Phoenix Wright : Trials and Tribulations (NDS)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : octobre 2008
Développeur : Capcom
Adaptation : Capcom
Editeur : Capcom
Genre : aventure - enquête

Support : cartouche
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : Phoenix Wright 3
Titre alternatif : Gyakuten Saiban 3
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 510.000 (NDS)


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Ace Attorney

Phoenix Wright
Trials and Tribulations

Troisième épisode
Pas grand chose de neuf depuis la GBA...
d'une série qui n'a plus rien à prouver, Phoenix Wright Ace Attorney Trial and Tribulations se veux être, une fois de plus, un portage de la version GBA, qui est sortie quelques années plus tôt. Comme pour le précédent, il faut déplorer qu'on n'aura aucune modification du contenu, mais se plaire d'une localisation mondiale. Si sur le second il fallait pleurer un peu sur le sort de langue française, ici on s'en sort déjà bien mieux et ça pique moins les yeux. C'est un détail qui prend son importance dans un jeu ou la lecture est l'activité numéro 1 du joueur. L'humour est toujours aussi délirant et fait encore mouche. Le point fort du soft porte sur les intrigues initiales et finales qui, cette fois, atteignent des sommets de complexité, de durée et de révélations. Ce qui offre un total plaisir pour ceux qui ont vécu les premières aventures. Les autres histoires ne sont pas en reste, juste un cran en dessous car elles déjà fort bien construites. Le concept se dote des mêmes arguments que les précédents volets, en utilisant peut être avec plus d'efficacité encore. Il faut cependant noter qu'un des procès (celui au bellissima) comporte des contradictions vraiment tordues à comprendre et à révéler, en tout cas suffisamment pour que la logique et le passage en revue des preuves ne suffisent pas toujours.


Cette difficulté
Voici sans doute le meilleur épisode de la trilogie !
légèrement augmentée est peut être justifiée si l'on repense à la facilité des précédents Phoenix Wright. Il n'y a ici pas de réelles nouveautés depuis la GBA (Capcom toujours premier pour les portages faciles), mais il est vrai que le concept n'avait pas vraiment été encore totalement exploité. Le système de megatama est encore au rendez-vous (ajout issu du second épisode), avec un brin plus d'intérêt encore. Du coup, on n'a pas le sentiment que le jeu ne se renouvelle pas, vu qu'il n'en a pas vraiment besoin et que Capcom maitrise un peu plus encore son sujet de base. Cette fois encore on se trouve nez à nez avec un nouveau procureur au passé obscure et aux répliques cinglantes. Godot est charismatique à souhait et ce caféïnomane apporte beaucoup à l'ambiance générale du titre. Tant pour son histoire que pour la présence qu'il ajoute dans les procès. Pour cette fois encore, nous avons les mêmes décors et les mêmes sprites pour les personnages récurrents, et cette fois encore il y a les petits nouveaux qui ont droit à une belle réalisation. Rien n'est bâclé, et c'est tout ce qu'il fallait. La bande sonore quand à elle a pris son envol et est réellement accrocheuse (à mes yeux la meilleure des 3 épisodes).



Ce troisième Note
titre conclus avec brio la trilogie des Phoenix Wright Ace Attorney (puisque l'épisode suivant passe à un autre protagoniste principal). La qualité atteint ici le top niveau de ce que le concept initial pouvait proposer, avec des intrigues profondes et dramatiques, des musiques recherchées et fidèles à la série. Sans nul doute la crème d'une série qui n'est pas prête de s'éteindre.



Test réalisé par Aquel

janvier 2010