Killer Instinct Gold (N64)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : 1996
Développeur : Rareware
Adaptation : Rareware
Editeur : Nintendo
Genre : combats

Support : cartouche de 96Mb (12Mo)
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : KIG
Titre alternatif : Killer Instinct 2
Score des ventes : 820.000


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Killer Instinct Gold








Alors que
Killer Instinct a lancé la mode des images de synthèses dans les jeux
le monde entier joue à Street Fighter II et ses pseudo-suites, Rareware sort incognito Killer Instinct (KI). Nous sommes en 1994 et le succès est sans appel. Ce succès, Rare le doit à une nouvelle conception du jeu de combats et une réalisation tout à fait hors norme. Le phénomène "images de synthèses" s'étend à tous les secteurs, on voit apparaître les premiers films d'animation sous cet aspect (comme Toy Story), ces images virtuelles créés par ordinateur (généralement des stations Silicon Graphic) servent à merveille les effets spéciaux des films à gros budgets (Jurassic Park, Terminator II), les consoles 32bits en sont hyper friandes (pour créer des vidéos) et désormais cette mode touche aussi le jeu vidéo lui-même, alors qu'auparavant, ça ne touchait surtout les cinématiques. Ainsi, à côté d'un Mortal Kombat et de son rendu digitalisé proche du film et de Street Fighter II et de son rendu plus "dessin-animé", Killer Instinct impressionne. Fort du développement de Donkey Kong Country, le jeu est entièrement réalisé en images de synthèses, décors comme personnages, l'animation est hyper fluide et les graphismes mettent une véritable claque ! Il faut aussi savoir que c'est la première borne d'Arcade à imposer des pages de loading (assez courtes) car le système développé par Rare et Midway, est le premier à intégrer un disque dur (il me semble qu'il existe aussi une version avec lecteur CD). Mais ce n'est pas tout. Voulant au maximum déjouer les règles imposées par Capcom, Rareware évite le principe classique de l'attaque et/ou du coup du spécial avec un innovant système de combos qui rend les parties bien plus nerveuses. Killer Instinct est aussi le seul jeu de combats où il n'y a pas de rounds mais une double barre de vie (ainsi le match ne fait pas de pause).



S'imposant
A 2 joueurs, on peut passer outre sa réalisation et ses lacunes mais...
sur tous les secteurs grâce au succès planétaire de sa 16bits, Nintendo signe un partenariat avec Rare pour sortir le jeu sur le future Ultra 64 mais la console se développe lentement et afin de ne pas rater le coche, le jeu sort finalement sur Super Nintendo et dans une moindre mesure sur Game Boy. L'adaptation sur SNES est vraiment de qualité même si bien sûr, la réalisation y perd beaucoup (on reconnaît facilement sa cartouche car elle est noire). Une fois encore, Killer Instinct rencontre un franc succès, notamment auprès de ceux qui en ont marre des jeux Capcom. L'année d'après le développeur remet le couvert sur Arcade avec un Killer Instinct 2 (KI2) encore plus abouti. L'Ultra 64 devient la Nintendo 64 et c'est en 1996 qu'elle voit le jour. Pendant la finalisation de son développement, Rareware en profite pour développer Killer Instinct Gold, une version adaptée de Killer Instinct 2. Mais trêve d'histoire, maintenant que vous savez l'essentiel sur la série, qu'en est-il vraiment de cette version N64 ? Et bien on retrouve les 10 persos de l'épisode 2 (plus le boss final) et tout un tas de modes de jeu : training, focused training (cours d'entraînement pour réaliser des attaques spéciales et des combos), practice, tournoi, team elimination (2 à 11 persos à affronter, le dernier à rester debout gagne), team battle (tournoi jusqu'à 8 joueurs) et bien sûr Arcade. Le menu des options est en plus très fourni. Etant donné que le jeu impose 6 boutons d'action, un petit tour dans la config' du pad s'impose de suite, car vous savez comme moi, que la manette de la N64 n'est pas vraiment adaptée à ce genre de jeux. Au fil des combats, vous débloquerez aussi tout un tas d'options au départ cachées, qui vous permettront de pimenter les matches. Ensuite vous pourrez régler la quantité de sang et la vitesse du jeu sur 4 niveaux (bizarrement en "normal" c'est un peu lent).


Sous ses
... en solo, c'est la difficulté qui vous lassera très vite
airs de jeu faussement bourrin, il est plus technique qu'il n'y parait mais le plus gros défaut et sans doute le pire d'entre tous, c'est qu'il est hyper difficile ! En normal, dés le second combat on se fait littéralement laminer la gueule ! Les adversaires ont un peu trop "l'instinct du tueur", ils enchaînent combos sur combos et ne nous laissent pas respirer 5 secondes. Le résultat est immédiat, le jeu devient très stressant, pas du tout agréable à jouer et donc lassant. A mon humble avis, ce jeu-là ne vaut que si vous jouez à 2 car en solo il est presque impraticable et c'est vraiment dommage. Killer Instinct Gold ne s'ouvre malheureusement pas sur une vraie intro (on nous présente juste les personnages) et il nous livre un nouveau rendu graphique, assez éloigné de l'Arcade. En effet, les cartouches coûtent encore cher à produire et il est impensable de retranscrire le jeu d'Arcade tel qu'il est, d'autant que la Nintendo 64 n'est vraiment pas douée avec les images en 2D. Ainsi les sprites sont restés au format "images de synthèses" mais les décors sont tous en 3D. Le petit avantage c'est qu'ainsi la caméra peut pivoter selon comment se déroule le combat et zoomer. Les animations en fond ne sont pas mauvaises et donnent un peu de vie au terrain de lutte et il y a aussi des objets qui peuvent faire mal comme prendre une pale d'hélico dans la tronche ou s'écraser sur un tonneau explosif (c'est bien trouvé). Le petit soucis, c'est que les personnages sont très pixellisés et qu'ils se fondent mal aux décors. Ca créé un décalage et j'ai en plus trouvé l'animation des personnages jouables pas spécialement fluide, même si le moteur graphique ne souffre d'aucun bug ou de baisse de framerate. Enfin la partie sonore nous offre pas mal de voix digits d'assez bonne qualité et des musiques sympas, bien en adéquation avec le design très particulier du titre. Ceci dit, les bruitages auraient pu être meilleurs, plus violents, afin de me retranscrire l'animalité de nos opposants...



SelonNote
moi, Killer Instinct Gold n'est pas un super jeu de combats car j'estime qu'on trouve bien mieux sur Super Nintendo. Entre Fatal Fury Special, Samuraï Shodown, Super Street Fighter II, Mortal Kombat II ou même World Heroes 2, il y avait largement de quoi faire. Il fait parti de ces jeux qui divisent les foules, soit en rebutant à cause de sa difficulté ou de son "aspect bizarre" (persos pas vraiment charismatiques, décors étranges bien qu'originaux) soit en fascinant parce qu'il propose une véritable alternative aux pontes du versus-fighting. Sans parler que la pad de la Nintendo 64 se prête difficilement à l'exercice. Seulement voilà, la console 64bits est si pauvre sur le secteur, que finalement ce Killer Instinct Gold prend la place de meilleur jeu de baston de la machine... faute de mieux.



Test réalisé par iiYama

mars 2009