuf on peut découvrir deux variantes étranges : «suf» ou «ruf». Quand on est en pleine recette, ce n'est pas génial de voir ça. Il y a aussi la recette «Curry de bsuf» disponible et ça fait aussi un peu tâche. Ainsi au moment où l'on doit faire mijoter, parfois on doit ajouter des ingrédients qui portent le nom de «NONE» ou encore «consommé». Pas très pratique pour savoir ce que l'on ajoute, même si apparemment ces erreurs semblent être aléatoires. Pour continuer dans les bugs notables, il y a la pause. Ne l'utilisant quasiment jamais je n'ai pu voir cette erreur qu'à 2 reprises. Généralement la pause liste ce que vous devez faire dans le temps imparti, mais j'ai pu constater (une erreur de script peut-être) que la pause ne donnait pas les bonnes indications. Rien de bien grave, j’ai eu par exemple «cuire les œufs à la coque» ou lieu de «cuire les pâtes». Aussi, quand on termine un plat, un grand «Terminer !» apparaît. Mais... pourquoi à l'infinitif ? Ce n'est qu'un détail mais ça prouve bien que la traduction a été bâclée. Pour plusieurs plats contenant du riz, on doit faire au début 3 étapes qui consistent à s'occuper d'un oignon. On se dit que peut-être que ça sera en accompagnement alors on continue la recette. Puis arrive le score final, où l'on n'a pas vu le moindre grain de riz. Alors sachant que pour le riz aussi il faut 3 étapes, je suppose qu'il y a pour ça encore une erreur de script. Pour finir, certaines recettes demandent de couper des tranches de poulet, et à l'image on voit un beau morceau de viande rouge...


Comme son nom l'indique,
Techniquement, il est évident que la DS ne force pas beaucoup
"Test" est une catégorie qui permet de s'exercer. Par exemple on peut éplucher une carotte, mélanger des ingrédients à la main, façonner une forme pour des boulettes de viandes, faire griller et j'en passe. Il doit y avoir une trentaine de techniques plus ou moins simples, et au final on obtient une sorte de score représenté par une toque de chef. Aussi, on peut se dire que le jeu a sûrement été traduit avec un quelconque traducteur d'Internet en voyant par exemple pour quasiment n'importe quelle technique «2gauche». Gauche ? Je pense que les gens qui ont traduit ce jeu n'ont pas fait attention, mais tout de même. Gauche au lieu de « restante » par exemple, c'est moche. Vraiment, ça fait tâche qu'ils ne soient pas capables de connaître les traductions de « left ». Mais malgré ce défaut assez grossier, cette catégorie peut être pratique. Le style graphique prouve bien que ce jeu s'adresse aux jeunes enfants, aux vues des couleurs pastels et aux petits motifs divers auxquels il faut être immunisé pour pouvoir y jouer. Les aliments sont généralement simplifiés, presque au maximum, faisant de jolies et mignonnes représentations des choses. En revanche, la Mama ne ressemble pas à grand-chose, à part à un classique personnage SD (super-deformed) sorti tout droit de la tête d'un gosse. En revanche, l'image finale quand on termine le plat est très appétissante, et on peut noter la présence de fumée émanant de la recette terminée. Peu d'efforts ont été fournis je pense concernant les musiques, sachant qu'il n'y en a que 2. Une pour le menu, et une pour les préparations, qui tournent donc sans cesse en boucle. En revanche, les bruitages sont particulièrement bien fait, ce qui est un gros point positif. Entendre par exemple le bruit de quelques aliments qui cuisent dans une casserole donne l'eau à la bouche. Ce sont de simples bruits, mais très bien réalisés.



C'est le genre Note
de jeu que je vois un peu partout, et à en voir la jaquette ou quelques images, je suis persuadée que c'est un jeu qui ne mérite même pas d'exister. Mais malgré ses nombreuses erreurs notables ainsi que sa difficulté trop faible, sa durée de vie bien courte et sa répétition, Cooking Mama est un petit jeu amusant et distrayant si vous voulez vous occuper l'esprit, ou encore si vous cherchez des recettes, des nouvelles choses à cuisiner pour des amis ou autre (mais ce jeu ne vous donnera que le nom, vu qu'il y a une entière absence de mesure). En gros, si vous aimez perdre votre temps ou que vous appréciez quelque peu la cuisine, vous pouvez tenter ce petit jeu, sinon passez votre chemin, vous ne ratez rien.



Test réalisé par Lidwyne

janvier 2010